Résultat des élections en Grèce : communiqué du KKE – parti communiste grec

DÉCLARATION DU SG DU KKE, DIMITRI KOUTSOUMPAS, SUR LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS DU 25 JANVIER

kke kaisarianh-ekloges-7Tout d’abord, nous tenons à remercier les milliers de travailleurs dans notre pays, les jeunes qui ont répondu à l’appel du KKE et ont contribué aujourd’hui à son renforcement, confirmant la tendance positive au rassemblement des forces à nouveau autour du Parti, à la récupération des votes. Cette tendance a été enregistrée l’année dernière aux élections européennes et aux élections municipales et régionales et s’est poursuivie au niveau des petites et grandes luttes de notre peuple, du mouvement syndical ouvrier et populaire.

En particulier, nous voulons saluer les électeurs qui ont voté pour le KKE pour la première fois en appréciant sa stabilité, sa cohérence, son désintéressement.

Le général des élections exprime, par les urnes aussi, le grand mécontentement et la colère du peuple contre les partis ND et PASOK, qui l’ont plongé dans la pauvreté et le chômage au cours de la crise économique.

Bien sûr, il reflète en grande partie le faux espoir que le nouveau gouvernement de puisse suivre une politique dans les intérêts du peuple.

Le KKE a estimé, sur la base des déclarations et des positions de SYRIZA avant et pendant la campagne électorale, que la nouvelle composition du Parlement et la formation d’un gouvernement de SYRIZA – soit de majorité absolue , soit de coalition- suivra la même route : la route à sens unique européenne, les engagements au grand capital, aux monopoles, à l’ et l’OTAN, avec toutes les conséquences négatives que cela implique pour notre peuple et notre pays. Les couches populaires paieront encore une fois les pots cassés.

C’est un développement très négatif qu’un parti nazi, avec de l’action meurtrière et criminelle spécifique, un parti qui a été formé par les mécanismes du système, qui est clairement contre les intérêts du peuple, a obtenu encore une fois un pourcentage  important de votes.

Dans l’ensemble, nous estimons que la ligne de la contre-attaque et de la rupture avec  la voie du développement capitaliste, l’UE et la politique qui soutient cette direction à travers l’incorporation et la passivité, doit être renforcée encore plus parmi le peuple.

Le KKE intensifiera ses efforts et ses initiatives pour les problèmes aigus des travailleurs et du peuple, avec nos propositions pour le soulagement des chômeurs, des familles des couches populaires, des travailleurs indépendants, des agriculteurs, des étudiants.

Il intensifiera les efforts et les initiatives pour le regroupement du mouvement ouvrier-populaire, la formation de l’alliance populaire, pour que le peuple réalise ses espoirs et ses aspirations et se libère du joug des monopoles.

Nous luttons, à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur du parlement, avec le pouvoir que notre peuple nous a donné, pour révéler les plans concoctés contre le peuple.

Nous allons lutter de manière dynamique en tant qu’opposition ouvrière-populaire militante, en tant qu’organisateur et inspirateur de la lutte ouvrier et de l’alliance populaire, pour la survie et la perspective de renversement totale.

Nous souhaitons beaucoup de force à tous. Nous allons de l’avant, dynamiquement! Merci.

Athènes, 25/1/2015                          Le Bureau de Presse du KKE

Lire le communiqué du PRCF

Interview de Giorgos Marinos, membre du BP du CC du KKE, dans le journal « Unsere Zeit » du PC Αllemand

UZ: Les développements récents en conduisent aux élections législatives le 25/1. Le KKE, comment agira-t-il dans cette lutte électorale? Sera le KKE en mesure de faire face avec succès à la polarisation attendue autour du scénario prétendue «en faveur de» ou «contre» l’UE?

Giorgos Marinos: On ne va pas voir la polarisation décrite ci-dessus (concernant l’UE), puisque les deux partis principaux qui se disputent le pouvoir (ND et SYRIZA) se sont engagés à l’UE. En effet, le président de SYRIZA, A. Tsipras, a déclaré clairement: «Nous appartenons à l’Occident, l’UE et l’OTAN. Nous ne contestons pas cela ». Ainsi, la polarisation qui sera recherchée sera entre d’une part la peur qui est cultivée par ND, que si la ligne politique actuelle antipopulaire n’est pas suivie, il y aura une catastrophe, et d’autre part, l’exploitation de l’indignation du peuple et les illusions de gestion favorisées par SYRIZA, qui, malgré son pourcentage électoral haute ne contribue pas au développement des luttes de la classe ouvrière.

