Victoire contre le nazisme “Sans l’Armée Rouge et le sacrifice de vingt millions de Russes, rien n’aurait eu lieu” Mélenchon

soviétique libération camp de concentrationDès l’hiver 2013, le PRCF et ses médias sont mobilisés pour informer et agir pour contribuer à la solidarité internationaliste et antifasciste avec les travailleurs ukrainiens, avec nos camardes d’Ukraine. Lançant rapidement une pétition, participant de la déclaration unitaire avec les organisations des Assises du communisme, et lançant un jour de mobilisation le 24 avril 2014, sans compter la participation continue à différentes manifestations et actions depuis.

Initiative et www.initiative-.fr se sont mobilisés pour informer – y compris au cœur de l’été au moment de la très violente offensive des forces de répression – face à la déferlante de propagande de guerre déversée par les médias du Capital. Tout comme ils se mobilisent pour défendre la liberté d’expression et défendre le droit à l’Histoire, pour combattre l’anticommunisme creuset du fascisme.

une déclaration courageuse de JL Mélenchon sur son blog

ukraine hollande guerreLes divergences du PRCF avec le Parti de gauche sont connues, mais la justice implique de rendre à César ce qui lui revient.

Le fait que Jean-Luc Mélenchon ne se réclame pas du communisme ne rend que plus honorable la déclaration suivante que tous les véritables patriotes antifascistes ne peuvent que saluer, surtout à l’heure où la direction du PCF cultive l’équivoque sur la situation actuelle en , renvoie dos à dos l’impérialisme euro-atlantique et la en voie d’encerclement par l’OTAN et ne cesse de participer à la diabolisation du socialisme soviétique.

Tôt ou tard, les yeux s’ouvriront sur l’énorme entreprise de négationnisme antisoviétique et anticommuniste en cours qui sert de socle à la réhabilitation rampante ou assumée du nazisme en Ukraine et dans le reste de l’UE.

“« Guerre totale » !? Je désapprouve totalement ces grands mots qui évoquent cette « guerre totale » en Ukraine : comme s’il était possible d’oublier qu’il s’agit de faire la guerre à la Russie, absurdité dévastatrice totale. À présent, le danger est extrême. Sans doute est-ce pourquoi les responsables français et allemands sont-ils allés à Moscou. Tant mieux. Il était temps. Les provocateurs ukrainiens n’ont pas chômé. Ce sont les mêmes qui font échouer tous les accords depuis le début de la crise. Si je m’avance autant, c’est parce que personne ne peut prouver quel est l’intérêt de Poutine à une telle escalade ! D’ailleurs, après des mois de bavardages, de promesses non tenues côté américain et européen, nous voici revenus au point de départ. C’est le plan franco-allemand. Il prévoit une plus large autonomie des régions rebelles. Il se fonde sur la ligne de front actuelle. Excellent ! C’est le plan proposé par les Russes dès le début du conflit : une Ukraine fédérale ! Il va de soi que le projet d’une zone démilitarisée de 50 à 70 kilomètres de large le long de cette ligne est excellent pour empêcher les exactions des milices d’extrême droite ukrainiennes avec ou sans uniformes de l’armée du président Porochenko. La qualité de ces avancées est évidente.

Mais elles ne peuvent faire oublier le harcèlement médiatique qui s’est prolongé comme un bruit de fond de pure propagande tout au long des semaines et encore à cette heure. On a retrouvé pendant des semaines les montages du style de ceux utilisés pour justifier les guerres d’Irak ou réclamer celle de Syrie. Les récitants des médias ont débordé d’irresponsabilité en prêchant la haine anti-Russe, en étouffant les crimes de guerre du gouvernement d’extrême droite Ukrainien, son président oligarque et en diabolisant d’une manière irresponsable la Russie et Vladimir Poutine. Rien de nouveau sous le soleil, dira-t-on. C’est vrai. Mais il est important que chacun de vous, mes chers lecteurs, en prenne pleinement conscience pour apprendre à penser librement. Tout dépend de cette liberté de penser informée, quand les évènements s’enflamment. On ne répète jamais assez cette mise en garde contre la machine à bourrer les crânes et sa propension à faire oublier ensuite ses turpitudes par des diversions. Je ne parle pas dans l’émotion de la machine incroyable à insulter et diaboliser qui s’est déchaînée contre moi au lendemain de la victoire de Tsipras. « Le Monde » a de nouveau battu quelques records inadmissibles en la matière. Non seulement à mon sujet, ce que je trouve toujours aussi consternant, mais contre la Grèce et, pire que tout, contre la Russie avec un appétit pour la guerre stupéfiant.

dnieprpropetrovsk est à nous

dnieprpropetrovsk est à nous ! (*)

Pour ma part, je vais m’impliquer davantage dans le débat sur l’Ukraine et la Russie. Et surtout dans le combat contre la diabolisation de la Russie. L’insulte qu’a été le fait de ne pas inviter Poutine aux cérémonies de la Libération des camps ne peut se reproduire. C’est là un des instruments de la reconstruction d’une mémoire artificielle sous contrôle de la propagande qui voudrait faire des États-Unis les libérateurs exclusifs du continent. La est tout autre. Sans l’ et le sacrifice de vingt millions de Russes, rien n’aurait eu lieu et il est même possible que les USA se soient accommodés de bien des choses, comme l’a montré leur soutien jusqu’à la dernière minute au régime de Vichy. La peur des rouges a accéléré le débarquement de Normandie. Il est frappant de voir comment, dans les enquêtes d’opinion, on constate qu’après-guerre une très large majorité, témoins directs des évènements pensaient que les Russes étaient les libérateurs essentiels. On voit alors comment cette proportion s’est inversée après l’absorption massive de drogues médiatiques. Pour ceux que cette mise au point rendrait nerveux, je voudrais rappeler que le général de Gaulle ne célébrait pas le 6 juin. Ses raisons ont été clairement énoncées. Voici ce qu’il en disait : « Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ! Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi. » ” JL Mélenchon

(*) dnieprpropetrovsk est à nous. Affiche de l’armée rouge. Dniepropetrovsk est une ville du Donbass.