BOSCH – OU LA NÉCESSITÉ DU PRODUIRE EN FRANCE ET DU FREXIT PROGRESSISTE

par Georges Gastaud – L’équipementier automobile Bosch ne cesse de supprimer des emplois en France tout en empochant des fonds publics (Pacte de responsabilité, CICE…). Ce faisant, les capitalistes qui gèrent cette entreprise sèment le malheur dans les régions dévastées par les plans « sociaux ». Pourtant, qui ne voit à quoi a conduit en France la délocalisation massive de nos industries à l’ombre du Traité de Maastricht et de son « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée »? Dévasté par l’euro-austérité, notre hôpital public est incapable, malgré l’effort des soignants, d’amortir l’actuelle pandémie, dégraissée pour les mêmes raisons, voire délocalisée par Sanofi et Cie, notre recherche vaccinale, jadis pionnière, est à la ramasse ; quant à notre industrie exsangue, elle ’est révélée incapable de produire en masse et réactivement des masques, des respirateurs ou des vaccins. Conclusion de quasiment toute la « classe politique » arrimée à la « construction » européenne: il ne faut surtout pas quitter l’UE qui nous étrangle…

Plus que jamais, pour produire en France, en finir avec le chômage ouvrier de masse, rééquilibrer notre balance commerciale, satisfaire les besoins du pays, il faut sortir de l’UE par la porte à gauche, nationaliser démocratiquement les secteurs clés de l’économie, remettre la classe ouvrière au cœur de la nation (et la défense de la nation dans le cœur de la classe ouvrière, car, comme le disait Politzer, « la nation, c’est le peuple ») et rouvrir en grand le débat sur la nécessité d’une révolution socialiste dans notre pays.

Les usines Bosch en Europe :

France : 6636 salariés ( Drancy, Freyming, La Ferte Bernard, Lispheim, Marignier, Mondeville, Moulins, Paris, Rodez, Saint Ouen, St Thégonnec, Vendôme, Vénissieux).

Comment ne pas mettre en perspectives les suppressions de postes avec les effectifs déjà largement majoritaires des ouvriers de Bosch dans ses nouvelles usines des pays de l’Est ?

  • Turquie : 16684 salariés, 4 usienes
  • Hongrie : 15 301 salariés, 5 usines
  • République Tchèque : 9384 salariés, 5 usines
  • Espagne : 8435 salariés, 13 sites
  • Roumanie : 8004 salariés, 4 usines
  • Pologne : 7899 salariés, 6 usines
  • Italie : 6194 salariés, 13 sites
  • Portugal : 5451 salariés, 4 sites
  • Autriche : 3176 salariés, 4 sites
  • Pays Bas : 3508 salariés, 7 sites
  • Suède : 1661 salariés, 4 sites
  • Slovénie : 1501 salariés, 2 sites
  • Belgique : 1489 salariés, 3 sites

Allemagne : 132661 salariés, une vingtaine d’usines


https://www.facebook.com/watch/?ref=external&v=192106142687472