#OXI Grèce : victoire du NON ! C’est NON à l’UE ! 61 % de OXI

Grèce:

LOGO-PRCF+INILa très large victoire du “OXI” révèle la volonté farouche du peuple grec de dire à l’austérité perpétuelle et à l’humiliation nationale auxquelles la Troïka veut le condamner. Renouant avec leur glorieuse histoire de résistance, les Grecs viennent de vaincre l’ de la réaction et de la contre- coalisée contre eux.

La victoire du OXI c’est aussi un avertissement à l’adresse de Tsipras et Syriza. L’heure n’est plus aux tergiversations, il faut affronter ce qui fondamentalement met les Grecs et le pays dans une situation d’urgence humanitaire : l’euro, l’, l’OTAN et le capitalisme .

Si le gouvernement grec ne relève pas ce défi la brèche que l’OXI a ouverte sera rapidement une parenthèse refermée.

Sinon un danger planerait sur la Grèce : le fascisme mou issu d’un putsch de l’UE ou le fascisme pur sucre d’Aube Dorée dont les liens avec certains cercles de l’armée et de la police ne sont un mystère pour personne. Aube Dorée fait parti du dispositif para-étatique de la bourgeoisie grecque et des ses parrains européens et américains.

Enfin la victoire du OXI est un encouragement pour tous les peuples d’Europe et le notre en particulier. Les Français, renouant avec leur tradition révolutionnaire, peuvent s’unir dans un vaste Front Antifasciste, Populaire et Patriotique pour porter la sortie, par la porte de gauche, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN, pour remettre à l’ordre du jour la seule alternative au capitalisme: le socialisme.

www.initiative-communiste.fr site web du PRCF le 5 juillet à 21h

Résultats du referendum :

  • OXI (non) : 60%
  • NAI (oui) : 40%
  • Nul: 5,6%
  • taux de participation : 60%

à partir de résultats partiels, source ministère de l’intérieur grecsresultat referendum communiqué PRCF

Communiqué du KKE (parti communiste grec) : déclaration du secrétaire général du Comité Central du KKE, Dimitris Koutsouba – 5 juillet 2015

La classe ouvrière, les classes populaires de notre pays unies et alliées, vigilantes et prêtes à l’action veillent à ce qui va se passer. Que cela conduise à un nouvel accord-guillotine, un memorandum constitué essentiellement de mesures d’austérité ou que cela initie des suites avec un double cours de l’euro conduisant notre peuple à la faillite.

Le KKE continuera à être en première ligne, à l’avant garde pour que notre peuple puisse résoudre immédiatement les problèmes de sa survie, pour construire une alternative pour supprimer toutes les mesures anti-peuple, pour rompre avec l’UE, avec le pouvoir du Capital, pour une nouvelle société de prospérité pour le peuple.

12 Commentaires de lecteur “#OXI Grèce : victoire du NON ! C’est NON à l’UE ! 61 % de OXI

  1. alain harrison
    6 juillet 2015 at 03:12

    Bonjour.

    La Grèce a dit NON à l’austérité financière lucrative (1%) organisée par la BCE en suivant les instructions du FMI. Cela est sans doute facile à démontrer.

    Mais Syrisa, a fait des erreurs (un article dure mais d’une grande utilité sans doute, suit…) et a passé à côté d’occasions en quelque sorte, à priori.

    Mais Syrisa respecte à la lettre ses engagements électorales, démocratie oblige, bien que cela choque les communistes et vous entre autre.

    Mais tenez compte de la démarche difficile du Vénézuéla (infos wordpress) qui respecte la voie de la démocratie.
    Bien sûr, la voie démocratique est la recette de libéralisme d’après guerre qui s’est renouvelé “positivement” quoiqu’on en dise, il faut suivre le sens de l’histoire, notre meilleur “guide”.
    Mais la politique “démocratique” économique libérale est basée sur le déséquilibrage économique, une tactique qui sert depuis à sabotter «« subtilement »» l’économie, par exemple à force du jeux d’équilibrage des finances publiques, on en arrive à destabiliser le système de santé, de même l’éducation, et autres institutions et programmes, avec un double objectif, disqualifié continuellement le système de santé et d’éducation publiques et les gens finissent par chialer contre ces institutions; et dévloppé la stratégie de la privatisation.
    Depuis la crise 2008, le libéralisme déjà muté en néo-libéralisme, prend un autre aire d’aller, transformant la crise financière privée des banques privées, par des passe passes, en crise de la dette publique, taisant systématiquement la dette du secteur privé des boss (petites et moyennes entreprises pour toutes sorte de raisons: modernisation……etc…), pour se centrer sur la soi-disante crise de la dette publique. Et c’est le grand jeu de l’AUSTÉRITÉ, le plan d’affaire.

