Par Fadi Kassem, militant du PRCF, agrégé d’histoire – 4 mars 2022

Jeudi 24 février 2022 : Vladimir Poutine lance la Fédération de Russie à l’assaut de l’Ukraine de la contre-« révolution » euro-atlantique Maïdan en engageant la plus puissante attaque militaire en Europe depuis l’éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990. La guerre, spectre longtemps dénoncé par le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) depuis des années, revient sur le Vieux Continent, tout en démontrant, au passage, l’inutilité, ou plutôt la nocivité, absolue d’une Union européenne arrimée à l’OTAN et incapable d’assurer la paix – et, tout au contraire, juste bonne à attiser les rancœurs, les tensions et les conflits à la remorque des impérialismes étatsunien et allemand, sans oublier l’impérialisme français décadent et désireux de retrouver une posture « impériale ». Si le PRCF a clairement exprimé sa position sur le déclenchement de cette funeste guerre du fait de la responsabilité écrasante de l’ordre euro-atlantique nourrissant l’anticommunisme d’Etat dans toutes les anciennes républiques populaires d’Europe de l’Est[1], on ne saurait faire l’économie de l’analyse concrète de la politique poutinienne, partiellement aux antipodes de l’URSS – sur laquelle il verse sa bile, attaquant au passage Lénine, l’URSS et la légitimité même d’une Ukraine soviétique – et qui obéit à quatre moteurs oscillant entre puissance encerclée et retour des ambitions impérial(ist)es. Et avec un moteur décisif qui anime Poutine et se retourne par moments contre lui : l’influence du communisme en phase de reconquête, comme l’ont montré les dernières élections législatives en Russie.

 

L’encerclement géopolitique, problématique historique pour la Russie

Argument dédaigneusement balayé par les pseudo « analystes » s’épandant dans les médias aux ordres et grenouillant près du pouvoir euro-atlantique, la crainte de l’encerclement par les puissances étrangères est une réalité de l’histoire de la Russie, remontant, sous des formes constamment renouvelées et relancées, à… l’attaque de la coalition antibolchevique dès la fin de l’année 1917. Episode totalement effacé de l’« histoire » mythifiée, faisant croire que la « guerre froide »[2] a été déclenchée par Staline qui aurait voulu « étendre sa sphère d’influence » dans toute l’Europe. Et tant pis si la guerre civile déclenchée par les « Blancs » après la prise de pouvoir par les bolcheviques s’internationalise et débouche sur la formation d’une coalition antibolchevique sous l’impulsion des Etats-Unis[3], du Royaume-Uni, de la France et du Japon notamment[4]. Une guerre effroyable provoquant la mort de 10 millions de personnes – autant que la « Grande Guerre » – et qui inaugure et menace d’emblée la Russie bolchevique, dont toute l’existence sera caractérisée par le combat incessant pour briser l’encerclement menée par l’impérialisme états-unien et ses affidés.

D’ailleurs, dès la signature des traités de paix de 1919-1920 et une fois la guerre russo-polonaise achevée (traité de Riga de mars 1921), le « cordon sanitaire » initié par le président états-unien Wilson afin de contenir le « péril rouge » au-delà de la ligne Curzon[5], se matérialise par la constitution de nouveaux Etats nationaux : Finlande (qui déclara son indépendance en décembre 1917, que les bolcheviques acceptèrent), pays baltes, Pologne et Roumanie (agrandie de la Bessarabie – actuelle Moldavie). Des pays devenant de véritables bases réactionnaires anticommunistes qui, pour nombre d’entre elles, participeront de plein pied à l’offensive enclenchée par l’Allemagne nazie et ses affidés satellites et collaborateurs contre l’URSS à partir de juin 1941. Parallèlement, cette dernière dut constamment surveiller ses frontières orientales du fait de l’animosité du Japon militariste et impérialiste, qui se manifesta pleinement avec l’invasion de la Chine à partir de 1931 et, plus directement, la signature du Pacte anti-Komintern avec l’Allemagne nazie en novembre 1936[6]. Et comment oublier l’anticommunisme primaire franco-britannique qui, par capitulations successives[7], favorisa les desseins impérialistes et pangermanistes d’Hitler dans la conquête de l’« espace vital » à l’Est.

 

La « guerre froide » se traduisit par un verrouillage du monde et un « containment » théorisé par George Kennan et qui, en moins de dix ans, aboutit à la mise en place du « plan Marshall » (1947) et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN, 1949), à l’exclusion sur ordre des ministres communistes en France, Belgique et Italie, à la scission sous influence de la CGT et à la création de FO sur fonds américains, à l’adoption du « plan Dodge » (1949) au Japon, à l’alliance avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande (1951), à la création de l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est (OTASE, 1954) et à la signature du pacte de Bagdad (1955) avec la Turquie, l’Irak, l’Iran et le Pakistan (1955)[8] ; par ailleurs, les Etats-Unis soignèrent rapidement des alliances bilatérales avec l’Arabie saoudite (accords du Quincy de février 1945), Israël, la Corée du Sud et Taïwan, tout en finançant (et armant) les forces anticommunistes en Corée, au Vietnam et dans les républiques populaires d’Europe de l’Est. Et tout au long de la malnommée « guerre froide », en dépit de certains rééquilibrages en faveur d’un moindre désencerclement (expansion du marxisme-léninisme en Afrique et au Moyen-Orient notamment dans les années 1970), l’URSS dut surtout mener une indispensable (mais ruineuse) course aux armements pour combler le « fossé militaire » (et technologique) avec des Etats-Unis qui n’avaient pas perdu l’objectif de l’abattre. Ces derniers avaient, eux, déjà verrouillé l’Amérique latine avec la création de l’Organisation des Etats d’Amérique (OEA) dès 1947, ce qui n’empêcha pas le basculement de Cuba (1959) puis du Nicaragua (1979) et les guérillas marxistes impulsées notamment par Guevara ; mais le soutien aux régimes militaires terroristes – à l’image du Chili de Pinochet, arrivé au pouvoir le 11 septembre 1973 avec l’appui de la CIA[9] – écarta de fait le risque de « théorie des dominos »[10] en Amérique latine.

 

La disparition du camp socialiste puis de l’URSS a permis aux Etats-Unis, désireux d’empêcher l’éventuelle résurgence d’une puissance russe militairement forte (fût-elle capitaliste), d’accentuer cet encerclement aux anciennes républiques populaires d’Europe de l’Est. Non seulement l’OTAN, soi-disant créée pour contenir la « menace soviétique », n’a pas été dissout après l’auto-dissolution du Pacte de Varsovie en juillet 1991, mais cette alliance d’emblée agressive et créée avant ledit traité, s’est maintenue et sans cesse renforcée. Et ce ne sont pas les mensonges répétés des chancelleries européennes et états-unienne niant la promesse réelle formulée par les Etats-Unis de ne pas étendre l’OTAN après 1990 qui masqueront cette réalité sur laquelle Poutine pour justifier l’attaque massive contre l’Ukraine. Ni la volonté des gouvernements réactionnaires au pouvoir à partir des années 1990 en Pologne, en Hongrie, dans les pays baltes, en République tchèque, etc., ni l’élargissement réel à ces pays et jusqu’aux frontières de la Russie ne peuvent être matériellement niées. Et d’autant plus qu’en ce 18 février 2022, le journal allemand Der Spiegel a rapporté les paroles de Raymond Seitz, représentant des Etats-Unis lors d’une « réunion des directeurs politiques des ministères des affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne, tenue à Bonn le 6 mars 1991. Le thème était la sécurité en Europe centrale et orientale. » En effet :

 

« Comme le note Der Spiegel, il ressort clairement du document que les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français ont convenu que l’adhésion des Européens de l’Est à l’OTAN était « inacceptable ». « Nous avons clairement indiqué lors des pourparlers 2 plus 4[11] que nous n’étendons pas l’OTAN au-delà de l’Elbe. Par conséquent, nous ne pouvons pas proposer à la Pologne et aux autres pays d’adhérer à l’OTAN », argumente Jürgen Hrobog, directeur politique du ministère allemand des affaires étrangères, cité dans le document. Selon M. Hrobog, cette position a été convenue avec le chancelier fédéral Helmut Kohl et le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher. Le représentant américain Raymond Seitz, selon le document, était d’accord : « Nous avons clairement fait savoir à l’Union soviétique – dans les pourparlers 2 plus 4 et aussi dans d’autres négociations – que nous n’avions pas l’intention de profiter du retrait des troupes soviétiques d’Europe de l’Est. L’OTAN ne doit pas s’étendre vers l’Est, que ce soit de manière formelle ou informelle. »[12] On mesure au passage le degré d’abaissement et de veulerie de la diplomatie soviétique conduite par Gorbatchev et Chevardnadze qui ont accepté – stupidité extrême et/ou félonie avérée ! – de troquer la RDA et le camp socialiste européen contre les promesses des loups impérialistes ravis de s’emparer de toute l’Europe de l’Est, puis de se jeter sur la Russie « postcommuniste », sans avoir à tirer un coup de fusil :

