Lafontaine ne s’en laisse plus compter : le dirigeant social démocrate allemand dénonce les causes de la guerre en Ukraine
Dirigeant historique de la gauche social-démocrate allemande, acteur des grandes mobilisations de 1984 contre les euromissiles de Ronald Reagan, Oskar Lafontaine voit clair sur les causes profondes du conflit de haute intensité qui oppose de plus en plus l’UE, arrimée à l’OTAN, avec les Verts allemands en situation de hérauts de guerre, pour faire la guerre à la Russie, puis à la Chine. Alors que le SPD cède à nouveau à ses vieux démons sociaux-imperialistes, IC relaie volontiers la parole courageuse, exprimé dans un entretien à nos jeunes camarades allemands de Junge Welt, d’un homme qui, contrairement au Grand et Vénéré Leader du « New PS » français, reste fidèle au pacifisme de sa de sa jeunesse et à l’exigence de sortir au plus tôt de l’alliance mortifère qu’est l’OTAN.
Dirigeants danois, suédois et finlandais qui ralliez l’OTAN pour « garantir votre sécurité », Fabien Roussel qui déclarez que « la sortie de l’OTAN n’est pas d’actualité », vous êtes aussi avisés que des gosses qui s’abriteraient de l’orage en se réfugiant sous un chêne à l’approche d’un orage !

Oskar Lafontaine, ex-dirigeant du SPD allemand, désigne les causes de la guerre en Ukraine

Communiqué de presse Junge Welt : Entrevue exclusive avec Oskar Lafontaine
»Le gouvernement fédéral agit comme un vassal des États-Unis« – Oskar Lafontaine critique le cours de la politique étrangère allemande envers la Russie – conférence de paix le 21 mai à Berlin

Berlin, 20.5.2022

Le quotidien berlinois Junge Welt a publié une longue interview exclusive d’Oskar Lafontaine dans son édition du week-end (21/22 mai). L’ancien président du SPD et du Parti de gauche critique vivement la politique étrangère allemande envers la Russie.

Oskar Lafontaine sur la guerre en Ukraine : « Moscou rappelle depuis 20 ans que l’Ukraine ne doit pas être acceptée dans l’OTAN. Ces intérêts de sécurité ont été constamment ignorés. » C’est l’une des raisons décisives du déclenchement de la guerre en Ukraine. « La question cruciale est : peut-on installer des missiles aux frontières d’une puissance nucléaire sans préavis ?

Oskar Lafontaine sur le gouvernement fédéral : « Le chancelier fédéral lui-même a notamment attiré l’attention sur le risque d’une extension de la guerre à l’Europe et même d’une attaque nucléaire. » Le gouvernement fédéral n’est pas en mesure d’agir en fonction de ses propres intérêts. « Au lieu de cela, dans le rôle d’un vassal loyal des États-Unis, vous vous faites beaucoup de mal. »

Oskar Lafontaine sur les Verts : « Les Verts, qui avaient autrefois une forte aile pacifiste, sont devenus les plus grands fauteurs de guerre en Allemagne depuis la guerre de Yougoslavie. » Le parti est « le bras étendu des États-Unis » au Bundestag. « Ils soutiennent toutes les décisions américaines en matière de guerres. »

Oskar Lafontaine sur Die Linke : « Un parti de gauche qui représente les vrais intérêts de la majorité de la population aurait maintenant plus d’approbation que les Verts. » Certaines parties du parti ont essayé d’amener Die Linke sur une voie similaire à celle du SPD et les Verts. « Si le cap est vraiment fixé au congrès du parti fin juin, alors la fête sera foutue. »

Ancien dirigeant du parti social-démocrate au pouvoir, Oskar Lafontaine, attribue le conflit en Ukraine au refus de l’OTAN d’écouter Moscou.

Un vétéran de la politique allemande a déclaré que le refus de l’Occident d’écouter les préoccupations de Moscou est l’une des principales causes du conflit actuel en Ukraine. Oskar Lafontaine, qui a été président des sociaux-démocrates de 1995 à 1999, a accusé l’Occident d’ignorer les intérêts de la Russie en matière de sécurité depuis des années.

