loi travail on bloque toutla 8e journée d’action pour le retrait de la loi travail pourrait bien être celle signant le lancement de la grève générale.

Les raffineries sont à l’arrêt, les travailleurs d’EDF dont la libéralisation privatisation signe la liquidation avec des milliers d’emplois supprimés à la clé, les blocages des routes, les grèves dans les transports (Mer, Air, Route Rail…) sont le signe de la colère du peuple. Les travailleurs en ont marre et ils sont bien décidés à tout bloquer. Pour démontrer que ceux qui produisent la richesse, c’est ceux qui font tourner le pays. Pas l’oligarchie capitaliste et ses chiens de gardes de la Commission Européenne, du MEDEF, du FN du PS ou des LR. C’est bien les travailleurs qui sont exploités pendant que la classe capitaliste se gave et abrite ses profits dans les paradis fiscaux, au Panama, volant une deuxième fois le fruit du travail du peuple !

Ça suffit, la Loi Travail, visant à casser le code du travail, à revenir au XIXe siècles en revenant sur les droits conquis de hautes luttes en 1968, à la Libération, en 1936 et même avant comme la journée de 8h, cette mesure directement ordonnée par la Commission Européenne c’est l’attaque de trop après l’ANI, la casse des retraites par Ayrault, le CICE, la loi Macron etc. Et les militants du PRCF qui sont partout investis dans le mouvement social peuvent en témoigner la détermination, la mobilisation ne fait que grandir depuis plus de deux mois.

valls hollande matraque grèveAlors que plus de la moitié des stations service du pays est à sec et que la grève gagne de larges secteurs stratégiques du pays, le pouvoir tremble et se fissure. La féroce répression policière d’un Valls utilisant l’état d’urgence pour écraser la démocratie sociale, un Valls se prenant pour le boucher Clémenceau est un symptôme grave de la réponse fascisante de la classe capitaliste déterminée à accroitre ses privilèges, en s’appuyant sur les armes des troupes de gendarmes et de CRS oubliant le glorieux et démocratique exemple de leurs prédécesseurs du bataillon du 17e.

Pourtant tous les sondages le prouvent, 70% des français c’est à dire la quasi totalité des salariés est toujours opposé à la loi travail. Le même nombre demande le retrait de la Loi Travail et la fin du blocage du pays par le gouvernement, la même proportion condamne l’action du gouvernement et la majorité des citoyens soutien l’action des syndicats et du mouvement social et rend responsable le gouvernement des blocages. Hollande, Valls sont eux très largement minoritaires dans l’opinion, au parlement et même dans leur parti (Valls n’avait réalisé que 5% des voix à la primaire PS). Et pour défendre les travailleurs, le front syndical tient bon depuis plus de deux mois. Mieux, la contestation monte dans la CFDT et des fédérations y appellent désormais publiquement au retrait de la Loi Travail, désavouant le petit télégraphiste du PS et du MEDEF,refusant de suivre Laurent Berger vers l’abattoir.

Oui le pouvoir se fissure à l’image de Bruno Le Roux, insulté de Bruno le Relou par ses collègues du PS, appelant à retirer l’article 2 de la Loi Travail. Oui le pouvoir se fissure à l’image d’un Valls, déclarant au matin du 26 mai qu’il y a sans doute des choses à négocier sur la Loi Travail, ou de Sapin déclarant sur LCP « peut être qu’il faut toucher à l’article 2 » recul piteux, au lendemain de leurs déclarations guerrières et totalitaires. Oui le gouvernement et la classe capitaliste prend peur. Car elle sait qu’elle est largement minoritaire, et que si la démocratie s’applique sa dictature capitaliste va voler en éclat. Les très violentes attaques contre la CGT, contre les syndicalistes dans l’appareil de propagande médiatique, les tentatives de division du front syndical faisant donner à micro déployé les jaunes de la CFDT et de la CFTC, ou tentant de faire des appels du pied à FO, et la répression sont le signe de cette fragilité. Car le gouvernement, minoritaire, affaibli, chaque jours plus illégitime, est sous la pression du MEDEF et de la Commission Européenne. Qui vient de publier ces nouveaux ordres pour l’année 2016. Exigeant à grand cris et sous la menace des traités européens encore plus d’austérité et bien sûr l’application de la Loi Travail.