 

Mais l’extension continue à l’Est, combinée aux alliances consolidées dans le Pacifique et même dans l’océan Indien (rapprochement avec l’Inde notamment), ont attisé les hantises et la crainte – très justifiées quand on regarde les cartes militaires – d’un encerclement toujours plus agressif. L’euro-« révolution » Maïdan de 2014, en entraînant le renversement de l’ancien président ukrainien Ianoukovitch – qui avait refusé de signer un accord d’association avec l’Union européenne en novembre 2013 –, les attaques répétées du gouvernement de Kiev (avec l’appui des pires milices fascistes comme Pravyi Sektor et le bataillon Azov) contre les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk en violation des accords de Minsk II (et ce dès 2015[13]) et l’adoption par la Rada (le Parlement ukrainien) en juin 2017 d’« une loi en vertu de laquelle l’adhésion [à l’OTAN] est redevenue un objectif stratégique de la politique étrangère et de sécurité du pays » ont de toute évidence fini de convaincre Poutine, non satisfait par les non-« garanties » états-uniennes, françaises et britanniques et par l’absence de pression franco-allemande sur Kiev pour faire respecter les accords de Minsk, que seule la force permettrait de créer un rapport des forces plus favorable à la sécurisation des frontières occidentales de la Russie. Avec l’idée selon laquelle plus le temps passerait, et plus l’intégration de facto de l’Ukraine à la ligne de front otanienne de la Baltique à la Mer Noire deviendrait dangereusement irréversible, d’autant que dans le même temps, Kiev et ses milices pronazies ne cessaient de bombarder le Donbass dans l’espoir de provoquer Moscou et de vider cette région de sa population minière et russophone. Cette décision a certainement été jugée d’autant plus nécessaire par Poutine que dès son arrivée au pouvoir, Joe Biden a clairement désigné la Russie (et la Chine populaire) comme un « pays ennemi ». Il en résulte cette offensive portant l’objectif de « démilitarisation » d’un régime armé par les Etats-Unis et leurs affidés.

Et pour compléter cette stratégie de désencerclement, la Fédération de Russie peut, d’une part, s’appuyer (relativement) sur la Chine populaire, elle-même la cible d’une stratégie d’encerclement de la part des Etats-Unis (notamment à travers le « Dialogue quadrilatéral » avec le Japon, l’Australie et l’Inde) ; et, d’autre part, un réseau de coopération diplomatique bilatérale (Israël, Egypte, Arabie Saoudite, Cuba, Venezuela, Vietnam, etc.) ou multilatérale (BRICS[14], Organisation de coopération de Shanghai[15], etc.) relativement efficace. Sur le plan militaire, la Fédération de Russie escompte en outre disposer d’un rapport des forces favorable avec la mise en place des missiles hypersoniques susceptibles de tenir en respect – croit-elle – les missiles atomiques de l’Oncle Sam qui ne cessent de se rapprocher de la ligne de front entre Riga et Constantza.

L’héritage du nationalisme « grand-russien »

Si l’argument sécuritaire, réel et dominant au regard des forces russophobes et nazifiantes opérant à Kiev, prédomine, il ne peut être séparé de l’histoire de la construction nationale de la Russie. Car il serait vain d’ignorer les liens puissants remontant au IXe siècle entre la Russie et l’Ukraine, depuis la construction de la Rus’ de Kiev et son expansion jusqu’aux confins de l’Oural, incluant les principautés de Kiev, Rostov, Novgorod, Smolensk ou encore Riazan. Cette base de construction nationale, interrompue et détruite par l’expansion impériale de Gengis Khan et ses successeurs au XIIIe siècle, fut relancée par la principauté de Moscovie sur les bases de la Rus’ de Kiev, avant de s’étendre vers l’Arctique, le Caucase, l’Asie centrale et la grande Sibérie jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle. Mais le cœur de la Russie demeure l’espace s’étendant de Kiev à Moscou ; un espace reposant sur l’orthodoxie et ce que les théoriciens slavistes appellent « l’âme russe » et qui ne saurait être séparé définitivement. Le simple nom du parti – Russie unie – actuellement dirigé par l’ancien président Dmitri Medvedev, indique déjà la volonté de conserver la main sur ce que les Russes appellent « l’étranger proche », à commencer par la « Russie blanche » (Bélarus) dont l’actuel président Loukachenko est un allié assez solide, et l’Ukraine. Le traumatisme né de l’éclatement de l’URSS, « la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle » selon Poutine, fut de surcroît accru par l’essor des mouvements séparatistes au sein de la Fédération de Russie dans les années 1990, à l’image de la Tchétchénie (où le fondamentalisme islamiste se développait) où Boris Eltsine envoya l’armée en 1994 – avec le soutien de William Clinton – par crainte d’une désintégration de la Russie. Dès lors, la fermeté, que Poutine appliqua à son tour à l’automne 1999 toujours en Tchétchénie, prévalut dans la résurgence du nationalisme grand-russien.

De ce point de vue, les propos de Poutine, affirmant que l’Ukraine est un « pays artificiel » créé par Lénine, renvoient à une vision ancrée dans les milieux conservateurs de la Russie, qu’illustre la doctrine panslaviste développée par Nikolaï Danilevski, auteur de La Russie et l’Europe (1871), ouvrage dans lequel il fixe et fige, donc essentialise, une civilisation slave-orthodoxe opposée à la civilisation germano-romaine : « Pour tout Slave – Russe, Tchèque, Serbe, Croate, Slovène, Slovaque, Bulgare (je voudrais ajouter aussi Polonais !) –, après Dieu et la Sainte Église, l’idée du slavisme devrait être la plus élevée, plus élevée que la liberté, la science, l’instruction, plus élevée qu’aucun bien de ce monde, parce qu’un Slave ne peut obtenir tout cela sans la réalisation de l’idée du slavisme, sans l’existence d’un slavisme indépendant au point de vue intellectuel, national et politique ; au contraire, tous ces biens ne peuvent être obtenus que comme résultat de cette indépendance. L’épisode mahométano-turc dans la question d’Orient est terminé ; les nuages se sont dispersés et les ennemis se présentent face-à-face, le visage découvert, attendant de terribles événements, dont la crainte força les adversaires à faire toutes les concessions possibles, à reculer la solution définitive, tant que Dieu le permettra. Maintenant, une guerre entre la Russie et la Turquie est devenue impossible et inutile ; mais ce qui est possible et inévitable, c’est une lutte entre le slavisme et l’Europe ; cette lutte, naturellement, ne se terminera pas en une année, ne se décidera pas dans une seule guerre ; elle remplira toute une période de l’histoire. Après la dernière guerre russo-turque et après le traité de Berlin, cela est devenu évident. »[16]

 

Tout en adhérant à une vision promouvant implicitement le « choc des civilisations », Poutine épouse la vision d’une histoire de la Russie développée par… Alexandre Soljenitsyne en 1990 (opportunément sorti de l’arsenal idéologique occidental ces derniers temps), ce dernier partageant la même vision nationaliste de l’histoire russe que Poutine :

 

« Je suis moi-même presque à moitié ukrainien et c’est entouré des sons de la langue ukrainienne que j’ai commencé à grandir. Quant à la douloureuse Russie Blanche, j’y ai passé une grande partie de mes années de front et j’ai conçu un amour poignant pour la pauvreté mélancolique de sa terre et la douceur de son peuple. Ce n’est donc pas de l’extérieur que je m’adresse aux uns et aux autres, mais comme l’un des leurs.

