Marianne à l’étouffée ? À propos de certaines paroles prononcées par le nouveau ministre de l’Intérieur.

par , philosophe, militant franchement communiste et auteur notamment de “Lettre ouverte aux ‘bons Français’ qui assassinent la France” (Temps des cerises, 2005).

, étranglé, crie à plusieurs reprises j’étouffe aux policiers.

Qu’il s’agisse d’une œillade crapuleuse adressée aux flics qui ont strangulé Cédric Chouviat (ce père de famille a dit sept fois “j’étouffe!” avant de mourir!), ou d’un lapsus révélateur de l’inconscient personnel fascisant du nouveau ministre de l’Intérieur, les récentes paroles prononcées par Gérald Darmanin (quand j’entends parler de , j’étouffe!) montrent mieux que cent discours le choix de classe fascisant du “nouveau” gouvernement Castex et de son ministre de la

Des comportements scandaleux encouragés par l’État

N’ayant jamais bénéficié d’un soutien politique majoritaire dans les classes populaires par sa politique entièrement dédiée au MEDEF et à l’UE, la caste macroniste sait qu’elle ne peut plus guère compter, pour aller au bout de son quinquennat de malheur, que sur des médias aux ordres et sur les appareils répressifs d’État, cet ultime bastion de la dictature oligarchique. Or les sondages nous apprennent que le RN bénéficie d’un soutien majoritaire dans lesdits appareils. Et surtout, une série interminable de “bavures” montre hélas que ce service public dévoué à toute la population que devrait être la police, dévale une pente très dangereuse pour nos libertés (2). La preuve la plus nette de cette collusion du gouvernement et des éléments les plus dévoyés de l’appareil policier réside dans la permissivité du pouvoir actuel envers les “manifestations” subversives, voire séditieuses, de ces “syndicats” de police qui poussent à des regroupements provocants de policiers en armes, usant de leurs sirènes et de leur véhicules de service à quelques centaines de mètres de l’Élysée… 

Pas d’Europe de Maastricht sans glissement à l’État-policier

Loin d’être combattus, ces comportements de plus en plus calqués sur les us barbares des polices étasuniennes, sont encouragés par les gouvernements maastrichtiens successifs, de Sarko-Hortefeux à Macron-Philippe-Castaner en passant par le “socialiste” ultra-répressif M. Valls : et pour cause, tous ces proconsuls de l’UE sont investis d’une mission intrinsèquement violente : celle d’appliquer, en accélérant sans cesse les cadences, la feuille de route qui mène à la dissolution de la France et de ses acquis sociaux dans le bain d’acide que nos somnolentes confédérations syndicales s’obstinent à nommer “construction” européenne.

Mais comment appeler le fait d’imposer à “Marianne” et au monde du travail, qui ne cessent de dire Non, non et non (3) une politique oligarchique qui les étouffe et qui les nie au quotidien (4) ? Qu’on le tourne de toutes les manières, et si violente que soit, non pas le mot et l’image, mais la RÉALITÉ SOCIALE elle-même, il s’agit bien d’un viol en réunion de la République française héritière des Lumières, de la Révolution, du Front populaire, de la Résistance antifasciste et des audacieux ministres communistes de 1945 appliquant le programme social du CNR. Et pour son honneur et le nôtre, “Marianne” se débat contre ceux qui l’assiègent pour la violenter (au nom de “valeurs républicaines” hypocritement dévoyées!), pour l’étouffer et, si possible, pour l’enterrer toute vive ! Ce faisant, nos oligarques convertis à l’euro-mondialisation capitaliste cassent et déclassent aussi des millions d’ouvriers rendus “inemployables”, d’employé(e)s précarisé(e)s, de fonctionnaires “france-télécomisés”, des paysans promis à la ruine, des jeunes diplômés contraints à l’expatriation, des “périphéries” abandonnées et des quartiers populaires ghettoïsés…

Résister au viol de Marianne

Si graves que soient les accusations de viol, de trafic d’influence ou de machisme actuellement portées par certaines féministes à l’encontre de tel ou tel ministre macronien (à la justice d’établir les faits), que sont-elles face au VIOL POLITIQUE et à la TORTURE socio-économique permanents infligés depuis des décennies à la France ouvrière et républicaine? Face à cette politique criminelle, l’héritage frondeur et insurrectionnel du peuple français (Jacqueries d’Ancien Régime, Fronde populaire, Révolution française, Trois Glorieuses de 1830, insurrections de 1848, Commune de Paris, occupations d’usine de 1936, insurrection parisienne de 1944, sans oublier plus près de nous mai 1968…) reste vivace. Est-il alors subversif, n’est-il pas tout bonnement civique, de méditer ce passage de notre première constitution républicaine telle que l’adopta la Convention jacobine : “quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs”?

