Restons debouts ! Résistance ! #vidéo

Léon Landini, résistant FTP MOI, président du PRCF a transmis à www.initiative-communiste.fr ces quelques lignes de Michel Etievent, que nous publions avec son accord. Oui le combat est difficile et les coups nombreux et rudes. Mais avons nous le choix? si nous voulons un futur, nous n’avons d’autres choix que de lutter.

De résister comme nous y appelle Léon Landini dans le discours prononcé au printemps dernier, publié ci-après. De résister et de lutter pour vivre debout. pour vivre.

De lutter car comme le disait  Victor Hugo,

“ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent.”

Quand je vois la crise s’approfondir, les usines tomber, grossir le flot des pauvres, le racisme ravager l’avenir, la haine sourdre, quand je vois les copains fatigués déserter le front de , des intellos bidon faire du fric avec du vide, prêcher le renoncement ou la ringardise à longueur de livres ou d’antenne, quand je vois le décor de nos vies s’enfoncer dans la télé « déréalité », des fois moi aussi j’aurais envie de tout laisser tomber, de sauter du train de la résistance, de m’effondrer dans mon canapé chaud, une pile de livres aimés comme futur, ou de me perdre à tout jamais sur la beauté de mes sentiers, ne plus rien voir, ne plus rien entendre, « jouir de la vie » comme ils disent ! Et ben non, ça ne dure jamais longtemps, parce qu’aussitôt je repense à tous ces copains de misère, ces traine la faim de dignité qui au long des siècles, malgré les désespérances les plus noires, ne se sont jamais laissé aller, ces enfants des mines qui nous livraient l’énergie du syndicalisme, ces communards écrasés qui se relevaient et montaient pour nous à « l’assaut du ciel », ces copains comme Croizat, Pierre Semard tous ces anonymes des luttes qui se faisaient casser la gueule dans une Europe minée par le fascisme, qui désespéraient eux aussi devant l’allongement des files de chômeurs d’affamés aux crises de 29, mais qui se relevaient sans cesse, nous livrant nos grands conquis du Front Populaire … quand je repense à tous ces jeunes Môquet , à tous ces résistants qui auraient pu eux aussi déserter le combat clandestin ou les maquis et se réfugier dans le confort d’une France collabo ou indifférente, ces jeunes du CNR qui réalisaient une fabuleuse utopie dans une France assaillie par la répression et les ruines et nous livraient la Sécurité Sociale, la retraite et un héritage social considérable… oui quand je pense à tout cela alors je me relève, certes je chancelle, mais je suis debout et je repars sur le chemin des luttes et des conférences, gonflé de l’espoir de ceux qui ont nourri mon histoire de dignité

MICHEL ETIEVENT

Léon Landini FTP-MOI et président du PRCF appelle à la résistance contre l’UE [Vidéo]

Le 26 février 2014, à Paris, Léon Landini résistant FTP-MOI, militant et président du PRCF, combattant d’hier combattant d’aujourd’hui vous appelle à la résistance contre l’UE.

Voici-ci après le discours qu’il a prononcé lors du meeting de lancement de la campagne de boycott du CN-RUE.

Mesdames, messieurs, chers amis,LeonLandini-b3cad

Au crépuscule de ma vie, rien ! Non rien ! Ni le temps passé, ni l’âge, ni la maladie, ne peuvent m’empêcher de rappeler les raisons profondes, qui avaient permis à beaucoup de mes camarades de se battre jusqu’à la mort et de supporter l’insupportable.

En écrivant cette intervention, j’ai revécu une quantité de souvenirs que je croyais effacés.

Ceux-ci me sont réapparus comme si cela venait de se passer il y a seulement quelques jours.

La mémoire ! Oui, la mémoire est une force impérieuse, impossible de la contrôler,  impossible de lui échapper.

Elle me fait revivre des images vécues que je croyais oubliés et qui pourtant m’arrachent une sueur glacée.

C’est toujours la gorge serrée, que je revoie le visage souriant de Jean Carrara mon ami d’enfance, celui avec qui  j’ai distribué  mes premiers tracts.

Celui avec qui en  septembre 1942,  j’ai participé à mon premier déraillement, alors que la zone sud n’était pas encore occupée.

Jeannot, mon ami, mon camarade, mon frère. Jeannot a été abattu par les SS le 27 mars 1944, cela fait juste 70 ans qu’il est tombé héroïquement la mitraillette à la main dans les Basses Alpes, à l’âge de 19 ans.
Les « Boches » l’ont laissé tout le jour par terre alors qu’il agonisait, en interdisant à la population de l’emmener.

Mais d’autres images et d’autres visages m’apparaissent parfois la nuit et j’ouvre les yeux trempé de sueur par un effroyable cauchemar.

