Profitant du conflit et de la guerre en cours, le régime ukrainien a fait arrêter début mars deux de nos camarades de l’Union de la Jeunesse Communiste Léniniste d’Ukraine : son Secrétaire Général Mikhail Kononovich et son frère Aleksandr.
Après plusieurs jours de silence de la part de Kiev, nous avons pu apprendre par la FMJD (Fédération mondiale de la jeunesse démocratique) de leurs nouvelles. Visiblement torturés tous les deux mais en vie, ils seraient actuellement dans un centre de détention à Kiev le temps de passer en jugement. De toute évidence, il ne fait pas bon être communiste en Ukraine. D’ailleurs, le Parti communiste d’Ukraine, dont les membres étaient déjà agressés en 2014 pendant Maidan, n’ont plus le droit de se présenter aux élections…
Vous n’entendrez pas parler d’eux à la télé, dans les journaux de « gauche » (de Libé à L’Huma), ni dans les médias alternatifs.
Ce triste événement nous rappelle celui du 2 mai 2014 à Odessa, qui avait abouti à la mort de 48 personnes, majoritairement des syndicalistes et des communistes qui manifestaient pacifiquement devant la maison des syndicats, de la part du groupe d’extrême droite Secteur droit. Un crime toujours pas élucidé malgré les nombreuses preuves vidéo, ce qui fera dire au journaliste français Paul Moreira qu’il s’agit du premier « pogrom filmé ».
Tenant à montrer notre solidarité avec les frères Kononovich pour qu’il ne leur arrive pas le même sort et commémorer les victimes du 2 mai 2014, nous nous rassemblerons devant la bourse du travail de Paris, 3 rue château d’eau, à défaut de pouvoir le faire devant l’ambassade de l’Ukraine.
TB 17 avril 2022