Réforme territoriale : Se mobiliser pour une Fonction publique qui réponde aux besoins ! [appel intersyndical]

affiche régionale 2010Le n’a eu de cesse de combattre le processus d’euro-balkanisation du territoire sous prétexte d’une décentralisation qui n’est en fait qu’une euro-concentration (disparition des communes remplacées par des eurométropoles, des départements remplacées par des euro-régions, de l’Etat remplacé par les totalitaires et dictatoriales institutions de l’Union Européenne du Capital). Les militants du se sont notamment engagés pour la défense de la démocratie locale, contre le démantèlement des éléments d’égalité des travailleurs au sein de la République notamment pour défendre les communes et les départements à l’occasion des dernières élections municipales et départementales.

En ce moment, dans le plus grand silence médiatique, se déroule un nouveau vaste plan social concernant en premier lieu les services publics déconcentrés au niveau régional de l’Etat, sans compter les réorganisations des collectivités locales. ce sont des centaines de milliers d’agents des services publics qui sont affectés, de larges pans des missions de services publics qui sont menacés et des milliers d’emplois qui vont être supprimés. Cela afin de répondre au diktat de la Commission Européenne d’une réorganisation territoriale en France, conduisant à la Loi NOTRe en cours d’adoption, et aux et Fusion des régions adoptée il y a quelque mois. Cela afin de satisfaire aux demande du grand patronat, exprimées par le MEDEF dans son plan de guerre contre les travailleurs “Besoin d’Aire”, de territoires débarrassé du moindre contrôle populaire et à la main des “entreprises”. Cela afin de remplir les objectifs de l’euro-austérité imposée par l’Union Européenne et grâce à l’Euro.

Si les médias de Lagardère, Bouygues, Bolloré et Cie n’en parlent pas, ce n’est pas pour autant que la colère ne montent pas dans les services publics. www.initiative-communiste.fr publie ci-après une déclaration de l’, ainsi que deux informations donnant l’exemple des mobilisations qui sont conduites jour après jour au niveau national et dans les régions.

Alors que les travailleurs sont en lutte – les bulletins hebdomadaire d’Initiative Communiste en donne une image – partout dans le pays, contre l’exploitation et pour leur salaire, contre la désindustrialisation et pour produire et travailler en France, contre la casse de l’agriculture, contre le démantèlement des services publics pour la santé, pour un aménagement du territoire répondant aux besoins de la population et faisant face aux défits de l’avenir, contre la casse de l’école pour un enseignement de qualité pour tous, pour la santé publique etc…. Plus que jamais, c’est en s’unissant tous ensemble et en même temps, c’est en faisant converger les , en s’attaquant à ce carcan de l’Union Européenne et de l’euro qui sont des armes de destruction massive des conquètes démocratiques et sociales des travailleurs aux services des intérets de la classe capitaliste, que l’on peut changer les choses. Pour un monde meilleur, pour la justice, l’égalité, le progrès social, la démocratie, pour éradiquer le chômage, en un mot pour s’en sortir, il faut en sortir. Sortons de l’UE, de l’euro, de l’OTAN et du Capitalisme !

JBC pour www.initiative-communiste.fr

: Communiqué de l’Intersyndicale de la Fonction Publique.

Porteuses de propositions pour le développement des services publics des collectivités territoriales, de l’Etat et de la santé, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FA-FP, tiennent à rappeler leurs critiques et leur opposition à la logique globale de la Réforme territoriale.

Métropoles, intercommunalités, fusions des conseils régionaux et des services régionaux de l’Etat, revue des missions de l’Etat, maisons de service au public, etc. inquiètent et mécontentent légitimement les agents et les usagers.

Les fusions, mutualisations sont synonymes de profonds changements, dont la mobilité forcée avec les conséquences dramatiques pour les agents et leur famille.

Ces restructurations interrogent fortement sur la présence et l’implantation des Services publics au plus près des citoyens.