Je revoie, Jeanine Zontag, belle jeune fille de 19 ans, arrêtée par la Gestapo.

Afin de lui faire avouer le nom de ses camarades, les nazis lui ont incisé les seins avec un rasoir, ils lui ont ébouillanté les jambes et comme Jeanine ne parlait  toujours pas, elle a alors été interné au Fort-Montluc à Lyon.

Le 20 août 1944, les SS sont arrivés et ont emmenés 120 prisonniers à Saint-Genis-Laval (banlieue lyonnaise) où ils ont tous été massacrés.

Comment pourrais-je également oublié mon ami Simon Frid, qui lui fut condamné à  mort à l’âge de 21 ans par un tribunal des Sections Spéciales.

Au moment où les gardiens l’emmenaient à la guillotine il se dégagea en leur disant, « je vais vous faire voir comment sait mourir un jeune communiste » et il alla tout seul se placer sous la machine à couper les têtes.

Au moment précis où le couperet tomba tous les internés de la prison Saint-Paul, à Lyon, afin de lui rendre un dernier hommage chantèrent la Marseillaise et l’Internationale.

Je revoie souvent défiler devant mes yeux le visage de 52 de mes camarades FTP-MOI des bataillons Carmagnole et Liberté, morts sous la torture, sans avoir lâchés un seul nom à leurs tortionnaires.

Ils sont morts avec la conviction qu’ils n’allaient pas mourir pour rien, que les survivants pourraient vivre dans un monde meilleur, dans un monde où précisément il ferait bon vivre.

Ils sont morts pour que la France redevienne une Nation, Libre, Forte, Démocratique, indépendante et souveraine.

Aujourd’hui, notre Nation n’est, ni forte, ni libre, ni démocratique, ni indépendante, ni souveraine.

Aussi il ne faut pas m’en vouloir, si le cœur gros c’est par là que je commence cette intervention, car c’est le souvenir de tous mes camarades disparus, qui me permet encore à 89 ans, de continuer à me battre pour la défense de ce programme et des acquits qu’il nous avait légué.

En effet, comment pourrais-je parler du sacrifice de mes camarades sans évoquer le programme du Conseil National de la Résistance.

Ce programme qui a été écrit, non pas avec de l’encre, mais avec le sang de mes camarades.

Ce programme qui concrétisait tous nos espoirs, toutes nos espérances et qui nous donnait cette conviction qu’après nous les gens pourraient vivre  heureux.

Ce programme que nos gouvernants obéissant aux injonctions et aux directives de Bruxelles, de Berlin et de la grande finance internationale sont en train de détruire.
Ce sont ces même gouvernants, qui sans aucun respect pour la démocratie, nous ont imposé l’assujettissement et la dictature, en nous affiliant à une union européenne que nos concitoyens avaient pourtant largement rejetée lors du référendum sur la Constitution, le 29 mai 2005,

C’est ce référendum, que nos députés et sénateurs, avec un profond mépris de la démocratie annulèrent, en s’asseyant allègrement sur le vote de près  de 16 millions de personnes qui avaient dit NON !

Ce sont ces députés et sénateurs, qui sans aucune vergogne adoptèrent à une écrasante majorité le traité de Lisbonne, qui nous soumettait à une concurrence libre et non faussée.

A cette concurrence libre et non faussée qui est totalement antinomique du programme du CNR.

Je n’ai jamais cessé de lutter afin de reconquérir ce qui nous a été volé, c’est-à-dire, entre autre, la démocratie et la souveraineté de notre pays.

Pour cela, je me comporte parait-il, en octogénaire qui, loin de s’assagir avec l’âge, je deviens comme les mulets des Alpes,  plus rétif encore en devenant vieux.

Il arrive même que l’on me reproche d’avoir l’outrecuidance agaçante, de la part d’un ancien résistant déjà encombrant en tant que tel, de ne pas me contenter de n’être qu’un ancien résistant.

Il est vrai, que plutôt que de cultiver mon passé de résistant j’ai choisi de le prolonger de façon militante en luttant de toutes mes forces pour débarrasser notre pays du carcan que nous imposent l’UE et son euro.

Dans quelques jours, le peuple de France va être appelé à voter pour des députés européens.

Ces élections et nous le savons, ne sont qu’un simulacre de démocratie, car ce Parlement pour lequel on nous demande de voter, ne sert pratiquement à rien et son inutilité nous est clairement démontrée par un livre écrit par Patrick Le Hyaric, directeur du journal l’Humanité mais également député européen.

