24 Décembre 1920 / Décembre 2015 : 95ème anniversaire du Congrès de Tours

Déclaration du secrétariat politique national du POLE DE EN FRANCE

congresdetours2C’est à la toute fin de décembre 1920 que, sous l’impulsion du Comité pour l’adhésion à la IIIème Internationale, de et de Paul Vaillant-Couturier, la majorité des délégués du Parti socialiste SFIO fonda de fait le PCF en décidant d’affilier le parti à l’ (représentée à Tours par Clara Zetkin).

S’affranchir de la tutelle social-démocrate

Renaissance communiste PRCF congrès de toursRompant avec les pratiques délétères de la SFIO – qui avaient trahi ses mandats internationalistes en appelant à l’union sacrée en 1914 – les ouvriers français les plus avancés décidaient de se doter d’un vrai parti de classe et d’avant-garde, d’un parti discipliné régi par le centralisme démocratique, d’un parti où les élus seraient subordonnés à l’organisation de classe et non l’inverse, d’un parti anti-impérialiste et anticolonialiste, d’un parti engagé dans les luttes ouvrières, présent dans les entreprises et faisant le lien entre les revendications quotidiennes et le but final des communistes : la révolution socialiste, la dictature du prolétariat et la marche au communisme, cette société sans classes dans laquelle « le développement de chacun est la clé du développement de tous » selon l’expression de Marx et d’Engels.

Unir la classe ouvrière, rassembler le peuple français contre les monopoles capitalistes

120619 RENAISSANCE COMMUNISTEViolemment combattue par la réaction, par le patronat et par la SFIO-maintenue regroupée autour de ses « grands élus », la jeune Section Française de l’Internationale Communiste (SFIC) dut affronter la répression. Elle fut également tentée initialement par ces « maladies infantiles du communisme » que sont, selon Lénine, le sectarisme et le dogmatisme. Pourtant, sous l’impulsion de Cachin et de Sémard, avec le renfort de syndicalistes de classe comme Midol et Monmousseau, le jeune parti communiste « fit ses classes », c’est le cas de le dire. L’arrivée à la tête du Parti d’un courant réellement ouvrier et populaire représenté par Thorez, Duclos et Frachon, l’éviction du courant sectaire incarné par le groupe Barbé-Celor, permirent au PCF de prendre la tête de la lutte pour « le pain, la paix et la liberté » en se portant aux avant-postes de la lutte antifasciste. Malgré l’opposition des sectaires et des trotskistes qui, hier comme aujourd’hui, ont toujours sottement opposé nation et classe ouvrière, c’est sous les plis mêlés du drapeau rouge et du drapeau tricolore (discours historique de Duclos en 1935 lors du premier meeting du Front populaire au stade Buffalo), c’est aux accents conjoints de la Marseillaise et de l’Internationale que les militants communistes et les syndicalistes de classe de la CGTU – dont les militants prirent bientôt la tête de la CGT réunifiée – conduisirent la grande offensive ouvrière, antifasciste et patriotique de 1934-36 qui stoppa les amis français de Hitler, Franco et Mussolini dont les émules, soutenus par le grand patronat, étaient au pouvoir ou à ses portes dans presque toute l’Europe. En 1935, le secrétaire général de l’Internationale communiste, ce Georges Dimitrov qui venait de ridiculiser Göring au Procès dit « des incendiaires du Reichstag », félicita Thorez et le PCF pour leur contribution centrale à l’élaboration de la politique de classe et de masse du Front populaire, antifasciste, et patriotique, Dimitrov appelant même les communistes français à ne pas abandonner Jeanne d’Arc aux fascistes.

C’est sur les bases de principe de cette politique de classe et de masse que, pendant la Seconde Guerre mondiale et par la suite, l’URSS victorieuse de Stalingrad à Berlin, sut fédérer la grande coalition mondiale qui terrassa le Reich. C’est sur ces bases de principe que l’I.C. et le PCF jouèrent un rôle moteur dans la formation des Brigades internationales d’Espagne et qu’en France, en prenant appui sur l’engagement des FTPF et des FTP-MOI, le PCF forgea le Front National de Lutte pour la Liberté et pour l’Indépendance de la France sans lequel la formation du Conseil National de la Résistance et l’adoption de son programme Les Jours Heureux eût été impensable. C’est sur ces bases ouvrières et patriotiques que les ministres franchement communistes de 1945-47, les Thorez, Croizat, Billoux, Marcel Paul, Casanova, Wallon, etc. mirent en place les plus grandes avancées sociales et démocratiques de toute notre histoire : Sécurité sociale, retraites par répartition, conventions collectives, statut du mineur, statut du fonctionnaire, comités d’entreprise, nationalisations démocratiques (Renault, EDF, etc.). Et c’est encore sous l’égide de cette ligne de rassemblement du peuple autour de la classe ouvrière et CONTRE les monopoles capitalistes que le PCF d’après-guerre, malgré le pilonnage anticommuniste et antisoviétique qui allait accompagner la guerre froide, les guerres coloniales et la répression anti-« rouges » en France, sut longtemps rester le premier parti de France : ce parti qui, de loin, était le premier dans les usines, les champs et les chantiers, attirait alors les plus grands intellectuels de l’époque : les Joliot-Curie, Langevin, Aragon, Eluard, Léger, Picasso, Vilar, etc. Non sans erreurs parfois – mais seuls les donneurs de leçons du gauchisme et du « marxisme-léninisme » de salon n’en font jamais puisqu’ils ne font RIEN – le PCF sut prendre appui sur le matérialisme dialectique en philosophie, sur le marxisme-léninisme en politique, pour défendre du même pas l’indépendance nationale française (menacée par la construction de l’Europe atlantique), le droit des peuples « coloniaux » à l’émancipation nationale (« un peuple qui en opprime d’autres ne saurait être libre », Engels), la paix mondiale soumise au chantage exterminateur de l’impérialisme assassin d’Hiroshima. Avec la CGT de classe et de masse qui tenait tête au grand patronat, avec les mairies communistes qui multipliaient les actes émancipateurs, le PCF et la Jeunesse communiste, tous deux alliés au camp socialiste élargi après 1945, constituèrent très longtemps un point d’appui solide pour le camp du travail, du progrès social et de la souveraineté de tous les peuples. Même après que les abandons révisionnistes des années 70 eurent gravement affaibli la résistance idéologique du PCF, le parti dirigé par G. Marchais était encore capable en 1992 de mener une campagne de masse contre le Traité de Maastricht, lequel ne s’imposa que d’un cheveu et uniquement grâce à l’abstention opportune des « révolutionnaires » qui trouvent dégradant de défendre l’indépendance de la nation…