Notre peuple n’a été, du reste, séparé en trois branches que par le terrible malheur de l’invasion mongole et de la colonisation polonaise. C’est une imposture de fabrication récente qui fait remonter presque jusqu’au IXe siècle l’existence d’un peuple ukrainien distinct, parlant une langue différente du russe. Nous sommes tous issus de la précieuse ville de Kiev « d’où la terre russe tire son origine », comme le dit la Chronique de Nestor, et d’où nous est venue la lumière du christianisme. Ce sont les mêmes princes qui nous ont gouvernés : Iaroslav le Sage répartit entre ses fils Kiev, Novgorod et toute l’étendue qui va de Tchernigov à Riazan, Mourom et Béloozéro ; Vladimir Monomaque fut en même temps prince de Kiev et de Rostov-Souzdal ; et la même unité se reflète dans les fonctions des métropolites. C’est le peuple de la « Rous » de Kiev qui a créé l’État de Moscovie. Englobés dans la Lituanie et la Pologne, Blancs-Russiens et Petits-Russiens restèrent conscients de leur identité russe et luttèrent pour n’être ni polonisés ni catholicisés. Le retour de ces terres dans le sein de la Russie fut senti par tout le monde, à l’époque, comme une Réunification. »[17]

 

Combattant le nationalisme chauvin grand-russien déjà en son temps, Lénine remarqua toutefois que le droit à la séparation de la nation ukrainienne sur des bases libres – et ainsi, la fin de l’oppression des Grands-Russes sur les Ukrainiens – ne signifiait pas la rupture entre la Grande-Russie et l’Ukraine, tout au contraire :

« L’« Acte universel » sur l’organisation de l’Ukraine promulgué par la Rada centrale d’Ukraine et adopté le 11 juin 1917 par le Congrès des délégués des unités militaires d’Ukraine, constitue une dénonciation directe de cette politique et la preuve tangible de sa faillite. « Sans se séparer du reste de la Russie, sans rompre avec l’Etat russe, est-il proclamé dans cet acte, le peuple ukrainien doit avoir sur son territoire le droit de disposer lui-même de sa propre vie… Toutes les lois visant à établir l’ordre ici, en Ukraine, ne peuvent être promulguées que par notre assemblée ukrainienne ; quant aux lois qui établiront l’ordre sur toute l’étendue de l’Etat russe, elles doivent être l’œuvre d’un parlement de toute la Russie. »

Paroles d’une clarté parfaite. Elles disent avec une précision absolue que le peuple ukrainien ne veut pas actuellement se séparer de la Russie. Il réclame l’autonomie, sans nier le moins du monde la nécessité et l’autorité supérieure d’un « parlement de toute la Russie ». Pas un démocrate, pour ne rien dire d’un socialiste, n’osera contester l’entière légitimité des revendications ukrainiennes. Pas un démocrate, de même, ne peut nier le droit de l’Ukraine à se séparer librement de la Russie : c’est précisément la reconnaissance sans réserve de ce droit, et elle seule, qui permet de mener campagne en faveur de la libre union des Ukrainiens et des Grands-Russes, de l’union volontaire des deux peuples en un seul Etat. Seule la reconnaissance sans réserve de ce droit peut rompre effectivement, à jamais et complètement, avec le maudit passé tsariste qui a tout fait pour rendre étrangers les uns aux autres des peuples si proches par leur langue, leur territoire, leur caractère et leur histoire. Le tsarisme maudit faisait des Grands-Russes les bourreaux du peuple ukrainien, entretenant systématiquement chez ce dernier la haine de ceux qui allaient jusqu’à empêcher les enfants ukrainiens de parler leur langue maternelle et de faire leurs études dans cette langue.

La démocratie révolutionnaire de la Russie doit, si elle veut être vraiment révolutionnaire, si elle veut être une vraie démocratie, rompre avec ce passé, reconquérir pour elle-même et pour les ouvriers et les paysans de Russie la confiance fraternelle des ouvriers et des paysans d’Ukraine. On ne peut pas y arriver sans reconnaître dans leur intégrité les droits de l’Ukraine, y compris le droit de libre séparation. Nous ne sommes pas partisans des petits Etats. Nous sommes pour l’union la plus étroite des ouvriers de tous les pays contre les capitalistes, les « leurs » et ceux de tous les pays en général. C’est justement pour que cette union soit une union librement consentie que l’ouvrier russe, ne se fiant pas une minute, en rien, ni à la bourgeoisie russe, ni à la bourgeoisie ukrainienne, est actuellement partisan du droit de séparation des Ukrainiens, ne voulant pas imposer à ceux-ci son amitié, mais gagner la leur en les traitant comme des égaux, comme des alliés, comme des frères dans la lutte pour le socialisme. »[18]

 

C’est à l’encontre de cette approche patriotique, internationaliste ET populaire que se dressent Vladimir Poutine (par sa décision d’attaquer l’Ukraine), mais aussi et surtout les nationalistes ukrainiens soutenus par les Etats-Unis et l’Union européenne niant l’histoire commune de la Russie et de l’Ukraine, en rendant sciemment « étrangers les uns aux autres des peuples si proches par leur langue, leur territoire, leur caractère et leur histoire ». Et le reproche adressé à la Grande-Russie par Lénine est valable pour le pouvoir euro-atlantique issu de la contre-« révolution » Maïdan puisque, « le 23 février 2014, la loi de 2012 sur les langues régionales est abrogée. La Rada retire ainsi le statut de langue officielle au russe (comme au roumain, au hongrois et au tatar criméen) dans 13 des 25 régions ukrainiennes (essentiellement réparties au Sud et à l’Est du pays). Face à cette mesure législative, l’émotion dans la population russophone d’Ukraine est importante, car de 58 à 91% de la population ukrainienne parle le russe dans les oblasts de Crimée, de Dnipropetrovsk, de Donetsk, de Mykolaïv, de Louhansk, de Kharkov, d’Odessa et de Zaporijia. »[19] Et malgré la non-ratification de la loi, le mal était fait : avec la complicité d’une UE et des Etats-Unis prétendant que Maïdan agissait pour la « démocratie » et les « libertés », les nationalistes ukrainiens indiquaient clairement leur volonté d’opprimer les populations russophones de Crimée (qui opta par référendum pour le rattachement à la Russie en mars).

En réhabilitant le nationalisme chauvin grand-russien, Poutine prend le grave risque de nourrir indirectement le nationalisme fascisant en Ukraine – il est vrai déjà chauffé à blanc par l’Occident et l’OTAN – qui font tout pour rendre de plus en plus étrangers des peuples qui, de fait, entretiennent des liens historiques et culturels forts et puissants et qui, de surcroît bénéficient du soutien financier et militaire des gouvernements réactionnaires et fascisants solidement implantés en Europe. Le risque réside, à terme, dans une dangereuse confrontation en longue durée avec les travailleurs et les citoyens ukrainiens en cas d’enlisement du conflit, alors que jusqu’à l’attaque du 24 février 2022, seuls le gouvernement de Kiev et les ultranationalistes attaquaient férocement les populations russophones de l’Ukraine orientale – et les communistes et progressistes ukrainiens.

 

Entre ambitions néo-tsaristes et « impérialisme du pauvre » ?

Si la Russie des années 1990 émergeant sur les décombres de l’URSS appliqua, sous pilotage états-unien, une « thérapie de choc » libérale catastrophique pour les travailleurs et les citoyens (la terrible crise de l’été 1998 débouchant sur l’effondrement de 50% de la richesse nationale !) mais bénéfique pour les oligarques et les mafias, Vladimir Poutine rompit avec le « tassement national » en se référant au passé du grand Empire russe renversé en mars 1917 pour restaurer la puissance d’un pays traumatisé. C’est en ce sens qu’il expliqua que la disparition de l’URSS avait été « la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle », et il faut insister sur l’adjectif géopolitique : à défaut de reconstituer totalement un Empire néo-tsariste annexant l’« étranger proche », au moins Poutine veut-il s’appuyer sur, d’une part, l’histoire de l’Empire russe et, d’autre part, les oligarques pour exercer une influence accrue auprès des anciennes républiques socialistes soviétiques (RSS) devenues indépendantes. Il lui a toutefois d’abord fallu mettre au pas les oligarques récalcitrants comme Mikhaïl Khodorkovski – scandaleusement présenté comme un « prisonnier politique » par les médias « occidentaux » –, qui espérait poursuivre ses affaires juteuses obtenues sur la base de la corruption tout en acceptant que le groupe qu’il présidait, Ioukos, passe sous le contrôle des capitaux d’ExxonMobil[20]. En un sens, la politique poutinienne relançait et renforçait une Communauté des Etats indépendants (CEI) née sur les décombres de l’URSS, mais sur des bases naturellement fort différentes de la coopération du temps soviétique : dorénavant, les intérêts nationaux de la Russie post-1991, au service de la puissance économique du pays ET des intérêts oligarchiques, prévalaient.

L’un des problèmes majeurs auquel se heurte alors Poutine, et avec lui la bourgeoisie russe nationale et attachée au développement du marché intérieur russe, est l’état des structures productives, notamment industrielles, de la Russie terriblement affaiblie dans les années 1990. Sa volonté de reconstituer une base industrielle nationale – sous le contrôle de l’Etat ou privatisés – se heurtait d’abord à l’urgence de redresser une économie exsangue en s’appuyant sur les revenus de la vente des matières premières, puis au retard technologique et industriel vis-à-vis des Etats-Unis, des principales puissances européennes (Allemagne, Royaume-Uni, France) et même de la Chine. En somme, un capitalisme d’Etat basé sur des accords réciproques de bonne conduite reposant de fait sur le compromis suivant entre Poutine et les oligarques russes : « Ne vous mêlez pas de politique et je garantis votre domination et vos ambitions, mais sous condition d’aider à la reconstruction de la puissance économique du pays ». Car d’ambitions, les oligarques n’en manquent pas aussi bien au sein du pays qu’à l’extérieur : si de grands mastodontes se consolident – notamment dans les énergies, à l’image de Gazprom, société anonyme sous étroit contrôle de l’Etat, et Rosneft, société d’Etat, spécialisées dans l’extraction, la transformation et la distribution de pétrole – tout en diversifiant leurs branches productives (En plus de ses réserves de gaz naturel et du plus grand réseau de gazoducs au monde – 160 000 km –, Gazprom détient des positions dans les banques, l’assurance, les médias, la construction et l’agriculture), des oligarques partent déjà à la conquête de marchés extérieurs, à l’image de Roman Abramovitch, proche de Vladimir Poutine et qui rachète le club anglais de football de Chelsea à l’été 2003.

