Intéressant entretien de F Lordon sur France Culture

Dans une récente interview donnée à France Culture, F Lordon développe une analyse  rejoignant celle formulée déjà à mainte reprises par G Gastaud philosophe – auteur notamment de Capitaliste et en 1997 puis et Internationalisme  – secrétaire national du PRCF mouvement qui la porte sur le terrain politique. Nous rappelons par exemple le récent article Que faire pour stopper la contre révolution française en marche? publié sur ce site et que nous vous invitons à lire.

Cette analyse doit être méditée par l’ensemble des forces progressistes et notamment par nos camarades du Front de , que nous avons encore interpellés dernièrement dans la manifestation du 1er décembre à travers la lettre ouverte du PRCF aux organisations progressistes et républicaines

Voici la transcription de quelques passages de cet .

F Lordon “On peut envisager de changer l’europe, de faire un autre euro, un euro qui soit plus social et progressiste à la place de l’euro austéritaire. Mais j’ajoute aussitôt cette transformation là est un rêve de singe”

F Lordon : La transformation de l’UE est impossible pour un certains nombre de raisons très très profondes. C’est à dire passer d’une europe néo libérale et austéritaire présente à une europe qui serait sociale et progressiste, sans transition. C’est pourquoi je pense que le retour aux monnaies nationales se fera du seul fait qu’émergerait même un projet de transformation de l’Euro. C’est que l’euro actuel est un outil qui a été conçu pour donner toute satisfaction aux marchés financier. Je pourrais vous reprendre le détail des règles de politiques économiques et des agencements institutionnels un par un.
Tout projet de transformation significatif de l’euro ne pourrait avoir pour objet que de soustraire la monnaie européenne à l’empire de la finance et des marchés de capitaux. Ce que voyant l’empire des marchés de capitaux déchainerait immédiatement une spéculation d’où résulterait l’éclatement de la zone euro et le retour forcé aux monnaies nationales.Je dis que ce retour aux monnaies nationales n’est pas normativement parlant une catastrophe, qui permettrait de recouvrer de nombreux degrés de liberté économique et politique.

L Adler :Vous êtes pour le retour à la souveraineté nationale.

Oui absolument, le retour à la souveraineté nationale car je ne vois pas comment on peut contester, plus exactement le retour à la souveraineté populaire, car je ne vois pas comment on peut contester l’idée de souveraineté populaire d’un point de vue de gauche. Et c’est pas parce que le ou les mouvements de droite à la droite de l’UMP ont essayé de capter – et réussi à capter semble t il ce thème – qu’il faut se laisser faire pour autant. Car de dépossessions en dépossessions, nous finirons à poils. Qu’est ce que c’est que la souveraineté populaire? La souveraineté populaire c’est la capacité d’une communauté politique à décider collectivement de son propre destin. C’est une idée qui nous a été léguée par les Lumières, par la Révolution Française, et je refuse le stigmate du et que l’on nous vole cette idée. La souveraineté populaire d’ailleurs, c’est un petit peu plus que la souveraineté nationale et ce serait cela la différence qu’il faudrait marquer entre les deux. Et de même, pour l’idée de Nation. Si j’avais su que je serai venu parler de ce thème, je serais venu avec quelques munitions. Et en particulier avec une définition de la nationalité qui avait été donnée dans l’article 4 de la constitution de 1793, la constitution de Robespierre. C’est une définition de la Nation par la citoyenneté et c’est une définition de la Nation qui est absolument admirable. Car la Nation, si elle est une communauté finie – la souveraineté populaire ne peut s’exercer que dans le périmètre d’un territoire finie, n’en déplaisent au cosmopolitisme car on n’a pas vu encore l’ombre d’une communauté politique mondiale qui n’existe qu’en fantasme – donc si la Nation lieu d’exercice de la souveraineté populaire est une communauté finie, elle n’est pas pour autant une communauté close. Et rien n’interdit que des étrangers prennent la nationalité française définie comme citoyenneté. En particulier tout les travailleurs qui sont actuellement clandestins, qui payent des impots, leurs cotisations sociales. Ces gens là ont droit à la nationalité française précisément parce qu’ils s’acquittent de leur devoir de citoyen le plus fondamentale qui est celui du consentement fiscal, là où B Arnaud, J Cahuzac, des Depardieu et des Johnny se baladent dans le monde comme dans un self service à passeports pour faire de l’optimisation fiscale. Et donc voila ma redéfinition de la Nation. Et celle là elle ne va pas plaire au . B Arnaud, pas français. Johnny, Cahuzac, pas français ; mais tous les travailleurs clandestins qui aspirent à payer des impôts, français.”

A écouter plus précisément à partir de 30′

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4697904