L’ancien dirigeant du SPD a déclaré que Moscou avait clairement fait savoir à l’OTAN pendant 20 ans que l’Ukraine ne devait pas faire partie de l’alliance militaire – un scénario, qui, selon lui, signifierait le déploiement de missiles américains à la frontière Ukraine-Russie.

« Ces intérêts sécuritaires ont été systématiquement ignorés », a déclaré l’homme politique. Et cela a été « l’une des principales raisons du déclenchement de la guerre en Ukraine ».

Parlant des aspirations de l’Ukraine à l’OTAN, l’ancien président du SPD a rejeté l’argument selon lequel chaque pays est libre de décider quelle alliance rejoindre.
« Tout le monde sait que les États-Unis n’accepteraient jamais l’adhésion de Cuba à une alliance militaire avec la Russie, ni le déploiement de missiles russes à la frontière américaine avec le Mexique ou le Canada », a fait valoir M. Lafontaine.
Selon l’homme politique allemand, la principale préoccupation de la Russie en Ukraine n’est pas l’adhésion à l’OTAN en soi, mais la perspective de voir des missiles apparaître à la frontière avec un délai d’alerte minimal.

Oskar Lafontaine a décomposé la crise ukrainienne en trois phases clés : premièrement, l’expansion incessante de l’OTAN vers l’est, malgré les avertissements de l’intérieur des États-Unis selon lesquels cette stratégie risquait de provoquer un conflit avec la Russie ; deuxièmement, la « décision du président Poutine d’envahir l’Ukraine » ; et troisièmement, la « guerre d’usure » de Joe Biden.

L’homme politique a déclaré que le programme d’aide des EU de 40 milliards de dollars à l’Ukraine, composé principalement d’armes, est une nouvelle « preuve que ce pays ne veut pas la paix. »

« Il veut affaiblir son rival russe et le dit très ouvertement », a-t-il ajouté.

Oskar Lafontaine a toutefois précisé qu’il condamne cette guerre, « tout comme je condamne sans réserve toutes les autres guerres qui violent le droit international. »
L’homme politique a fait valoir que l’envoi d’armes supplémentaires à l’Ukraine prolongera la guerre, ce qui signifie « qu’encore plus de gens mourront. » Il a accusé les politiciens occidentaux de ne penser qu’en termes de « victoire » et de « défaite », en ignorant l’aspect « le plus important », qui est de sauver des vies.
Selon M. Lafontaine, « ceux qui ne veulent pas que d’autres personnes meurent doivent être contre toute prolongation de la guerre, et par conséquent aussi contre toute livraison d’armes. »

Il a critiqué l’argument selon lequel, en apportant un soutien militaire à Kiev, l’Occident aide l’Ukraine à se défendre, se demandant pourquoi personne n’a appelé à soutenir « les pays attaqués par les États-Unis avec des livraisons d’armes allemandes » dans le passé.

À propos des sanctions contre la Russie, Oskar Lafontaine a affirmé qu’elles « font de plus en plus mal aux gens chez nous – surtout aux personnes à faible revenu, qui ne peuvent plus payer leurs factures d’énergie. »

Nous nous tirons une balle dans le pied. Les États-Unis se moquent probablement de nous, car ils sont à peine touchés par les sanctions, ils peuvent vendre leur gaz naturel liquéfié en Europe en plus grandes quantités et leur industrie de la défense obtient beaucoup de contrats.

L’ancien président du SPD estime que les dirigeants allemands actuels ne sont pas en mesure de travailler dans l’intérêt du pays, n’étant rien de plus qu’un « vassal loyal des États-Unis ».

Oskar Lafontaine note que le parti des Verts, qui fait partie de la coalition au pouvoir, s’est fermement ancré dans le rôle de « bras étendu des États-Unis au Bundestag » depuis la guerre de Yougoslavie. Le parti « soutient toutes les décisions étasuniennes en matière de guerre », a-t-il déclaré, ajoutant que les Verts ne prêtent attention aux violations des droits de l’homme que lorsqu’elles se produisent en Russie ou en Chine.

