Grèce : contre la liquidation de la sécu par le gouvernement SYRIZA PGE, le PAME occupe le ministère du travail

Pendant que le gouvernement -soutenu par Pierre Laurent et Cie – détruit la et privatise; le PAME(syndicat proche du ), continue la lutte contre les plans de destruction de la sécurité sociale.

occupation pame ministère travail grèceLe 15 octobre, rassemblant des dizaines de syndicats du public et du privé avec le front syndical PAME, les travailleurs grecs ont lancé une occupation symbolique du ministère du travail.

La nouvelle loi qui devait être voté le 16 octobre liquide dans les faits la sécurité sociale. Dans le même temps, le Gouvernement Syriza efface les dettes des grands groupes privés et leur accorde de nouvelles exemption d’impôts.

Nous ne permettrons pas la destruction de la sécurité sociale

Nous ne laisserons pas liquider les droits des travailleurs, gagnés au prix de leur sang et de leurs luttes.

Communiqué du PAME 15 octobre 2015.

manifestation pame 16 octobre 2015 2

manifestation pame 16 octobre 2015

manifestation pame 16 octobre 2015

manifestation pame 16 octobre 2015

Le PAME a appelé à la grève générale le 12 novembre

Les charognards se multiplient sur le cadavre encore chaud du bien commun en : Tsipras invite Hollande et le MEDEF pour privatiser la

Dans le même temps, FRANÇOIS HOLLANDE VA SE RENDRE À ATHÈNES CETTE SEMAINE AVEC, À SES CÔTÉS, LE PRÉSIDENT DE VINCI ET LES REPRÉSENTANTS DE 70 AUTRES SOCIÉTÉS ET FIRMES FRANÇAISES VOULANT LEUR PART DU GATEAU GREC.

Veolia, Total, SNCF et Suez seront également du voyage, sans oublier EDF, principal responsable du saccage des montagnes crétoises via ses filiales.

Alexis Tsipras a déclaré sa “grande joie” de les accueillir.

La colère gronde à Athènes. Mais gageons que les médias français trouveront bien un bain de foule à montrer, affichant main dans la main, dans de grands sourires satisfaits, le premier ministre grec et le président français, ce dernier étant souvent présenté comme “le sauveur de la Grèce” entre le 11 et le 13 juillet 2015.

Bref, et si on prenait enfin nos affaires en mains ?

Cà suffit !

(source)

JBC pour www.initiative-communiste.fr site web du PRCF

Message de contre-attaque avec la proposition du KKE pour le pouvoir

“Deux mondes différents” s’étaient trouvés, se trouvent et se trouveront dans l’avenir dans une confrontation permanente et durable: d’un côte, le monde du travail, qui de par ses mains et son cerveau produit tout et de l’autre côté, le monde des exploiteurs, une poignée de parasites qui cueillissent les fruits du dur travail de millions de gens. Cette contradiction traverse l’Histoire et se manifeste aujourd’hui aussi” a souligné le secrétaire général du CC du KKE, Dimitris Koutsoubas, dans son discours à la 41ème Fête de la KNE et de l’Odigitis.

Dimitris Koutsoubas a commencé son discours par une référence à l’attaque à la bombe à Ankara qui a causé plusieurs morts en exprimant la solidarité du KKE envers la classe ouvrière et le peuple de la Turquie.

Il a parlé de la pourrissement du capitalisme qui se reflète aussi au système politique bourgeois et les partis qui le défendent, précisant que ce qui est nouveau et réaliste aujourd’hui est que le peuple prenne le pouvoir. Il a souligné que le désarroi et l’indignation justifiés de milliers de jeunes peuvent se traduire en une lutte contre le système d’exploitation, développant une dynamique dans la mesure qu’ils se rencontrent avec le KKE, qu’ils se traduisent en participation dans le mouvement et dans la lutte de classes.
Le gouvernement SYRIZA-ANEL continue de là où il avait arrêté avant les élections, a dit Koutsoubas, envoyant aux familles populaires la lourde addition du troisième Mémorandum.

