Vaccins, les propositions du PRCF #vaccin #covid-19 …

Position du PRCF au sujet des vaccins votée à l’unanimité par le secrétariat national le 26 11 2029.

Pour faire face à la Covid 19 dont le PRCF ne nie pas la gravité (comme celle d’autres maladies dont l’organisation de la médecine néglige tout autant le traitement et la prévention), surtout dans l’état lamentable où l’euro-austérité a mis notre système de santé, les médias font grand bruit d’un vaccin révolutionnaire que différents grands groupes capitalistes, notamment états-uniens, “pré-vendent” déjà aux États bourgeois et aux médias sans donner aux scientifiques, aux médecins et au public français aucun véritable élément permettant d’en vérifier scientifiquement la validité. Le seul effet produit pour l’instant de ces effets d’annonce – un effet sciemment recherché – est de faire monter les cours boursiers des mastodontes de Big Pharma. Ceux-ci vendent déjà, avant même toute autorisation de mise sur le marché (rien que cette expression exprime le scandale de la “santé” en régime capitaliste!), des millions de doses à l’État français et à l’Union européenne comme ils ont vendu pour des milliards des doses de remdesivir que certains grands professionnels avaient d’avance décrit comme inutile et nocif dans le traitement de la covid-19. 

Ainsi donc, avant toute discussion sérieuse sur le résultat des études et des tests vaccinaux en cours, sans aucun recul sur les éventuels effets secondaires indésirables, certains journalistes et politiciens liés au grand capital parlent déjà d’imposer la vaccination, tantôt aux populations “à risques” (personnes âgées ou fragiles), tantôt à “toute” la population. On se demande ce qui préoccupe le plus nos dirigeants, surprofits énormes des firmes capitalistes engagées dans la course au vaccin, remise en route à n’importe quel prix de la machine économique primant sur la santé publique (telle est manifestement la position de la dangereuse Ursula Von den Leyen, présidente de la Commission Européenne) et privilégiant le profit capitaliste, inféodation accrue de la France au capitalisme anglo-saxon sur le plan de la santé… Plus que jamais, on vérifie la nocivité du “capitalisme monopoliste d’État” qui unit à notre époque dans un mécanisme unique l’État bourgeois et les monopoles capitalistes, à l’échelle nationale et, de plus en plus, à l’échelle européenne, voire “transatlantique”. 

Entendons-nous bien : il n’est pas question ici de rejeter philosophiquement et scientifiquement le principe de la vaccination, dont le modus operandi est bien connu depuis les travaux d’avant-garde de Jenner, Pasteur et Koch, et dont l’efficacité a été prouvée sur nombre de maladies graves que la vaccination a permis d’éradiquer ou de fortement neutraliser (comme la campagne de vaccination proposée à l’OMS par l’URSS en 1958, contre la variole qui faisait environ 2 millions de victimes par an dans le monde : en 1979, la variole fut éradiquée). Partisan de principe des Lumières et du progrès scientifique, le PRCF ne ralliera évidemment jamais les rangs de ceux qui rejettent ce principe de manière irrationaliste ; notons que Cuba socialiste ou la République populaire de Chine vaccinent massivement leur population contre les maladies connues (le programme de vaccination pour les enfants comporte 11 vaccins) et sont elles-mêmes sur le point, comme la Russie, de lancer la vaccination anti-coronavirus à une grande échelle (au demeurant, le CC du PC Chinois a donné l’exemple, ainsi que l’Armée populaire chinoise, en se faisant vacciner les premiers). Mais outre qu’il s’agit ici, nous dit-on, d’un vaccin d’un tout nouveau type (qu’on nous annonce sans adjuvant mais fondé sur une technique absolument neuve reposant sur l’ARN et non sur l’affaiblissement préalable de l’agent pathogène), ce qui appelle tout naturellement la vigilance et l’intervention du principe de précaution, nous ne pouvons absolument pas garantir sur facture ni l’honnêteté, ni la transparence des grandes firmes pharmaceutiques dont nombre de scandales, celui du Mediator ou encore du vaccin contre la dengue par ex., en collusion avec les autorités sanitaires étatiques, ont montré que leurs profits passent, et de loin, avant les vies humaines, surtout celles des travailleurs.

En tant qu’organisation politique, nous n’avons aucun avis autorisé à donner sur les différentes sortes de vaccins proposés “sur le marché” par les transnationales du médicament, y compris par Sanofi qui n’a de cesse de délocaliser les productions, de se transnationaliser et d’échapper ainsi à une éventuelle, et nécessaire, nationalisation démocratique. Nous disons simplement que, sans tomber en rien dans un rejet de principe des vaccins, il est indispensable :

  • de refuser toute précipitation en la matière, et d’apporter toute transparence sur la base d’expertises conduites par le service public auprès de chaque citoyen;
  • d’éviter si peu que ce soit de transformer en cobayes toute une partie de la population, notamment la population âgée ou fragile;
  • de donner tous les moyens au corps médical, et en particulier aux médecins référents qui ont la confiance de leurs patients, pour prescrire ou pas en leur âme et conscience, et après consentement du patient, les vaccins qui seront prochainement “mis sur le marché”.
  • de produire les vaccins à utiliser en France, et le plus vite possible sous un système nationalisé échappant aux profits capitalistes. À ce titre les propositions de coopérations internationales, proposées tant par Cuba, la Russie que la Chine doivent être considérées. Notamment pour que la France joue pleinement son rôle afin d’apporter pour tous ceux à qui le vaccin présenterait un bénéfice l’accès à la vaccination.

Plus que jamais, il faut nationaliser entièrement la filière du médicament, renforcer la recherche publique et les coopérations internationales d’État à État, étudier impartialement tous les vaccins de tous les pays (en écartant tout préjugé anticommuniste, russophobe ou carrément raciste et antichinois) et permettre aux médecins et aux autres soignants de prescrire conformément au Serment déontologique qu’ils ont prononcé pour pouvoir exercer leur métier. 

C’est seulement si le principe de précaution est respecté, si toutes les données scientifiques sont fournies aux spécialistes et aux médecins généralistes, si le consentement éclairé du patient est demandé que la vaccination anti-Covid sera réellement efficace, avec d’autres moyens visant à traiter la maladie et à relancer très fortement le système hospitalier, et qu’elle ne sera pas monstrueusement détournée pour permettre au capitalisme sans entrailles de faire d’énormes profits en jouant à quitte ou double avec la santé des travailleurs.


Dossier spécial vaccins covid-19

2 Commentaires de lecteur “Vaccins, les propositions du PRCF #vaccin #covid-19 …