ENTRETIEN AVEC GEORGES GASTAUD, DIRECTEUR POLITIQUE D’INITIATIVE COMMUNISTE

17 juin 2022, 82ème anniversaire de l’Appel à la Résistance lancé clandestinement par Charles Tillon, membre du Bureau politique du PCF, depuis le territoire national.

Initiative Communiste – Comment vois-tu l’évolution de la situation internationale? Quelles sont selon toi les tâches internationalistes des communistes et des vrais progressistes?

Georges Gastaud – Le moins que l’on puisse dire est que le danger d’une guerre impérialiste mondialisée menée pour le maintien à tout prix de l’hégémonie mondiale du bloc anglo-saxon (Washington, Londres, Ottawa, Canberra) et de son extension euro-atlantique ne fait que s’aggraver. En conséquence, « mettre le paquet » pour stopper le dérapage vers la conflagration mondiale, potentiellement nucléaire et exterminatrice, est la première tâche des communistes, des syndicalistes de classe, des vrais internationalistes. C’est ce qu’ont courageusement entrepris de faire les militants du PRCF et des JRCF. Ce faisant, nous prenons le contrepied de la gauche établie et de la pseudo-extrême gauche petite bourgeoise qui, à l’instar des Verts, du PS, mais aussi du NPA belliciste en marche vers le déshonneur complet, oublient que le rôle des amis de la paix est de contrer en priorité leur propre impérialisme (en l’occurrence l’UE et l’OTAN de plus en plus indiscernables). Tout au contraire, la gauche et la pseudo « extrême » gauche social-impérialiste (socialiste en paroles, impérialiste en pratique!) s’inscrivent dans l’union sacrée guerrière comme l’a fait la SFIO en 1914 à l’exception du courageux Jaurès. Il est en effet infamant que de prétendus « insoumis », « écologistes » et autres « révolutionnaires » en viennent à implorer Macron, Scholz, Biden et autres « libérateurs de peuples » bien connus, d’armer toujours plus le régime grossièrement pronazi et corrompu de la marionnette américaine Zelensky. Que se passera-t-il si, pour finir, les choses s’enveniment entre l’armée russe et les « servants » (tous Ukrainiens, c’est évident…) des canons Caesar envoyés à Kiev par la France alors même que, de l’aveu des généraux de l’Armée française, la défense du territoire français est à l’os et qu’elle est même hors d’état de supporter une guerre conventionnelle un peu longue ? Macron et la fausse gauche qui, honteusement, l’appuie encore plus sur ce point que ne le fait la droite classique, veulent-ils transformer notre pays en cible des contre-attaques atomiques russes éventuellement portées contre nos villes par les missiles hypersoniques ultraperformants… et perforants, dont dispose Vladimir Poutine ? Alors, MM. Olivier Faure, Raphaël Glucksmann, Julien Bayou, qui aiment le plus la France et l’Europe, ceux qui aiment leurs habitants bien portants, socialement protégés et EN VIE, ou ceux qui sont prêts à les sacrifier froidement pour sauver l’hégémonie mondiale de Wall Street, du dollar et du grand capital spéculant odieusement sur l’essence, les céréales et sur le marché des armes ?

SUICIDAIREMENT POUR NOTRE PEUPLE, LA FRANCE EST EN PASSE DE SE MUER EN CO-BELLIGERANTE EN UKRAINE!

Certes, en Ukraine, l’armée de la Russie et des Républiques populaires du Donbass avance désormais partout et cela donne à réfléchir aux moins sots des va-t-en-guerre occidentaux; mais loin de tirer leçon de l’évolution patente du rapport des forces militaires et de la reddition spectaculaire des « résistants » du Bataillon Azov (ainsi nos médias ont-ils scandaleusement héroïsés ce ramassis de nazis tatoués de runes SS de la tête aux pieds!) pour appeler à la désescalade, pour accepter la neutralisation militaire de l’Ukraine, pour exiger le respect par Kiev des populations prolétariennes du Donbass et la dénazification intégrale du territoire ukrainien – ce qui serait un soulagement pour tous les habitants de l’Europe, sans parler des jeunes Ukrainiens et Russes -, Biden et ses vassaux occidentaux ne cessent de durcir le ton contre la Russie et, à l’instar d’un Macron débordé sur la droite par les ultra-militaristes du PS et des Verts, d’envoyer une débauche d’armes sophistiquées aux dirigeants corrompus de Kiev sans aucune garantie, ni sur l’usage ni sur les destinataires de ces armes!