La Grèce que le premier ministre a décrit lors de la présentation de son programme de gouvernement, a-t-il ajouté, est la Grèce capitaliste qui “à l’achèvement de l’accord à la fin de son mandat de 4 ans”, d’après le gouvernement, soit il plongera dans une nouvelle crise en fonction de la situation de la zone euro et d’autres économies au monde, soit elle passera dans la phase de la croissance, une phase toujours bénéfique pour les monopoles, une phase qui se basera sur les droits ouvriers supprimés, une croissance qui ne donnera pas aux chômeurs leur boulot avec le salaire d’alors. Cette “nouvelle Grèce” de SYRIZA, a-t-il ajouté, est la Grèce de l’oligarchie.

Le SG du CC du KKE a adressé, depuis la Fête, un appel pour une large unité populaire et pour une alliance pour les travailleurs. Dans la voie du renversement, a-t-il souligné, le peuple peut réagir et empêcher le pire, peut revendiquer des petites mesures de soulagement et d’amélioration de sa vie, indépendamment de son vote aux dernières élections.

Il a précisé que dans la dynamique des processus et des réarrangements du mouvement ouvrier-populaire, sont formés les pousses de cette alliance populaires, au sein des forces du PAME, le front des syndicats de classe, du PASEVE, le rassemblement des travailleurs indépendants, du PASY, le rassemblement des agriculteurs pauvres, du MAS, le front des étudiants, de l’OGE, la fédération des femmes des couches populaires.

Le KKE, a-t-il ajouté, participe dans l’Alliance Populaire, qui est une alliance sociale avec comme perspective politique le pouvoir ouvrier-populaire, à travers ses membres et ses cadres, qui travaillent dans ses rangs et ses organes de lutte”, précisant que l’alliance est anticapitaliste-antimonopoliste sur des critères de classe et non idéologiques-politiques tels que “droite et contre la droite”, “gauche-droite”, “front pour et contre le mémorandum”, “de gauche à la droite populaire et extrême-droite”, “pro- et anti-Merkel”, utilisés par les autres forces politiques dans le seul but de créer de fausses divisions entre les ouvriers, les agriculteurs, les travailleurs indépendants, les jeunes”.

Adressant une question souvent posée aux communistes sur “un exemple de pays ou la proposition alternative du KKE est actuellement implémentée”, il a défendu la construction socialiste lors du 20ème siècle, soulignant qu’il a résolu des problèmes essentiels pour la classe ouvrière et le peuple, que le capitalisme n’arrive pas à résoudre dans ses 4 siècles de domination. Il a rajouté qu’en se basant aussi sur l’expérience de la construction socialiste, nous pouvons aujourd’hui dire que la proposition du KKE peut être implémentée, peut voir le jour dans le Grèce moderne et ceci est la véritable nouvelle Grèce.
Il a précisé que cette proposition est la seule voie pour empêcher la participation dangereuse du pays aux plans militaires de l’OTAN, des États-Unis et de l’UE, qui se tournent contre les peuples. Il a aussi tiré la sonnette d’alarme quant au danger que la région générale du Moyen-Orient la Méditerranée ne s’embrase avec une plus importante implication grecque, à cause de l’aiguisement des antagonismes et des interventions militaires.

Il a critiqué le gouvernement grec pour ses propositions envers les États-Unis et l’OTAN ainsi que pour sa disposition à accepter la demande des États-Unis pour le stationnement des drones à Crète. La participation des gouvernements grecs dans ses projets, a-t-il ajouté, serve les intérêts du capital grec qui cherche à acquérir une part dans le partage des marchés, c’est-à-dire du vol qui se fait au détriments des peuples.

Se référant à l’expérience historique existante, M. Koutsoubas a souligné que “crise capitaliste et guerre impérialiste vont main dans la main”.

C’est pourquoi devient très important aujourd’hui le slogan “le peuple et surtout la jeunesse ne doit pas verser leur sang pour les intérêts du capital, des exploiteurs”, a souligné le SG du CC du KKE. Enfin, il a ajouté que le peuple et la jeunesse ont une seule choix: mettre un terme au système qui accouche inéluctablement de l’exploitation, des crises et des guerres, lutter pour le renversement du capitalisme et la construction de la nouvelle société socialiste.

12.10.2015