2016 : une année de luttes. les chiffres des grèves, manifestations, mobilisations sociales #loitravail

Après une année 2016 de luttes, 2017 s’annonce comme une année de combat. Pour faire gagner les travailleurs et résister aux attaques de Macron Medef. Car ce dernier, aux ordres de l’UE se prépare à aggraver la pour finir de liquider le code du travail, pour baisser les salaires, précariser les travailleurs, enfoncer jeunes, retraités et familles dans la misère. Avec un unique but, remplir les coffres des actionnaires, faire  grimper la “compétitivité” pour faire gonfler le taux de profit des multinationales.

Le mouvement contre la Loi Travail en chiffres :

Suite à l’annonce de l’euro loi travail, en quelques jours, 1 358 244 personnes signaient en ligne une pétition pour exiger le retrait de la Loi El Khomri.

www.initiative-communiste.fr retrace les grandes dates du mouvement social pour le retrait de la loi travail

  • 9 Mars 2016 :  600 000 manifestants dans 200 manifestations – journée nationale de
  • 17 Mars 2016 :  300 lycées mobilisés, une manif de 80 000 lycéens et étudiants à Paris. plusieurs centaines de milliers de manifestants dans toute la France
  • 24 Mars 2016 :  des manifestants dans toute la France, avec des Facs et des lycées bloqués (une cinquantaine) – un lycéen est tabassé par la police devant le lycée Bergson à Paris
  • 31 Mars 2016 : 1,2 million de manifestants pour le retrait de la Loi Travail – grève nationale forte mobilisation dans les transports – 250 lycées bloqués
  • 5 avril 2016 : le gouvernement déclare qu’il va utiliser le 49.3 – plusieurs centaine de milliers de manifestants dans toute la France emmenés par la jeunesse lycéenne et étudiante
  • 9 avril 2016 : journée nationale de grève – 200 manifestations dans toute la France. Au minimum250  000 manifestants d’après le recensement partiel mené par initiative communiste
  • Lancement des Nuits Debouts
  • 28 avril 2016 : 500 000 manifestants.
  • 1er mai 2016 : 400 000 manifestants – la police attaque le cortège intersyndicale à Paris.
  • 10 mai 2016 : Valls Macron et le PS attaque le peuple avec le recours au 49.3
  • 12 mai 2016 : Routiers et Cheminots rejoignent la mobilisation. Les chauffeurs routiers démarrent des blocages, des barrages sont installés dans diverses villes de France par les travailleurs
  • 17 mai 2016 : Le gouvernement utilise l’état d’urgence pour procéder à des interdictions de manifestations. Plusieurs centaines de milliers de manifestants se mobilisent
  • 18 mai 2016 : lancement d’une grève reconductible à la SNCF contre la remise en cause de la convention collective des cheminots (conséquence des directives européennes).
  • 19 mai 2016 : la mobilisation se renforce. 400 000 manifestant. Début de grève interprofessionnel avec les routiers, les cheminots les ouvriers pétro chimistes, les dockers, les aéroports… Elle est à nouveau frappée par des violences policières très nombreuses. 20% des stations services sont à sec.
  • 21 mai 2016 : le gouvernement cède face aux routiers à qui il garantie le maintien de leur régime spécifique d’heures supplémentaires.
  • 24 mai 2016 : les raffineries sont à l’arrêt, les ports fermés, 30% des stations services sont à sec.
  • 24 mai 2016 : journée de grève générale contre la Loi Peeters, pendant belge de l’euro loi travail et du Job Act italien
  • 25 mai 2016 : pour faire face à la pénurie de carburant, le gouvernement puise dans les stokcs stratégiques et supprime les temps de repos des routiers.
  • 26 mai 2016 : Alors que les sont généralisées, la mobilisation se poursuit dans la rue avec plus de 500 000 manifestants
  • 2 juin 2016 :  Les raffineries sont toujours en grève, les terminaux pétroliers du Havre et de Marseille à l’arrêt des baisses de production sont lancées dans les centrales EDF. Les centres de traitement de déchets rejoignent massivement la grève.
  • 9 juin 2016 : la mobilisation interprofessionnelle se poursuit. Nouvelle journée d’action. Plus de 60% des français continuent de soutenir le mouvement social pour le retrait de la loi travail.
  • 14 juin 2016 : énorme nationale à Paris réunissant 1 million de manifestant
  • 18 juin 2016 : face à la mobilisation qui ne faiblit pas, le gouvernement a recours massivement à l’interdiction de manifestation et à la généralisation de la répression policière
  • 23 juin 2016 : nouvelle journée d’action. Le gouvernement interdit toute manifestation réelle à Paris, obligeant les manifestants à défiler sous la menace de policiers nassant le cortège autour du bassin de l’arsenal.
  • 28 juin 2016 : 200 000 manifestants se rassemblent à nouveau pour le retrait de la loi travail. Des barrages policiers interdisent l’accès de nombreux manifestants au cortège à Paris.
  • 5 juillet 2016 : alors qu’une nouvelle journée de manifestation a lieu, le gouvernement Valls Macron utilise pour la seconde fois l’Art 49.3.
  • 20 Juillet 2016 : troisième utilisation de l’art 49.3. Les députés frondeurs autours de Benoit Hamon soutiennent dans les faits le gouvernement en refusant de voter la censure.
  • 8 aout 2016 : en plein cœur de l’été le gouvernement Valls Macron promulgue la loi travail
  • 15 septembre 2016 : 170 000 manifestants pour le retrait de la loi travail.A nouveau un manifestant est grièvement blessé (éborgné par un tir de la police).

Au delà des centaines et sans doutes des milliers de blessés dont plusieurs dizaines très griévement, les violences policières se doublent d’une féroce répression judiciaire.

les chiffres des grèves en 2016

Le site spécialisé ‘C’est la grève.fr’ a recensé ( de façon non exhaustive) les grèves de 2016. Par secteur, hors mouvements interprofessionnels. Celui des services publics a été le plus touché La santé arrive en tête, devant la SNCF et l’industrie. On retiendra notamment la grève des hôpitaux de Paris contre la réforme du temps de travail, mais aussi des infirmiers après une vague de suicides survenue cet été. Publié sur notre site, dans l’info Luttes N°3.

L’année a également été marquée par un mouvement social d’ampleur à la SNCF. En juin, les syndicats ont appelé à cesser le travail durant 23 jours consécutifs pour s’opposer à un projet d’accord sur le temps de travail…

En 2016, c’est la grève a recensé 801 grèves (contre 966 en 2015) :

  • Grèves locales 691
  • Grèves nationales 110
  • Grèves interprofessionnelles liées à la Loi Travail  13 (soit presque 3 semaines de grève

Les trois départements où il y a eu le plus de grève :

  • Seine Saint Denis : 39
  • Haute Garonne : 36
  • Paris : 34

Les grèves par secteurs d’activité, hors grève interprofessionnelle

  • Service publics et assimilés : 353
  • Transport : 186
  • Secteur privé : 135
  • Éducation : 124
  • Culture : 8

et dans le détail : Santé : 132, SNCF: 77, Industrie : 61, Transport public urbain : 59, La Poste 53

Nombre de mouvement de grèves par mois :