REFUSER LA NOVLANGUE MÉDIATIQUE

Face à cette situation explosive, la tâche des militants franchement communistes est d’abord de dénoncer la novlangue médiatique. Celle-ci en arrive en effet à appeler « résistants » de francs nostalgiques de la Division Das Reich, et « démocratie libérale » le régime ukrainien qui kidnappe les dirigeants de la JC ukrainienne (que sont devenus, M. Zelensky soudain frappé de mutisme, les frères Kononinov âgés de 20 ans que vos sbires ont raptés à Kiev ?) et qui interdit tous les partis ukrainiens antinazis et euro-critiques. De même ces médias de la honte parlent-ils de la possible « invasion » de Taïwan par la Chine… alors que cette île est une vieille province chinoise arrachée à la Mère-Patrie par les vaincus du Kuomintang avec l’aide des Américains lors de la révolution populaire de 1949. De même la fausse gauche ose traiter de « munichois » les amis de la paix  ! Pourtant, en 1938, ce sont les radicaux-socialistes de Daladier et les « socialistes » de la SFIO qui, avant de voter les pleins pouvoirs à Pétain à l’unisson de la droite, ont applaudi les accords de Munich qui donnaient quartier libre à Hitler pour démembrer l’Europe centrale et préparer l’invasion de l’URSS. En réalité, s’il est un Munichois caractérisé qui, sous ses bêlements pacifistes hypocrites, a capitulé devant l’impérialisme occidental, vendu son pays et trahi son parti en restaurant les hégémonies régionale et mondiale de Berlin et de Washington et en préparant l’actuel encerclement militaire de la Russie, c’est bien Gorbatchev, l’homme qui a livré la RDA et l’Europe de l’Est aux impérialistes américains et allemands sans même exiger d’eux un traité en bonne et due forme engageant l’OTAN à ne pas s’étendre au-delà des frontières orientales de la future Allemagne unifiée!

En tant que vétéran de la Renaissance communiste en France, je suis fier de constater que les militants du PRCF, et particulièrement celles et ceux de la JRCF, sont valeureusement à l’action pour dénoncer l’UE et l’OTAN comme les ennemis principaux de la paix. Ils appellent les syndicalistes de classe du pays à faire le lien entre la marche à la guerre impérialiste, la préparation du « saut fédéral européen » et le surcroît d’austérité que subissent les travailleurs sur fond de méga-casse de l’Éducation nationale, de la SNCF, d’EDF et des retraites par répartition.

LE RETRAIT DE L’O.T.A.N. N’A JAMAIS AUTANT ÉTÉ D’ACTUALITÉ !

Alors que M. Roussel, après être allé à Canossa devant Mélenchon, déclare que « le retrait de l’OTAN n’est pas d’actualité » (en clair, on ne doit dénoncer la guerre que par temps de paix et il ne faut se soigner que quand on n’est pas malade!), notre slogan pas du tout « euro-constructif » et « New-PS »-compatible est « EUROPE ATLANTIQUE OU MONDE PACIFIQUE, IL FAUT CHOISIR ! »…

En un mot, pendant que d’autres sacrifient la paix mondiale et l’indépendance de la France à la lutte pour les places d’élus et à la sacro-sainte « construction européenne » mortifère, nous portons haut le drapeau du cofondateur de l’Internationale communiste, l’Allemand Karl Liebknecht,  compagnon de lutte de Lénine et de Rosa Luxemburg, qui fut réprimé en 1914 parce qu’il avait osé proclamer à la face du Kaiser Guillaume II: « L’ennemi principal est dans ton propre pays ». Tout le contraire de ces « pacifistes de confort » et sociaux-bellicistes qui s’égosillent contre le seul camp d’en face, ou qui manient l’équidistance facile, au risque d’abonder la grossière russophobie et la sinophobie archidominantes sur fond de livraisons d’armes occidentales à de franches milices néonazies!

