#manif15sept la mobilisation contre la Loi Travail a repris en force – 75% des français refusent la casse du code du travail !

manifestationA coup de matraques, de grenades et de 49.3 Hollande, son gouvernement et ses matraqueurs assermentés aux ordres de la classe capitaliste ont imposé par la force la . Promulguée au cœur de l’été après que le gouvernement a par trois fois interdit tout débat à l’assemblée nationale sur ce texte transcription directe des ordres de l’Union Européenne, et alors que des milliers de travailleurs, de syndicalistes et de militants font l’objet d’un harcèlement par des procès politiques parce qu’ils défendent les droits des travailleurs et s’opposent à ce qui n’est ni plus ni moins que la suppression en réalité du Code du Travail.

Ce signe la retour dans la rue de la mobilisation pour l’abrogation de la Loi Travail. Un retour réussi puisque c’est plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont répondu partout en France à l’appel des organisations syndicales (CGT, FO, FSU,SUD, CNT, UNEF, UNL, FIDL …). Et ce malgré des violences policières toujours aussi massives visant aussi bien les manifestants que la presse. Le témoignage du journaliste D Perrotin violement empécher par les CRS de filmer un manifestant ayant eu l’oeil crevé dans une attaque des sbires de Cazeneuve MEDEF comme les nombreuses vidéos sur twitter de journalistes attaqués par les matraqueurs de la place Bauveau démontrent d’ailleurs la volonté du gouvernement d’empécher que filtre les images de ces violences massives contre l’opposition populaire à ce gouvernement ultra minoritaire.

Une mobilisation qui n’a rien d’étonnant alors que les sondages démontrent que la promulgation de la loi n’a pas entamé l’opposition populaire à cet euro diktat visant à remplir les poches de l’oligarchie capitaliste en détruisant les droits des travailleurs : à une écrasante majorité, 75% des français se déclarent toujours résolument opposés à la Loi Travail.

Les des manifestations

L’intersyndicale – toujours unie – a compté près de 200 000 manifestants dans toute la France ce 15 septembre pour cette première journée de après la rentrée. Même la préfecture a indiqué des chiffres en hausse à Paris, par exemple. Une mobilisation réussie donc et qui appelle à se renforcer rapidement avec une action tous ensemble et en même temps, des Alstom à la SNCF, de la Poste à SFR, de l’Education Nationale à la Santé, des 8 millions de chômeurs aux centaines de milliers d’étudiants dans la précarité ! Tous frappés par les directives de l’Union Européenne cassant les salaires et brisant les services publics, liquidant les droits pour renforcer l’exploitation capitaliste !

  • Paris : 40 000
  • Toulouse : 5 000
  • Le Havre  :  12 000
  • Grenoble : 3000
  • Rouen : 5 000
  • Bordeaux : 4000
  • Rennes : 4 000
  • Nantes : plusieurs milliers
  • Lyon : 5000
  • Lille : 3 000
  • Belfort : 2 000

Bien sûr dès le début de la journée, la campagne de propagande des médias du Capital a annoncé à nouveau que ce serait la dernière manifestation. Comme l’AFP, TF1, BFN-TV ou radio france l’avait déjà fait lors des 13 autres journées d’action et avant . Dans l’espoir de démobilisé. Encore une fois c’est raté avec une forte mobilisation.

La CGT a appelé dès ce soir à la poursuite de la mobilisation :

Vous avez dit baroud d’honneur ?

La rentrée sociale est à l’image de la météo, chaude et orageuse, n’en déplaise à ceux qui avaient déjà enterré le mouvement social.

Sur tout le territoire, ce sont plus de 110 manifestations et rassemblements qui se sont déroulés à l’appel des 7 organisations mobilisées pour continuer de dire NON à la loi travail.

Malgré les mesures de sécurité draconiennes imposées par des préfectures pour pouvoir se rendre sur certains lieux de manifestation, plus de 170 000 salariés ont bravé les interdits et battu le pavé pour la 14ème fois.

Tous continuent d’être contre cette loi scélérate.

La CGT continuera de se battre pour, sur tous les terrains, empêcher l’application de cette loi, point par point, mesure par mesure, que ce soit au niveau local, dans les entreprises avec les salariés ou nationalement, tout comme devant la justice.

Nous continuons de nous mobiliser pour faire barrage à cette loi qui n’a pas été votée mais arbitrairement imposée aux salariés de ce pays.

A l’image du CNE-CPE, rien n’est gravé dans le marbre. Ce qui a été validé peut être annulé.

Aux politiques de prendre leurs responsabilités.

CGT  -Montreuil, le 15 septembre 2016

En direct des manifestations #vidéo #photo

au Havre avec plus de 10 000 manifestants

Grosse mobilisation à Marseille

L’université de Rennes 2 bloquée

Solidarité avec les Alstom à Belfort:

Belle mobilisation à Montpellier

Violences policières toujours :

A nouveau pour tenter d’empécher la mobilisation de reprendre plusieurs milliers de CRS et gendarmes avaient été déployés par le gouvernement pour attaquer les manifestants.
Rappelons qu’au printemps les violences policières ont causé des centaines de bessés graves, peut être même des milliers. A l’heure où nous écrivons ces lignes, aucun policiers n’a été jugé ni même sanctionné. Pas même le policier filmé en train de tabasser un gamin devant le lycée Bergson à Paris. Face au déni de justice des dizaines de victimes de violences policières ont déposé plaintes devant le défenseur des droits

Violences policières à Grenoble :

Violences policières à Lyon :

A Nantes les manifestants attaqués à coup de canon à eau

A Paris, la police intimide les journalistes :

puis attaque les manifestants en fin de cortège à la place de la République

A Lille, l’état policier met la ville en état de siège

Témoignages sur les violences policières

JBC pour www.initiative-communiste.fr