    Les médiats en ont tellement parlé, un véritable matraquage, des profs, des spécialistes, tout événement économique négatif nourissant ce battage médiatique.

    Bon, ceci dit, le scénario de la mauvaise Grèce allait de soi, et glisserait facilement dans la gorge.
    Mais, Tsipras, un jeune, n’est pas un enfant, il doit prendre toute la mesure des enjeux et respecter ce pourquoi il a été élu, à l’encontre des hollandes de ce monde, présents et passés.
    Il faut comprendre, que dans notre système (remarquer que je ne dis pas dans notre société), les gaffes “libérales” passent comme par magie, mais la gauche, elle est envoyée par le fond.
    Au Québec, c’est la mécanique, et elle est bien rodée.

    Attention à la critique facile, baignée par la nostalgie.

    Le Monde Diplomatique janvier 2015
    Podemos a quelque chose à dire.

    Dans la question du référendum, Tsipras s’est tenu à respecter son mandat.
    A-t’il manqué une nouvelle occasion !?
    Ensemble , trouvons la porte de sortie, cessons de nous tirer dans le pied.
    Examinons…..la porte de sortie….Le questionnement nous permet de ne pas tomber dans les pièges….

    La gauche et les communistes, vous dites dénoncer l’injustice et les magouilles politiciennes de L’ÉTAT DE DROIT.
    Vous oibliez une chose, la révolution réelle, ne s’improvise pas, la vraie révolution vient du Peuple point.
    Et non d’une vaste propagande……
    Le néo-libéralisme a continuellement travaillé son programme de conditionnement, le consumérisme (pour résumer), mais il n’a réussi qu’en partie.
    Les promesses non tenues pour les peuples d’Amérique Latine donne les résultats que nous pouvons constater. Mais la guerre n’est pas gagnée pour autant, pour ces Peuples qui se réveillent de plus en plus.
    Au québec, la population a épousé le consumérisme…90% votent pour la droite financière, ils pensent que la finance n’a pas d’idéologie, soi pour le PLQ, la CAQ et le PQ. 10% ?! du chemin à faire.
    Nous sommes dans l’étape du réveil des peuples, alors attention…..

    La Grèce, 60% du peuple peut vraiment se réveiller de façon déterminante et de manière irréversible.
    Pour ce faire, développer mille et un comités citoyens à travers le pays pour se rencontrer, se parler et se faire confiance.
    Le gouvernement, son rôle, leur facilité les choses…
    Il y a un vrai travail de fond qui peut se faire.
    Pas des idéologies qui ont démontré leur limite, mais les solutions fondamentales décisives qui changent la vie de chacun, qui sont rassembleuses, pas encore des dialectiques à agenda caché.
    Marx, n’est pas une idéologie, mais on l’a idéologisé. On ne fait pas d’un outil une idéologie, une fin en soi.
    Syrisa nous donne une leçon de vraie démocratie politique: tenir ses engagements, aussi difficile que cela soit.
    Mais je suis d’accord, être très vigilant.
    Le KKE a une fenêtre……
    Podemos a montré quelque chose…

    Ne scrapons pas le momentum qui perdure depuis la crise de 2008.
    Le travail de fond auprès et avec la population est essentiel, et de la patience active.
    Sortir de la réaction stérile dans laquelle le néo-libéralisme nous maintient.

    Syriza étire le temps de prise de conscience, du travail de fond.

    Plustôt de critiquer, vos motifs (?), souvent le jeu d’égo….
    Ne soyons pas naïf sur nous-mêmes, nos intérêts ont une infinité d’inclinaison.