La position actuelle du parti illustre une transformation radicale de la force politique pacifiste qu’il était autrefois. Le parti social-démocrate, dont est membre l’actuel chancelier Olaf Scholz, a lui aussi changé radicalement, selon son ancien président, s’éloignant de ses principes de paix, de désarmement et d’améliorations sociales.
M. Lafontaine a réservé une critique particulière à la presse allemande, qui « est aveugle aux crimes de guerre des États-Unis » tout en offrant une plate-forme aux bellicistes.

Le vétéran de la politique allemande a déclaré que beaucoup d’Allemands craignaient que la « guerre ne s’étende », appelant le public à descendre dans la rue, conformément à la tradition du « mouvement pour la paix des années 1980 ».

https://www.legrandsoir.info/oskar-lafontaine-ex-dirigeant-du-spd-allemand-designe-les-causes-profondes-du-conflit-ukrainien.html

L’interview complète d’O Lafontaine par Junge Welt

La guerre de la Russie contre l’Ukraine dure maintenant depuis près de trois mois. La réponse du gouvernement fédéral a été : réarmer et livrer les armes. Etes- vous d’accord avec le chancelier Olaf Scholz : vivons-nous actuellement un « tournant » ?

Non, ce n’est pas un tournant – du moins au vu de la situation géopolitique. Nous sommes depuis longtemps dans une phase où la Russie et la Chine sont encerclées militairement par les États-Unis. Cela fait 20 ans que Moscou dit que l’Ukraine ne doit pas être admise dans l’OTAN. Cela signifie qu’aucun missile américain ne peut être déployé à la frontière ukraino-russe. Ces intérêts de sécurité ont été constamment ignorés. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles la guerre en Ukraine a éclaté.

Selon l’alliance de guerre occidentale, le gouvernement de Kyiv, comme ceux de Varsovie ou de Budapest, peut prendre des décisions souveraines concernant l’adhésion à l’OTAN. Ce n’est pas ainsi?

L’argument selon lequel chaque État peut décider lui-même de l’alliance à laquelle il adhère est faux. Tout le monde sait que les États-Unis n’accepteraient jamais l’entrée de Cuba dans une alliance militaire avec la Russie, ni le déploiement de missiles russes à la frontière américaine avec le Mexique ou le Canada.

En fin de compte, il ne s’agit pas d’être admis à l’OTAN. La question cruciale est : peut-on implanter des missiles aux frontières d’une puissance nucléaire sans délai d’alerte ? C’était déjà un gros problème dans le mouvement pacifiste des années 1980. A l’époque, il s’agissait du stationnement de fusées Pershing II en Allemagne, contre lequel nous avons manifesté. Leur temps de vol vers Moscou n’aurait duré qu’une dizaine de minutes. Depuis la frontière ukraino-russe, le temps de vol est beaucoup moins long.

A votre avis, comment mettre fin à la guerre en Ukraine ? Dans ce pays, il devient de plus en plus fort qu’il n’y aura pas de soi-disant paix dictée en Russie.

Pour répondre à cette question, nous devons comprendre le conflit. Trois phases peuvent être distinguées. Le premier était l’élargissement à l’Est de l’OTAN. De nombreuses voix importantes aux États-Unis ont également mis en garde contre cela. Même alors, il a été prédit qu’une telle étape conduirait à un conflit militaire avec la Russie. La deuxième phase a commencé avec la décision de Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine. Je condamne cette guerre, comme je condamne sans réserve toutes les autres guerres qui violent le droit international. La troisième phase, dont le public allemand n’a pas encore remarqué, est le début de la guerre d’usure de Joe Biden. Les 40 milliards de dollars que le Congrès américain a alloués la semaine dernière, principalement pour les ventes d’armes à l’Ukraine, sont la preuve que que les États-Unis ne veulent pas la paix. Ils veulent affaiblir leur rival la Russie et le disent ouvertement.

Le débat local porte aussi avant tout sur les nouvelles livraisons d’armes. Pendant des décennies, la politique étrangère allemande était basée sur le principe qu’aucune arme ne devait être livrée dans les zones de crise. Pensiez-vous que ce changement de cap était possible ?

