Poursuites anticommunistes en Pologne et en Ukraine, les parlementaires du KKE alertent.

De la création du comité Honecker à la récente manifestation devant l’ambassade de de juin dernier, le PRCF et ses camarades, de tous les combats dans la lutte contre la criminalisation du communisme dans le monde et singulièrement dans l’UE, salue l’initiative du député européen communiste (), Kostas Papadakis. La fête de l’Humanité sera l’occasion pour le PRCF d’inscrire son activité internationale dans la défense de nos camarades persécutés. Une délégation du Parti communiste polonais sera présente au stand du PRCF à la fête de l’Humanité 2019.

Maintenant, arrêtez toutes les persécutions anticommunistes

L’eurodéputé KKE Kostas Papadakis est intervenu dans un débat avec la commissaire Vera Jourova au sein de la Commission des Libertés Civiles (LIBE) du Parlement européen sur les processus anticommunistes en Pologne et en , dénonçant les réponses inacceptables du commissaire aux questions pertinentes du groupe euro-parlementaire du KKE et l’intérêt hypocrite de l’UE pour les “droits de l’homme”.

L’eurodéputé du KKE dans son discours a souligné ce qui suit:

“Monsieur le Commissaire, dans une question récente sur la position de la Commission européenne concernant les poursuites inacceptables et anticommunistes exercées contre le Parti communiste polonais, son journal et son comité de rédaction, vous avez tenté de répondre en déclarant que la Commission “sait que certains États ont légiféré pour interdire l’utilisation de symboles du passé communiste” et que “la Commission, dans le cadre de ses attributions, s’est toujours fermement engagée […] à la mémoire des régimes totalitaires “. “Chaque État membre”, a-t-il déclaré, “a trouvé sa propre approche pour se souvenir de son histoire”.

Madame Jourova, l’équation du communisme avec le monstre fasciste est antihistorique et inexistante. Le totalitarisme n’a aucune base, car, avant tout, le fascisme et la démocratie bourgeoise ont une base économique commune, la propriété capitaliste et, bien sûr, le socialisme, où la richesse et le pouvoir sont aux mains du peuple.

Dans le même temps, alors que l’UE fait du bruit en Pologne sur “la situation en matière de justice”, qui exprime les contradictions croissantes des grands intérêts au sein de l’UE, elle couvre complètement les lois anticommunistes et la persécution anticommuniste en son sein.

Que dit-elle également du fait que le 16 juillet, la Cour constitutionnelle de l’Ukraine ait interdit le Parti communiste ukrainien? Sa prétendue absence de concurrence dans les États membres ou dans d’autres pays est hypocrite, car l’UE soutient et finance des campagnes au contenu anticommuniste et antihistorique, comme le programme “L’ pour les citoyens” dans les États membres.

Même s’il s’avère que l’UE […] rappelle «les droits de l’homme» et les «libertés civiles» comme un outil d’intervention et de défense des intérêts qu’elle sert et qu’elle apparaisse comme un soi-disant … sensible “défenseur des droits de l’homme, intervenant dans les affaires intérieures des États du monde entier, elle se félicite de l’escalade de l’ dans plusieurs États membres et la marque, ce qui va de pair avec l’intensité de sa politique anti-populaire et anti-syndicale. En même temps, elle cherche à ternir dans la conscience des travailleurs les acquis du socialisme que les peuples ont connus et qui restent nostalgiques avec des taux élevés, comme le montrent les sondages dans ces pays malgré la calomnie.

L’anticommunisme est voué à l’échec:

entre les mains des communistes polonais et ukrainiens, celles de ceux des États baltes;

par des monuments communistes et antifascistes et par la vérité historique.

Nous exigeons que toute persécution anti-communiste soit arrêtée immédiatement. “

25/07/2019 GROUPE PARLEMENTAIRE EUROPEEN DU KKE

2 Commentaires de lecteur “Poursuites anticommunistes en Pologne et en Ukraine, les parlementaires du KKE alertent.

  1. 29 juillet 2019 at 14:07

    Entierement de l’avis du groupe KKE et entiere solidarite avec nos camarades polonais et ukreniens.