Flash info luttes : Grèves dans les transports ! Réformes Ferroviaire, contre l’euro privatisation de la SNCF !

poing levéEn ce début d’année  les mouvements de grèves sont nombreux et évoluent et se multiplient de jours en jours.

www.initiative-communiste.fr avec le secteur lutte du PRCF vous propose deux fois par mois un Info Lutte. En complément du dernier bulletin, voici un FLASH Info qui font le point de l’évolution des mouvements de grèves dans les entreprises. L’occasion pour les militant(e)s du PRCF de rencontrer les travailleurs et les militants syndicaux en quand ils sont sur leur secteur, de marquer leur soutien et de contribuer à faire monter l’indispensable Tous ensemble et en même temps !

La semaine prochaine, la sera en grève. De à la banlieue parisienne en passant par la , partout les travailleurs luttes. Et parfois gagnent !

Secteur luttes du PRCF : JBC et JH pour www.initiative-communiste.fr @PRCF_ – 05/03/2015

INFO FLASH – DES GRÈVES EN FRANCE

Transports: la CGT Cheminots appelle à la grève mardi 10 mars contre la réforme ferroviaire et ses 9 000 suppressions de postes

La CGT premier syndicat de la SNCF vient de déposer un préavis de grève pour le mardi 10 mars prochain. Pour s’opposer à la réforme ferroviaire, mise en place depuis le début d’année, suite à l’adoptation d’un projet de loi au printemps dernier transposant les nouvelles directives européennes et libéralisation-privatisations. Les travailleurs de la SNCF avait alors organisé un puissant mouvement social avec une grève massive pour défendre le service public ferroviaire public.

Le 10 mars doit se réunir un comité central d’entreprise ( une instance obtenue par la lutte des travailleurs et mise en place par les communistes à la Libération, instance menacée par la loi macron et dans le viseur de l’UE patronale) pour examiner la mise en oeuvre de cette réforme

La CGT dénonce : ‘une mise en œuvre de la réforme à la hussarde, qui crée énormément de difficultés”, fustige ainsi la CGT Cheminots, qui réclame par ailleurs “l’ouverture de négociations sur la structuration” de la nouvelle SNCF. En effet, alors que le réseau ferré français était jusqu’ici géré par RFF et utilisé par la SNCF, ces deux entités vont désormais être regroupées, pour être divisées en trois établissements (une structure de direction, une branche mobilité exploitant les trains, et une branche réseau en charge de l’infrastructure) formant un seul et même groupe.

Par ailleurs, une récente expertise commandée par le comité central d’entreprise conclut que la réforme impose des objectifs d’économies qui auront “un impact lourd” sur l’emploi. D’ici à 2020, quelque 9.000 emplois pourraient ainsi être supprimés, ce que dément fermement Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF.

Grève des conducteurs d’Athis Cars : 7.000 voyageurs privés de bus

4569497_greve2-bis_545x460_autocrop

Les conducteurs de la compagnie de bus Athis Cars du groupe Kéolis sont en grève illimitée depuis lundi. Près de 7.000 voyageurs sont privés de bus dans l’Essonne et dans le Val-de-Marne.

Pas de bus pour les usagers d’Athis Cars dans l’Essonne et le Val-de-Marne. Les conducteurs sont en grève. Le mouvement est illimité. Aucun bus ne sort des trois dépôts de la société situés à Athis-Mons, Morangis et Brétigny. Près de 7.000 voyageurs sont pénalisés. Les conducteurs de bus se disent conscients de la gêne occasionnée mais ils estiment que face à leurs conditions actuelles de travail ils n’ont pas d’autres choix que qu’arrêter le travail. Certains conducteurs parlent de cadences infernales d’autres vont jusqu’à affirmer que les conditions de travail sont contraires à la dignité humaine. Les conducteurs de bus réclament aussi une revalorisation des salaires les plus bas. Selon les conducteurs de bus le salaire de base serait de 1880 euros brut.

Les grévistes sont prêts à durcir le mouvement si les négociations n’avancent pas. Ils promettent même des actions dans les jours qui viennent.