 

Mais de très loin, outre les banques, c’est dans le secteur énergétique (et au prix d’une grande dépendance envers les cours mondiaux et d’une base industrielle insuffisamment développée et diversifiée) que le pouvoir poutinien mise pour redresser le pays et lui redonner les moyens d’assouvir ses ambitions grand-russiennes sur sa sphère d’influence historique, spécifiquement les anciennes RSS stratégiques : Asie centrale (surtout le Kazakhstan), Caucase, Biélorussie… et Ukraine. Cette dernière constitue un espace stratégique pour l’influence du Kremlin, en particulier dans l’acheminement du gaz vers l’Europe de l’Ouest ; et il n’est pas étonnant qu’une première crise sérieuse débute en janvier 2006 lorsque la Russie coupe le robinet passant par l’Ukraine qui a volontairement gonflé les importations de gaz en provenance de Russie afin de le vendre illégalement à l’Ouest (au lieu de le consommer à des fins domestiques) ; une crise semblable éclate trois ans plus tard, au prix d’ailleurs du transit du gaz en chute dans les anciennes républiques populaires de l’Est. Rien d’étonnant à ce que la crise éclate à ce moment : la « révolution orange » de 2004, copieusement financée par les Etats-Unis, a favorisé l’arrivée au pouvoir de Viktor Iouchtchenko, partisans acharné d’un rapprochement avec « l’Occident ». Ainsi, « selon le journal britannique The Guardian, le gouvernement des États-Unis a dépensé 14 millions de dollars pour organiser la révolution orange, et plusieurs autres organisations américaines, notamment le parti démocrate et le parti républicain, y ont contribué. »[21] En outre, « en décembre 2004, Madeleine Albright, à la tête du National Democratic Institute, finance à hauteur de 65 millions de dollars signé par le gouvernement américain pour le renversement du président, Leonid Koutchma. L’Ukraine vit à l’heure du mouvement Pora. Pendant un mois, des milliers de tentes s’installent dans le centre-ville. Kiev est paralysé. Viktor Iouchtchenko est « démocratiquement » élu lors d’une nouvelle élection présidentielle »[22]. Ces manigances avaient d’ailleurs été testées auparavant à Belgrade et à Tbilissi à travers la « révolution des roses », tant adulée par Raphael Glucksmann qui devint le conseiller du nouveau président Saakachvili de 2005 à 2012…

         Ainsi, si la Russie poutinienne cherche à restaurer une influence impériale dans la lignée de l’Empire tsariste, elle le fait sous la pression croissante d’un hégémonisme états-unien massif et dévorant, ne cessant d’étendre son influence jusqu’aux frontières de la Fédération, l’administration Bush jouant un rôle central dans cette politique. A ce sujet, le cas ukrainien est assez éclairant. A la suite de la prétendue « révolution orange » de 2004, la Russie opte pour le projet de construction du gazoduc South Stream pour relier la Russie à l’Italie via la mer Noire et les Balkans, tout en contournant l’Ukraine perçue désormais comme trop hostile ; et parallèlement, le projet de North Stream reliant la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique, acté dès la fin des années 1990, est mis en chantier. Car l’Ukraine commence déjà à s’éloigner de la Russie, qui tire les leçons d’une indispensable diversification de ses chemins de transit pour satisfaire les intérêts de ses groupes capitalistes. Et si l’Ukraine expédie 30% de ses exportations en Russie en 2011, l’affaire criméenne de 2014 accentue le divorce en poussant le nouveau pouvoir en place à Kiev, arrivé à la suite de la contre-« révolution Maïdan », à accélérer l’européanisation et l’atlantisation de l’Ukraine[23]. Les médias aux ordres ont dès lors beau jeu de faire reposer la faute de cette situation à la Russie à la suite de l’autodétermination des Criméens désireux de rejoindre la Fédération : après tout, la soi-disant « annexion » de la Crimée par la Russie n’est-elle pas le résultat de l’arrivée d’un pouvoir attaquant d’emblée les populations russophones ? A quoi s’ajoute la crainte de voir s’installer alors des bases militaires américaines à Sébastopol, dont l’utilisation de la base navale est promise à la Russie par les accords de Kharkov signés en avril 2010 (contre des rabais importants sur le gaz russe). Difficile de nier cependant que le champ de gaz criméen laisse insensible Poutine et les oligarques… tout comme il est difficile de nier que la mer Noire constitue un « grand jeu gazier » pour les majors états-uniennes et européennes puisque « la poussée de l’Ukraine vers la mer Noire a attiré des majors de l’énergie en tant qu’investisseurs, notamment Exxon Mobil, Royal Dutch Shell, ENI et OMV » ; et inutile de préciser qu’Exxon Mobil se montre alors particulièrement efficace[24]… En outre, « la famille Biden, et notamment le fils du président américain, a des intérêts directs dans la principale entreprise gazière ukrainienne Burisma. Hunter Biden en ayant été l’un des administrateurs nommés immédiatement après le putsch d’euro Maïdan, et ce au moins jusqu’en 2019. »[25]

 

L’offensive impérialiste a bien commencé il y a huit ans en Ukraine, sous l’impulsion centrale des Etats-Unis, à laquelle répond aujourd’hui, bien plus qu’une contre-offensive néo-tsariste, une offensive contre-hégémonique de la part de Russie. Car il est douteux que « les oligarques » aient déterminé l’offensive sur l’Ukraine qui, de manière prévisible, ne pouvait que déboucher sur d’énormes sanctions économiques… et sur la confiscation des biens oligarchiques détenus en Occident, par exemple à Monaco et sur la Côte d’Azur. Un certain nombre d’oligarques constitue en effet la cible des attaques économiques menées par le bloc euro-atlantique, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, partisan du « nouvel Empire » européen, déclarant même la « guerre économique et financière totale » avant de rétropédaler piteusement[26] : Roman Abramovitch a été contraint de se mettre en retrait de la tête du club de football de Chelsea, tandis qu’« un autre milliardaire russe, Oleg Tinkov, fondateur de la banque Tinkoff, a également critiqué l’invasion de l’Ukraine dans un message publié ce lundi. « Aujourd’hui, en Ukraine, des innocents meurent chaque jour, c’est impensable et inacceptable ! », a-t-il affirmé sur Instagram, appelant à « dépenser de l’argent pour soigner les gens, pour la recherche afin de vaincre le cancer, et non pour la guerre ». Dimanche, c’est le milliardaire russe Mikhaïl Fridman qui a dénoncé la guerre en Ukraine dans une lettre aux employés de son fonds LetterOne. « Je suis convaincu que la guerre ne peut jamais être la réponse. Cette crise va coûter des vies et ravager deux nations sœurs depuis des centaines d’années », a-t-il écrit, se disant désireux que s’achève cette « effusion de sang ». »[27] Difficile de voir dès lors dans l’intervention en Ukraine une guerre impérialiste soutenue par les oligarques proches du Kremlin, d’autant plus qu’en dépit des sanctions visant certains secteurs économiques de la Russie (et non sans effet), les rapports économiques ne sont pas totalement rompus entre les pays d’Europe et la Russie sont loin d’être rompus puisque « la crise diplomatique met au jour la dépendance extrême de l’Europe à ce combustible fossile [le gaz] en provenance de Russie, notamment pour alimenter l’Allemagne et l’Autriche. »[28]

 

           Car si l’Ukraine a cherché à diversifier ses échanges économiques (au détriment de la Russie poutinienne), elle a ouvert la voie aux intérêts impérialistes essentiellement états-uniens, tout heureux d’étendre leur hégémonisme sans fin jusqu’aux portes de la Fédération de Russie qui, bien que mue par de réelles ambitions néo-tsaristes, ne peut opter que pour un « impérialisme du pauvre », sur des bases avant toute défensives et anti-hégémoniques car obéissant à une stratégie de désencerclement vis-à-vis de l’expansionnisme états-unien (qui bénéficie du soutien de l’UE). C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’analyse de Georges Gastaud au sujet de la guerre d’agression afin de déterminer les responsabilités des acteurs :

 