La « mutation »-dénaturation , ou la preuve a contrario de la nécessité d’un vrai parti communiste en France

PCF 1936 1946On mesure a contrario ce qu’apportait à la nation laborieuse le PCF marxiste, prolétarien et patriote quand on voit ce que la mutation social-démocrate de ce parti, qui fit suite aux dérives eurocommunistes des années 70, a détruit. Privés d’un vrai parti communiste tourné vers la classe ouvrière et analysant la société sur la base scientifique du marxisme, le mouvement ouvrier traverse une des pires périodes de son histoire ; il devient la proie facile du paralysant européisme social-démocrate qui empêche toute riposte d’ensemble aux contre-réformes maastrichtiennes mises en œuvre par les gouvernements successifs. Alors que des millions d’ouvriers du privé sont, ont été ou risquent d’être socialement déclassés par les délocalisations, alors que les travailleurs des services publics sont quotidiennement humiliés et mis hors d’état d’accomplir leur mission républicaine par les gouvernements maastrichtiens, comment la masse des travailleurs peut-elle recevoir le babillage de Pierre Laurent, le Tsipras français, qui « dialogue » avec le MEDEF, qui appelle à « réorientier l’euro dans un sens progressiste » (et bientôt, l’OTAN dans un sens pacifique, comme osait en rêver feu Enrico Berlinguer !), qui rejoint systématiquement les listes du « hollandien » au second tour ? Quand le PCF dérive vers la (« mutation », « métamorphose », etc. n’ont aucune autre signification de classe !), comment s’étonner que le PS – qui n’a jamais demandé que ça ! – dérive à son tour vers la droite libérale et que celle-ci tende à fusionner idéologiquement avec le FN, principal bénéficiaire, avec les extrêmes droites communautaristes et régional-séparatistes ?

Dialectique de la renaissance communiste et de la contre-offensive populaire

deux drapeaux drapeau français drapeau rouge PRCFA nouveau, face à l’euro-dissolution « bleu mariale » de la France dans l’UE, face à la vague brun-bleu marine qui monte, face à une UE de plus en plus dictatoriale, face à un impérialisme « transatlantique » de plus en plus prédateur, face aux créatures échappées de cet impérialisme que sont les assassins néonazis d’Ukraine et les barbares absolus de Daesh,  il faut à nouveau JETER L’ANCRE ROUGE dans le monde et en France. Avec le PRCF qui s’honore d’être soutenu par les plus grands noms de la Résistance antifasciste, de l’anticolonialisme et du syndicalisme de classe, et qui perce de plus en plus dans la jeunesse, donnons un coup d’arrêt à ces dérives mortelles.

Unissons dans l’action, et non dans des parlotes néo-mutantes, les militants franchement communistes où qu’ils soient organisés.

Aidons le syndicalisme de lutte à se fédérer « en bas » pour faire le poids.

Construisons l’alliance rouge-Marianne de tous les progressistes qui refusent à la fois l’u.M.’ Pen en gestation et l’euro-désintégration de notre pays.

Appelons notre peuple à sortir la France, par la voie progressiste, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme sur la base d’un Front Antifasciste, Patriotique et Populaire.

Soutenons tous les peuples en lutte pour la paix, l’indépendance nationale et la coopération internationale, le socialisme, y compris et surtout contre « notre » propre impérialisme particulièrement agressif, revanchard et prédateur.

Construisons au présent, dans les actes et pas dans les auto-proclamations dérisoires, les conditions d’un futur Congrès de Tours ralliant tous les communistes, membres ou pas du PCF, les séparant des réformistes et les agrégeant à la classe ouvrière militante pour que notre peuple puisse reprendre sa marche historique interrompue vers le progrès social, l’indépendance nationale, la démocratie, la paix et le socialisme.  

prcf_logoLe secrétariat politique national du PRCF :

Léon Landini, Pierre Pranchère, Jean-Pierre Hemmen, Georges Gastaud, Vincent Flament, Benoît Foucambert, Jo Hernandez, Antoine Manessis, Annette Mateu-Casado, Bernard Parquet, Jany Sanfelieu, auxquels s’associe Jean Poirier, du PRCF-St-Pierre-des-Corps.


 

www.initiative-communiste.fr site web du PRCF a recherché dans les archives les actes du congrès de Tours, mais également les comptes rendus établis par l’Humanité, et disponible dans le fond en ligne Gallica de la BNF. Bonne lecture

l’humanité 25 dec 1920 l’humanité 26 dec 1920 l’humanité 27 dec 1920 l’humanité 28 dec 1920 l’humanité 29 dec 1920 l’humanité 30 dec 1920 l’humanité 31 dec 1920

l’humanité 1 janv 1921 l’humanité 2 janv 1921

actes du congrès de tours 1920