Européennes et syndicats : les dirigeants euro réformistes rabattent vers le vote du 26 mai : abstention citoyenne !

SANS MEME REJETER FORMELLEMENT LE VOTE MACRON, LES DIRIGEANTS EURO-REFORMISTES DE LA CONFEDE C.G.T. RABATTENT VERS LE SCRUTIN SUPRANATIONAL DU 26 MAI…

PLUS QUE JAMAIS, ABSTENTION CITOYENNE DE CLASSE ET DE MASSE LE 26 MAI 2019 !


Jo Hernandez, responsable national Luttes, , secrétaire national du PRCF.

Les travailleurs le savent désormais, par expérience, ils n’ont rien à attendre des pseudo syndicats façon et UNSA qui n’ont eu de cesse dernières années de signer et soutenir ainsi toutes les contre réformes antisociales exigées par le grand patronat, ordonnées par la Commission Européenne et mise en œuvre par les régimes Sarkozy, Hollande et Macron.

Loin de l’indépendance qu’ils revendiquent, ces organisations agissent en réalité comme de véritables courroies de transmission de l’offensive contre le monde du travail.

C’est donc sans surprise qu’en avril dernier avait le patron de la CFDT s’était posé en soutien du candidat Macron. Et c’est sans surprise non plus que la CFDT récidive pour les européennes en appelant à voter pour les candidats de l’UE et en faisant campagne contre l’abstention.

Le 1er mai dernier alors que les syndicats réformistes ne réussissaient qu’à rassembler que quelques centaines de manifestants, les syndicats de luttes eux ont largement rassemblé, démontrant que les travailleurs ont compris quelles sont les organisations syndicales qui les défendent, au premier rang desquelles la qui vient de tenir son 52e congrès à Dijon. Un congrès qui a vu la base des syndicalistes demander un syndicat combatif, mettant en cause l’alignement ces dernières années de la au coté de la CFDT.

Au sortir de ce congrès confédéral qui a vu la direction confédérale euro-réformiste de la CGT se faire durement ébranler par les bases rouges de ce syndicat (lesquelles ont notamment réussi à imposer le débat sur la Fédération syndicale mondiale), la direction de la CGT avait sans doute hâte de prouver au plus tôt son loyalisme indéfectible à l’égard de ses conseillers de la C.E.S. et de ses financeurs bruxellois. Une CES dont le prochain président sera justement… Laurent Berger, et dont le leader actuel vient, sans honte, tout juste de féliciter le président de la Commission Européenne, Jean Claude Juncker pour avoir “sauver l’Europe Sociale”.

C’est sans doute pourquoi, sous couvert de combattre l’extrême droite et le « populisme », la direction confédérale de la CGT s’en prend violemment (cf le communiqué ci-dessous) à l’abstention populaire, qualifiée de « nocive » au mépris du caractère de classe et de masse de cette abstention (ultra-majoritaire chez les ouvriers, les employés et les moins de 25 ans), qui sera certainement très majoritaire le 26 mai.

Et pour cause, la « construction » européenne, qui détruit sans relâche les conquis sociaux de 1968, de la Résistance et du Front populaire tout en arasant la souveraineté de notre pays, est de plus en plus vomie, à juste titre, par l’électorat populaire. Contrairement aux dirigeants confédéraux de la CGT, sans parler de ceux de FO et de la CFDT, qui ont déjà piteusement « raté » le mouvement des Gilets jaunes en l’accusant à tort d’être fascisant, et qui ont appelé avec Laurent Berger au « dialogue social » avec Macron au moment où des dizaines de personnes étaient éborgnées ou mutilées par l’Etat policier, le monde du travail comprend de mieux en mieux que la « construction » européenne est dirigée à 200% contre les intérêts populaires, contre les acquis sociaux, contre le « produire en France », contre le secteur et les services publics, mais aussi contre l’indépendance des peuples, la véritable coopération internationale, voire contre la paix avec la mise en place programmée d’une armée européenne budgétivore et arrimée à l’OTAN.