 PAS D’EURO-REVANCHE POSTHUME POUR HITLER !

Pour autant nous ne glissons nullement dans un soutien aveugle au régime russe anticommuniste, contre-révolutionnaire et anti-léniniste. Nous marchons sur nos deux jambes: face à l’hégémonisme étasunien, à l’impérialisme français post-national, à l’impérialisme allemand en pleine reconquête (merci les « Grünen » de Cohn-Bendit!) et à l’exterminisme euro-occidental irresponsable, nous rappelons que l’UE-OTAN est le principal danger pour les peuples et la paix. Et cela ne nous empêche pas de défendre les communistes russes contre la maltraitance au long cours de Poutine tout en défendant fièrement l’héritage de la Grande Union des Républiques Socialistes Soviétiques victorieuse de Hitler. Pas de revanche posthume pour Hitler! Pas de revanche, par Ukraine banderiste interposée, de l’impérialisme allemand en plein réarmement, contre Stalingrad et Koursk! Plus que jamais, le socialisme, c’est la paix et le capitalisme c’est la guerre! Et sur le fond et à long terme, seul le socialisme-communisme de nouvelle génération abattant la contre-révolution mondiale et son compère, l’exterminisme capitaliste, pourra construire une France, une Europe et une planète débarrassées de la guerre et de la fascisation galopante !

 « RÊVE » OU CAUCHEMAR AMERICAIN?

Je ne puis évoquer l’ensemble de la situation mondiale. J’observe seulement que les USA, où 40 000 personnes, et parmi elles de très nombreux enfants, ont été tuées ou grièvement blessées par balles à l’occasion de fusillades absurdes depuis 2021 (écoles, églises, supermarchés…), ne sont plus le pays du « rêve américain » mais celui du cauchemar exterministe le plus sauvage; dire cela n’implique pas mépris mais admiration pour les communistes, les courageux, voire héroïques syndicalistes de lutte et les intellectuels critiques nord-américains.

 « VENT D’EST » ET « VENT DU SUD » À NOUVEAU EN PASSE DE L’EMPORTER SUR LE « VENT D’OUEST » ?

J’observe que, de nouveau, le fond de l’air rougit avec à l’arrière-plan, le fait que j’ai déjà signalé ici : dans l’ensemble des « B.R.I.C.S. », les forces prolétariennes sont à l’offensive ou guettent une contre-offensive possible. Sans revenir sur le fait que le PCFR est la première opposition de Russie, que le PC chinois reparle de plus en plus de Marx et de Lénine, que le PC brésilien est très offensif et que le CPSA et le syndicat de classe COSATU jouent un grand rôle en Afrique du Sud, force est de constater que les communistes de l’Inde ont mené récemment contre le pouvoir néolibéral de Narendra Modi les plus grandes grèves de l’histoire mondiale. C’est d’ailleurs pour cela que le parti au pouvoir à Dehli (le très réactionnaire BJP) relance les provocations contre les travailleurs musulmans indiens dans l’espoir de briser le tous ensemble en marche des ouvriers et des paysans indiens. Mais, sans jouer les prophètes, ce type de provoc genre « choc des civilisations » marchera de moins en moins face à l’aiguisement de la crise mondiale du capitalisme radicalisée par les guerres impérialistes; et si nous parvenons à contenir la marche à la guerre mondiale  t la fascisation galopante qu’alimentent les faux « démocrates » de l’Occident capitaliste, nous pouvons raisonnablement affirmer que la contre-révolution mondiale pourrait bien « avoir mangé son pain blanc » trente ans après le démantèlement de l’URSS. Plus que jamais notre époque reste celle du passage révolutionnaire du capitalisme-impérialisme au socialisme-communisme, de la renaissance du Mouvement communiste international, du rejet radical et irréversible de l’ « unilatéralisme » américain, de la résurgence des luttes anti-hégémonistes et anti-impérialistes pour la souveraineté des nations et pour la coopération internationale, de la remontada des Lumières (il y a en science des avancées stupéfiantes qui ne peuvent qu’abonder objectivement le matérialisme dialectique et le rationalisme critique!). Bref, comme Dimitrov le lançait déjà à la face de ses persécuteurs nazis en 1933, « les contre-révolutions sont des parenthèses de l’histoire, l’avenir appartient aux révolutionnaires »! Nazis, vous paradez à nouveau avec le soutien de l’UE-OTAN, mais remémorez-vous comment Hitler, Mussolini et Laval ont fini en 1945 !