« La Russie postsoviétique de Poutine est un État capitaliste, contre-révolutionnaire et bourgeois, voire, par certains côtés, oligarchique, qui opprime, notamment, les communistes russes (lesquels ne commettent pas pour autant la faute grossière de soutenir les Etats-Unis et l’OTAN). Dans ces conditions, aucune raison d’idéaliser Poutine ou de confondre l’actuelle Russie, dont les chefs sont tous compromis dans la destruction antidémocratique de l’URSS (en 1990, 76% des Soviétiques avaient voté par référendum pour le maintien de la Fédération soviétique et que leur volonté a été violée par les Eltsine, Kravtchouk et autres traîtres à leur serment communiste de servir l’URSS jusqu’à la mort). Nous ne garantissons donc nullement que l’État bourgeois russe, s’il en avait les moyens[29], ne mènerait pas une politique impérialiste qu’il faudrait alors condamner sans souci du fait que cet État règne sur la majorité du territoire de l’ex-URSS. Mais cela ne signifie aucunement qu’il faille considérer la Russie comme l’État agresseur de l’Ukraine, ni qu’il faille renvoyer dos à dos la Russie et le bloc hégémonique-impérialiste formé par l’Axe Washington-Berlin avec l’appui russophobe hystérique du bloc anglo-saxon (USA, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande…). En effet, dans cette affaire précise, ce sont bien les troupes de l’OTAN qui enserrent la Russie des pays baltes à la Mer Noire et qui essaient d’annexer l’Ukraine, et s’ils le peuvent ultérieurement, la Biélorussie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, comme ils ont précédemment annexé l’ensemble de l’ex-Europe de l’est (Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Pologne, Tchécoslovaquie, ex-Yougoslavie) et une partie de l’ex-URSS (les anciennes républiques soviétiques de Lettonie, Lituanie et Estonie). Tout cela, rappelons-le, en violation flagrante des promesses faits par Washington et Berlin, avec la garantie de Paris, lorsqu’a été décidée la « réunification allemande » et que les Occidentaux avaient juré à Gorbatchev, dont la sottise politique et la veulerie personnelle l’ont alors disputé à la félonie, de ne pas s’étendre à l’Est. »[30]

 

On se retrouve donc confronté au mieux à un combat inégal entre l’hégémonisme états-uniens et une Russie capitaliste exprimant un « impérialisme du pauvre », au pire à un combat de désencerclement contre-hégémonique (s’appuyant sur le passé impérial et antifasciste) face à un hégémonisme états-unien qui, avec l’aide de ses supplétifs européistes et fascisants, s’étend toujours plus loin. C’est en ce sens qu’il faut établir des distinctions – et non mettre au même plan tous les acteurs de la guerre en Ukraine – en tenant compte du contexte structurel actuel de grand déséquilibre largement favorable aux Etats-Unis. Une démarche intellectuelle semblable fut entreprise par Mao Zedong dans une directive intérieure au Parti communiste chinois (PCC) publiée le 25 décembre 1940 :

 

« Bien que le Parti communiste soit contre tout impérialisme, il faut cependant faire une distinction entre les impérialistes japonais qui ont entrepris une agression contre la Chine, et les autres impérialistes qui ne se livrent pas actuellement à une agression ; il faut également faire une différence entre les impérialistes allemands et italiens qui ont conclu une alliance avec le Japon et reconnu le Mandchoukouo et les impérialistes anglais et américains qui s’opposent au Japon ; il faut aussi faire une distinction entre l’Angleterre et les Etats-Unis de la période où ils pratiquaient la politique de Munich pour l’Extrême-Orient et nuisaient à la Chine dans sa lutte contre les envahisseurs japonais, et l’Angleterre et les Etats-Unis d’aujourd’hui, qui ont renoncé à cette politique et aident la Chine dans sa lutte de résistance.

Nos principes tactiques consistent de même à tirer profit des contradictions, à gagner la majorité, à lutter contre la minorité, à anéantir les adversaires un à un. En politique extérieure, nous différons du Guomindang. Le Guomindang prétend : « Il n’y a qu’un seul ennemi, tous les autres sont des amis » ; il donne l’impression de traiter tous les pays, à l’exception du Japon, sur un pied d’égalité, mais il s’oriente en fait vers l’Angleterre et les Etats-Unis.

Quant à nous, nous devons faire des distinctions. La première, entre l’Union soviétique et les pays capitalistes ; la deuxième, entre l’Angleterre et les Etats-Unis, d’une part, l’Allemagne et l’Italie, d’autre part ; la troisième entre les peuples d’Angleterre et des Etats-Unis et les gouvernements impérialistes de ces deux pays ; la quatrième, entre la politique de l’Angleterre et des Etats-Unis à l’époque du Munich d’Extrême-Orient et leur politique actuelle. C’est sur ces distinctions qu’est fondée notre politique. »[31]

 

Démarche intellectuelle analogue, mais contexte totalement différent interdisant la comparaison. Car en 1940, l’écart de puissance entre les impérialismes japonais, allemand, anglais et états-unien est infiniment moindre que celui entre l’hégémonisme états-unien et la nostalgie tsariste poutinienne. Et pour cause : les institutions financières internationales (IFI), largement dominées par le « consensus de Washington », n’existent pas, et les Etats-Unis ne sont pas encore implantés dans le reste du monde, se concentrant avant tout sur la chasse gardée latino-américaine ; ils en tirent d’ailleurs les leçons après la guerre en décidant de s’étendre, notamment en Europe, au Moyen-Orient et en Asie orientale. En ce sens, impossible de comparer l’Ukraine à la Chine, la Russie au Japon et les Etats-Unis de 2022… aux Etats-Unis de 1940, qui sont restés passifs face à l’expansionnisme agressif nippon depuis 1931 ; à l’inverse, comment ne pas voir l’expansionnisme agressif états-unien en Europe de l’Est depuis l’implosion de l’URSS ? En revanche, l’analogie opère facilement, d’autant plus que la guerre a débuté en 2014 en Ukraine – et ainsi, renvoyant à l’analyse sur la guerre d’agression citée précédemment. De la même manière, une comparaison entre les situations de 2022 et de 1914, qui assimilerait l’Ukraine à la Serbie et la Russie à l’Autriche-Hongrie, est tout autant inexacte ; car outre le bien moindre différentiel de puissance entre les impérialismes de l’époque (la Russie étant d’ailleurs l’objet des offensives bancaires françaises, britanniques et allemandes), ce serait oublier qu’il n’y avait pas de guerre en Serbie en 1914, ni de populations germaniques sur son sol victimes de violences commises par des milices serbes.

En réalité, la situation la plus proche historiquement de ce qui se déroule actuellement en Ukraine serait la guerre menée par l’URSS contre la Finlande à partir de novembre 1939, Staline souhaitant créer une zone-tampon pour protéger Leningrad, très proche de la frontière, d’une éventuelle attaque de l’Allemagne nazie – et ce, après l’échec de pourparlers face au refus finlandais d’accéder à cette demande[32]. Président de la Finlande en septembre 1963 après avoir été un grand partisan de la guerre contre l’URSS, Urho Kekkonen déclara : « Maintenant, plus de 20 ans après, si nous nous mettons dans la position de l’Union soviétique, puis en considérant l’attaque allemande en 1941, alors les considérations qu’avaient, et que se devaient d’avoir les Soviétiques quant à leur sécurité à la fin des années 1930, deviennent compréhensibles. »[33]

 

Rien ne serait cependant plus faux que d’estimer que la Russie capitaliste n’a aucun intérêt impérial dans son étranger proche, à l’image de l’Asie centrale au cœur d’un « grand jeu » du fait de l’édification des « nouvelles » « routes de la soie » entraînant une rivalité avec la Chine populaire et les Etats-Unis. Cela pousse Moscou à soutenir des régimes corrompus et n’hésitant pas à réprimer les révoltes populaires de travailleurs comme au Kazakhstan en janvier dernier, même si l’agitation est toujours appuyée par des forces étrangères hostiles à la Russie :

 

« Au Kazakhstan la situation est grave et le sang coule. A la suite de grève lancée dans le secteur pétrolier et d’une profonde colère populaire en raison de la hausse des prix du gaz, alors que la fin de l’URSS et la contre-révolution capitaliste a plongé les travailleurs de cette ex-république soviétique dans la misère. Et fait la fortune des oligarques et multinationales – y compris occidentales – pillant le pays. Les manifestations ont commencé dans la ville de Janaoen au sud-ouest du pays le 2 janvier avant d’atteindre la capitale Almaty le 4 janvier. […]