Le renforcement de la mobilisation, le soutien de l’opinion publique, la division du gouvernement, du PS et de ces soutiens syndical, tout cela doit donner du courage et de l’énergie à chacun, pour encore renforcer la dynamique , pour faire grève encore plus nombreux, pour bloquer à encore plus d’endroits.
Tout comme le démarrage d’une grève générale en Belgique, pour la même cause, contre la même loi travail là aussi imposée par l’Union Européenne, là aussi avec l’appui cette fois ci direct de la NVA le pendant local du FN qui est au pouvoir à Bruxelles.

C’est maintenant qu’il faut agir, c’est maintenant qu’il faut se mobiliser. Pour la grève générale, pour bloquer les profits et pour gagner ! Plus nous serons nombreux plus vite les travailleurs feront entendre raison au gouvernement avec le retrait de cette loi inique.

JBC pour www.initiative-communiste.fr – n’attendez pas qu’il soit trop tard, rejoignez le PRCF!


Les chiffres des manifestations : la mobilisation continue sa hausse !

Alors que des centaines d’actions de blocage se tenaient dans le même temps partout en France, la mobilisation dans les manifestations a fait un bon aujourd’hui. Et l’ambiance est à l’offensive, à la victoire. Car si la dynamique se poursuit le gouvernement, minoritaire, violent, totalitaire, sera forcé par le peuple à retirer la loi de l’UE et du MEDEF, la loi travail.

Les fortes mobilisations et la colère qui montent dans le pays ont forcé Macron à annuler son opération de communication à Marseille où il souhaitait (au frais du contribuable ?) faire la publicité de son mouvement patronale En Marche, ainsi que Valls à annuler ses déplacements.

Quelques chiffres : sans doute plus de 500 000 manifestants dans tous le pays.

  • Paris : 100 000
  • Marseille : 75 000  – violente répression policière – 57 manifestants arrêtés
  • Le Havre : 30 000
  • Rouen : 20 000
  • Toulouse : 20 000
  • Bordeaux : 10 000
  • Lille : 10 000 – blocage de l’A25 à Béthune, Lomme
  • Grenoble : 10 000 – blocage en mâtinée des entrées de Grenoble
  • Lyon : 12 000
  • Renne : 8 000
  • Caen 7 000 – violences policières.  un manifestant tabassé à terre par un CRS a porté plainte pour violences policières – la vidéo
  • Cherbourg : 5 000 – blocage des chantiers naval DCNS
  • Montpellier : 4 000
  • Dieppe : 3 000
  • Angers : 2 000 ( selon Ouest France) – blocage d’une zone industrielle
  • Brest : 5000 – blocages de plusieurs ponts et rond points
  • Strasbourg : 3 000 – blocage du port au pétrole
  • Limoge : 3 000  – défilé bloquant l’autoroute A20
  • Lorient : 2 000 – blocage des dépôts pétrolier – la gendarmerie a violemment attaqué les manifestants ( 2 blessés)
  • Nantes : 1500 manifestation interdite
  • Chambéry : 1300 – blocage de la rocade (A43)  – et blocage en matinée de plusieurs carrefour de Chambéry
  • Bézier 1000
  • Sète : 500
  • La Roche sur Yon : 500
  • Quimperlé : 450 –  blocage de l’autoroute
  • Gap : 350
  • Vienne : 300 – blocage du barrage hydroélectrique de Vaugris
  • Nimes : blocage des routes
  • Valence ; plusieurs centaines bloquant la nationale 7
  • Selestat : 100 – blocage des routes
  • Privas : 250

Total pour ce décompte partiel : 335 000 manifestants pour ces 30 manifestations. Au regard des centaines de manifestations et actions, des salariés mobilisés en grève sur leur lieux de travail, qui se sont tenues ailleurs en France rassemblant chacune de quelques centaines à des milliers de personnes la journée d’action du 28 avril a sans doute mobilisée de l’ordre de 500 000 personnes

En direct des actions :

près de 4 000 stations services étaient à sec, partiellement ou totalement. 6 raffineries sont toujours à l’arrêt de même que les terminaux pétroliers portuaires. Soutenez les grévistes, participez aux caisses de grève.

A Paris :

Toulouse

Rennes

Marseille

Nantes

Le Havre :


Grenoble

Bordeaux

A Brive

Grèves