Ce livre est intitulé « La pacte des rapaces » « Pacte pour l’euro plus »  Voici ce que Patrick Le Hyaric  écrit page 12 :

« Au fond, il ne resterait plus aux Etats qu’une seule liberté, celle d’appliquer sans broncher ce pacte. On comprend mieux pourquoi les parlements nationaux, les organisations syndicales et sociales, les peuples ont été soigneusement tenus à l’écart de dispositions qui vont pourtant au-delà du Traité de Lisbonne. Le sale travail achevé en catimini, le Parlement européen a simplement été informé du résultat ».

Après avoir lu ces quelques lignes, comment ne pas être certain, que notre devoir est d’appeler le peuple de notre pays à ne pas se prêter à cette comédie qui se voudrait démocratique.

Par ses écrits, Le Hyaric a contribué a nous convaincre, que si nous voulons rester les dignes successeurs de la révolution de 1789, du pays des droits de l’homme, du pays de la Commune, de 1936 et de la Résistance, nous devons refuser d’être pris pour des imbéciles et de n’accepter en aucune façon de tomber dans le piège soit disant démocratique.

Notre devoir nous impose de boycotter avec fermeté ces élections, car voter maintenant ce serait se renier, après notre précédent et ferme refus de 2005.

Aujourd’hui, la défense de notre indépendance et de notre souveraineté, nous commandent non seulement de ne pas se prêter à cette comédie, mais pour que chacun d’entre nous sache bien,  qu’il nous faut œuvrer de toutes nos forces pour que nos concitoyens comprennent que de boycotter ces élections est un acte d’auto défense, un réflexe de dignité.

Le seul geste utile que nous aurons à faire pour défendre l’honneur de notre pays c’est de boycotter cette élection européenne.

Car si vous allez voter et quel que soit votre bulletin de vote, ce sera valider l’existence d’un parlement fantoche, vitrine faussement démocratique de l’UE, de l’euro et de la banque centrale européenne.

IL FAUT QUE LES URNES RESTENT VIDES.

Oui refusons de voter ! Boycottons ! Oui Boycottons et relevons la tête dignement en disons NON à la soumission que par ce vote veut nous imposer la grande finance internationale.

Tout comme pendant la Résistance.
Disons, comme nous l’avons dit,     
Oui nous avons raisons !
Nous sommes les plus nombreux !
Nous sommes les plus forts !
Un peuple qui se bat pour sa Liberté et pour son indépendance, un peuple invincible ! Oui nous vaincrons !!!

Léon Landini 26 avril 2014 à Paris – Meeting de lancement de la campagne de boycott de l’élection européenne du CNR-RUE

 

La semaine sanglante – Jean Baptiste Clément

Sauf des mouchards et des gendarmes,
On ne voit plus par les chemins,
Que des vieillards tristes en larmes,
Des veuves et des orphelins.
Paris suinte la misère,
Les heureux mêmes sont tremblants.
La mode est aux conseils de guerre,
Et les pavés sont tout sanglants.
Refrain
Oui mais !
Ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare ! à la revanche
Quand tous les pauvres sy mettront.
Quand tous les pauvres sy mettront.
Les journaux de l’ex-préfecture
Les flibustiers, les gens tarés,
Les parvenus par l’aventure,
Les complaisants, les décorés
Gens de Bourse et de coin de rues,
Amants de filles au rebut,
Grouillent comme un tas de verrues,
Sur les cadavres des vaincus.
Refrain
On traque, on enchaîne, on fusille
Tout ceux quon ramasse au hasard.
La mère à côté de sa fille,
L’enfant dans les bras du vieillard.
Les châtiments du drapeau rouge
Sont remplacés par la terreur
De tous les chenapans de bouges,
Valets de rois et d’empereurs.
Refrain
Nous voilà rendus aux jésuites
Aux Mac-Mahon, aux Dupanloup.
Il va pleuvoir des eaux bénites,
Les troncs vont faire un argent fou.
Dès demain, en réjouissance
Et Saint-Eustache et lOpéra
Vont se refaire concurrence,
Et le bagne se peuplera.
Refrain
Demain les manons, les lorettes
Et les dames des beaux faubourgs
Porteront sur leurs collerettes
Des chassepots et des tambours
On mettra tout au tricolore,
Les plats du jour et les rubans,
Pendant que le héros Pandore
Fera fusiller nos enfants.
Refrain
Demain les gens de la police
Refleuriront sur le trottoir,
Fiers de leurs états de service,
Et le pistolet en sautoir.
Sans pain, sans travail et sans armes,
Nous allons être gouvernés
Par des mouchards et des gendarmes,
Des sabre-peuple et des curés.
Refrain
Le peuple au collier de misère
Sera-t-il donc toujours rivé ?
Jusques à quand les gens de guerre
Tiendront-ils le haut du pavé ?
Jusques à quand la Sainte Clique
Nous croira-t-elle un vil bétail ?
À quand enfin la République
De la Justice et du Travail ?
Refrain