 « NE PAS SUIVRE LE MENSONGE QUI PASSE »… (JAURES)

Sachons voir poindre l’avenir par-delà les apparences manipulées et trafiquées par la réaction : c’est là l’essence d’une position d’avant-garde telle que la défendent du même pas les vétérans du PRCF comme Léon Landini, Hermine Pulvermacher, Jean-Pierre Hemmen ou Pierre Pranchère, les jeunes militants ouvriers et les jeunes étudiants du PRCF. Tant pis si cela nous vaut les sarcasmes haineux de ceux qui, « communistes » décaféinés ou militants semi-insoumis à l’UE atlantique, se dérobent au plus fort de la lutte, et pour de basses raisons de places sinon de classe, au devoir de sauver la paix mondiale et de défendre l’indépendance de notre pays en combattant frontalement l’UE-OTAN fauteurs de guerre et de fascisation.

Initiative Communiste – Comment interprètes-tu les résultats du premier tour des législatives? Quelle perspectives pour ceux qui veulent vraiment changer les choses dans notre pays?

Georges Gastaud – Revenons sur l’ensemble de la séquence électorale: d’abord, la présidentielle n’a rien réglé politiquement:  le président est formellement réélu mais il est lourdement minoritaire au premier tour, il reste détesté des classes populaires et est élu par défaut au second tour sur la base d’un programme (la retraite à 65 ans par ex.!) que rejette la majorité écrasante des salariés et sur la base d’orientations stratégiques effarantes qui ont sciemment été soustraites au débat: par exemple l’irresponsable envoi d’armes françaises à Kiev, qui nous met déjà en état de cobelligérance objective avec la Russie, par ex. le saut fédéral européen en cours avec le passage à la règle de la majorité dans les institutions européennes: or, même si la NUPES, toutes tendances confondues, feint de ne pas le voir, il s’agit de mettre fin à l’existence d’une République française indépendante et de glisser « en douce » vers une Europe fédérale – le chancelier Scholz dit crûment vers « un État Fédéral Européen » (en clair, un EMPIRE continental) qui, en abrogeant officiellement le droit de veto de chaque pays européen, supprimerait définitivement non seulement en fait, mais en droit, la souveraineté des nations composant l’Union européenne: viol grossier de la Constitution, sans parler du « Non » français à la constitution européenne que Macron piétine en permanence depuis qu’il est au pouvoir (drapeau européen partout, hymne européen précédant la Marseillaise…). De même, l’officialisation rampante de l’anglais comme seule langue de travail des institutions continentales – et cela en plein Brexit ! – n’a été soumis à personne!