Dans ce contexte et selon certaines informations, des forces extérieures tenteraient d’intervenir dans la mobilisation populaire kazakh. Il est ainsi rapporté des actions de communication sur les médias sociaux. Un certain nombre de groupes et des forums publics Telegram et WhatsApp auraient ainsi été parrainés depuis les pays baltes, la Pologne et l’Ukraine. On retrouve facilement de telles interventions sur twitter (par exemple ici https://twitter.com/lipschz) De fait, et comme l’indique la prise de position officielle de Washington ce soir, il est très probable que l’Axe impérialiste Etats-Unis-OTAN-UE, qui n’a eu de cesse que de faire monter le niveau de tension sur le front occidental de la Russie, de l’Ukraine à la Biélorussie en passant par la Géorgie et l’Arménie, puissent chercher  à influencer le cours des protestations au Kazakhstan en imposant son agenda politique. Cela bien que les événements aient été spontanés, avec des possibilités de menaces voir de tentative de prise de contrôle de la direction des mouvements par des forces oligarchiques. […]

Ce contexte géopolitique ne retranche rien à l’expression de la solidarité internationaliste de l’ensemble des travailleurs auprès des légitimes revendications sociales des travailleurs kazakhs, dont les communistes avec le PRCF se font évidemment l’écho en France. On soulignera également combien est légitime et urgente la nécessité de la relégalisation du parti communiste kazakh, interdit et réprimé par le clan Nazarbaiev pour pouvoir mettre en coupe réglée le pays au profit des oligarques et des multinationales. Il invite cependant à ce que chacun reste vigilant pour, dans le même mouvement, dénoncer les fauteurs de guerres et manipulateurs impérialistes qui voudrait déstabiliser Almaty pour mieux relancer leur offensive guerrière contre les peuples russe et chinois. Une déstabilisation et un coup de force impérialiste ne pouvant évidemment qu’aggraver la situation d’exploitation des travailleurs du Kazakhstan. »[34]

 

Nouvel exemple, au passage, des déstabilisations menées par l’Axe Etats-Unis-OTAN-UE sans discontinuer. Et nouvelle illustration également d’un autre élément central dans la politique poutinienne – et dans les anciennes RSS et républiques populaires d’Europe de l’Est : la soviétophobie pouvant, par confusion avec la russophobie, se retourner contre Poutine.

 

 

Poutine face au dilemme du passé soviétique et du présent communiste

Les médias aux ordres n’auront pas relevé ce passage du discours de Poutine du 20 février 2022 annonçant la reconnaissance de l’indépendance des républiques de Lougansk et de Donetsk, mais le président de la Fédération de Russie s’est livré à une nouvelle diatribe contre les bolcheviques dont il a le secret. Il s’agit alors « des récriminations classiques de Poutine au sujet de Lénine, à qui est – anachroniquement – reproché d’avoir administrativement séparé l’Ukraine de la Russie en deux républiques distinctes. »[35] Mais au-delà de cette attaque contre la politique bolchevique au sujet des nationalités – qui, répétons-le, n’encourage pas un devoir de séparation mais un droit sous-tendu par l’objectif final de la marche vers le socialisme –, Vladimir Poutine se retrouve confronté à un véritable dilemme en ce qui concerne l’attitude à tenir face au communisme, véritable poison pour Poutine qui peut compter sur le soutien des oligarques misant sur lui pour chasser les fantômes du passé et le spectre du présent.

 

En effet, le premier réflexe et la première analyse évidente est l’anticommunisme de Poutine, qui se manifeste spectaculairement sur le plan intérieur. Ainsi, fin septembre 2021, le pouvoir au Kremlin réprima sévèrement les camarades du Parti communiste de la Fédération de Russie (PCFR) – sans que cela émeuve les grands « défenseurs du monde libre occidentaux » – constituant la première force d’opposition dans le pays : « vendredi 24 septembre, une série d’arrestations de membres du Parti communiste de la Fédération de Russie et d’activistes publics a eu lieu à Moscou. L’attention des représentants des forces de l’ordre a été attirée par ceux qui ont participé à la réunion avec le député de la Douma d’État V.F. Rashkin à la suite des résultats des élections, qui ont eu lieu le 20 septembre. De fait, le parti communiste, principale et première force d’opposition arrivée par exemple en tête dans les urnes à Moscou avant que d’étranges publications de votes électroniques ne le fassent reculer, conteste les publications de résultats des élections faites par le régime Poutine. »[36] C’est que l’oligarchie russe enrichie sous la période post-soviétique à la suite de la « thérapie de choc » appliquée par le gouvernement Gaïdar espère ne plus subir le « péril rouge » que Gorbatchev puis Eltsine avaient – difficilement – fait refluer. Et de ce point de vue, la hantise domine les esprits des oligarques liés à Poutine, d’autant plus que la nostalgie de l’URSS ne cesse de progresser dans le pays, comme le révéla l’institut de sondage Levada en mars 2019 en montrant que « près des trois quarts des Russes ont une opinion positive de Staline » car ce dernier « commence à être perçu comme un symbole de justice et une alternative au gouvernement actuel, vu comme injuste, cruel et sans égards pour la population »[37]. « Et si l’autoritarisme poutinien cherche à contenir le spectre, il ne peut empêcher le communisme de continuer à exercer son influence dans un pays où les attaques contre les travailleurs se multiplient, comme lorsque Poutine augmente le départ de l’âge à la retraite de 55 à 63 ans pour les femmes. »[38]

Il n’est d’ailleurs pas impossible que Poutine ait perçu la possibilité de resouder une population de plus en plus contestataire à l’encontre de ses mesures intérieures répressives et libérales à travers l’attaque contre l’Ukraine. Mais au risque de se retrouver, malgré lui, en restaurateur de la mémoire de l’URSS se défendant contre les agressions extérieures. Et de fait, le thème de la « Grande Guerre patriotique » demeure très mobilisateur dans la mémoire collective, notamment auprès de soldats affrontant avec détermination – et parfois en arborant le drapeau rouge comme à Melitopol[39] – l’armée ukrainienne et les milices paramilitaires de Kiev se réclamant ouvertement de Stepan Bandera, collaborateur ukrainien pro-nazi. Thème jugé « délirant » et « hors-sujet » par les médias aux ordres français (et « occidentaux ») versant dans la russophobie toujours frénétique et fanatique, et qui correspond pourtant à une réalité que Poutine dénonce en évoquant la nécessaire dénazification de l’Ukraine : la fascisation en cours sur le continent européen, à commencer par l’Ukraine. Une fascisation qui n’est pas sans conséquence internationale, comme l’illustre le refus des Etats-Unis et de l’Ukraine (et l’abstention des pays de l’UE) d’adopter un projet intitulé « Lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée. » La raison ? « L’auteur du texte manipule les récits historiques et cherche à faire de la provocation politique, a accusé la délégation qui a vu dans cette résolution une glorification du Stalinisme qui a commis des crimes du même ordre contre des pays entiers. »[40]

 

En somme, la Russie procéderait à un « révisionnisme » de l’histoire selon les médias, « experts » et autres « universitaires » euro-atlantiques. Occultant ainsi la réalité, à savoir que ce sont bien l’UE et les Etats-Unis qui réécrivent l’histoire, à l’image de l’infâme résolution adoptée par le Parlement européen le 19 septembre 2019 assimilant le communisme au nazisme et affirmant que LA cause du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale est la signature du pacte germano-soviétique. Un texte diffamatoire et mensonger que, contrairement à la coalition anticommuniste RN-LR-LREM-PS-EELV, ne put voter le député italien du Parti démocrate, Massimiliano Smeriglio : « « Je n’ai pas voté pour le texte qui rend équivalents le nazisme et le communisme. Je n’ai pas voté en sa faveur parce qu’il s’agit d’un texte confus et contradictoire. Je ne l’ai pas voté parce que l’histoire n’a pas à être contrainte dans une construction parlementaire dont le seul but est de la tirer à soi de tous côtés pour aboutir ensuite à un étrange œcuménisme où tout devient semblable. Je n’ai pas voté ce texte parce qu’il n’est pas vrai que la Seconde Guerre mondiale est née avec le pacte Molotov-Ribbentropp, ses causes sous-jacentes devant éventuellement être recherchées dans les conditions de la paix punitive de Versailles à la fin de la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, ces causes doivent aussi être recherchées dans la complicité silencieuse avec laquelle l’Etat libéral a permis le développement du fascisme et du national-socialisme contre le mouvement ouvrier. Je n’ai pas voté pour ce texte parce que, dans un tel document, on ne peut pas ne pas traiter sérieusement de la Shoah, c’est-à-dire la volonté d’exterminer des membres de la religion juive, les Roms, les Sinti, les homosexuels et les opposants politiques. Je ne l’ai pas voté parce que les démocraties occidentales, nos démocraties, celles qui sont nées en 1945, doivent remercier aussi bien les Anglo-Américains que les formations résistantes et l’Armée rouge pour leur victoire finale. Telle est la vérité historique.