Cette réforme territoriale a été engagée à marche forcée enfermant la concertation dans des conditions et un calendrier indignes des enjeux en cours. Tant sur le plan national que local, nos organisations affirment qu’un débat contradictoire, sincère et véritable sur les enjeux posés, est nécessaire, tant auprès des citoyens qu’auprès des personnels de la fonction publique.

Quelles que soient les modifications d’organisation, nous revendiquons des services publics de proximité permettant d’assurer les missions de la Fonction publique partout et garantissant aux agents de conserver, au travers de la pérennité des unités territoriales, leur affectation, leurs missions et leur statut particulier.

Les agents ne doivent être contraints à aucune forme de mobilité forcée, (ni géographique, ni fonctionnelle) ce qui s’apparenterait à de la flexibilité pour s’adapter aux restructurations.

Ce qui suppose dans la fonction publique de l’Etat, le maintien de services strictement ministériels. Pour les usagers, c’est la seule garantie de conserver un interlocuteur de terrain.

Par ailleurs, nos organisations réaffirment leur attachement au Statut général des fonctionnaires et aux statuts particuliers, autant de garanties pour l’exercice des missions publiques, tant pour les usagers que les personnels, et aux spécificités des trois versants de la Fonction publique.

Le développement de l’emploi public, la revalorisation de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies depuis des années, la reconstruction de la grille, l’amélioration des conditions de travail, plus globalement l’arrêt des politiques d’austérité, nécessitent une réaction forte des fonctionnaires et agents publics.

Ensemble, nos organisations syndicales créeront les conditions d’une mobilisation la plus unitaire et la plus large des personnels pour que leurs revendications soient prises en compte dans l’ensemble de la Fonction publique.

Sans attendre, les organisations syndicales apportent également tout leur soutien aux différentes actions en cours actuellement dans de nombreux secteurs de la fonction publique.

Fait à PARIS, le 22 juin 2015

Les personnels de la fonction publique à l’action – exemple.

22 juin 2015 : A Lyon, les syndicalistes interpellent le préfet préfigurateur de la région Rhône Alpes Auverge :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/2015/06/22/reorganisation-des-services-de-l-etat-en-rhone-alpes-auvergne-753219.html
Michel Delpuech, préfet de Région, réunissait ce matin les organisations syndicales régionales Rhône-Alpes et Auvergne, pour leur présenter les projets de réorganisation des services de l’Etat induits par la réforme territoriale et la fusion des régions. Cette réforme concerne près de 13 000 agents rien qu’en Rhône Alpes Auvergne.
La rencontre ne s’est pas exactement déroulée comme prévu. La réunion a tourné court : plusieurs syndicats ont rapidement quitté la table pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme “un plan social qui ne dit pas son nom”….

De nombreux agents s’inquiètent notamment d’un possible redéploiement des effectifs. Le préfet se veut cependant rassurant: ni mobilité forcée, ni postes supprimés dans l’immédiat. Le préfet doit rendre sa copie au premier ministre à la fin du mois. Il doit présenter son “macro-organigramme”, soit un tableau de l’organisation des futures directions dans la nouvelle entité.

A la rentrée de septembre, les syndicats auront connaissance des arbitrages gouvernementaux

02 juillet 2015 : les syndicats interpellent Ségolène Royal à l’occasion du Comité Technique Ministériel du Ministère de l’écologie et du Développement Durable (MEDDE)

intersyndical MEDDE“Lors du CTM de ce jour, une action intersyndicale, FO, CGT, FSU et solidaires, s’est exprimée pour dénoncer la réforme territoriale, ses conséquences sur les agents et les services, les initiatives échafaudées par d’autres services non directement impactés et la précipitation avec laquelle tout cela est mené. Et pour être bien entendues, les organisations syndicales sont venues accompagnées de représentants en poste dans les DREAL et sont allées directement solliciter un entretien avec le cabinet de la ministre.”Communique-DREAL-Cabinet-MEDDE-02-07-15_VF