Pour une politique publique nationale du raffinage en France et la réindustrialisation.

total raffinerie de provence, l’une des entreprises les plus profitables du CAC 40 annonce une nouvelle vague de suppression d’emploi. C’est maintenant la raffinerie de qui est menacée en provence. Près de 2000 travailleurs employés direct, plus de 5000 travailleurs indirect vont être mis sur le carreau. Pourtant la installée en France est inférieur au marché intérieur.

Rappelons que Total ne paye plus d’impôts sur le sociétés en France depuis 2012 et ce alors que l’action total génère un rendement de plus de 5% pour un résultat opérationnel moyen de près de 18 milliards d’euros chaque année. Sur son site internet, TOTAL se vante de pouvoir doubler en dix ans un investissement placé en action sur ses titres. Avec un dividende par action de 2,44€ en 2014 en hausse de 2,5% par rapport à 2013, Total aurait distribué en 2014 près de 5,82 milliards d’euros de dividende à ses actionnaires ! Et cela sans compter l’augmentation du cours de bourse qui a augmenté de presque 19% en 5 ans.

800px-Donges_raffinerieFaisant des colossaux, TOTAL détruit l’outil et l’emploi industriel en France. Pour augmenter toujours plus les , et alors que la crise systémique du capitalisme fait rage, les capitalistes délocalisent et font pression sur les salaires, et désindustrialisent le pays. Pour produire en France, pour répondre au besoin du peuple, pour protéger la capacité de production et réindustrialiser le pays, il faut rendre et développer l’outil de production en le confiant à ceux qui produisent les richesses. Les travailleurs. En socialisant les moyens de production, par exemple ceux de la pétrochimie.Pour une politique nationale du raffinage, afin de garantir l’existence et la capacité de se secteur – essentiels à l’indépendance énergétique et à la sauvegardes des savoirs-faire industriel – indispensable pour une politique de développement au service des travailleurs, pour le progrès social, la prospérité, et donc également la protection de l’environnement. Oui, le capitalisme est inapte à produire autre chose que du chômage et de la misère pour enrichir une petite classe de profiteur et de dictateur, la classe capitaliste.

Pour mettre en échec le projet de reconversion de la raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), 
la CGT appelle au blocage des stations-service de Total, dès le 2 juillet puis chaque jeudi de l’été

Réindustrialiser le pays, réduire massivement le chômage, c’est possible, par exemple en lançant un grand pôle public de l’. Mais il faut pour cela sortir de l’Union Européenne qui oblige aux privatisations, et interdit les nationalisations. Comme chacun à pu le voir avec par exemple le démantèlement d’Alstom ou d’Alcatel au profit du grand capital américain.

Le Conseil municipal de Gonfreville l’Orcher demande une politique publique nationale du raffinage en France

h-20-2277978-1287776924Par un voeu présenté le 8 juin 2015 par les élus Communistes et Républicains, le Conseil Municipal de Gonfreville l’Orcher demande à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités en définissant une politique nationale du raffinage basée sur les savoir-faire industriels et les capacités existantes en France, quitte, en l’absence de collaboration du secteur privé à cet objectif national, à prévoir par voie de la création d’un secteur public du raffinage.

Dans le même voeu, les élus estimant qu’il est du devoir du groupe Total d’investir en France pour améliorer et pérenniser ses sites de raffinage et les emplois induits, ils lui demandent de prévoir les investissements nécessaires sur sur la Raffinerie de Normandie pour assurer la pérennité de l’appareil de raffinage servi par le savoir-faire de ses salariés.

Vœu présenté par les élus communistes et républicains

Conseil municipalde Gonfreville l’Orcher du 18 mai 2015

POUR UNE POLITIQUE PUBLIQUE DU RAFFINAGE EN FRANCE

En 5 ans, la France a perdu un tiers de ses raffineries, 2.500 emplois directs, 12.000 en comptant les emplois liés. La liste des fermetures de raffineries ne cesse de s’allonger : 2009 raffinerie de Dunkerque, 2010 Petroplus à Reichstet (Bas Rhin), 2012 Petroplus à Petit Couronne (Seine Maritime), 2014 LyondellBasell à Berre (Bouches-du-Rhône), sans oublier la raffinerie de Normandie à Gonfreville l’Orcher qui a réduit de 40% son raffinage avec l’arrêt de la distillation 9 en 2010 et celui d’une unité de fabrication d’huiles. A Port-Jérôme, Esso se refuse de réaliser les investissements qui permettraient d’assurer l’avenir de sa raffinerie.

Ce mouvement particulièrement inquiétant de forte diminution de la capacité de raffinage de la France, pour l’économie, pour l’emploi, pour l’indépendance nationale en matière d’approvisionnement énergétique, se trouve aggravé par la politique et les décisions du groupe Total qui annonce la suppression de 2.000 emplois d’ici la fin de l’année, l’arrêt de son activité de raffinage à La Mède (Bouches-du-Rhône) d’ici fin 2016 entrainant la perte de 180 emplois (sur 480 actuellement) et environ 700 emplois indirects.

Ici à Gonfreville-l’Orcher, Total se voit contraint de rembourser une aide publique attribuée par la CODAH pour n’avoir pas respecté ses engagements en matière de création d’emplois. Les seuls investissements annoncés (400 millions d’€ en 2015) sont au service de la réduction du raffinage pour le remplacer par une production de biocarburants, véritable aberration écologique et humanitaire.