En outre le communiqué confédéral reproduit ci-dessous ne dit pas un mot de la nécessité d’en finir avec le pouvoir fascisant et oligarchique de Macron pour lequel d’ailleurs, M. Martinez avait déjà appelé à voter le 7 mai 2017. Avec pour tout « remerciement », une fois Macron en place, la seconde loi Travail et la privatisation de la SNCF ! Et en ce moment même, la contre-réforme du lycée et les attaques frontales contre les retraites par répartition et le statut de la fonction publique.

Le PRCF, qui mène une vigoureuse campagne pour l’abstention citoyenne de classe et de masse, appelle les travailleurs, y compris les syndicalistes de terrain, à ne pas se laisser impressionner : en s’abstenant de voter le 26 mai, mieux, EN MILITANT pour l’abstention citoyenne le 26 mai, les syndicalistes de classe et les travailleurs délégitimeront encore un peu plus cette supranationale ennemie du progrès social, de la démocratie, du socialisme et de la paix. Ils donneront moins de force à la fois à Macron et à Le Pen pour prendre en tenailles notre peuple entre l’euro-fédéralisme antisocial et la démagogie xénophobe.

Et par la même occasion, les syndicalistes de classe désavoueront publiquement, comme ils le méritent, ces dirigeants euro-formatés de la CGT qui trahissent quotidiennement l’opposition ferme et de principe à l’UE qui fut longtemps celle de la grande CGT de classe et de masse de Benoît Frachon et d’Henri Krazucki ; ils délégitimeront le Parlement-bidon de Strasbourg apposant sans cesse son cachet enregistreur sur les diktats antisociaux de Bruxelles et de Berlin. Ce faisant, ils donneront encore plus d’élan aux bases rouges CGT pour imposer une orientation syndicale de combat, pour faire leur jonction avec les Gilets jaunes et pour construire en bas le tous ensemble et en même temps indispensable pour gagner.


Documents :

  • La déclaration confédérale de la CGT ci-dessous
  • L’entretien commun accordé en marge du congrès de la CES par Martinez et Berger à AEF

https://www.cgt.fr/comm-de-presse/elections-europeennes-pour-un-choix-de-societe-la-hauteur-de-lurgence-sociale-et

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pour un choix de société, à la hauteur de l’urgence sociale et environnementale !

Les électeurs européens sont amenés à élire, le dimanche 26 mai, leurs députés.