Pour une police VRAIMENT républicaine

D’autant que le présent texte n’est pas écrit par un anarchiste rejetant a priori toute forme de répression. Nous constatons au contraire qu’il existe aussi des policiers démocrates et des syndicalistes – minoritaires hélas – qui, au risque de leur carrière, pointent courageusement les violences et le racisme de nombre de certains de leurs confrères. Ces vrais républicains aimeraient mieux arrêter les délinquants, grands, petits et moyens, que nasser, gazer, voire mutiler sur ordre les militants populaires en lutte. Nous ne sommes nullement, nous militants franchement communistes, syndicalistes de lutte et autres vrais républicains, des petits-bourgeois sentimentaux pétris d’angélisme: nous partageons totalement l’indignation des pompiers agressés par de lâches voyous, l’horreur subie par la jeune gendarme coupée en deux par un chauffard criminel, la rage que ne peut manquer d’éprouver la famille du chauffeur de bus lynché par des salopards. Nous n’avons pas oublié non plus les policiers que de sombres irresponsables travestis en manifestants ont tenté de faire brûler vifs dans leur voiture de service ou ceux qui furent lâchement abattus dans leur domicile.

Quant aux casseurs de manif arrivant ensemble, cagoulés et armés, aux manifs populaires, pourquoi sont-ils si rarement appréhendés? Pourquoi par ailleurs la police laisse-t-elle s’entretuer des gangs pseudo-“ethniques” en pleine ville de Dijon sans même tenter d’appréhender, voire de neutraliser sur le champ les gangsters tchétchènes qui encerclaient et terrorisaient un quartier populaire? Serait-ce parce que la France officielle, pétrie de russophobie et d’anti-soviétisme rancis, a “accueilli” ces bandits sur son sol pour favoriser la partition ethno-religieuse de la Russie “postsoviétique” ? Il faut aussi se demander pourquoi, dans tant de quartiers populaires, la police ne se rend plus que pour de brèves incursions destinées aux médias, alors que la masse des habitants ouvriers, y compris bien sûr ceux qui sont d’origine immigrée, vivent dans la peur des passeurs de drogue (ou des intégristes). Dans ces quartiers, les seuls fonctionnaires se rendant régulièrement sur place sont souvent de jeunes enseignantes sans expérience ou des sapeurs-pompiers tentant d’éteindre des incendies criminels!

Dans une France socialiste, le gangstérisme, les mafias, les bandes fascistes, les fanatiques intégristes de tous bords, les séparatismes violents de toute espèce (à commencer par celui que pratiquent les richards qui expatrient leur fortune pour se soustraire à l’impôt) seraient efficacement combattus et extirpés comme ils le furent en Russie soviétique ou comme ils le sont encore à Cuba. Dans un pays socialiste au sens où l’entendent les communistes, les travailleurs honnêtes et les jeunes de toutes couleurs et de toutes religions (ou irréligion) se sentiraient libres et protégés ; les mères de familles, les enfants, les jeunes femmes et les personnes âgées déambuleraient en sécurité; la police serait vue tout naturellement comme une “gardienne de la paix” et non comme un redoutable appareil hors sol, indifférent à l’insécurité vécue au quotidien par les classes populaires, mais toujours prête à casser du gréviste, du Gilet jaune ou des jeunes gens basanés voyageant hors des lieux qui leur sont implicitement assignés. Pour parvenir à ce résultat qui n’aurait rien d’extrémiste (à quoi sert une société si ne n’est à y vivre plus sûrement que dans une jungle?), il faudra que le peuple exerce enfin le pouvoir dans notre pays. Non plus en paroles et à l’abri de beaux mots vidés de leur sens comme les mots “république” et “égalité des droits”, mais en pratique et dans les faits. En un mot, il y faudra une seconde Révolution française, une France émancipée de l’UE, affranchie du règne du grand capital, débarrassée de l’extrême droite raciste et centrée sur le monde du Travail.


Notes :

1 – rappelons que Macron a obtenu 11% des inscrits au premier tour de la présidentielle, qu’au second tour il n’a pas été élu sur son programme mais sur le rejet majoritaire de Le Pen. Confirmation de cette réalité politique: 58% des Français ont fortement réduit la légitimité des députés macronistes en s’abstenant à hauteur de 58% au second tour des législatives. 
2 – Éborgnement en série de , nassage et gazage systématiques des manifs syndicales, tabassage éhonté d’une militante âgée d’ATTAC à Nice, mort archi-suspecte d’Adama Traoré, charge irresponsable ayant provoqué la noyade de Stève Canisso à Nantes, gestion provocatrice de la police parisienne par le préfet Lallement. Il faut aussi parler des mises en garde internes à la police qui se multiplient sur des cas flagrants de racisme suivis, non de la révocation des nazis en uniforme indignes de leur insigne, mais du harcèlement ou de la “placardisation” des lanceurs d’alerte qui résistent dans l’institution…
3 – Souvenons-nous du NON ouvrier majoritaire au traité de Maastricht dès 1992, des grèves de masse de 1995, de 2003, de 2010, de 2016, du NON français majoritaire à la constitution européenne, de l’insurrection des jeunes contre le CPE en 2006, du soulèvement des Gilets jaunes… 
4 – Délocalisations et fusions industrielles, casse du service public, démontage des retraites, des statuts, des conventions collectives, du droit du travail, et des indemnités chômage, mise à mort des communes et de la République indivisible au profit des “métropoles” et des Grandes Régions à l’allemande, substitution de la souveraineté “européenne” – en réalité, de la gouvernance berlinoise – à la souveraineté nationale; sans oublier l’éviction galopante du français au profit du tout-anglais des traités “transatlantiques”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.