 AVANT-GARDE ET SURSAUT POPULAIRE

En fait, l’escamotage et la tricherie politiques sont continus : au premier tour de la présidentielle, Macron se fait introniser chef du « bloc bourgeois » (notamment des retraités les plus nantis), puis il est confortablement élu au second avec l’aide du faire-valoir Le Pen. Cet escamotage travesti en mandat populaire sur le programme macroniste revient à FORCER LA MAIN DU PEUPLE FRANCAIS. L’écart entre la légalité institutionnelle et la légitimité politique, qui confère seule l’autorité pour gouverner, ne cesse de s’agrandir et plus tôt que tard surviendra la rupture éruptive entre la France institutionnelle et la masse du peuple, qui rejette instinctivement ce viol permanent de Marianne. La question étant alors de savoir si une avant-garde révolutionnaire sera alors en mesure d’aiguiller la « grande explication » qui vient sur des bases antifascistes, anti-impérialistes et anticapitalistes, ou si ce ne sont pas pour finir les super-réacs de toutes natures, pseudo-patriotes fascisants à la Zemmour, officiers factieux en mal de coup d’État, séparatistes régionalistes, intégristes religieux, qui dévoieront vers le pire ce sursaut populaire de plus en plus prévisible auquel les forces de police sont sommées de se préparer à faire face en septembre.

ABSTENTION AUX LÉGISLATIVES : LA GRANDE SÉCESSION POPULAIRE NE FAIT QUE COMMENCER!

Revenons aux législatives : le premier tour vient de donner une claque méritée à l’ensemble du personnel politique médiatiquement visible avec une abstention record de 53% des inscrits, dont une écrasante majorité d’ouvriers, d’employés et des 18-25 ans. Déjà ces forces vives s’étaient majoritairement détournées des européennes, des départementales, des municipales et des régionales. On a donc affaire, comme le PRCF le dit depuis des années, à une abstention POLITIQUE, à un boycott, voire à une SÉCESSION POPULAIRE DE MASSE, un refus de consentir qui est typique des périodes prérévolutionnaires où, pour parler comme Lénine, « ceux d’en haut ne peuvent plus gouverner comme avant » et « ceux d’en bas ne veulent plus être gouvernés comme avant ». Alors, les militants révolutionnaires que nous sommes ne vont pas rallier le chœur des pleureuses qui se lamentent sur l’ « incivisme » des prolétaires. Non « notre modèle républicain » (sic), comme disent « nos » médias, n’est pas en crise: non seulement il n’est pas « nôtre », mais cet ANTI-modèle n’a plus rien de « républicain » tant la Cinquième République de Maastricht et du Quinquennat est ploutocratique (les super-riches sont au pouvoir): même les formes républicaines, la Constitution, voire la loi ordinaire (par ex. la loi Toubon protégeant le français), n’y sont plus respectées que quand cela arrange la minorité oligarchique.

En amont de tout cela, il y a le Non populaire violé à la constitution européenne (référendum du 29 mai 2005 violé « en réunion » par le PS, les LR et le MODEM), il y la révolte brutalement réprimée des Gilets jaunes, il y a le funeste dispositif du quinquennat qui soumet les députés au président fraichement élu et qui réduit la « séparation des pouvoirs » à une pantomime, il y a un Parlement de pur apparat dont le « travail législatif » consiste à dire amen à l’Élysée (dont tout le monde sait qu’il désigne directement les ministres et qu’il fixe même la liste des futurs députés macronistes) et à transposer en lois « françaises » les directives de Bruxelles: c’est ainsi que la Commission européenne a pu sommer 62 fois (en anglais bien entendu) la France de « réduire ses dépenses de santé » entre 2011 et la crise pandémique sans qu’aucun gouvernement « français » ait jamais remis en place ces arrogants et malfaisants personnages. On a vu le résultat massivement mortifère de ces pratiques durant la crise sanitaire où, en mars 2020, les gens mouraient chez eux avec du doliprane (quand ils en trouvaient!) pour tout viatique !