C’est là un des temps forts de notre démocratie qui doit prioritairement servir à concrétiser les aspirations sociales, les conceptions d’organisation de la société, l’aspiration à un monde plus juste et un souci permanent des questions environnementales.
Cette élection est un rendez-vous de première importance pour les travailleurs, qu’ils soient en activités, privés d’emplois ou retraités ; elle l’est aussi pour la jeunesse.
Partout en France, des luttes se construisent, des résistances s’organisent, des mobilisations se multiplient… Elles sont à l’initiative d’organisations syndicales – au premier rang desquelles la CGT – mais aussi de mouvements citoyens, de la jeunesse, d’associations et d’ONG.
Elles portent prioritairement sur les questions du « mieux vivre des fruits de son travail » et de la « justice sociale ». Elles dénoncent les politiques d’austérité qui détruisent les services publics, négligent les salaires, remettent en cause les conquis sociaux et le droit du travail, portent atteinte à l’environnement et à la biodiversité… Bref, qui font du « dumping social et environnemental » l’outil au service de l’augmentation des gains de productivité afin de verser des dividendes toujours plus importants à des actionnaires jamais rassasiés.
L’Europe, ce n’est pas une structure politique dont les choix et les décisions seraient sans impact sur notre quotidien. C’est en ce sens que ces élections revêtent une importance de premier rang au regard des impacts très importants sur notre quotidien et dans notre travail, quels que soient notre métier, notre catégorie socioprofessionnelle ou notre secteur d’activité. Dans certains secteurs, c’est plus de 80% de la règlementation qui est constitué de normes, de directives et autres règlementations européennes.
La CGT appel de la manière la plus claire et la plus vive possible chaque citoyen et citoyenne à voter !
L’abstention est un acte nuisible pour notre démocratie. Elle ne peut être considérée comme un choix politique à l’instar du vote blanc.
Le taux de participation à cette élection est, pour nous, un indicateur fort en termes d’exigence de démocratie et de participation citoyenne aux destinées de l’Europe.
Pour la CGT, la lutte revendicative, l’exigence sociale et le combat pour un monde de justice et de paix doit se traduire dans les urnes. S’abstenir, c’est laisser d’autres et, en premier lieu, le patronat et les tenants du libéralisme économique continuer d’inscrire l’Europe et notre avenir dans la spirale de la régression sociale et économique.
Autre danger pour la démocratie et les conquis du monde du travail : le vote pour des partis d’extrême droite.
La CGT appelle l’ensemble du monde du travail, la jeunesse et les retraités à ne pas se laisser duper par ces partis qui, malgré des changements de discours de certains de manière opportuniste, défendent et défendrons toujours et avant tout les intérêts du capital, du monde de la finance, des plus riches en creusant les inégalités sociales !
La CGT appelle à ce que celles et ceux qui ont construit les mobilisations sociales et citoyennes ne se laissent pas berner par des discours populistes de circonstance, comme ceux de l’extrême droite française à chaque élection.
Le chômage de masse n’est pas le fait des immigrés. Il est la conséquence des choix politiques de désindustrialisation, de recours à la sous-traitance et à l’externalisation d’activité à travers le monde.
Les bas salaires, les basses pensions et le bas niveau des minima sociaux, ce n’est pas parce que les entreprises ou la France vont mal : c’est un choix politique d’austérité visant à maintenir la grande majorité de la population dans une précarité sociale permanente.
La destruction par l’activité humaine de notre environnement, des continents comme des océans, des écosystèmes et de la biodiversité, ce n’est en rien inéluctable : il s’agit de choix économiques où la préservation du vivant ne pèse rien face à la recherche de profits immédiats.
Le 26 mai prochain, votons et faisons voter pour que notre aspiration à mieux vivre des fruits de notre travail, dans un monde plus juste et de paix, se concrétise !

Montreuil, le 21 mai 2019


l’interview de Martinez et Berger par AEF

https://www.aefinfo.fr/depeche/606799

AEF info : Vos deux organisations, la CGT et la CFDT, appellent les citoyens à aller voter dimanche pour les élections européennes. Pourquoi ?

Philippe Martinez : Avant toute chose, il y a tellement de pays qui n’ont pas ce droit démocratique, qu’il est important d’insister sur la nécessité de s’exprimer en allant voter. Voter est essentiel.

Après, il faut aussi alerter sur la montée de l’extrême droite. Ce n’est pas nouveau chez nous, je rappelle qu’ils étaient déjà en tête lors du dernier scrutin. C’est l’occasion pour nous de réaffirmer notre opposition totale à l’extrême droite. Et ceci sans nier les responsabilités des gouvernements successifs quant à la défiance des citoyens, avec tous les engagements non tenus…

Laurent Berger : Je partage ce que dit Philippe sur l’accès au droit de vote. De plus, l’Europe constitue un enjeu fondamental et on ne peut pas le laisser entre les mains des nationalistes et des extrémistes ; d’après les projections, quatre des cinq partis qui auront le plus d’élus sont nationalistes ou populistes. Sur le barrage à l’extrême droite, nous sommes complètement en phase.

Si l’on veut peser pour que la voix des travailleurs soit écoutée par l’Europe avec des politiques sociales et d’accompagnement aux mutations actuelles, il faut voter. Le Parlement européen a un rôle central dans les institutions – je pense qu’il devrait avoir un rôle plus important à l’avenir. Nous savons qu’une partie des politiques qui seront menées demain, vont dépendre de ce scrutin.

AEF info : L’enjeu de ce scrutin est-il aussi celui de l’avenir du projet européen ?

