#jaibastille énorme manifestation à Paris : plus de 150 000 pour les droits des travailleurs contre le coup d’État social de Macron-UE-MEDEF

Dans une mise en scène façon Trump, hier Macron signait les euro-ordonnances liquidant le code du travail. Une énorme manifestation à Paris, c’est la réponse populaire massive de ceux que les feignants, les cyniques, les extrémistes se permettent d’insulter, d’agresser et de piller pour remplir les coffres de l’oligarchie.

Tous ensemble, grève générale, manifestation nationale à Paris, on lâche rien c’est cela la revendication populaire que plus 150 000 voix à l’unisson ont  fait entendre dans un même cri de colère et de mobilisation de à , faisant vibrer le cœur populaire et démocratique de Paris.

Avec cette mobilisation initiée par la France Insoumise mais la dépassant très largement, drapeaux des syndicats, d’autres organisations politiques et bien sûr du PRCF et JRCF flottant dans le dense et combatif cortège en témoignent, c’est une vraie démonstration de force, qui prouve que tous ensemble et en même temps, le peuple peut gagner contre la dictature du Capital, de son homme de main Macron aux ordres de l’Union Européenne et du MEDEF.

Une énorme manifestation à Paris : 150 000 et demain 1 million sur les Champs-Élysées et dégager Macron UE MEDEF ?

Une foule, compacte, dense, combative qui refuse de se laisser diviser par ceux qui veulent opposer parti politique et syndicat : oui la lutte syndicale a besoin de trouver un débouché politique. Rappelons que la charte d’Amiens dont trop se saisissent pour revendiquer l’isolement des syndicats, établie également que l’objectif du syndicalisme est l’expropriation capitaliste. Rien de moins. Faut-il rappeler que loin d’être indépendant, les Berger et autres Mailly émargent  auprès de Macron ou du PS ? Sur cette marée humaine, entre drapeaux rouges frappés des outils, dont ceux du PRCF et des JRCF, drapeaux tricolores de la Révolution, drapeaux de la France Insoumise, flottaient donc très logiquement des drapeaux de la , et même de FO.

Résistance, Résistance, Tous Ensemble, Grève générale…

C’est bien là le message principal de cette puissante vague populaire qui a déferlé de toute la France sur Paris: oui le combat ne fait que commencer, il doit prendre appui sur le mouvement social, uni et déterminé dans une même mobilisation et non dans des luttes éparpillées, catégorielles, qui aussi puissantes qu’elles puissent être seront écrasées les unes séparément des autres.

Avec les routiers et les ouvriers de la pétrochimie dès lundi, avec la jeunesse à laquelle a rappelé ses responsabilités pour son avenir, avec l’ensemble du monde du travail, c’est tous ensemble et en même temps que l’on peut gagner. Oui l’objectif d’une grande manifestation nationale, un million à Paris sur les Champs-Élysées pour rappeler à Macron qu’en France, en République, il n’y a plus de roi, et que c’est au peuple, pas aux multinationales, pas à leur Union Européenne de faire la loi. Que la vraie démocratie, oui, elle est dans la rue, avec le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.

En 2016, le PRCF avait déployé toute son énergie pour appeler à une grande manifestation unitaire, nationale, tous ensemble et en même temps à Paris, afin de donner la force pour lancer la grève générale reconductible. Une manifestation puissante le 14 juin, un million à Paris entre Place d’Italie et les Invalides, arrivée malheureusement trop tard pour déboucher sur la grève générale. la leçon est visiblement entendue, puisque le député Mélenchon a repris ce mot d’ordre pour la lutte actuelle, appelant à une énorme manifestation à Paris, un million de personnes sur les Champs Élysées pour défendre la loi, les droits des travailleurs : le code du travail.

Face à l’euro-liquidation du pays, des droits des travailleurs, convergence des luttes pour la sortie de l’UE, de l’euro et du capitalisme

Oui la convergence des luttes est une nécessité, un impératif qui est immédiatement à portée de mains tant les revendications des uns et des autres, chômeurs pour l’emploi contre la précarité, travailleurs pour les salaires et leurs droits, fonctionnaires contre la casse des salaires et des services publics, cheminots, électriciens, gaziers, contre les euro-privatisations, ouvriers contre les euro-délocalisations, routiers contre l’euro-dumping social, paysans contre l’euro- destruction de l’agriculture paysanne en France etc.

Oui l’ensemble de ces revendications conteste la même politique anti-sociale, anti- démocratique, anti-écologique, celle dictée depuis Bruxelles par le MEDEF, la finance, les multinationales. Cette politique qui impose par la force le CETA. Cette Union Européenne qui ordonne la libéralisation et la privatisation des services publics (EDF, SNCF, Poste, Télécoms…). Cet euro qui condamne à l’euro-austérité nos communes, nos hôpitaux, nos écoles. Cette commission européenne qui impose – avec ses Recommandations par pays – la casse du code du travail, de la sécu, de l’assurance chômage et des retraites.

Oui, pour sortir de tout cela, il est urgent d’agir tous ensemble, en même temps pour briser les chaînes de l’Union Européenne.

Pour lancer la contre-offensive des travailleurs contre la dictature des financiers, des actionnaires, des profiteurs et des vrais assistés, cette classe capitaliste assoiffée de suppression de l’ISF et qui applaudit la réduction des APL, cette classe d’oisifs qui applaudit la suppression des emplois aidés et qui pour faire monter ses actions, licencie chez Alcatel, Alstom, PSA, Renault, etc… pour mieux délocaliser, et détruire le produire en France. C’est bien cette politique et ce système qu’il faut mettre en cause.