 CHANGER LES MOTS POUR GARDER LES CHOSES…

Pour parachever le verrouillage de cette « République » cadenassée par NOS « oligarques » (les neuf milliardaires qui possèdent « nos » médias), colonisée par l' »American Way of Life » et tutorée par l’UE-OTAN, il existe un dispositif partidaire faussement pluriel qui est ainsi fait qu’au premier tour de la présidentielle, AUCUN des candidats en lice après le tri de classe des parrainages institutionnels ne proposait plus la moindre rupture avec l’UE, ni même en réalité, avec l’OTAN. Alors que c’était encore le cas en 2017 où, si confusément et insuffisamment que ce soit, Asselineau proposait sa version du « frexit » et où Mélenchon s’affichait encore comme euro-réfractaire (rappelons la phrase, aujourd’hui reniée par Mélenchon en voie de réconciliation avec le PS, « L’UE, on la change ou on la quitte! »). Aujourd’hui, la NUPES affiche bien sa volonté de désobéir à l’UE sur certaines « questions sociales et écologiques », mais Mélenchon clame « je ne suis pas frexiter », il se réjouit de l’omniprésence du globich sur les murs de Paris (il rebaptise « créolisation » cette colonisation culturelle à sens unique), il double Macron sur sa droite en appelant ridiculement à « humilier Poutine ». Quant au « communiste identitaire » Roussel, qui a rallié vite fait le panache rose vif de JLM entre deux élections, sa « radicalité » consiste à dire qu’il compte sur la BCE… pour refinancer les services publics: pas de doute, il a vraiment tout compris sur les missions de classe de l’UE !

 BRISER L’EURO-FASCINATION, OSER NOMMER L’EURO-FASCISATION

Ajoutons que les voies de la protestation populaire sont délibérément bloquées puisque, dès qu’il y a de la contestation un peu insistante, les Sarkozy, Valls et autres Darmanin-Lallement, faute de réprimer le racket de masse à l’abord du stade de France, « nassent », gazent et éborgnent les protestataires comme on l’a vu durant le mouvement des Gilets jaunes. Tout cela dépeint un processus de « fascisation » dont on peine à croire que des militants se réclamant du marxisme puissent encore hésiter à le caractériser nettement. Mais il est exact que, pour ce faire, ces mêmes « marxistes » devraient dénoncer le processus européen convergent de criminalisation du communisme historique et de banalisation du fascisme que porte à bout de bras, sur fond de revanche sur la Russie et de réarmement allemand, la construction européenne pilotée par Berlin et supervisée par les faucons US dont les euro-« communistes » du PCF-PGE, les euro-syndicalistes d’accompagnement et leurs alliés sociaux-démocrates ne veulent sortir à aucun prix: sans doute la soupe des subventions bruxelloises est-elle trop bonne !

Dans ces conditions, il faut avoir le courage de dire que la légitimité démocratique réelle de Macron et du Parlement croupion qui va sortir des urnes est très faible et que très vite, vu les dizaines de milliards d’euros que l’arrimage de la France à l’euro et à l’OTAN va encore coûter aux travailleurs, cette légitimité en berne va plonger vers les abysses. Il ne s’agit pas de pleurnicher, ni de gronder les « mauvais citoyens » qui ne vont plus voter, mais de rappeler l’article XXXV du préambule de la première Constitution républicaine française inspirée par Robespierre:

                                     « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple ou pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

 OSER LE FREXIT PROGRESSISTE

On imagine mal un peuple aussi politique que le nôtre se laisser destituer jusqu’au bout de ses acquis, de ses industries (à qui le tour après Vallourec ?), de ses services publics, de sa protection sociale, de son Éducation nationale, et plus structurellement encore, de sa souveraineté, de sa langue, de sa République indivisible (autonomisation en vue de la Corse, de la Bretagne, de l’Alsace…), et pour finir de son existence en tant que peuple, sans un sursaut salvateur. Un tel sursaut ne peut échapper à l’emprise fasciste, à la répression de l’État maastrichtien, à la récupération de l’euro-réformisme superficiellement insoumis que si les militants franchement communistes mettent les bouchées doubles pour reconstruire un vrai parti de combat, que s’ils savent fusionner les luttes pour la paix aux luttes pour les salaires, que s’ils savent réconcilier le drapeau tricolore de la Nation au drapeau rouge du monde du travail, cibler sans faux-fuyants l’euro et l’UE-OTAN, associer plus que jamais l’idée du Frexit progressiste à la perspective révolutionnaire du socialisme pour notre pays. C’est à quoi travaille notre organisation.

Initiative Communiste – Quelles sont les perspectives du PRCF ?

