Eurofascisation : Halte aux persécutions contre les communistes en Ukraine. L’appel du KPU à la paix !

HALTE AUX PERSÉCUTIONS CONTRE LES COMMUNISTES D’ !
Le gouvernement libéral-fasciste de Kiev,, issu d’un coup d’État contre une majorité démocratique, téléguidé par la CIA et qui a plongé le pays dans la guerre, s’en prend au Parti Communiste d’Ukraine. Depuis des mois les persécutions contre les communistes s’intensifient. En fait ce pouvoir fascisant avec le soutien de l’UE, tente d’étouffer la voix des travailleurs et la voix de la paix en Ukraine en interdisant le PC.
N’oublions pas le 2 mai qui fut la date anniversaire du massacre de syndicalistes et de patriotes progressistes ukrainiens par les bandes fasciste à Odessa.
Le PRCF a déjà exprimé sa solidarité avec ses camarades d’Ukraine mais la menace se précise et la décision d’interdiction peut tomber à tout moment.
Le PRCF en renouvelant sa solidarité demande à toutes les forces démocratiques et du mouvement ouvrier en France de dire à ses côtés :
Bas les pattes devant les communistes d’Ukraine !
Respect des libertés démocratiques !
A bas la fascisation sous l’égide de l’UE !

La lutte contre l’anticommunisme et l’antisoviétisme rétrospectif doit devenir l’affaire de TOUS les vrais antifascistes, c’est une question vitale pour le mouvement progressiste !
Commission internationale du PRCF


Discours du premier mai 2017 de Petro Simonenko 1er secretaire du (parti communiste d’Ukraine)

Solidarité antifasciste avec nos camarades du KPU

Paix, Travail, . Ces mots résonnent comme un tocsin dans nos cœurs et appel à l’action.

Message de Peter Simonenko à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs.

Chers compatriotes! Chers camarades dans la lutte!

Dans la période difficile et troublée rencontrée par le peuple de l’Ukraine, la Journée internationale de solidarité des travailleurs, jour de commémoration de l’exécution des travailleurs de Chicago en mai 1886, le 1er mai est la journée bien actuelle de  la lutte des travailleurs contre l’oppression capitaliste pour leurs droits sociaux, économiques et politiques et des libertés. Pour leur pouvoir.

« La paix, du travail, 1er mai. » Ces mots résonnaient comme un tocsin dans nos cœurs et appelle à l’action.

Dans le contexte de la crise mondiale actuelle de l’impérialisme, alors que s’aiguise la lutte des classes, les capitalistes du monde entier par tout moyen essayent de protéger leur pouvoir. Y compris, en alimentant les guerres civiles fratricides à travers la planète, semant la haine entre les nations. La paix mondiale est devenue un luxe. Par conséquent, dans les circonstances actuelles, la lutte pour la paix est la principale tâche des travailleurs sans distinction de nationalité, de langue, de religion.

Monde. Aujourd’hui, le monde a besoin de l’Ukraine. Les capitalistes du monde ont besoin du Donbass, où la guerre civile continue, fratricide, déclenchée par la décision en Ukraine du régime national oligarchique à la demande du capital mondial et dans l’intérêt des sociétés transnationales.

À la veille du 1er mai, les communistes de l’Ukraine appellent tous les travailleurs, en particulier les travailleurs des entreprises industrielles, à entrer dans la protestation contre le président, les députés, le gouvernement pour mettre fin à la guerre dans le Donbass, à respecter strictement l’accord de Minsk, et à ne pas multiplier leurs profits sur le sang du peuple de l’Ukraine, par la diffusion de la haine et la colère, toujours plus de souffrance humaine et de douleur. Les travailleurs ne devraient pas tuer pour les profits des oligarques, leurs bénéfices. Pour les travailleurs, aussi bien en Galice,qu’à Kiev, le Donbass n’est pas un ennemi, et les membres de la classe ouvrière sont également opprimés et exploités par la bourgeoisie nationale et le capitalisme mondial.