La direction d’Athis Cars, indique dans un communiqué qu’elle propose une revalorisation de 0,9% de la masse salariale.

Narbonne : Grève de Sita Sud pour les salaires. Pendant ce temps les actionnaires se goinfrent

Depuis Lundi, les travailleurs du groupe Sita (Sita Sud, filiale de la multinationnale Suez environnement) bloquaient les accès de l’usine de tri et de stockage des déchets Lambert de Narbone, pour obtenir une révalorisation de leurs salaires de 2% contre 0.5% proposé par le patron et refuser la suppression de deux jours de congés (congés de fractionnement). leur arrêt de travail c’est immédiatement remarqué dans tous le grand Narbonne, perturbant le ramassage à Carcassone et jusque dans l’agglomération de Montpellier. Montrant au passage que ce sont bien les travailleurs qui font 100% du travail et produisent la valeurs. Pas les patrons et actionnaires qui les exploitent.

Pourtant, Suez environnement a versé en 2014 près de 351 millions d’euros à ses actionnaires, grâce à ses travailleurs qui ont créé 1.1 milliards d’euros de profits et un résultat net de 602 millions d’euros. Une paille !

Suez environnement dégage un rendement annuel de plus de 4% hors dividende exceptionnel, cela va de soit, et son cours de bourse a progressé de 20% depuis 2008.

Pompiers du Finistère en grève : ils obtiennent l’ajournement du plan d’austérité départementale

vlcsnap-2015-03-03-12h27m57s127

On se souvient des manifestations et grèves des pompiers de l’Isère en 2014. la colère des pompiers, partout en France ne faiblit pas. Par exemple, une centaine de pompiers a manifester  à , contre le vote du Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (Sdacr). A près une grève de près de trois semaine lancée le 12 février, il ont obtenu que ce plan d’austérité soit ajourné. Car ce plan prévoyait la suppression de 17 postes avec des départ en retraite non remplacés, alors que le manque d’effectif est déjà critique (et que près de 6 millions de personnes sont au chomage !) : si le nombre d’intervention à explosé de plus de 65% en 15 ans les effectifs n’ont eux pas suivi avec une progression de 40% de moins !

LA DIRECTION SNCF SORT SON 49-3* ! – Appel à la grève

Le président du CCE vient, par lettres recommandées, de signifier aux élus que la plénière extraordinaire concernant la consultation sur la réforme du ferroviaire se tiendrait le 10 mars 2015. 

L’expertise commanditée par l’ensemble des élus au CCE, actant 9 000 suppressions d’emplois en 5 exercices budgétaires, des milliers de km de lignes supprimés, le gel des salaires et la réduction des déroulements de carrière, sera présentée à cette occasion. 

Ce passage en force n’est pas qu’une histoire de calendrier. Il permet au gouvernement, à la direction et aux organisations syndicales qui partagent le contenu de la réforme du ferroviaire, de consulter les élus en confisquant aux cheminots tous droits d’intervention, mais aussi d’information. Cette accélération a pour objectif de cacher aux cheminots les effets concrets de la réforme sur leur quotidien jusqu’aux élections pour ne pas avoir de compte à leur rendre.

Ils ne vous le diront pas !

Les questions de la dette et son financement étaient et restent au cœur de la réforme !

Faute de financement, le système ferroviaire va s’endetter de 3 milliards d’euros par an. Ce sont les cheminots et les usagers qui règlent la note par l’externalisation des services transverses, la généralisation de l’EAS, la fermeture de gares, de guichets, la suppression de 10 000 emplois à Mobilités d’ici 2020. La désertification de nombreuses régions sur le territoire va s’amplifier avec les prévisions de dessertes par bus en substitution des TER, TET, voire certains TGV. Le tout sur fond de 7 500 à 15 800 km de lignes supprimés qui précipiteraient la mort du fret.

Et pendant ce temps-là, ils osent vous dire que rien ne change et pourtant… !

