Contre la désindustrialisation qui s’amplifie en France nationaliser et sortir de l’UE !

La catastrophe annoncée de la fermeture de l’usine de Saint Saulve (59), la plus moderne des acieries française, indispensable à la chaine de production – notamment pour l’aciérie arcelor mittal de Dunkerque – pourrait être un nouveau symbole de cette désindustrialisation. Une désindustrialisation qui pourrait au rythme accéléré de ces dernières années d’euro délocalisation très rapidement renvoyer la France dans la catégorie des pays sous développés. Avec pour victime la classe des travailleurs. Mais que faire pour sortir de la désindustrialisation ? Pour s’en sortir, il faut sortir de l’UE pour nationaliser !


D’après l’INSEE, la production manufacturière s’est repliée de 0,6 % en mai et l’industrie devrait de nouveau détruire des emplois en 2018. Cela démontrent la poursuite du mouvement de désindustrialisation de la France, résultat de la crise du système capitaliste et des effets de la « construction » européenne dont le but est d’aggraver l’exploitation capitaliste, notamment en favorisant les délocalisations des industries.

La cession des Chantiers de St-Nazaire à son concurrent historique Fincantiéri, qu’a autorisée Macron, peut signer la fin de la construction navale en France. Idem du scandaleux démantèlement d’Alsthom au profit de Siemens organisé par Macron qui déstabilise le ferroviaire français et prépare la privatisation de la SNCF. Travailleurs de l’industrie et des services publics, même combat !

Alors que PSA détruit des milliers d’emplois et délocalise l’assemblage des véhicules Opel et Peugeot, le PDG Calors Tavares reçoit en prime 1 million d’€. Sa rémunération atteindra 6,7 millions €. Il gagnait 4,7 millions € en 2015 et 5,2 millions € en 2016. Soit un bonus de 10% la 2ème année… et près de 30% en 2017 ! Le salaire moyen des agents de production de PSA est de 1480 €, de 1629 euros pour les ouvriers de construction et de 1942 € pour les techniciens de maintenance.

Le PRCF propose entre autres pour réindustrialiser notre pays la démocratique – sans indemnités pour les gros actionnaires – des  banques et des secteurs-clés de l’économie. C’est indispensable pour planifier la reconstruction de l’industrie, ce qui nécessite de sortir de l’UE, qui INTERDIT les nationalisations stratégiques.