Au cours des dernières décennies, j’ai dû apprendre que souvent les convictions politiques ne durent pas. Néanmoins, j’ai été surpris de la rapidité avec laquelle un principe aussi central a été jeté par-dessus bord. Que les armes destinées à l’Ukraine viennent des États-Unis ou de l’UE : avec ces livraisons, la guerre se prolongera et de plus en plus de personnes mourront.

Entre-temps, les partisans de cette politique d’escalade ont détourné l’argument et prétendent que la guerre se prolongerait si de plus en plus d’armes n’étaient pas fournies. Ils sont d’accord : la Russie doit être vaincue sur le champ de bataille.

Malheureusement, ces gens ne pensent qu’en termes de victoire ou de défaite. Mais la chose la plus importante, sauver des vies humaines, ne joue apparemment aucun rôle. Quiconque ne veut pas que davantage de personnes meurent doit être contre toute prolongation de la guerre et donc aussi contre toute livraison d’armes. L’argument selon lequel cette mise à niveau protégerait l’Ukraine est invraisemblable. Personne ne songeait à soutenir les pays envahis par les États-Unis en fournissant des armes allemandes. Cela montre à quel point nous sommes malhonnêtes en ce moment.

En plus des livraisons d’armes, l’Occident réagit par des sanctions contre la Russie. Il est souligné que tout ce qui peut être fait en temps de guerre immédiat doit être fait pour vaincre la Russie. Annalena Baerbock, ministre des Affaires étrangères et politicienne du Parti vert, a parlé de la ruine du pays . Le zèle qui est montré ici est incomparable.

C’est comme ça. D’autant plus que les sanctions font de plus en plus de mal aux habitants de ce pays – notamment aux personnes à faibles revenus qui ne peuvent plus payer leurs factures d’énergie. A cause de la bêtise des Verts, des autres politiciens de la coalition des feux tricolores, mais aussi de la CDU/CSU qui les soutient, les entreprises allemandes perdent en compétitivité. On se tire une balle dans le pied. Les États-Unis se moquent probablement de nous parce qu’ils ne sont guère touchés par les sanctions, qu’ils peuvent désormais vendre davantage de leur gaz liquide en Europe et que leur industrie de l’armement fait d’énormes affaires.

Ce n’est pas nouveau que les États-Unis tentent de creuser un fossé entre l’Allemagne et la Russie. Les États-Unis sont-ils les vainqueurs de la situation actuelle ?

A court terme oui. Avec l’expansion de l’OTAN vers l’est et la décision irréfléchie de Poutine de déclencher la guerre, les États-Unis ont atteint leur objectif de dresser la Russie et l’Allemagne l’une contre l’autre. À long terme, cependant, ils commettent une grave erreur en poussant la Russie aux côtés de la Chine. Ce faisant, ils renforceront le pays qui est le principal rival des États-Unis. D’un autre côté, nous devons nous rendre compte que les Allemands ne sont pas capables d’agir selon leurs propres intérêts. Au lieu de cela, vous vous infligez de gros dégâts dans le rôle du fidèle vassal des États-Unis.

Comment expliqueriez-vous à un électeur inexpérimenté que le gouvernement fédéral poursuit des politiques contre les intérêts allemands ?

L’entrée des Verts au gouvernement est décisive. Depuis la guerre en Yougoslavie et le rôle joué par Joschka Fischer, alors ministre des Affaires étrangères, il est clair que les Verts sont le bras droit des États-Unis au Bundestag. Ils soutiennent toutes les décisions américaines en matière de guerre. Vous vous appelez un parti des droits de l’homme, mais vous n’êtes au courant que des violations des droits de l’homme par la Russie ou la Chine. Les Verts borgnes ne voient pas que les États-Unis sont responsables de la plupart des violations des droits de l’homme à la suite de leurs guerres. Incidemment, la presse joue également un mauvais rôle, qui est tout aussi aveugle aux crimes de guerre des États-Unis et se laisse harnacher pour le bellicisme.