Les chiffres : 23 septembre 150 000 personnes marchent pour la souveraineté populaire entre Bastille et Nation – les chiffres

Affolé par la très forte mobilisation populaire ce 23 septembre, dans la rue à Paris, Macron a visiblement ordonné à sa préfecture de police de communiquer un chiffre, 30 000 manifestants, et ce via la chaîne de télé de l’oligarque Drahi – un milliardaire que Macron avait soutenu lorsqu’il était ministre des finances de François Hollande. Chacun observera que la préfecture de police n’assume pas ses plus élémentaires responsabilités républicaines, puisque ce chiffre est balancé officieusement, et n’apparaît dans aucun communiqué officiel.

Ce chiffre, comme ceux diffusés ces dernières jours concernant les manifestations intersyndicales, est ridiculement sous-évalué. Entachant gravement la crédibilité d’une police qui en agissant ainsi apparaît plus que jamais aux ordres et bien loin de servir la République.

www.initiative-communiste.fr vous propose une évaluation objective et argumentée du nombre de manifestants. Loin des “journalistes” des médias du pouvoir, à la rédaction d’Initiative Communiste, depuis le terrain et méthode scientifique à l’appui, on vous fournit nos propres chiffres du nombre de manifestants. Démontrant bien souvent les manipulations grossières de la police, une police aux ordres, une police politique au service d’un pouvoir, illégitime, minoritaire, totalitaire.

Chacun peut s’emparer de cette méthode de calcul, pour démentir la propagande qui frappe à chaque fois les manifestations populaires, le mouvement social des travailleurs, et mettre devant leurs responsabilités les journalistes se comportant en perroquets du pouvoir.

Le cortège a mis trois heures à s’écouler entre Bastille et République, principalement à travers le boulevard Beaumarchais, mais également pour partie à travers le boulevard Richard Lenoir. Le début du rassemblement était à 14h, le discours de JL Mélenchon a commencé à 17h, alors que la foule n’avait pas encore fini de quitter la place de la Bastille.


Le boulevard Beaumarchais mesure 30 mètres de large. une foule moyennement dense (ce qui n’était pas le cas de la foule à la sortie de la place de la Bastille, très très compacte d’après toutes les images diffusées par les télévisions et celles que chacun peut trouver sur les réseaux sociaux), s’écoule à un débit de 30 à 50 personnes par mètre et par minute (résultats de la thèse de Philippe Pécol, Paris Est, 28 février 2012).

Ce calcul très simple permet d’estimer entre une fourchette de :

  • 30 m x 30 x 2h x 60 minutes = 108 000 manifestants
  • 30 m x 30 x 2h x 60 minutes = 162 000 manifestants
  • 50 x 30 m x 2h x 60 minutes = 180 000 manifestants
  • 50 x 30 m x 3h x 60 minutes =  270 000 manifestants.

On voit ici combien le chiffre annoncé par les organisateurs, 150 000 manifestants est tout à fait sérieux, cohérent avec les travaux scientifiques sur l’écoulement des foules et manifestations. En faisant la moyenne de l’estimation basse et de l’estimation haute, ont obtient… 189 000 manifestants

, la chaîne du milliardaire Drahi, indique que la préfecture de police aurait estimé à 30 000 le nombre de manifestants. Cela reviendrait donc à un débit d’écoulement de la foule en sortie de la place de la bastille, même dans l’hypothèse la plus défavorable deux heures de manifestation de 8,3 personnes par mètre et par minute. Juste 3 fois moins que les débits minimum de 23 personnes par mètre et par minute mesurés par les travaux de Fruin pour l’écoulement libre d’une foule peu dense.

La surface occupée par la manifestation était de :

  • Place de la Bastille 23 000 m² , surface de l’échafaudage de la statue de la Bastille déduite
  • Place de la République : 30 000 m²
  • Boulevard Beaumarchais : 47 000 m²

soit un total de 10 ha. sans compter les 4,1 ha du boulevard Richard-Lenoir menant lui aussi de Bastille à République, partiellement occupé par les manifestants.

30 000 manifestants déclare BFM TV, la chaîne de Ruth Elkrief dont chacun se souvient du soutien affiché à Macron durant la campagne présidentielle, cela revient à ce que chaque manifestant dispose de 3,3 m² autour de lui. Ridicule lorsque l’on regarde les photos et vidéos de la manifestation qui montre une densité très compacte de la foule, les manifestants étant à touche touche.Si l’on reprend les hypothèses de comptage de la préfecture de police pour la Fan Zone du Trocadéro durant le dernier euro de football (90 000 personnes pour moins de 5 ha), la seule place de la République remplie, ce sont 60 000 personnes.

En considérant une densité de 1,5 manifestant par m², un chiffre très bas puisque l’on considère généralement qu’une foule statique c’est entre 2 à 4 personnes par m²,

Par comparaison, les organisateurs de la technoparade ont annoncé la présence de 300 000 personnes sur le parcours long de 5 kilomètres et qui était loin d’être densément occupé, à l’exception des quelques centaines de mètres entre chaque char musical :

  • 10 chars x 20 m de largeurs de rue x 500 mètre de foule derrière chaque char = 10 ha de surface occupée par la technoparade
  • 300 000 teufeurs / 10 ha = 3 teufeurs / m²

En considérant les même hypothèses que la techno-parade 2017 et sans même considérer les manifestants restés place de la Bastille, on dénombre 231 000 manifestants de Bastille à République ce 23 septembre.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

L’appel à l’action distribué dans la manif par les JRCF et le PRCF

2017 – 09 – 23 TRACT manif FI- A4 (impression ARC)

Le discours de Jean Luc Mélenchon