Ça y est, Macron, nouveau président intérimaire de l’UE et, accessoirement, président de la République française en voie de décomposition, a fait retirer le drapeau tricolore de l’Arc de triomphe pour lui substituer le drapeau marial de l’Europe germano-americaine.
Qu’importe à l’homme-lige des transnationales qu’est Macron, que le peuple français ait refusé ce symbole marial, ainsi que le prétendu hymne européen, quand les électeurs français ont rejeté la constitution européenne un certain 29 mai 2005? Le nouveau chancelier allemand ne vient-il pas d’annoncer qu’il mettait le cap sur un État fédéral européen dont la direction ne sera certainement pas, qui en doute, à Rome, Madrid ou Paris, et dont la langue unique illégalement promue par Ursula von der Leyen, est le globish du Grand Marché Transatlantique…

Histoire de camoufler un peu son ralliement total aux États-Unis d’Europe centrés sur l’Axe impérial Washington/Berlin, Macron préfère parler de « souveraineté européenne », en violation de la Constitution française, ce chiffon de papier, qui dispose que « la souveraineté appartient à la Nation »…
Plus que jamais, les patriotes républicains doivent combattre cette Macronie délétère et ses succédanés plus euro-atlantistes et fascisants les uns que les autres qui, de Pécresse à Ciotti en passant par Zemmour et Le Pen, ne rêvent que de durcir la répression contre le mouvement populaire sans remettre en cause l’euro-dislocation de la République dans le belliqueux, despotique et maladivement anticommuniste Empire transatlantique du capital.
Plus que jamais, les vrais progressistes doivent donc rompre avec le mensonge d’une réorientation progressiste de cette « construction » européenne entièrement conçue pour désintégrer les acquis sociaux et les souverainetés populaires.
Plus que jamais, avant que notre pays, que nos acquis, que notre langue, que notre legs républicain n’y passent tout entiers, militons ensemble pour que la France sorte de cette UE adossée à l’OTAN qui désintègre notre pays tout en menaçant la paix, le progrès social, la diversité des cultures européennes et la démocratie.

Par Floréal, PRCF