Philippe Martinez : La majorité des citoyens nourrissent aujourd’hui une défiance forte vis-à-vis de l’Europe, alors que c’est un enjeu considérable. La question posée est “l’Europe, pour quoi faire ?” L’Europe est vécue comme une mauvaise chose et c’est ce sentiment qu’il faut inverser. Le syndicalisme a un rôle important à jouer pour notamment montrer ce que pourrait faire l’Europe en matière d’harmonisation des droits sociaux.

Laurent Berger : L’Europe est à la croisée des chemins. Nous avons eu notre traversée du désert sur le social avec Barroso. Aujourd’hui, on ne peut pas dire qu’il ne s’est rien passé avec Juncker, mais il faut aller plus loin. Demain, nous aurons une Commission avec des nationalistes en son sein – cela m’étonnerait qu’Orban ou Salvini envoient des progressistes à la Commission -. La probabilité d’implosion de l’Union est faible, mais il y a un vrai risque d’affaiblissement.

Alors oui, c’est aussi une élection pour dire “pour ou contre l’Europe ?” Et si l’on est pour, il faut dire ce que l’ a apporté comme progrès sociaux. Y compris sur certains droits plus favorables qu’en France comme sur les produits chimiques ou les congés parentaux. L’Europe n’est pas assez solidaire et sociale, du coup, elle ne s’ancre pas dans la réalité des citoyens. Ou alors quand elle s’y ancre, ce n’est pas explicite, donc personne ne voit son rôle…

AEF info : La précédente mandature a permis l’adoption du socle des droits sociaux. Est-ce suffisant pour limiter les écarts de droits entre les États membres et lutter contre le dumping social ?

Laurent Berger : Pour l’instant, le socle n’est pas contraignant. Si l’on veut lutter contre le dumping social, il faut suivre trois orientations. En premier lieu, il faut contrôler les abus et les sanctionner. En ce sens, la création de l’autorité européenne du travail est une bonne chose. Ensuite, il faut réguler et faire en sorte d’apporter, par la négociation collective, des améliorations concrètes pour les travailleurs. Et sur ce point, il faut poser la question au patronat européen qui refuse de réellement négocier. Enfin, il faut de nouveaux droits solides comme un salaire minimum européen, une assurance chômage ou une réelle reconnaissance des compétences…

Philippe Martinez : Il y a des avancées au niveau européen, mais c’est encore trop perçu comme anecdotique. Même s’il y a des avancées sur les congés parentaux ou les travailleurs détachés, c’est marginal par rapport aux besoins des salariés. Les besoins sont clairs, ils portent sur les salaires. Il y a encore trop d’écarts de salaires entre les États membres, ce qui génère naturellement du dumping social. Il en est de même sur la protection sociale ; il faut harmoniser les contributions sociales et ainsi éviter qu’elles deviennent un outil de concurrence déloyale.

De plus, il faudrait au moins sur les marchés publics – qui représentent 40 % des investissements en Europe -, qu’il y ait une obligation de clause sociale dans les appels d’offres. Seraient ainsi écartés tous ceux qui ne respectent ces règles sociales. Si on met cela en place, la Chine n’a plus aucun marché…

Laurent Berger : L’Europe se doit d’être moins naïve. Elle doit être moins naïve à l’égard de règles qu’elle se fixe à elle-même sur les questions fiscales, sociales ou environnementales, mais qui ne s’imposent pas à ceux qui inondent le marché européen. Je souscris à cette idée de clause sociale.

AEF info : L’Europe souffre-t-elle simplement du fait que les citoyens ont du mal à percevoir les avancées sociales, notamment dans un pays qui bien souvent offre des protections supérieures…

Laurent Berger : Dire que cela n’a aucune conséquence pour les travailleurs français est faux. Sur les risques chimiques, les règles françaises étaient moins avancées que le texte européen. Prenons la question des travailleurs détachés. J’étais, il y a peu, sur le chantier naval à Saint-Nazaire. Je peux vous assurer que cela n’a plus rien à voir, en termes de tension, par rapport à ce qui se passait. Je ne dis pas qu’il n’y plus de difficultés, mais c’est nettement moins tendu. D’ailleurs, cela ennuie fortement l’extrême droite qui, localement, prospérait bien sur ce sujet. Aujourd’hui, des droits existent et il faut les faire respecter.

