20% des lits théoriquement ouverts à l’hôpital public sont actuellement fermés en raison du manque de personnel soignant. Cela en dit long, en pleine pandémie de covid-19. Mais rappelons que la pression sur l’hôpital public n’a que peu à voir avec le covid-19, mais tout à voir avec les fermetures massives des hôpitaux publics, des services d’urgences, des maternités. Un saccage en règle mené par les gouvernements successifs aux ordres de l’Union Européenne : c’est qu’à 63 reprise ces 20 dernières années l’Union Européenne a ordonné la baisse des dépenses de l’hôpital public. Des désirs qui sont des ordres lorsqu’ils sont exprimés dans le cadre du « semestre européen » et autres directives découlant du traité de Maastricht et autre TSCG. De fait, ne pas s’y plier reviendrait à invalider le budget ! Et se mettre sous une pression spéculative encore plus grande des banques privées, qui en raison de l’euro ont également la haute main sur le budget de l’Etat et peuvent se permettre toutes les pressions sur celui de la sécurité sociale. Cela sans oublier les ordres de libéralisation pour faire de la santé publique un marché privé hautement profitable. C’est ce qui explique la continuité des plans de casses de l’hôpital public, et de suppressions massives de dizaines de milliers de postes et de lits. De la tarification à l’acte de Bertrand en passant par les plans de Touraine Atal jusqu’à ceux de Buzin Véran….

C’est pourquoi les militants franchement communistes du PRCF et des JRCF étaient dans la rue pour soutenir les manifestations des soignants ce 4 décembre. En appelant tout à la fois au tous ensemble, car les luttes des cheminots, des électriciens gaziers, des enseignants et plus largement de l’ensemble des agents des services publics, mais également celles de tous les travailleurs de l’industrie, des services ou de l’agriculture peuvent toutes s’unir pour gagner en s’attaquant à la racine de ce qui est la cause de toutes les difficultés, du chômage de masse, de la précarisation et de la baisse des salaires. C’est à dire le système capitaliste et ses structures qui prive le peuple de la souveraineté nécessaire pour établir une vraie alternative progressiste mettant les travailleurs et les besoins de l’humanité au coeur des préoccupations politiques. Cela nécessite donc de mettre en cause tout à la fois le capitalisme et son union européenne. D’en briser les chaînes pour faire place au peuple et à la satisfaction de ses besoins, dont le premier essentiel est celui d’un système de santé publique efficace, pour tous, respectueux de ses soignants.

JBC pour www.initative-communiste.fr

Dossier spécial hôpital

Quelques photos de la manifestation prises par les militants du PRCF Ile de France

le communiqué de l’Inter Urgence et les manifs en france vues sur le twitter du collectif inter hôpitaux

Le tract anticorps de la commission santé du PRCF

20211026-tracts-anticorps