Notre Parti, avec des luttes importantes et le travail de propagande de masse, démontre aux travailleurs que quelle que soit la formule de la gestion bourgeoise, dans le cadre de l’UE, de l’OTAN et du chemin de développement capitaliste, ce ne sera pas dans l’intérêt des travailleurs et d’autres couches populaires. La solution est de renforcer le KKE partout, dans le parlement aussi, afin de renforcer la lutte du peuple et ouvrir la voie à des changements radicaux.

UZ: Les médias de masse en Allemagne tiennent des discours alarmistes sur l’effondrement de la Grèce si la « gauche radicale », c’est à dire SYRIZA, remporte les élections. L’UE intervient déjà dans la lutte électorale. Quelles sont vos attentes par rapport à la ligne politique qu’Alexis Tsipras va suivre?

Giorgos Marinos: Ils peuvent tenir des discours alarmistes en Allemagne, comme le fait le parti gouvernemental ND en Grèce, mais d’autres sections du capital s’expriment différemment et ils soutiennent ouvertement un possible gouvernement de SYRIZA.

Bien sûr, les deux partis (ND-SYRIZA) ont des différences qui expriment les différences qui existent au sein des pays de la zone et entre des sections des monopoles, de la bourgeoisie et des hommes d’affaires. L’une des vues, qui est à l’heure actuelle la dominante au sein de la Commission, l’UE, l’Allemagne, parle d’une ligne politique restrictive, de la poursuite des mesures d’austérité afin que chaque pays puisse sortir de la crise et que la zone dans son ensemble ne glisse pas dans la crise. De l’autre côté, il y a le point de vue qui parle d’une politique plus expansive, en tout cas, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a parlé d’un relâchement fiscal afin d’accroître la liquidité, pour fournir de l’argent à des hommes d’affaires pour des investissements. Ils affirment, comme SYRIZA le fait aussi, que l’économie va « respirer » de cette manière. Cet argent quand même n’ira pas au peuple, mais aux différentes sections de la ploutocratie, les monopoles.

Donc, lors SYRIZA est en concurrence avec ND par rapport à la question qui permettra le meilleur renforcement de la rentabilité du capital, la «compétitivité» de l’économie, le remboursement de la dette, il ne peut y avoir aucune attente qu’une ligne politique en faveur du peuple soit mise en œuvre par un gouvernement de SYRIZA. SYRIZA est devenu un parti social-démocrate. La vie a démontré que les « gouvernements de gauche», à la fois en Grèce et dans l’Europe, sont devenus les « ponts » pour des politiques plus à « droite ».

UZ: Quel est le chemin pour le pays proposé par le KKE concernant la dette et l’UE?

Giorgos Marinos: Le KKE a démontré que ce n’est pas le peuple qui est à blâmer pour la dette, mais le capital et ses gouvernements. En bref, c’est l’adhésion du pays à la CEE – l’UE, qui a détruit des secteurs traditionnels de l’économie, qui est responsable, ainsi que le chemin de développement capitaliste dans son ensemble, puisque l’état a fait des emprunts afin de servir la rentabilité du capital et demande maintenant les travailleurs à payer. Nous appelons le peuple à ne pas reconnaître la dette.

En outre, nous soulignons que le plan de ND pour un « allongement » du remboursement de la dette, qui est maintenant également accepté par des cadres de SYRIZA, ainsi que l’objectif officiel de SYRIZA et du FMI au sujet d’une «décote» de la dette de sorte qu’elle puisse devenir «viable», ne libèrent pas le peuple de ce fardeau financier insupportable, ne conduisent pas à une reprise des pertes affectant le revenu du peuple depuis le début de la crise capitaliste, ne mettent pas non plus un frein à la poursuite des mesures antipopulaires.