Philippe Martinez : En effet, cela s’est détendu sur le dossier des travailleurs détachés, mais cela s’est détendu là où il y a de la présence syndicale pour contrôler l’application des règles. Je ne suis pas sûr que dans le bâtiment ou l’agriculture, ce soit la même chose… En plus, certains employeurs contournent les règles en prenant des saisonniers ou en recourant au travail informel. Tout cela nécessite évidemment de renforcer les contrôles, y compris sur des circuits parfois mafieux d’exploitation de main-d’œuvre.

Mais au-delà de la seule question des travailleurs détachés, il y a encore celle des salaires. Tant que l’on n’aura pas de critères communs permettant de définir un salaire minimum dans chaque pays, on aura du mal à convaincre les salariés.

AEF info : La commission Juncker a relancé l’investissement au niveau européen. Quel bilan en faites-vous et faut-il poursuivre cette stratégie d’investissement notamment pour avancer vers une économie plus verte ?

Philippe Martinez : Je reste dubitatif sur la notion d’industrie verte. Je ne dis pas que cela n’existe pas, mais cela signifie qu’il faut complètement transformer ce qui existe. Nous avons besoin d’un plan d’investissement sur l’industrie pour qu’elle ne pollue plus. Et sur la question environnementale, on peut envisager une clause environnementale sur les marchés publics, comme la clause sociale dont je parlais tout à l’heure.

Pour revenir au plan Juncker, cela reste très flou. Je ne saurais citer un seul exemple d’investissement réalisé avec ce plan. De fait, cela a été très national et il n’y a pas eu un projet européen en tant que tel.

Laurent Berger : Avant toute chose, l’investissement doit être sorti de la règle d’or budgétaire. Ensuite, l’investissement doit aller dans trois directions. Première direction : la transition écologique. Pour l’industrie actuelle, la question est de savoir comment produire mieux et plus proprement, quitte à faire des choix en arrêtant certaines activités trop polluantes. Et il faut aussi investir dans des activités qui existent peu ou pas encore. Par exemple, on parle beaucoup de la voiture électrique ; il faut absolument investir dans la filière des batteries, sinon ce sont les Chinois qui le feront… La deuxième direction concerne la digitalisation. Il faut investir dans l’accompagnement de ces mutations rapides et des salariés percutés par ces évolutions. Enfin, la troisième direction est celle des compétences. Ces dépenses ne sont pas des dépenses de fonctionnement mais d’investissement et je le répète, il est nécessaire de revoir comment on les considère dans le budget européen.

AEF info : Si le bilan social du dernier mandat n’est pas anodin, celui du dialogue social européen est très maigre. Quel doit être le rôle de la CES ?

Philippe Martinez : C’est là un objet de non-accord entre nous deux. Évidemment, on a besoin que la CES échange avec des interlocuteurs patronaux, mais il est nécessaire de retrouver un équilibre entre l’institutionnel et les initiatives avec les syndicats d’entreprise. Je pense par exemple, à la mise en place d’échanges entre syndicats d’entreprise sur les relations donneurs d’ordre-sous-traitants. Les relations entre syndicats de terrain n’existent pas suffisamment à mon sens. Même là où il y a des comités d’entreprise européens, les réseaux syndicaux n’existent pas beaucoup et quand il y a des rencontres, c’est le plus souvent à l’initiative des employeurs. Il faut que la CES favorise ces temps d’échange entre les syndicats.

Laurent Berger : Ce qui est sûr, c’est qu’il faut plus de contraintes sur le patronat pour développer le dialogue social européen. Le patronat ne peut pas être très européen seulement quand on libéralise les marchés et l’être nettement moins quand il s’agit de social. Si on est européen, on l’est pour tout, à savoir rendre l’économie plus performante et compétitive mais aussi plus sociale… Sur le dialogue social européen, on ne peut pas dire qu’il ne se passe rien, mais il ne se passe pas assez.