    C’est à la gauche, les progressistes (mot-piège !?) et les communistes de voir.
    Idéologie ou Peuple.
    Finance ou Peuple

    Un texte dure, mais utile. C’est à vous de voir.

    Syriza, le pillage et l’effondrement: Quand la « gauche dure » épouse les politiques de la droite dure
    Par Prof. James Petras
    Mondialisation.ca, 24 juin 2015
    «« En premier lieu, Syriza a accepté la dette extérieure de plus de 350 milliards de dollars comme légitime, bien qu’elle ait été approuvée par les kleptocrates du gouvernement précédent, des banques corrompues et des intérêts commerciaux, immobiliers et financiers. Pratiquement aucune partie de cette dette n’a été utilisée pour financer des activités productives ou des services cruciaux qui renforceraient l’économie et la future capacité de la Grèce à rembourser les prêts. »»
    http://www.mondialisation.ca/syriza-le-pillage-et-leffondrement-quand-la-gauche-dure-epouse-les-politiques-de-la-droite-dure/5457775

    Marx n’est pas une idéologie, de même la science n’est pas une idéologie, mais:

    Patri Friedman, petit-fils de…, flotte en eau ultralibérale
    Pierric Marissal
    Mercredi, 3 Septembre, 2014

    «« L’individualisme n’a plus de bornes : si les pauvres ont envie d’être riches, il suffit qu’ils travaillent et fassent des efforts pour y arriver, si d’autres ont envie de devenir esclaves, pourquoi les en empêcher, et si un milliardaire veut devenir un homme bionique immortel, ce doit être un modèle à atteindre. »»
    http://www.humanite.fr/patri-friedman-petit-fils-de-flotte-en-eau-ultraliberale-550733?IdTis=XTC-FT08-AI57XA-DD-DE35I-D2T5

    La crise est complexe, les visions étroites ne feront pas long feu.

    Mais nous sommes des milliards….
    Tout dépend de notre conscience.
    Et puis nous avons deux fondamentaux : le mode de revenu, le mode du travail comme commun dénominateur.

  2. alain harrison
    6 juillet 2015 at 04:28

    Il faut se poser certaines questions cruciales.

    Économique.
    Nous voulons changer l’économie.
    Mais pour quelle autre économie ?

    Nous avons des pistes ou …rien.

    Le revenu de base.
    le salariat.
    Le tout à la cotisation.

    Nous devrons démenteler le système économique néo-libéral. Ça c’est incontournable.

    Le système politique de l’état de droit.

    Le convertir en démocratie politique dans lequel les citoyens sont décideurs, ici, le consensus demeure la seule voie.
    Les mécanismes, nous avons intérêts à les concevoir et à mettre en place des expérimentations citoyennes qui devront démontrer leur capacité à durer. Pas attendre d’être au pouvoir.
    Il s’agit de la révolution mondiale ici.

    Pour revenir au système économique
    Le système financier avec ses structures décisionnelles qui sont, au passage, essentiellement des clones qui donnent l’impression d’entité intrinsèquement différente. Là, on s’est fait avoir.
    Nous avons abondemment d’éléments en ce sens, un puzzle dont il s’agit de placer les pièces.

    En grèce, l’audit sur la dette, est un élément important, mais comme tout est relié, de file en aiguille (pour prendre comme expression), le détricotage commence.

    Il y a la Fête de l’Humanité, en profiter pour inviter frères , soeurs, parents, cousins….dans les forces de l’ordre, militaire, ordres professionnels, travailleurs dans l’espace de réflexion de cette fête, pour renouer avec le sens de notre humanité et de ce que nous voulons pour nos enfants, que nous disons:

    TANT AIMÉ….

    Krishnamurti: pour vous est-ce une idée ou un fait ?

    Un fait, un ressenti qui part des tripes , du coeur, ou une vue de l’esprit que produit tout bon conditionnement, l’instrumentation et la marchandisation de tout et de rien………

    Il faut remettre le questionnement dans le paysage.
    Le questionnement dans le sens que c’est un état d’esprit.