Ce que le peuple doit faire est de créer les conditions préalables, dans la société, pour ouvrir la voie pour une annulation unilatérale de la dette, le désengagement de la Grèce de l’UE et de l’OTAN, la création d’une économie qui fonctionnera sur la base des besoins du peuple, et non pas pour la rentabilité du capital. Cela exige un pouvoir ouvrier-populaire. Le regroupement du mouvement ouvrier-populaire est une condition préalable, ainsi que la formation de l’alliance populaire de la classe ouvrière avec les autres couches populaires, ce qui peut être mis en place à travers le renforcement décisif du KKE.

UZ: Le KKE rejette la participation dans le PGE. Quelles sont les raisons qui vous conduisent à cette position? Il n’y a pas de raisons qui militent en faveur d’une telle coopération?

Giorgos Marinos: Le KKE a fêté 96 ans d’activité incessante. Depuis sa fondation, notre Parti a été et reste un parti internationaliste. Les Rencontres internationales des Partis communistes et ouvriers ont commencé il y a 16 ans à Athènes, à son initiative. Il répond activement aux invitations internationales d’autres partis, il entreprend des initiatives pour coordonner l’activité au niveau mondial et régional. Donc, nos différences avec le PGE ne sont pas liées à la question si il devrait y avoir une tentative de coordonner l’action, mais dans quelle direction cette coordination devrait être.

Plus précisément, le KKE considère que l’activité conjointe contre la guerre et les interventions impérialistes, contre le chemin de développement capitaliste, contre les mesures anti-ouvrières et antipopulaires, les unions impérialistes de l’UE et l’OTAN, contre toute union impérialiste, doit être renforcée. Notre objectif doit être l’élaboration d’une stratégie révolutionnaire contemporaine à un niveau international.

Cela ne peut être réalisé par le PGE, qui a été établi sur la base des décisions de l’UE elle-même. Tous les soi-disant «partis européens» (y compris le PGE) dans leurs documents acceptent obligatoirement et soutiennent l’« édifice » impérialiste de l’UE et reçoivent un soutien multiforme de celle-ci.

Le KKE donne la priorité à une nouvelle forme de coopération et de ralliement des partis communistes et ouvriers au niveau européen, sur la base de principes communs. Aujourd’hui il y a 29 partis participant à «L’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe pour l’étude et l’élaboration des sujets européens et la coordination de leur action». Ce sont des partis qui ne sont pas membres ou membres à part entière du PGE, se fondant sur les principes du socialisme scientifique, unis par la vision d’une société sans exploitation de l’homme par l’homme, sans pauvreté, injustice sociale et guerres impérialistes. Dans le même temps nous avons un engagement clair à lutter contre l’UE. L’UE constitue le choix du capital et promeut des mesures favorables aux monopoles, renforce ses caractéristiques en tant que bloc économique, politique et militaire impérialiste contre les intérêts de la classe ouvrière, des couches populaires. Elle augmente les dépenses militaires, intensifie l’autoritarisme et la répression étatique. Nous croyons au droit de chaque peuple de choisir son propre chemin souverain de développement, y compris le droit de se désengager de dépendances à plusieurs niveaux vis-à-vis l’UE et l’OTAN, ainsi que le droit de choisir le socialisme.

À notre avis, tout PC européenne voulant rester fidèle à sa mission historique, en tant que parti de la classe ouvrière, de la perspective socialiste, sera contraint par les développements eux-mêmes de prendre sa place dans notre front commun contre les monopoles, le capitalisme et ses unions, comme l’UE et l’OTAN. Sinon, il va glisser, ouvertement ou non, dans un vain effort pour «humaniser» l’UE et le capitalisme. Il va perdre son identité communiste. Et par conséquent, il donnera la mauvaise réponse aux dilemmes historiques «socialisme ou barbarie?» et «réforme ou révolution?», posés par la révolutionnaire allemande Rosa Luxemburg dans ses écrits. Il se rangera éventuellement contre les intérêts de la classe ouvrière, du peuple, comme c’est le cas aujourd’hui, entre autres, du PGE.

UZ: Nous vous souhaitons beaucoup de succès dans les élections et les luttes que 2015 apportera!