Le gouvernement fédéral, en la personne du ministre de l’Économie Robert Habeck, lui aussi politicien du Parti vert, a annoncé relativement franchement que « nous tous » perdrions la prospérité à l’avenir. L’énergie ou la nourriture qui devient plus chère est le prix à payer pour arrêter la guerre. Qui paie les politiques gouvernementales ?

Habeck ou Baerbock ne peuvent apparaître ainsi que parce que les Verts sont devenus le parti des mieux payés. S’ils connaissaient encore les conditions de vie de ceux qui ont de faibles revenus, alors ils ne parleraient pas si bêtement. En fin de compte, ce sont ces personnes qui paieront la facture des prix abusifs « verts ». Des emplois seront perdus à long terme. L’achat d’énergie bon marché en provenance de Russie était un grand avantage de localisation pour l’économie allemande. Il est aujourd’hui ruiné à l’instigation des Verts. Et l’économie allemande lui offre trop peu de résistance.

La prise de conscience des conséquences de cette politique ne semble pas suffisamment développée chez les personnes concernées.

J’ai l’impression qu’une plus grande partie de la population prend maintenant conscience que le danger de guerre pour l’Allemagne s’accroît avec l’approvisionnement en armes et que les prix ne cessent d’augmenter. J’espère que les conséquences de cette mauvaise politique seront reconnues et qu’il y aura des protestations et des contre-mouvements. Malheureusement, de nombreux opposants à la guerre sont restés à l’écart des élections NRW. Les bellicistes « verts » en ont profité.

Vous avez mentionné le rôle des médias dans ce pays. Compte tenu des reportages uniformes de la presse bourgeoise sur la Russie, la question se pose de savoir comment une partie pertinente de la population peut formuler des pensées critiques.

Ce qui compte, c’est que les gens ressentent de plus en plus les conséquences de cette politique dans leur portefeuille. De plus, malgré le bellicisme en cours, de plus en plus de gens voient les dangers encourus. Enfin et surtout, le chancelier fédéral lui-même a attiré l’attention sur le risque d’une escalade de la guerre, y compris une frappe nucléaire.

Outre les livraisons d’armes, le gouvernement fédéral veut augmenter drastiquement le budget de la défense et inscrire dans la loi fondamentale un soi-disant fonds spécial pour la Bundeswehr. Où le ministre des Finances du FDP, Christian Lindner, va-t-il rogner pour financer le réarmement ?

Lorsqu’il s’agira de réduire la dette à l’avenir, le FDP pensera avant tout au budget social. Lindner représentera les intérêts de sa clientèle, c’est-à-dire les hauts revenus et l’économie. Incroyable : en ce qui concerne les prix de l’énergie, le politicien du FDP agit contre les intérêts des entreprises. S’il devait reconnaître les conséquences de la politique actuelle sur l’économie allemande, il devrait menacer la sortie du FDP de la coalition.

Au vu de la guerre et de la politique d’appauvrissement du gouvernement fédéral « rouge-vert » de Gerhard Schröder , il n’est pas surprenant que ce soient désormais le SPD, les Verts et le FDP qui ouvrent la voie au réarmement .

Cela ne m’a pas surpris. Vous devez voir les changements qui ont eu lieu dans les parties de feux de circulation. Le SPD n’est plus le parti de Willy Brandt, qui militait pour la paix, le désarmement et l’amélioration sociale. L’actuel chancelier social-démocrate, Scholz, prône le réarmement et les coupes sociales. Les Verts, qui avaient autrefois une forte aile pacifiste, sont devenus les plus grands bellicistes allemands depuis la guerre de Yougoslavie. Et le FDP n’a personne du calibre de l’ancien ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher ou de Guido Westerwelle. Genscher a tout essayé pour empêcher une politique qui rendrait plus probable une guerre nucléaire limitée à l’Europe. Et Westerwelle a eu le courage de donner froid aux Américains pendant la guerre de Libye.

Le co-président du SPD, Lars Klingbeil , a déclaré obsolète le principe selon lequel la paix et la sécurité en Europe ne peuvent être maintenues qu’avec et non contre la Russie Comment voyez-vous l’évolution du parti que vous avez présidé de 1995 à 1999 ?