Les travailleurs sont le fondement de la prospérité et du progrès. Le pillage du pays au cours des années d ‘ « indépendance » par les  clans oligarchiques, prive les citoyens de l’Ukraine du droit de travailler et les prive de leur droit à une vie décente, les transformant en des esclaves muets. Les oligarques ne se soucient pas des besoins des travailleurs qui reçoivent peu ou sont jetés à la rue pour rejoindre les rangs des chômeurs. Les oligarques laissent sans avenir nos jeunes qui, incapables de travailler ou d’avoir les moyens d’apprendre, pour les laisser se tuer avec l’alcool et la drogue. Les oligarques ne se soucient pas des enfants de la rue, ils sont indifférents au sort des milliers de victimes de fraudes bancaires et des personnes âgées vivant dans la pauvreté.

Par conséquent, dans le marais du capitalisme sauvage où est embourbée l’Ukraine, la solidarité de tous ceux qui gagnent leur pain quotidien par leur propre travail, est indispensable.

Sous le slogan « décommunisation » le régime oligarchique, avec ses sbires nationalistes essayent de calomnier et d’effacer de votre esprit la vérité du passé soviétique pour rependre des affabulations fausses et mener ses réformes réduisant le peuple à la misère privant les gens des conditions de base pour une vie saine, mettant en œuvre une politique de génocide social et de terreur contre les opposants, enfin ils pillent la richesse nationale.

Oligarques et nationalistes ensemble veulent nous dicter ce que  nous devons penser, quelle langue nous devons parler et avec qui être amis. Ce qu’ils veulent c’est dresser les uns contre les autres les peuples, les cultures, les générations. Ce sont eux qui, par leurs actions anti-populaires de la forme vulgarisée de la démocratie – des conseils  méprisent les communautés d’opinion. Ils ont placé le pays sous tutelle étrangère, le privant de sa souveraineté nationale.Alors qu’ils sont en position de marionnettes la politique étrangère du pays est déterminée et dictée, notamment pour les décisions gouvernementales les plus importantes, y compris la dotation en personnel,  par les États-Unis, l’, l’OTAN, le Fonds monétaire international.

Donc, on ne peut pas continuer! Nous –  nous sommes des millions, et eux une poignée.  Pour nous, nous avons la vérité, eux se cachent derrière le mensonge. En brisant la conspiration  des nationalistes et des oligarques nous pouvons établir la démocratie en Ukraine, nous allons créer les conditions pour une lutte réussie pour construire une société du travail et de la justice sociale!

Je demande à tous les salariés, les retraités qui ont mérité par leur travail, mais ne reçoivent pas leur pension décente,  les jeunes qui n’ont aucune perspective sociale aujourd’hui ni garantie pour l’avenir d’une vie réussie, les paysans,qui, par la ruse et la tromperie perdent les dernières propriétés – la terre, les employés de l’État – les enseignants, les médecins, qui portent d’énormes responsabilités sociales, alors qu’ils se sont appauvris et sont rejetés par l’Etat, tous les camarades à rejoindre la lutte pour un réveil politique en cette année du 100 e anniversaire de la révolution socialiste d’Octobre. En cette Journée internationale de la lutte de classes des travailleurs pour leurs droits et libertés politiques et socio-économiques avec une vigueur renouvelée, et confiance, tous ensemble et en même temps sous les mots d’ordre « Non au génocide social! », « Non à la guerre dans le Donbass, paix pour les peuples d’Ukraine”, tous ensemble avec les communistes pour contrer le gouvernement corrompu et ses chiens de garde fascistes en Ukraine.

source : http://www.kpu.ua/ru/86752/myr_trud_maj_ety_slova_slovno_nabat_zvuchat_v_nashyh_serdtsah_y_zovut_k_dejstvyjam_obraschenye_petra_symonenko_po_sluchaju_dnja_mezhdunarodnoj_solydarnosty_trudjaschyhsja

traduction depuis l’ukrainien par JBC pour www.initiative-communiste.fr avec nos excuses pour les coquilles et fautes