Je n’ai jamais été prosoviétique, je viens de la culture libertaire, je me suis réjoui de la chute du Mur, j’ai manifesté contre Tiananmen, je me suis battu contre le socialisme réel et ses horreurs, mais tout cela n’a rien à voir avec le jugement politique et historique sur le début et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et cette rigueur, nous la devons à nous-mêmes pour pouvoir marcher debout et nous la devons aux millions de victimes qui se sont battus pour arrêter et vaincre Hitler et Mussolini. »[41]

 

Un révisionnisme historique qui produit ses effets dans de nombreuses villes du pays, comme l’illustrent la floraison des noms de rues en hommage à Stepan Bandera[42] ainsi que ces témoignages recueillis dans les rues de Lvov : « Kyrilo enchaîne les figures acrobatiques sous la protection de Stepan Bandera. À 17 ans, il est l’aîné de la petite bande qui a fait de cette esplanade de la ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, son skatepark de fortune. Là où se dresse la statue du leader des nationalistes ukrainiens dans les années 1930 et 1940, figure controversée dont l’organisation avait brièvement combattu mais aussi collaboré avec l’Allemagne nazie. Pour ce lycéen, Stepan Bandera est un « héros », un « résistant », un « pionnier », le « parrain » du nationalisme ukrainien. Il « s’est battu toute sa vie pour l’Ukraine » tranche Igor, directeur marketing de 34 ans, qui demande à sa petite amie, Olha, de le photographier devant le monument. »[43] Réalité factuelle et concrète que l’existence de milices néonazies paradant dans les rues ukrainiennes[44] ; réalité ignorée par nombre de « défenseurs de la liberté » qui n’ont jamais été avares de contradictions, à l’image du pseudo et inénarrable « philosophe » Bernard Henri-Lévy (BHL) encore une fois sur le devant de la scène afin de mener la meute des va-t-en-guerre contre la Russie (au point de provoquer l’ire et le départ précipité de l’ancien ministre des Affaires étrangères et Premier ministre, Dominique de Villepin, du plateau de propagande de France 2 le jeudi 24 février au soir[45]) ; mais avec BHL, la prudence est toujours l’attitude minimale à adopter pour celui qui, avant d’appeler à saccager la Yougoslavie, l’Irak, la Syrie ou la Libye, s’était enturbanné dans les années 1980 auprès des moudjahidines (vivier des futurs talibans) quand l’URSS vint au secours du gouvernement Najibullah en Afghanistan, la presse française évoquant alors un « combat pour la liberté » aux côtés des fous de Dieu…[46]

On doit souligner les contradictions propres au pouvoir poutinien du fait de sa tolérance envers l’existence de mouvements fascistes voire néonazis en Russie même, dont certains membres sévissent au sein de milices à l’image de l’Armée russe orthodoxe, un groupe rebelle ukrainien constitué en mai 2014 dans le cadre de la guerre du Donbass, ou encore l’Unité nationale russe fondée en 1990 par l’ultranationaliste Alexandre Barchakov, se réclamant du néonazisme et de l’antisémitisme et dont des membres ont rejoint les forces pro-russes lors de la guerre du Donbass sous le commandement de Pavel Goubarev. De la même manière doit être signalée l’activité du groupe Wagner, société privée par un ancien militaire ayant officiée au sein de l’armée officielle russe, Dmitri Outkine, un nostalgique du Troisième Reich : si ce groupe officie essentiellement en Afrique et a agi en Syrie, on le retrouve également dès le déclenchement de la guerre du Donbass. Il est évident que la présence de tels éléments est insupportable pour les communistes et doit être combattue de toutes leurs forces, d’autant plus que ces néonazis commettent des crimes contre les étrangers, les non-orthodoxes et les forces progressistes et communistes en Russie.

 

Nous somme l’étincelle. Tag communiste

Cependant, la comparaison entre la Russie et l’Ukraine se heurte aux dynamiques politiques totalement opposées : tandis que l’Ukraine (tout comme les pays baltes) s’enfonce dans la fascisation symbolisée par les noms de rues rendant hommage à Stepan Bandera et délégalise le parti communiste ukrainien (PCU), le PCRF est le principal parti d’opposition à Vladimir Poutine, bien contraint de s’appuyer sur cette force dérangeante qui, de manière indirecte, est utile pour faire face à la russophobie galopante – et cela d’autant plus que le fascisant parti de Jirinovski, vitrine électorale de l’extrémisme de droite, a perdu les dernières élections russes. Car derrière l’anticommunisme exprimé à grande échelle se trouve, de fait, une offensive contre la Russie ainsi que sa politique étrangère, comme le montre le refus américano-ukrainien d’adopter le texte condamnant le nazisme et le racisme à l’ONU. Ainsi, paradoxalement, le communisme et le passé soviétique constituent des alliés objectifs pour Poutine pour résister à l’agression croissante de l’Axe euro-atlantique, quels que soient les sentiments et la répression anticommunistes frappant les camarades du PCFR. Il en résulte la position de ce dernier au sujet de l’attaque russe : « Pendant toutes ces années, le KPRF a été guidé par les idées d’amitié historique et de fraternité de nos peuples, a exposé l’essence fasciste de l’idéologie bandériste et a démontré la nature anti-démocratique du régime de Kiev. Nous avons défendu le droit des habitants du Donbass à la vie et à la dignité, à la langue russe et à leur culture, à la reconnaissance de leur jeune statut d’État. Les volontaires communistes ont combattu dans les tranchées dans la ligne de feu et sont morts sous le feu des formations nazies. Le KPRF a envoyé 93 convois d’aide humanitaire aux Républiques de Donetsk et Lougansk, a mis en œuvre le programme « Les enfants de Russie aux enfants du Donbass » année après année. Comprenant les raisons de l’opération spéciale en Ukraine, le KPRF appelle les autorités de la Fédération de Russie à prendre des mesures complètes et persistantes pour protéger la population civile, y compris contre les éventuelles provocations des bandes fascistes. Nous considérons qu’il est extrêmement important de mettre en œuvre les plans de démilitarisation de l’Ukraine, en évitant les pertes au sein de l’armée ukrainienne et en apportant tout le soutien nécessaire à ceux qui ont déposé les armes. »[47] Et notons que le PCU ciblait lui aussi, le 23 février 2022 – certes, avant l’attaque du 24 février – le comportement belliciste de l’Axe euro-atlantique, et nullement la Russie.

 

 

La guerre en Ukraine, symbole du choix entre « le socialisme ou la mort ! »

Nombre de partis communistes dans le monde et de pays n’ont pas condamné l’attaque de la Russie, voire parfois (très rarement cependant) l’ont soutenue sans nuances, car percevant que la question centrale réside dans l’expansion infinie du bloc euro-atlantique à travers sa machine de guerre otanienne, au risque de provoquer une déflagration autrement plus dramatique que lors des guerres ayant déjà détruit des pays comme la Yougoslavie, la Libye ou l’Irak – ce que la carte du monde au sujet du vote de la résolution de l’ONU démontre clairement, à l’image du choix symbolique de l’Inde[48]. Le PRCF a clairement refusé le « ni-ni » et l’équidistance de confort et il a clairement dénoncé l’UE-OTAN comme l’instigatrice profonde du « conflit de haute intensité » que notre propre état-major a annoncé, planifié et revendiqué bien longtemps avant l’offensive poutinienne. Pour autant, le PRCF ne s’est pas aligné sur Poutine, d’une part en raison de la nature contre-révolutionnaire déclarée de son régime, mais aussi des forts doutes que l’on peut avoir à ce stade sur la capacité de l’offensive russe de l’emporter rapidement et de ne pas précipiter cela même qu’elle dit vouloir éviter : la consolidation belliqueuse du bloc UE-OTAN, voire l’entrée dans ses rangs de la Finlande et la Suède – justifiant l’emploi des mots « disproportionné » et « inconsidéré » dans la déclaration faite en urgence par le secrétariat national du PRCF. Une déclaration dont le centre de gravité n’en demeure pas moins la dénonciation de la responsabilité principale du bloc euro-atlantique dont l’impérialisme français est partie prenante et dont il espère l’accélération clairement antinationale et antisociale du « saut fédéral européen ». Mais il est indéniable qu’en faisant le choix d’une guerre dont l’enlisement potentiel pourrait se révéler très meurtrier pour les populations civiles et, au total, faciliter les manœuvres occidentales de déstabilisation de la Russie elle-même, Poutine a pris une grave décision dont nombre de gouvernements (dont celui de la Chine populaire) comprennent le risque d’une fatale escalade vers la guerre nucléaire. Une guerre qui entraînerait l’extermination du genre humain combattue par le PRCF depuis des décennies, ainsi que cet hégémonisme euro-atlantique que nous démasquons depuis toujours comme l’ennemi principal, non seulement de la paix mondiale, mais de notre propre pays menacé d’euro-dislocation fascisante.