  3. alain harrison
    6 juillet 2015 at 05:14

    De la dérèglementation à l’anarchie technologique, nous avons comme résultat un gaspillage incommensurable de ressources.
    Les iphones, les ipads, et les autres pad à vie limitée jetée, impossible à recicler.
    Les pays en “” voie de développement “” dépouilller systématiquement et les populations de souche criminalisée… Les contrats sont au-dessus des lois, ou font les lois ?
    Depuis la dernier crime guerre mondial, la monté des conflits, ha oui, ce sont de malencontreux dommages collatéraux, vous savez, nous les multinationales, on ne fait pas de politique, mais des affaires.
    Un couplet qui a fait long feu avant l’avènement de la mondialisation des marchés, spolier sans complexe, et maintenant la protection des investissements, le Canada joue bien le jeu. Il y en a long à dire sur le plus meilleur pays du monde, et de son innocente population.

    En tout cas, la dernière application informatique doit être très très lucrative pour les petits génis qui l’ont conçu. Vous savez en informatique, on ne se pose pas de questions, C’est l’effet WAW que nous vaumis la PUB, et les profits…des bidous, des bidous..

    UBER, a démontré son efficacité de marché, sans tenir compte des dommages collatéraux……
    En France, les taxis se sont tenus debouts.
    UBER est au-dessus des lois, Les politiciens affairistes font bien leur boulot.
    La technologie des applications insignifiantes concernent seulement le consumérisme ici maintenant.
    Les marchands sont au tout profit, et horreur si le “” profit escompté “” n’est pas au rendez-vous,. Escompté pour la deuxième BM……
    Et les enfants ont ça dans leur main, ha oui, c’est vrai, chaque coin de rue est un danger potentiel.
    La technologie va assurément nous abrutir. Vous savez peut-être que c’est dans l’eau que l’on fait bouillir le poisson.
    Les subtilités du conditionnement savemment distillé par le manipulateur.
    Je conseille fortement le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulés tous manipulateurs.

    Avec la dérèglementation…..Mais qui a droit à la dérèglementation, alors qu’on nous abreuve de règlementations…..
    N’y a-t’il pas un paradoxe ?

  4. Le.Ché
    6 juillet 2015 at 11:08

    Je salue la lutte des communistes grecs qui ont su malgré vents et tempêtes soutenir le peuple grec dans sa lutte contre l’euro, pour finir le travail il faut que le peuple sorte de l’euro et de cette Europe austéritaire et capitaliste.

  5. alain harrison
    6 juillet 2015 at 19:19

    Les grecques ont voté NON à 60%, 60% une force décisive sans ambiguïté.

    Mais l’argent est au main des BCE privées de ce monde.

    Alors, organison une aide monétaire citoyenne à travers le monde, un 2$ par personne pour les coffres de l’état grecque.

    Les multitudes d’associations et organismes citoyens devraient se concerter à cet effet.

    La gauche, les communistes, les progressistes-humanistes, les syndicats peuvent être des initiateurs…

    Un message fort comme quoi, le citoyen du monde entre dans la game.

  6. alain harrison
    6 juillet 2015 at 20:08

    Pour la collecte «« l’équivalence de 1milliards de $ US »», il FAUT le faire.

    Ces argents pour strictement les coffres de l’État Grecque.

    Ces argents, il faut le signaler dès le départ de l’organisation de la collecte mondiale-citoyenne, est pour le financement stricte des coopératives autogérées point.
    Donc une vaste organisation mondiale, et une organisation citoyenne « intégrité des personnes» pour le plan et la stratégie pour les coopératives.
    PAS DE COMPROMIS POINT

  7. alain harrison
    7 juillet 2015 at 01:08

    Bien.

    •OXI (non) : 60%
    •NAI (oui) : 40%
    •Nul: 5,6%
    •taux de participation : 60%

    Donc, la vraie proportion de la population qui a dit NON, en regard du suffrage absolu.

    36%…………de NON
    24%…………de OUI

    40% d’abstention……..

    Nous devons tenir compte de la réalité, et non d’une réalité partielle, c’est comme les demis vérités, les politiques d’équilibrages.

    Il y a un travail de fond important à faire NON OUI

    Podemos,…….

    Et le parti communisme français…..