Quiconque pense de nos jours que l’idée que la paix en Europe ne peut exister qu’avec la Russie est fausse doit faire examiner son état d’esprit. La politique de détente a conduit à la paix en Europe, également pour les États d’Europe de l’Est. D’autre part, la politique d’affrontement qui a commencé après la chute du Mur et qui a été poursuivie par les États-Unis a conduit d’abord à la guerre de Yougoslavie et maintenant à la guerre d’Ukraine. Au fond, il ne devrait pas être difficile de comprendre que la détente, c’est-à-dire la tentative d’entente, mène à la paix et que la confrontation mène finalement à la guerre. Cependant, nous vivons à une époque de grande confusion spirituelle.

Sous le titre « Vivre sans l’OTAN – des idées pour la paix », un congrès aura lieu ce samedi à Berlin, au cours duquel vous parlerez de la guerre en Ukraine. Vous avez décrit les défis pour le mouvement pacifiste allemand. Est-elle à la hauteur de ceux dans son état actuel ?

non Mais beaucoup craignent que la guerre ne s’étende. Il faudrait donc désormais redescendre massivement dans la rue, dans la lignée du mouvement pacifiste des années 1980 ou des manifestations d’avant la guerre en Irak.

Les tâches décrites doivent également être d’une importance capitale pour le parti Die Linke . En mars, vous avez annoncé votre retrait du parti que vous avez contribué à fonder. Doit – on comprendre cette démarche dans le sens que vous n’y voyez plus vos positions de politique de paix représentées ?

Plus assez. Il y a eu des tentatives répétées pour devenir « gouvernable » en tant que parti. Certains veulent modifier le programme pour soutenir les guerres mandatées par l’ONU et décider des livraisons d’armes au cas par cas. Pendant de nombreuses années, ces tentatives n’ont abouti à rien. Lorsque Scholz a ensuite annoncé le « tournant » dans son discours au Bundestag, les parlementaires autour de l’ancien chef de groupe parlementaire Gregor Gysi et de la chef du parti de l’époque Susanne Hennig-Wellsow ont poussé à accepter la proposition d’armement. Dieu merci, ceux qui ont demandé le rejet de cette motion l’ont emporté au dernier moment. Cependant, la discussion au sein du parti qui a suivi montre que des tentatives sont toujours en cours Amener la gauche sur une trajectoire similaire à celle du SPD et des Verts. Si le cap est vraiment fixé au congrès du parti fin juin, alors la fête sera finie.

Ils ne semblent pas penser que les forces de gauche au sein du parti seront capables de changer les choses.

Il y a encore une chance. Mais pour ce faire, il faut comprendre qu’il s’agit de la façon dont les électeurs jugent la politique de Die Linke – pas de savoir quel groupe organise une majorité au congrès du parti. Pas seulement dans le parti Die Linke, il y a la grosse erreur de croire que c’est la démocratie si vous trouvez une majorité dans les conflits internes. Dans une démocratie, cependant, la majorité doit être trouvée parmi la population, pas dans les conférences de parti.

Sans les protestations généralisées contre la politique »Agenda 2010«, les premières années réussies de Die Linke n’auraient pas été possibles. C’était un point de départ historique particulier. La situation actuelle permet de douter qu’un nouveau parti de gauche puisse être élu prochainement au Bundestag.

Là où la politique de gauche réussit, le programme de droite est représenté. Lorsque nous avons principalement milité pour les intérêts des employés – sans perdre de vue la protection du climat – nous avons réussi. Depuis que cette politique a été modifiée il y a quelques années, nous perdons les élections. Les conclusions à en tirer sont évidentes. Il est presque ridicule de supposer qu’il n’y a aucun potentiel pour un parti qui place le maintien de la paix et les préoccupations sociales en premier. Surtout quand on voit à quel point les personnes socialement défavorisées sont maintenant appauvries par les politiques insensées du gouvernement fédéral. Un parti de gauche qui représente les vrais intérêts de la majorité de la population aurait désormais plus de soutien que les Verts.