#CETA #AffaireDeRugy , la nomination de Borne, Tatcher française destructrice de la SNCF, preuves de la politique anti- écologie du régime Macron !

De Rugy démissionne, emporté par les nouvelles affaires de la Macronie, nomme E. à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, dont elle était secrétaire d’État au transport. Au passage, le rang de ministère d’État est supprimé, démontrant le peu de considération accordé à ce ministère regroupant les services publics des transports, de l’équipement, de l’aménagement du territoire, du logement et de l’. Un ministère exsangue et sacrifié au nom de l’austérité, après des années de suppressions d’emplois par milliers et de baisses des budgets. , secrétaire national du PRCF, dénonce la nomination de la Thatcher française du rail. Dont il faut rappeler qu’en matière d’affaires, on ne devrait pas oublier sa rémunération indécente empochée en tant que patronne de la RATP. Sans oublier qu’il y a deux jours, depuis le Château, Macron avait imposé comme chef de cabinet, c’est-à-dire n°2 du ministère de l’Écologie, rien moins qu’un ex-vice-président de… PSA Peugeot. Borne est cette secrétaire d’État qui vient de mettre des dizaines de milliers de camions sur les routes en mettant à l’arrêt le train des primeurs entre Perpignan et Rungis (lire ici) Quelle meilleure démonstration que le régime Macron, c’est l’exact opposé de l’écologie? Cette nomination de Borne n’est que le symptôme de ce que le , c’est la transition écologique Bornée, pour ne pas dire interdite !


Vote parlementaire sur le CETA, Macronie en crise, ou… le combat écologique Borné ! par Georges Gastaud

La vie de chateau au frais des travailleurs du pseudo “écolo” De Rugy

Au-delà des agissements scandaleusement dilapidateurs reprochés à l’ex-ministre de l’Environnement, l’usure de plus en plus rapide des ministres macronistes de l’écologie, Hulot d’abord puis de Rugy, est symptômatique ; elle témoigne de l’incompatibilité croissante entre le bavardage écolo de Macron et les choix néolibéraux, libre-échangistes et oligarchiques de l’ainsi-dit « Nouveau Monde »[1].

Comment un gouvernement qui vient de signer un accord délétère de libre-échange avec le Mercosur et qui, au cœur de l’été, s’apprête à faire voter le honteux CETA par ses députés-godillots[2] peut-il se réclamer de l’ « urgence climatique » ? Même le millionnaire Hulot voit désormais dans le libre-échangisme mondial voulu par les transnationales le principal obstacle à une transition écologique à laquelle le réchauffement climatique, la montée des pollutions et l’effondrement en cours de la biodiversité confèrent une urgence vitale. Chacun sait en effet que les accords transcontinentaux signés par l’UE avec le soutien de Merkel et de Macron ne feront qu’accélérer les délocalisations industrielles, l’affaissement des productions agricoles locales, que stimuler les transports intercontinentaux polluants, qu’aggraver la « malbouffe » et les soucis de santé publique qui l’accompagnent, qu’abonder le sous-emploi ouvrier et paysan dans notre pays tout en durcissant la surexploitation des pays du Sud et de l’Est.

C’est pourquoi, à l’unisson de tous les progressistes, nous dénonçons la nomination d’Elisabeth Borne comme ministre des transports ET de l’écologie. Non seulement parce que cette  « Thatcher française » connue pour sa brutalité managériale s’est surtout fait remarquer par son acharnement à humilier les cheminots et à privatiser la , donc à accélérer le rabougrissement du réseau ferré français au profit du camionnage archi-polluant, mais parce que la promotion de cette haute fonctionnaire sans substance politique propre signifie que Macron pilotera désormais encore plus directement la politique (anti-)environnementale du gouvernement ; chacun sait pourtant (voir son récent plaidoyer pour « TOTAL ») que le chef de l’exécutif n’a rien à refuser à l’oligarchie archi-gaspilleuse et pollueuse qui a largement financé sa campagne présidentielle…