  8. alain harrison
    7 juillet 2015 at 01:27

    Bonjour.

    Ici au Québec, le PQ a un 30-40% versatiles, parfois ça fond, parfois ça frise le……
    Les peuples sont versatiles, mais toujours divisés.

    Le problème, c’est que les peuples semblent souffrir d’une incapacité à percevoir les solutions.

    La pluspart demeurent dans les croyances usuelles, en ce qui concerne un changement positif, les réponses sont presque standards du genre à mettre fin à tout échange positif: c’est impossible, on peut toujours rêver, etc…

    Pourtant, la réponse positive est là devant nous, à moins d’avoir de la merde dans les yeux.

    Le revenu de base couplé aux coopératives autogérées à temps partagé.
    Potentiel et avantages.

    C’est vraie que pour la pensée sophistiquée, la pensée fatiguée, c’est trop simple. Elle est incapable d’aborder cette question adéquatement.
    Pourtant nous avons un outil formidable et en plus d’une grande simplicité qui a ouvert et continue d’ouvrir les portes des mystères de notre monde et au-delà.

    Le questionnement.

    Nous sommes trop habituer

  9. alain harrison
    7 juillet 2015 at 01:31

    Bonjour.

    Ici au Québec, le PQ a un 30-40% versatiles, parfois ça fond, parfois ça frise le……
    Les peuples sont versatiles, mais toujours divisés.

    Le problème, c’est que les peuples semblent souffrir d’une incapacité à percevoir les solutions.

    La pluspart demeurent dans les croyances usuelles, en ce qui concerne un changement positif, les réponses sont presque standards du genre à mettre fin à tout échange positif: c’est impossible, on peut toujours rêver, etc…

    Pourtant, la réponse positive est là devant nous, à moins d’avoir de la merde dans les yeux.

    Le revenu de base couplé aux coopératives autogérées à temps partagé.
    Potentiel et avantages.

    C’est vraie que pour la pensée sophistiquée, la pensée fatiguée, c’est trop simple. Elle est incapable d’aborder cette question adéquatement.
    Pourtant nous avons un outil formidable et en plus d’une grande simplicité qui a ouvert et continue d’ouvrir les portes des mystères de notre monde et au-delà.

    Le questionnement.

    Nous sommes trop habituer à gober……info, etc…
    Une inclinaison du consumérisme. Même les pauvres sont contaminés….
    L’important c’ est d’avoir gober l’idée

    C’est du conditionnement point.
    Nous avons intérêt à comprendre comment nous fonctionnons comme processus humain NON OUI.

    Société saine séciété aliénée.

  10. etoilerouge
    7 juillet 2015 at 02:17

    Je me souviens d’un mec porté au pouvoir par un peuple immense. Tous payaient une dette depuis des dizaines d’années…pour moderniser le pays…Ce mec LENINE a décidé que le peuple russe avait assez payé. ET les emprunts “russes” en fait de la noblesse et des capitalistes russes en accord avec les capitalistes français et d’autres pays saignaient ainsi commodément les travailleurs etc…Et la révolution commencée put se poursuivre. Vive LENINE, en dira-t-on autant de TSIPRAD? Pour quand le coup de pied dans la fourmillière capitaliste, fasciste, américaine, otanesque etc…

  11. alain harrison
    8 juillet 2015 at 05:54

    Oui, les nostalgies ont des effets bien réels, la nostalgie du fascisme qui revient feutré, il courtise les petites et moyennes entreprises, la population dite petites gens, délaissée par la gauche. Qu’a fait la gauche durant les trentes glorieuses. Et puis, Lénine aux bonnes intentions, a été remplacé par Staline et la profusion des goulags, rien à voir avec la justice Cubaine au lendemain de la victoire, puisque un coup la justice rendu, le pays s’est pris en main malgré le terrible ambargo US.
    Mais en URSS, n’y a-til pas eu un McCartisme aussi.

    Bien sûr, les US ont mis tout leur poids pour contrer la révolution.
    Mais le communisme russe n’a-t’il pas maintenu une vision trop étroite….?! L’URSSn’avait-elle pas un potentiel, mais quand on regarde la science instrumentalisée par l’Idéologie, les déportations de population, les mégats-projets précipités……..

