Lettre ouverte à la préfète de Corrèze: Pierre Pranchère dénonce l’interdiction de l’hommage aux victimes du nazisme et pétainisme à Égletons… quelques jours après la profanation fasciste du mémorial d’Oradour !

Le 23 aout 2020 la préfète de a, sous prétexte de covid, interdit la cérémonie commémorative aux victimes du nazisme et du pétainisme à Auchères. Pierre Pranchère, vice président du PRCF, résistant FTPF, secrétaire général des Maquis de a vivement condamné, dans une lettre ouverte adressé à cette préfète, cette décision scandaleuse.


Pierre Pranchère – juin 2019

Le 23 août dernier, une cérémonie commémorative devait rendre hommage, au lieu-dit Auchères de la commune de Rosiers d’Égletons, à des victimes du nazisme et du pétainisme. En ce lieu, des centaines de travailleurs étrangers, pour beaucoup des Espagnols qui avaient défendu la République du Frente Popular contre le coup d’État fasciste de Franco, ont été internés, maltraités, déportés pour nombre d’entre eux.
Au nom des mesures sanitaires, cette cérémonie, prévue en plein air, a été annulée. Quel message la préfète de la Corrèze, représentante du gouvernement, pense-t-elle envoyer par cette annulation ? Que l’hommage à des victimes de la Seconde Guerre mondiale, qui furent aussi des combattants antifascistes, est dispensable alors même que, deux jours plus tôt, le centre de la Mémoire d’-sur-Glane était profané par des négationnistes ? Faire vivre la mémoire des crimes du nazisme et du pétainisme dans un pays où resurgissent de toutes parts les hydres du et du racisme est aussi nécessaire à la survie de notre société que le respect de la vigilance sanitaire qui n’aurait fait aucun doute dans cette commémoration.
Annuler un hommage aux victimes de la Seconde Guerre mondiale en Corrèze, lorsqu’en Vendée, avec la bénédiction du président de la République, le parc d’attractions réactionnaire d’un pétainiste virulent fait chaque jour le plein de milliers de spectateurs, c’est affirmer les priorités de ce gouvernement qui n’a, face aux profanations du village martyr d’Oradour, que des larmes de crocodiles et des indignations de circonstance.
Pierre Pranchère
Combattant volontaire de la (2346e compagnie FTPF)
Ancien député de la Corrèze
Député honoraire au Parlement européen
Secrétaire général et cofondateur du Collectif Maquis de Corrèze
Vice-Président du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF)


Il y a 80 ans, les camps oubliés de Pétain en Limousin