Cependant, nous, militants franchement communistes et 100% anti-UE, interpellons fraternellement les progressistes qui croient encore pouvoir défendre l’écologie DANS LE CADRE de l’Union européenne et du mode de production capitaliste. Quand comprendrez-vous enfin, camarades, que, structurellement l’UE n’est pas et ne peut pas devenir un « rempart » aux super-pollueurs du néolibéralisme transcontinental (CETA, TAFTA, accord Mercosur…) ? En effet tous les traités européens stipulent que « l’UE est une économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » ; on ne peut donc sortir du néolibéralisme européen et mondial qu’en SORTANT de l’UE par la gauche. Y compris en frappant d’emblée le grand capital par la nationalisation franche, sans indemnités pour les gros actionnaires, des banques et des secteurs-clés de l’économie, avec attribution de pouvoirs étendus aux travailleurs de ces entreprises. Sans cela : Frexit progressiste, nationalisations stratégiques, extension tous azimuts de la démocratie populaire, impossible d’organiser la relocalisation des productions industrielles et agricoles, de planifier la transition écologique et de multiplier des coopérations internationales raisonnées, égalitaires et écologiquement soutenables. Il faut donc envoyer promener les diktats de l’UE, de son chef d’orchestre allemand (grande donneuse de leçons d’écologie, la RFA est un énorme producteur d’énergie carbonée !) et de son superviseur étasunien (le principal ennemi mondial des accords climatiques siège à Washington !) !

Enfin, n’oublions jamais la dimension militaire des questions écologiques : non seulement parce que la course aux armements relancée par Obama d’abord, puis par Trump, et qui engouffre des sommes colossales aux USA, en RFA et en France, stérilise d’immenses ressources économiques qui devraient être engagées solidairement contre le réchauffement climatique, mais parce que si l’ « armée européenne » arrimée à la belliqueuse OTAN voit le jour dans le cadre d’une mondialisation des agressions étasuniennes (contre la Russie ? Contre la Chine ? Contre l’Iran ? Contre l’ALBA ?), un conflit mondial exterminateur dégénérant en échange de tirs nucléaires signerait la fin de l’humanité bien avant que les prédations écologiques « civiles » n’aient fini de produire tous leurs effets mortifères…

Bref, la question de savoir qui remplace le piteux De Rugy au ministère de l’écologie est archi-secondaire par rapport aux questions hautement POLITIQUES, VOIRE ANTHROPOLOGIQUES suivantes :

  • comment virer au plus tôt ce pouvoir prédateur des conquis sociaux, des services publics, du « produire en France » (STX, Alsthom, etc.), de l’environnement, de la souveraineté de notre pays, des conditions de la paix mondiale ?
  • comment sortir au plus tôt, par la gauche, de l’UE-OTAN ?
  • comment en finir avec un système capitaliste proprement exterministe qui, plus que jamais, « ne produit la richesse, comme l’écrivait Marx, qu’en épuisant ses deux sources, la Terre et le travailleur » ?

Si l’on se refuse d’avance, parce qu’on ne veut pas sortir soi-même du cadre de l’euro-réformisme, à franchir les bornes de l’UE, de l’OTAN et du mode de production capitaliste, alors on pourra dire que, changement de ministre ou pas, la transition écologique est BORNEE, voire mort-née, dans notre pays !

Georges Gastaud, porte parole du PRCF – 17 juillet 2019


[1] Pourquoi si peu de « politologues » font-ils remarquer que, traditionnellement, l’expression « Nouveau Monde » signifie… l’Amérique ?

[2] En attendant de remettre en circuit le TAFTA, boudé par Trump, et l’ « Union transatlantique » chère au MEDEF ?

3 Commentaires de lecteur “#CETA #AffaireDeRugy , la nomination de Borne, Tatcher française destructrice de la SNCF, preuves de la politique anti- écologie du régime Macron !

  1. Max Lavache
    19 juillet 2019 at 13:02

    Oui mais camarades ni Macron ni personne ne pourra rien faire si on se trompe de combat. C’est facile de s’insulter entre nous mais qui aura le courage de taper directement sur les vrais ennemis du peuple : l’aristocratie anglo-saxonne. Je pense que Macron pensait vraiment que sa politique ultra-libérale allait lui laisser de la marge de manouvre mais ce n’est pas lui qui a décidé de virer De Rugy, c’est l’oligarchie anglo-saxonne. Alors c’est eux qu’ils faut taper directement sans se soucier de leurs fusibles sinon on finira juste par s’entre-tuer sans que les vrais coupables ne soient réellement inquiétés. Il faut viser la tête directement, l’aristocratie britannique, sinon il y aura toujours un autre Macron derrière Macron.