Tout semble ainsi mis en œuvre par Total pour procéder au ravitaillement du pays en produits raffinés depuis ses raffineries du Qatar et d’Arabie-Saoudite. Cette délocalisation progressive de ses productions dans des pays à faible coût de main d’œuvre et aux normes environnementales bien moins contraignantes, voire inexistantes où les droits de l’homme ne sont pas respectés, les droits des femmes sont ignorés et les conditions de travail des salariés proches de l’esclavage, s’explique uniquement par la volonté du groupe Total de dégager toujours plus de profits et de rentabilité pour ses actionnaires.

A terme, la menace est clairement de voir disparaître les raffineries de France et le gouvernement qui reste muet sur la politique qu’il entend conduire dans ce domaine important de l’économie et de l’industrie,laisse faire. La France importe aujourd’hui plus de 40 millions de tonnes par an de produits raffinés alors qu’elle dispose des infrastructures pour en exporter !

Visiblement ce n’est plus l’Etat qui détermine la politique pétrolière de la France mais Total en fonction des intérêts de ses actionnaires.

Total, 1er groupe pétrolier français, 4èmemondial dégage un chiffre d’affaire de 180 milliards d’euros, fait 10 milliards de profits, distribue 5 milliards de dividendes à ses actionnairesmaisne paient pas d’impôts en France hors impôts locaux.  Il supprime des emplois après avoir bénéficié de 200 millions d’aides publiques à travers le CICE et le Crédit Impôt Recherche, dispositifs d’aide aux entreprises créés par le gouvernement. Il réalise ses investissements à l’étranger et plus en France.

C’est pourquoi :

Considérant l’importance pour l’économie locale et le budget communal, celui de l’agglomération havraise, de la Raffinerie de Normandie dont la fermeture entrainerait des conséquences dramatiques sur l’emploi, l’activité industrialo portuaire du Havre et la capacité de la Ville de Gonfreville-l’Orcher de répondre aux besoins de ses habitants,

Considérant le niveau de son chiffre d’affaires, de ses bénéfices, de la rémunération de ses actionnaires,

Considérant les différentes aides publiques reçues massivement de la nation pour soutenir son activité et rappelées très partiellement dans ce texte,

Considérant notamment le soutien constant qu’il reçoit de l’Etat, en particulier sur le plan diplomatique, pour favoriser son activité à l’étranger,

Les élus de Gonfreville-l’Orcher estiment que le devoir du groupe Total est d’investir en France pour améliorer et pérenniser ses sites de raffinage et les emplois induits. Ils lui demandent de prévoir les investissements nécessaires sur la Raffinerie de Normandie pour assurer la pérennité de l’appareil de raffinage servi par le savoir-faire de ses salariés.

Par ailleurs,

Considérant l’importance pour l’économie, l’emploi et la souveraineté nationale de posséder sur son sol des raffineries nécessaires,

Considérant que la France ne doit pas devenir dépendante en matière de produits finis et énergétiques ce qui représenterait une faute politique grave pour les gouvernements successifs qui contribuent par leur complicité ou leur passivité au mouvement de diminution de la capacité de raffinage en France rappelé dans le texte,

Considérant que les questions liées à la production énergétique demeurent d’intérêt public notamment parce qu’en découlent la manière dont chaque foyer peut s’approvisionner et des coûts pour lui de ces approvisionnements,

Les élus de Gonfreville-l’Orcher demandent à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités en définissant une politique nationale du raffinage basée sur les savoirs faires industriels et les capacités existantes en France, quitte, en l’absence de collaboration du secteur privé à cet objectif national, à prévoir par voie de nationalisation la création d’un secteur public du raffinage.

Les élus de Gonfreville l’Orcher s’engagent à soutenir toutes les luttes qui seront menées pour la sauvegarde et la pérennisation des sites de raffinage.

2 Commentaires de lecteur “Pour une politique publique nationale du raffinage en France et la réindustrialisation.

  1. Le.Ché
    6 juillet 2015 at 11:22

    Je suis d’accord avec votre analyse sur total, il faut nationaliser TOTAL, ce sera bien pour le peuple français, mais aussi pour les peuples africains.

  2. 6 juillet 2015 at 16:57

    Nous sommes entièrement d’accord sur les propositions ci-dessus. Voici ce que je mettais sur notre blog en introduction à la motion du conseil municipal de Gonfreville l’Orcher reproduite.

    “Mis en ligne le 30 Juin 2015
    Prise de position du conseil municipal de Gonfreville l’Orcher à propos du secteur du raffinage à l’initiative des élus communistes. Elle ne respecte pas les règles européennes de la concurrence libre et non faussée. Elle dit “nationalisation” du secteur pétrolier si Total s’obstine à liquider le secteur en France. Nous la reproduisons sur notre blog.
    Voici l’intervention de Jean-Paul Lecoq, [maire de Gonfreville l’Orcher et ancien député] à propos de la raffinerie Total.
    Nous sommes prêts, à participer à une campagne pour une politique nationale du raffinage et pour la nationalisation des entreprises de ce secteur en France afin d’en garantir l’existence, condition de notre indépendance énergétique et de la sauvegarde des savoir-faire et des emplois liés.
    AC”