Énorme manifestation à Maubeuge contre les fermetures d’usines Renault, mensonges du régime Macron et les vrais chiffres des profits juteux du losange.

Le régime Macron accorde sur les deniers publics un financement de 5 milliards d’euros à , le groupe dont l’État reste actionnaire à auteur de 20% annonce la suppression de 4600 emplois en France et la fermeture de plusieurs usines. Pour justifier ce scandale où chaque licenciement va coûter jusqu’à 1.1 million d’euros au budget de l’État, le régime Macron ment effrontément.

Les ouvriers de Renault sont en grève.

Manifestation monstre à Maubeuge : 8000 manifestants

Ce sont plus de 8000 manifestants qui se sont rassemblés à Maubeuge à l’appel de la pour défendre les usines Renault, bravant les interdictions de manifester – seules réelles restrictions demeurant de l’état d’urgence sanitaire :

Observons que c’est autour de la Marseillaise que les ouvriers et leurs soutiens ont terminé leur marche. Preuve s’il en est alors que la nationalisation est la revendication qui devrait être au cœur de l’action populaire et syndicale que les pseudo-défenseurs de la cause ouvrière qui vilipende le drapeau tricolore et la Nation sont totalement hors-sol d’avec le vécu de la classe ouvrière. Qui elle sait – à Maubeuge comme à Vilvorde – combien l’Union Européenne et sa mondialisation capitaliste ont fait pour désindustrialiser le pays à coup de dumping et de délocalisations antisociales.

Les mensonges de Sibeth Ndiaye et du régime Macron

En visite à Maubeuge en 2018, Macron avait vanté la “compétitivité” de l’usine, assurant qu’elle garantissait les emplois. La preuve que l’exploitation pour les profits capitalistes n’a jamais de limites.

Pour justifier les près de 5000 suppressions de postes, dans la R&D comme dans les usines Renault, la porte-parole du régime Macron n’a pas hésité à mentir effrontément. Au coté d’un Jean-Jacques Bourdin qui ne la contredira pas malgré l’énormité des mensonges.

Les licenciements pour le régime Macron seraient inévitables, car Renault produirait 6 millions de voitures par an et n’en vendrait que 3. On se demande où sont garées ces 3 millions de voitures invendues l’année dernière qui représenteraient tout de même près 10% de la totalité des 40 millions de voitures circulant en France…

Voici le verbatim de NDiaye, porte parole qui s’était fait fort de revendiquer à son entrée au service de Macron, de mentir autant que nécessaire pour “protéger Macron”. On a vu cela durant ces dernières semaines de tragique et catastrophique gestion de la crise du covid-19

« Aujourd’hui Renault fabrique 6 millions de voitures par an, vous savez combien ils en vendent ? 3 millions. Donc vous avez trois millions de voitures qui restent sur le carreau, ça pose question. Peut-être que l’entreprise a eu une mauvaise stratégie avant, j’ai pas la compétence pour le dire, mais ce dont je suis certaine, c’est que pour l’avenir, le deal qu’on a avec la filière automobile c’est de dire qu’il faut qu’elle change profondément, qu’elle s’oriente vers l’électrique, l’hybride, qu’elle accompagne la transition écologique. Et donc, l’argent que nous y injectons à travers des fonds d’investissement, de l’accompagnement des prêts etc., il est conditionné à ce tournant écologique. Mais on comprend aussi que quand vous produisez 6 millions et que vous vendez 3 millions, vous avez besoin de restructurer votre appareil industriel dans le dialogue et la concertation avec les organisations syndicales, et dans l’accompagnement des travailleurs »

En réalité, en 2019 Renault a vendu 3.8 millions de voitures particulières et utilitaires. Exactement 3 753 72, dont 2 357 093 de voitures frappées du losange de l’ex-régie Renault. Autant qu’en 2017, à peine moins qu’en 2018 (3%). Bref on est loin de la catastrophe commerciale annoncée.

En réalité Renault n’a aucune difficulté financière : les explications en chiffres avec Mickaël Wamen

J’EXPLIQUE…MESSAGE AUX RENAULT….

Les députés de droite, ceux du ps, ceux de LREM, bref, tous ces pilleurs qui sont aux côtés des Renault ne sont là que pour être sur l’image!

Non seulement ils n’en ont rien à foutre des Renault mais ils ont voté des lois qui vont accélérer les licenciements et interdire de les contester !

Renault n’a aucun problème de fric et TOUS ils disent le contraire, le pire c’est que les syndicats foncent aussi dans ce discours …

Plus de 14 milliards de profits nets après impôts en 5 ans, voilà ce que Renault a fait après avoir payé les dividendes !

14 milliards et là pour deux mois de confinement ils virent 4600 personnes en France et 15000 et ces connards de députés et ministres disent : « Renault va mal … »

C’est totalement faux , aucun grand groupe n’a de difficulté, ils ont tous des trésoreries qui leur permettent de tenir 2 ans en confinement !

Le pouvoir accompagne cette casse pour museler la contestation , ces chiens de garde relayent l’info non stop, objectif faire peur …

Mais les syndicats n’ont pas à valider ce mensonge, Renault n’a aucune justification que ce soit clair !

Pas plus que goodyear, Conti…..

Refusez les licenciements, car c’est bien de cela dont il s’agit et pas de départs par les voies naturelles !!

Il suffit juste de regarder le bilan comptable pour voir la vérité et encore ce n’est pas la compatibilité analytique qui elle est encore plus précise !!!

Renault doit embaucher et non licencier et si les salariés sont ok, j’en suis…


Ex Goodyear

https://www.facebook.com/tousgoodyears/posts/1112787292434286
Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

En effet en 2019, Renault disposait d’une capacité d’autofinancement pour sa branche automobile de 4 milliards d’euros, et cela après avoir fait un résultat net de 3 milliards, 3.5 milliards, 5.2 milliards et 3.4 milliards d’euros en 2015, 2016, 2017 et 2018 !

Renault n’a donc besoin ni de prêt garantie par l’État pour se financer, encore moins de supprimer des emplois.
L’annonce des fermetures d’usines et de licenciements de milliers d’ouvriers avec le soutien du régime Macron a en revanche permis un bond de plus de 20% de l’action Renault en bourse.

De fait, alors que le COVID-19 vient de démontrer l’urgence de réindustrialiser le pays, et alors que l’affaire Goshn vient de redémontrer que le Capital est incapable de gérer l’entreprise, la nationalisation s’impose. Plus que jamais, et les 5 milliards d’euros permettront alors sans difficulté de lancer un grand pôle public de l’, et de conserver et développer l’emploi, et la production au service des besoins réels de la population de la France.

Rappelons qu’en 2000 Renault produisait encore 1 407 068 en France. En 2019 c’est moins de la moitié : 686 020

jbc pour www.initiative-communiste.fr