Les ravages de l’euro-austérité à l’hôpital : Le témoignage d’un patient – IC n°159 – Lisez et Abonnez vous à Initiative Communiste

fond publicité Initiative communisteInitiative c’est un mensuel qui chaque mois apporte un éclairage original sur l’ nationale et internationale. Un qui ne vit que par le soutien de ses lecteurs et dont le travail d’information n’est possible que parce que vous l’achetez.

Pour une information de qualité libre et engagée, à Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr est le site internet – le supplément électronique – d’Initiative Communiste et le site web du . Achetez, diffuser et lire Initiative Communiste c’est soutenir le travail de l’ensemble des médias du PRCF. Abonnez vous !

Afin de vous faire découvrir le journal Initiative Communiste, le site internet du PRCF vous propose chaque mois de retrouver – gratuitement- quelques articles parus récemment dans les colonnes d’Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr vous propose de retrouver gratuitement une des articles des pages Luttes du numéro 159 d’Initiative Communiste de juillet aout 2015 !


Les ravages de l’- à l’ : Le témoignage d’un patient

europe austérité hopital loi santéDans le Gers (32) la situation de la santé se dégrade comme dans tout le reste de la France suite aux coupes budgétaires imposées par l´Europe néolibérale et appliquées à la lettre par l´Agence Régionale de Santé.

En octobre 2012, j ´ai été victime d ´un AVC. Depuis lors je ne peux plus travailler et suis handicapé. J´ai été hospitalisé (rééducation dans le secteur privé incluse) cinquante-cinq jours, et ré-hospitalisé trois fois pour des crises d ´épilepsie consécutives à l ´AVC. Ma dernière hospitalisation date d ´avril dernier. J´étais presque paralysé et souffrais atrocement. Ma femme a appelé les pompiers et le SAMU deux fois. Ils ont refusé d ´intervenir et nous ont dit d ´aller aux urgences par nos propres moyens.

Ma femme m ´a donc conduit aux urgences de l´hôpital de Condom. Là, malgré cris et coups de klaxon, personne n ´apparaît. Mon épouse a dû me charger sur son dos sur 10 mètres. Enfin, à force de crier, du personnel apparaît. On me garde l´après-midi et la nuit. Le lendemain on m ´envoie au Centre Hospitalier Départemental d ´Auch. Là, je sombre dans le coma comme lors des deux précédentes hospitalisations. Lorsque je reprends conscience le lendemain, je retrouve mon état antérieur (jambe et bras gauches à demi paralysés). A midi, visite du médecin qui décrète ma sortie alors que les deux fois précédentes j´étais resté en observation un jour supplémentaire : les diktats de l ´ARS sont appliqués sans rechigner par les responsables hospitaliers. Quant au personnel infirmier, il restait muet, alors que les fois précédentes il se plaignait du manque de moyens….

Jean Réveillac