Un des problèmes de la CES est que tous ses affiliés ne la vivent pas comme une réelle confédération. À la CFDT, nous avons voté en 2002 que les positions de la CES étaient les nôtres. À deux ou trois reprises depuis, cela a pu un peu gratter, mais ces positions sont les nôtres. Alors oui, la CES doit être plus proche des travailleurs et parfois moins institutionnelle, mais cela dépend de nous tous, les adhérents… Il faut que nous nous servions plus de la CES et que nous l’alimentions plus de nos travaux et réflexions.

AEF info : Philippe Martinez, la semaine dernière lors de votre congrès à Dijon, il a été décidé de réintégrer la FSM dans les textes confédéraux (lire sur AEF info). Comment ont réagi vos homologues européens ?

Philippe Martinez : J’ai surtout eu des félicitations pour mon élection. Pour le reste, il faut tout simplement expliquer ce qui s’est passé, à savoir un épiphénomène de congrès. Je les ai rapidement rassurés sur la position de la CGT.

AEF info : L’élection annoncée de Laurent Berger à la présidence de la CES a aussi beaucoup fait réagir lors de votre congrès…

Philippe Martinez : J’ai été très clair au congrès. Ce n’est pas parce qu’on a des différences que l’on ne doit pas se respecter. On les connaît ces différences, et elles sont exacerbées au niveau confédéral. Sur le terrain, quand il y a un problème, ils s’en foutent bien de Berger et de Martinez…

Laurent Berger : Je confirme. Et parfois, ils nous demandent de nous taper dessus au niveau national, alors qu’ils sont copains comme cochons dans leur boîte…

Philippe Martinez : La présidence de la CES est avant tout symbolique, l’opérationnel restant au secrétariat. Nous avons proposé une présidence tournante qui reflète la diversité des conceptions du syndicalisme. La CFDT a une conception du syndicalisme qui s’apparente à celle des Nordiques, ce n’est clairement pas la nôtre. Il y a un président et quatre vice-présidents, qui reflètent bien la diversité syndicale. Et je le répète : je n’ai pas de soucis avec l’idée que Laurent devienne président de la CES.

Laurent Berger : Le syndicalisme européen s’appuie beaucoup sur les consensus. Par exemple, on vient de voter le rapport d’activité à l’unanimité. Bien sûr, on a tous des critiques à faire sur l’activité de la CES, mais on a tous voté pour avancer dans la même direction. La gouvernance de la CES doit représenter toutes les composantes. À l’origine, j’avais plaidé pour que l’on soit trois à tourner à la présidence. C’était trop rapide et nous avons besoin d’un groupe stable à même de prendre parfois un peu de recul.

AEF info : Sur les questions européennes, vous avez visiblement des convergences, ce qui est moins le cas au niveau national…

Philippe Martinez : Oui, nous avons des divergences sur la conception même du syndicalisme.

Laurent Berger : Je suis d’accord avec la formule que Philippe a utilisé la semaine dernière lors de son congrès. Nous avons des divergences, mais ce qui est emmerdant, c’est que le fossé se creuse. Peut-être que la CES peut aussi nous aider à redire les fondamentaux syndicaux que nous avons en commun.

La situation nationale est compliquée pour deux raisons. D’abord, il y a la présence des politiques et par rapport à eux, nos stratégies divergent. Ensuite, c’est complexifié par un jeu syndical avec six autres petits camarades autour de la table. C’est un truc de malades. Si nous étions deux ou trois, nous serions capables de tous signer avec le patronat, un texte sur l’Europe, comme ils l’ont récemment fait en Italie…

2 Commentaires de lecteur “Européennes et syndicats : les dirigeants euro réformistes rabattent vers le vote du 26 mai : abstention citoyenne !

  1. SNOWDEN
    26 mai 2019 at 10:13

    Quel est le salaire de Martinez. C’est un mafieux qui est en train d’enterrer la CGT en visant ainsi un beau point de chute comme Le Paon et les pontes de la CFDT et FO.

  2. - -
    27 mai 2019 at 17:58

    Votre commentaire vous appartient et nous n’en partageons pas les termes qui témoignent de la colère qui gronde contre ceux qui efface la CGT, première confédération syndicale des travailleurs.