Georges Gastaud Le PRCF a renouvelé de fond en comble son site informatique et son journal, « Initiative communiste« , le seul mensuel marxiste-léniniste du pays. Le Premier Mai dernier, ce journal a publié de stimulantes entrevues avec des syndicalistes de classe qui refusent l’euro-alignement en vue de la CGT. La revue théorique « Étincelles » gagne en autorité et un nouveau bulletin intitulé « Avant-Scène » sera bientôt diffusé au Festival d’Avignon par notre commission culture, ainsi que le « Manifeste franchement communiste pour l’Environnement » (édité par notre commission Écologie) et que le Manifeste communiste pour l’émancipation féminine, publié par notre commission Femmes. Notre organisation est quasi seule dans le pays – c’est dur à dire mais cela donne la mesure de nos responsabilités! – à dénoncer de gauche, avec affiches, tracts et banderoles, la fascisation du pays, son euro-dissolution en cours, la marche à la guerre antirusse et antichinoise sous l’égide de l’UE-OTAN. Le Pôle vient de publier un tract recto-verso appelant à contrer les boutefeu de l’OTAN et à préparer le troisième tour social contre Macron. Alors que toutes les affiches du moment, y compris celles de la NUPES, du PCF et de l’extrême gauche, ne sont consacrées qu’à la compétition électorale pour les places, nous sommes les seuls à afficher « L’OTAN, c’est la guerre, paix, négociations, désescalade! ». Dans la dernière période, nous approfondissons nos liens avec les camarades du PC brésilien, du PC indonésien, avec les communistes allemands de la FDJ et avec les progressistes sud-coréens. Nous préparons avec sérieux, par une large discussion préalable, la VIème Conférence nationale du PRCF et il existe désormais des bases pour créer en bonne et due forme une Jeunesse pour la Renaissance Communiste en France. Les sessions de formation du PRCF sont désormais réputées et s’ouvrent à des non-membres de l’organisation. Les « cafés marxistes » de Paris et de Bretagne se sont fort bien passés. Sans faire la leçon aux amis et camarades qui auront soutenu des candidats PCF ou LFI qui le méritaient aux récentes législatives, sans non plus morigéner la masse des travailleurs qui se sont abstenus, nous avons évité le double piège politique consistant à ignorer l’engagement des militants insoumis de terrain ou, à l’inverse, à s’aligner sur l’évolution franchement droitière et euro-atlantiste de Mélenchon.

DÉFRICHEURS DE LA RECONSTRUCTION

Bref, nous creusons notre sillon dans la foulée de nos grands vétérans de la Résistance, en harmonie avec nos jeunes militants de plus en plus souvent issus de la classe ouvrière, en analysant en léninistes les phénomènes de notre époque et, malgré la minceur de nos moyens financiers (car le PRCF, contrairement à tant d’autres organisations « contestataires » n’a que l’argent de ses cotisations et de ses souscriptions), nous faisons de manière entièrement bénévole et désintéressée notre travail de défricheurs de la reconstruction: reconstruction du parti et de la jeunesse franchement communistes, aide à la relance du syndicalisme de classe, travail constant sur le marxisme-léninisme, sur le matérialisme dialectique et sur la déconstruction du négationnisme anticommuniste, engagement à notre échelle pour le renouveau du mouvement communiste et anti-impérialiste international, refus de la criminalisation du communisme et défense résolue de la paix, de l’indépendance nationale et des libertés démocratiques. Oui, la parole amicale d’Henri Alleg est conforme aux réalités:

 « si le PRCF n’existait pas, il faudrait l’inventer! ».

Ce qui manque au PRCF, c’est d’être implanté et connu partout, c’est de briser le plafond de verre de la visibilité médiatique (nous n’en sommes pas si loin), et surtout, de disposer des moyens financiers de son développement. Une souscription sera prochainement lancée et nous comptons sur les communistes, les syndicalistes, les démocrates et les intellectuels critiques de ce pays pour nous aider à construire en grand les conditions d’une franche reconstruction du Parti communiste qui devient proprement vitale et urgente pour l’avenir de notre pays.