    La nostalgie qui enjolive…..
    Non, l’histoire doit nous servir à comprendre ce qui se passe, et à faire le bon diagnostique cette fois-ci.

    Avoir une vision juste.

    Albert Einstein: un problème sans solution est un problème mal posé.

    Mettons nos énergies à trouver, expliquer, échanger, se questionner sur les solutions et à les promouvoir.
    Du concret et non des promesses pour les quatre jeudis.

    Marx, n’est pas une idéologie “récupératrice”. Mais le diagnostique de……

    Tsipras est-il un Hollande ?
    Contrairement à Hollande, il respecte ce pour quoi il a été élu. Si je ne m’abuse, mais rien n’est parfait, et il y toujours des motifs……cachés… Qui n’en a pas. Et l’idéologie quelle qu’elle soit (le néo-lib…a les deux pieds dedans) a les siens.
    Pour sortir de là, les solutions fondamentales, les solutions devraient être nos maîtres. Celles qui libèrent l’Homme de l’exploitation de l’homme par l’homme. Mais, si vous dites que c’est impossible, alors vous faites le jeu de…… C’est une question de conscience et de stratégie, de nous. Dans la mesure que nous nous reconnaissions comme humain et que nous reconnaissions……

    Plustôt, que de juger promptement, apprenons de l’enseignement qui passe sous nos yeux.

    Il va jusqu’au bout où il peut aller.

    N’oubliez que 60% ont dit NON, que le taux de participation est de 60%.

    En suffrage absolu c’est 36% de la population votante qui a dit NON.

    Alors cessez de propager la division, si vous ne vous en avez pas rendu compte.

  12. alain harrison
    10 juillet 2015 at 22:48

    Bonjour.

    Un article intéressant, qui concerne la Grèce, l’Espagne et Podemos qui doit se préparer adéquatement au cas ou il se retrouverait au pouvoir, la gauche française et les partis comunistes d’Europe.

    10 juillet 2015

    Amérique Latine: Interview de Stella Calloni

    Par Héctor Bernardo (Diario Contexto)
    traduction Françoise Lopez
    – Qu’est-ce que la contre-rébellion?

    «« Il sutilisent toutes leurs ressources. Ils ont infiltré les gauches. Nous le voyons ces jours-ci en Equateur, dans le plan contre-rébellion qui est mené contre le Gouvernement. Il y a quelques jours, on a pu voir qu’il y avait des marches de droite et des gauches radicales contre le Gouvernement du président Rafael Correa. Il faut aussi avoir de cela une définition claire: un secteur n’est pas de gauche parce qu’il le dit mais parce qu’il démontre dans les faits qu’il l’est. Une gauche qui roule avec la droite ne peut pas s’appeler une gauche parce qu’elle a perdu ses caractéristiques et ses principes. »»
    http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/07/amerique-latine-interview-de-stella-calloni.html

    Bien que j’aie encore de la sympathie pour Syriza, Tsipras ressemble de plus en plus, pour moi, c’est mon opinion, à hollande. Désagréable……..
    J’y vais avec un SI.
    Si, la gauche en Grèce n’a pas une organisation citoyenne structurée ou du moins, n’en organise pas une pendant qu’il est au pouvoir……pour promouvoir un vrai plan B (sortir…) auprès de la population ……ZZZZZ

    Il y a quand même 36% (sufrage absolu) qui a dit NON.
    36% de la population qui s’organise en comités pour exposer clairement la situation….
    Il y a 40% de la population qui s’est abstenue…..

    Podemos, doit bien se rendre compte du chemin à parcourir, la population doit bien avoir une certaine conscience de la magouille financière.

    En France, la gauche ” intègre” et les communistes peuvent sûrement faire le point…..

    Établir des balises pour savoir à qui on a à faire:

    ««« un secteur n’est pas de gauche parce qu’il le dit mais parce qu’il démontre dans les faits qu’il l’est. »»»

    Alors quel serait le contenu concret d’un agenda politique de la “vraie gauche” qui serait déterminant et comme pare-feu des manipulations et des manipulateurs ?