Stopper la guerre dans le Caucase.

De nouveau la déchire le Caucase. Le dictateur Aliyev lance à l’assaut du Haut Karabakh l’armée azerbaïdjanaise, sous la protection des drones et avions turcs, et avec le renfort des milices islamistes syriennes armée et déployés par Ankara désormais non seulement dans le nord de la Syrie mais également en Libye. Le conflit qui est en passe de devenir une guerre ouverte entre Erevan et Bakou pourrait, compte tenu du jeu des alliances, conduire à une guerre régionale, impliquant Russie, Iran, , et au-delà.

Les combats ont déjà provoqué plusieurs centaines de tués dans les rangs des deux armées, et il s’intensifie chaque jour. Les bombardements azerbaïdjanais frappent désormais non seulement le Haut Karabakh mais également l’. En réplique l’Arménie fait désormais usage de missiles de moyenne portée. Et les populations civiles se retrouvent désormais sous le feu des bombes de part et d’autre de la ligne de front.

Un communiqué du Parti communiste d’Arménie, précédé d’un commentaire PRCF et suivi d’un texte de G. Gastaud sur le rôle géopolitique de la Turquie d’Erdogan.

Nous publions ci-dessous le communiqué de nos camarades du P.C. d’Arménie qui, tout à la fois, condamnent l’agression brutale et inhumaine du gouvernement de Bakou contre la population civile de l’enclave arménienne, démasquent ses inspirateurs et commanditaires irresponsables d’Ankara, et appellent la population arménienne à rejeter tout comportement xénophobe sans confondre patriotisme et ultranationalisme.

Nous rappelons que, lorsque l’ était encore l’URSS, c’est-à-dire avant que la “catastroïka” de Gorbatchev n’eût abouti au démantèlement sous influence impérialiste de l’Union soviétique, les Arméniens et les Azéris, sans forcément s’aimer, ne s’entretuaient pas et coopéraient dans le cadre d’une Fédération multinationale respectée et paisible où chacun avait un emploi et un avenir. Terrible fut alors la responsabilité des ultranationalistes arméniens qui, avant même la chute de l’URSS, propageaient souterrainement la haine pathologique du Russe sans la moindre intelligence de la situation géopolitique de l’Arménie. 

Nous publions à nouveau une analyse de G. Gastaud, secrétaire national du PRCF, sur le danger de plus en plus grave que constituent les agressions tous azimuts du pouvoir clérical-fasciste d’Erdogan, complice de Washington, de Paris et des pétromonarchies dans le sac de la Syrie, bourreau inlassable du peuple kurde en Turquie et hors de Turquie, persécuteur acharné de la gauche populaire turque, protecteur et financeur des djihadistes et des autres mercenaires djihadistes du Haut-Karabagh au Sahel, ennemi objectif de tous les musulmans du monde que sa politique ignoble dessert en Europe, en Asie et en Afrique.

Une fois de plus, les antisoviétiques de droite et “de gauche” qui, derrière les Glucksmann, July et autre BHL ont appelé à détruire l’Afghanistan laïque et populaire dans le but de détruire l’URSS, sont confrontés à l’irresponsabilité et aux résultats sanglants de leur sale politique


Le appelle à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie!

Le dimanche 27 septembre, les forces armées azerbaïdjanaises ont repris leurs attaques contre des cibles à l’intérieur de l’Artsakh (l’enclave du Haut-Karabakh) et ont relancé un conflit dangereux qui pourrait rapidement dégénérer et mettre davantage en danger la et la stabilité dans la région déjà instable. Le Parti communiste arménien condamne fermement et sans équivoque l’assaut des forces militaires azerbaïdjanaises et de leurs soutiens turcs, ainsi que la rhétorique ignoble de leurs dirigeants politiques, qui a été consciemment dirigée contre les civils d’Artsakh et d’Arménie.

Les agresseurs ont ciblé non seulement les positions défensives arméniennes, mais aussi les populations civiles et les infrastructures. Ainsi, des rapports font état de nombreuses victimes, tant civiles que militaires, résultant de cette agression effrénée.

Nous sommes gravement préoccupés par les informations confirmées faisant état d’un recrutement à grande échelle de combattants djihadistes mercenaires au cours des derniers mois, qui seront envoyés en Azerbaïdjan pour aider les forces militaires azéries régulières dans leur projet d’invasion de l’Artsakh. Nous demandons instamment à l’ONU d’enquêter de manière approfondie sur ces événements et d’exhorter le gouvernement turc à renoncer à de telles pratiques. Toutes ces forces mercenaires devraient être immédiatement dissoutes et rapatriées dans leur pays d’origine.    

Nous sommes également préoccupés par le fait que le Premier ministre turc, le président Recep Tayyip Erdogan, ait été cité comme menaçant le soutien du pays à une attaque à grande échelle contre la République d’Arménie dans le but de renverser son gouvernement légitime démocratiquement élu. Nous considérons que de telles déclarations d’intention sont contraires à la Charte des Nations Unies et au droit international. Le Parti communiste d’Arménie condamne fermement et sans équivoque ces déclarations provocatrices!

Le Parti communiste d’Arménie appelle les gens à faire preuve du calme, de la mesure et de la retenue nécessaires pour assurer la stabilité et l’ordre dans nos communautés. Il est donc nécessaire que le peuple arménien s’abstienne de tout hyper-nationalisme instinctif, ou de se plier à l’hystérie ethno-sectaire, en réponse à ces troubles.

Nous sommes d’avis, dans les circonstances actuelles, que toutes les forces et tous les individus progressistes et patriotiques arméniens exercent une discipline extrême pour résister à l’agression dans toutes ses manifestations, tout en soutenant pleinement l’État arménien et ses forces armées.

Le Parti communiste d’Arménie appelle tous les peuples épris de paix du monde entier, ainsi que les forces de gauche et progressistes du monde entier, à s’unir pour la paix et à condamner l’agression militaire infligée à la population civile et sans défense de l’Artsakh et des villes frontalières et villes d’Arménie. Nous apprécions les efforts du gouvernement de la Fédération de Russie pour arrêter l’effusion de sang et provoquer un cessez-le-feu immédiat, et appelons le président russe Vladimir Poutine à user de son influence et de son autorité internationale pour faciliter le mouvement vers une initiative internationale visant à mettre un terme rapide à cette situation, conflit long mijotant une fois et pour tous. Nous appelons également le gouvernement de la Fédération de Russie à honorer et à maintenir sa noble histoire en tant qu’allié de principe et voisin de l’Arménie pendant ses heures les plus sombres.

Le Parti communiste arménien condamne catégoriquement toute intervention extérieure dans les affaires intérieures de l’Arménie et tente de violer les frontières et de saper la stabilité du pays. Notre Parti appelle à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel conduisant à des négociations en vue d’un accord de paix permanent sous les auspices de l’ONU et basé sur la Charte des Nations Unies.

Commentaire de lecteur “Stopper la guerre dans le Caucase.