  • Un sondage téléphoné, organisé par la direction SNCF envers les cheminots posait la question : « la réforme ferroviaire va influer sur votre statut et votre réglementation : qu’êtes-vous prêts à négocier ? »
  • Certains chantiers de l’équipement et du matériel seraient hors champ d’application de la CCN. Pour gagner en productivité, la direction rêve d’une négociation de la future CCN au rabais (passage de 132/126 RP à 104 par exemple).
  • L’avenir de la filière 26 et du métier ASCT sont posés dans le cadre d’une polyvalence accrue.
  • Des nouvelles circonscriptions de notations vont voir le jour dès 2016 : sur quelles bases ? Avec quels objectifs ?
  • La refonte des règlements de sécurité est exigée par l’EPSF. Chaque EPIC ayant sa propre réglementation.
  • L’UTP vise l’abandon du dictionnaire des filières.

L’expertise commanditée par le CCE dérange !!

L’ex-ministre lui-même s’est permis de mentir le 26 février 2015 sur France Info en disant que celle-ci a été commanditée par une seule organisation syndicale alors que les élus de toutes les organisations syndicales ont voté cette expertise à l’unanimité !!

Les limites de l’accompagnement patronal

Plutôt qu’une véritable augmentation de salaire, c’est un dividende de 100 euros que nous nous payons largement au travers de notre productivité, soit un peu plus de 7 euros par mois et non pérenne (contrairement aux annonces de la CFDT) qui nous sera versé pour 2015.

En lieu et place des activités sociales (nationales et de proximité), la direction, avec le soutien actif de l’UNSA et de la CFDT, propose :

  • des chèques restaurant en omettant de dire aux cheminots que c’est la fin des paniers, des défraiements repas…et autres EVS.
  • des chèques vacances sans dire aux cheminots qu’il faut abonder mais surtout que seuls 10% des agents les toucheront, ce qui ramène à un chèque vacances tous les 10 ans.

La Fédération CGT souhaite tout mettre dans les mains des cheminots afin qu’ils soient acteurs et décideurs de leur avenir !

C’est pourquoi, la CGT appelle à la mobilisation le 10 mars, jour du CCE extraordinaire de consultation sur la réforme du ferroviaire. La CGT appelle également à un rassemblement national unitaire à Paris (retraités et actifs) le 12 mars pour la défense de notre régime spécial de retraite.

Faire vivre la démocratie !

Ce sont les cheminots les vrais experts pour un service public de qualité : aussi c’est bien sur leur expérience et leur professionnalisme qu’il faut s’appuyer pour une organisation de la production efficace et en toute sécurité dans les territoires.

Pour éviter le débat, le président Pépy ligue les cheminots les uns contre les autres et les stigmatise envers les usagers. Sa dernière interview est une véritable déclaration de guerre pour instaurer le dumping social. N’hésitons pas à rappeler qu’en 10 ans la direction SNCF a supprimé 25 000 emplois, la productivité des cheminots a augmenté de 30% et malgré cela, le prix du billet de train n’a jamais baissé, au contraire.

Nous voulons que vous puissiez intervenir sur vos conditions de vie et de travail, l’avenir de votre métier, de votre déroulement de carrière et c’est cela que tous les partisans de la réforme veulent vous enlever.

Ce n’est pas tolérable !

La Fédération CGT appelle les cheminots à se mobiliser par la grève le 10 mars 2015, jour de consultation du CCE sur le projet de la direction SNCF. La CGT exige une véritable démocratie sociale dans le cadre de la mise en oeuvre de cette réforme, respectueuse des cheminots, de leur travail pour un service public SNCF fret et voyageurs de qualité et sûr.
Dans la suite de la DCI nationale déposée avec SUD-Rail,

la Fédération CGT des Cheminots le regrette mais dépose seule un préavis national de grève couvrant tous les personnels de la SNCF du lundi 9 mars 2015 à 19h00 au mercredi 11 mars 2015 à 08h00.

*49-3 : Article de la Constitution Française permettant au gouvernement de ne pas consulter le Parlement National pour l’adoption d’une loi.