De fait, le conflit en Ukraine peut œuvrer à une prise de conscience salutaire que face au choix radical que signalait déjà, après Engels, Rosa Luxemburg en son temps : socialisme ou barbarie. La source principale de la barbarie, sinon la seule, est générée par l’hégémonisme euro-atlantique s’appuyant sur l’Axe mortifère OTAN-UE et ses supplétives milices néonazies semant la terreur et le chaos en Europe, surtout dans les anciennes démocraties populaires, mais aussi envers tous les pays s’opposant aux attaques du capitalisme-impérialisme sous domination états-unienne. Elle favorise les décisions aux conséquences potentiellement gravissimes pour l’avenir de la planète, à l’image du risque pris par Vladimir Poutine dans des conditions où l’Occident a tout fait pour couper toute voie de négociation sur la neutralisation militaire de l’Ukraine. Elle démontre surtout que l’avenir de l’humanité et la paix ne sauraient être garanties autrement que par des partis communistes au pouvoir, en rupture complète avec l’ordre capitaliste mondialisé et qui œuvreraient à la coopération internationale et pacifique sur des bases souveraines, égalitaires et réciproques, et certainement de l’exploitation et de la domination impérialistes. S’agissant de la France, la guerre en Ukraine démontre qu’il n’y a pas d’autre alternative entre, d’une part, la dislocation définitive de la France dans « l’Etat fédéral européen » (Olaf Scholz) en gestation et solidement arrimé au belliciste « Otancident » (OTAN et Occident) poussant au désastreux « choc des civilisations » théorisé par Samuel Huntington ; et d’autre part, l’indispensable sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN ET du capitalisme mortifère, le Frexit progressiste vital pour la sauvegarde de la souveraineté nationale et populaire, mais aussi et surtout de la paix ainsi que la construction du socialisme. C’est cette juste voie que notre PRCF continue d’explorer dans l’unité, avec courage et sang-froid.


 

[1] https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/sur-la-situation-en-ukraine-declaration-du-secretariat-national-du-prcf/

 

[2] Expression du journaliste et polémiste états-unien Walter Lippmann qui, depuis son chaud bureau de New York, ne goûtait pas aux « joies » de la « guerre froide » que constituaient le bombardement massif de la Corée, la guerre d’Indochine, la guerre civile en Chine ou en Grèce ou encore les coups d’Etat militaires contre les régimes souverains anti-impérialistes d’Amérique latine.

 

[3] Ce qui n’empêche pas les manuels scolaires et nombre d’enseignants de répéter benoîtement qu’il n’y a jamais eu d’« affrontement direct » entre les Etats-Unis et l’URSS…

 

[4] Lire Anatoli Chouryguinine, Youri Korablev, La guerre de 1918-1922. Quatorze puissances liguées contre la Révolution russe, Moscou, Editions du Progrès, 1977 ; Paris, Delga, 2017.

 

[5] Ligne fixée par le ministre des Affaires étrangères Lord Curzon au moment du conflit russo-polonais, traçant une frontière entre les deux pays finalement décalée de 150 kilomètres vers l’est par le traité de Riga.

 

[6] Pacte que rejoignirent par la suite l’Italie de Mussolini, la Hongrie ou encore l’Espagne de Franco.

 

[7] https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/il-y-a-80-ans-le-pacte-germano-sovietique-un-symbole-de-lhistoire-detournee-par-les-reactionnaires/

 

[8] Pacte instauré de fait par le Royaume-Uni en 1955 et que rejoignirent les Etats-Unis en 1958.

 

[9] Au sujet de l’Amérique latine, lire John Dinges, Les années Condor, Paris, La Découverte, 2005.

 

[10] Théorie que formula Eisenhower en 1954 alors que les gouvernements colonialistes de France s’enlisaient en Indochine face au Vietminh.

 

[11] Conférence sur l’unification allemande, avec la participation de la RFA et de la RDA, ainsi que des États-Unis, de l’URSS, du Royaume-Uni et de la France.

 

[12] https://histoireetsociete.com/2022/02/20/les-medias-ont-trouve-un-document-garantissant-la-non-extension-de-lotan-a-lest/

 

[13] https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/ukraine-accord-de-minsk-2-15-fevrier/

 

[14] https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/brics-lautre-denominateur-commun/

 

[15] https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/vers-le-grand-basculement-geopolitique-locs-contre-lencerclement-indo-pacifique/

 

[16] https://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Danilevski_-_La_Doctrine_panslaviste.htm

 

[17] http://agora.qc.ca/documents/la_question_de_lukraine_vue_par_soljenitsyne_en_1990

 

[18] https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1917/06/vil19170628.htm

 

[19] https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Donbass#Suppression_du_statut_de_langue_officielle_en_f%C3%A9vrier_2014 Voir en particulier : https://fr.sputniknews.com/20140223/200560426.html

 

[20] https://www.nouvelobs.com/monde/20101216.OBS4838/poutine-enonce-son-verdict-a-khodorkovski-le-voleur-doit-aller-en-prison.html#modal-msg

 

[21] https://www.theguardian.com/world/2004/nov/26/ukraine.usa

 

[22] https://web.archive.org/web/20141006100951/http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2007-01-17/les-americains-ebranlent-l-empire-russe/924/0/36838

 

[23] https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/monde/comment-l-ukraine-a-coupe-les-ponts-economiques-avec-la-russie_AV-202202230240.html

 

[24] https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Fwww.reuters.com%2Farticle%2F2014%2F03%2F07%2Fukraine-crisis-gas-crimea-idUSL6N0M41R320140307#federation=archive.wikiwix.com

 

[25] https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/a-louest-rien-de-bien-nouveau/

 

[26] https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/01/nous-allons-provoquer-l-effondrement-de-l-economie-russe-affirme-bruno-le-maire_6115679_823448.html

 

[27] https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/en-russie-malgre-l-interdiction-des-manifestations-des-voix-s-elevent-contre-poutine-f071423e-989b-11ec-a212-1f68235c1350

 

[28] https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/gaz-russe-pourquoi-l-europe-est-piegee-904920.html

 

[29] Souligné par l’auteur du présent article.

 

[30] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/a-quoi-reconnait-on-une-guerre-dagression-par-georges-gastaud/

 

[31] Mao Zedong, directive intérieure au Parti, 25 décembre 1940. Cité par J.-P ; Jourdan et B. Lachaise, Documents d’histoire contemporaine : le XXe siècle, Presses universitaires de Bordeaux, 2000.

 

[32] Lire Geoffrey Roberts, Les guerres de Staline (1939-1953), Paris, Delga, 2014.

 

[33] Vincent Gouysse, Contre-offensive idéologique, 2014.

 

[34] https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/de-violentes-manifestations-au-kazakhstan-dabord-provoquees-par-la-misere-et-lexploitation-apres-30-ans-de-capitalisme/

 

[35] https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/a-louest-rien-de-bien-nouveau/

 

[36] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/russie-vagues-darrestations-et-de-repressions-contre-les-elus-communistes-du-kprf/

 

[37] http://www.slate.fr/story/175929/russie-sondage-staline-opinion-positive-regime-sovietique Pour une analyse plus précise des résultats, voir : https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/les-russes-ont-une-opinion-tres-positive-de-lurss-dossier-special-les-russes-et-le-socialisme-partie-1/

 

[38] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/25-decembre-1991-25-decembre-2021-lurss-un-spectre-qui-hante-toujours-le-monde-capitaliste/

 

[39] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ukraine-le-point-sur-la-situation-militaire-au-27-fevrier-avec-dimportantes-avancees-de-larmee-russe/

 

[40] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/onu-quand-lukraine-de-zelensky-vote-contre-les-resolutions-contre-la-glorification-du-nazisme-ukraine/

 

[41] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/indignation-generale-apres-le-vote-revisionniste-du-parlement-europeen-reecrivant-lhistoirerehabilitant-le-fascisme/

 

[42] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/onu-quand-lukraine-de-zelensky-vote-contre-les-resolutions-contre-la-glorification-du-nazisme-ukraine/

 

[43] https://www.marianne.net/monde/europe/conflit-en-ukraine-a-lviv-les-nationalistes-attendent-leur-tour

 

[44] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ukraine-le-colabo-des-nazis-stepan-bandera-honore-a-kiev-avec-la-complicite-de-lunion-europeenne-qui-refuse-de-voter-la-resolution-condamnant-le-nazisme-a-lonu/

 

[45] https://www.francelive.fr/article/france-live/guerre-en-ukraine-dominique-de-villepin-s-echarpe-avec-bernard-henri-levy-et-quitte-le-plateau-7306814/

 

[46] https://www.monde-diplomatique.fr/2016/02/SOUCHON/54701

 

[47] Message envoyé par les camarades du PCRF à la commission International du PRCF.

 

[48] https://www.ladepeche.fr/2022/03/01/carte-guerre-en-ukraine-quels-sont-les-pays-qui-soutiennent-la-russie-et-ceux-qui-la-condamnent-10141749.php