Printemps 2016 en Ukraine : petite étude de terrain.

les insignes nazis du bataillon Azov

les insignes nazis du bataillon Azov

Du 1er au 9 mai, l’ a traversé sans gros dégâts une période très critique. Ce qui s’y est passé est intéressant et surprenant.

Le 2 mai à Odessa, la commémoration du massacre des quarante « prorusses » brûlés vifs et abattus le 2 mai 2014 n’a pu avoir lieu que très discrètement : 3.500 soldats et policiers étaient mobilisés, et le lieu stratégique (où eut lieu l’incendie) était gardé par 300 hommes du bataillon « Azov », réputé le plus nazi. Telle fut la volonté du président Porochenko, à la demande expresse du gouverneur Saakachvili, l’ex-président géorgien. Reconnaissons qu’il a accompli sa mission avec efficacité et discipline, sans les violences auquel ce bataillon nous a habitués.

Le 9 mai, « jour de la Victoire » en (ex)URSS a donné lieu, contre toute attente et malgré les interdits, à des manifestations populaires étonnantes.

La célébration officielle de la « Victoire sur le nazisme » (mais non plus « sur le  ») avait lieu sous le coup des interdits de la « décommunisation », soit l’interdiction de toutes les symboliques associées à cette victoire de l’URSS en 1945 : drapeaux rouges, étoiles rouges, faucilles et marteaux, uniformes soviétiques, rubans orange et noir « de St Georges »… un peu comme si l’on célébrait la Résistance en France sans drapeau tricolore (et rouge) et sans croix de Lorraine gaulliste. Ou la Libération de la Belgique sans drapeaux noir-jaune-rouge et des Alliés. Alors que le drapeau jaune et bleu – officiel de l’Ukraine- n’était porté pendant la que par les nationalistes collaborateurs de l’occupant nazi ( c’étaient les couleurs du brassard de la « polizei » de sinistre mémoire)

Pour faire respecter l’ordre nouveau, 40.000 soldats et policiers étaient mobilisés dans les principales villes d’Ukraine.

Or, malgré cela, un peu partout, des rassemblements ont eu lieu avec les symboliques « rouges » interdites, mélangées aux emblèmes (drapeaux jaune et bleu, nouveau coquelicot officiel etc…) ukrainiens, parfois même des soldats vétérans en uniformes soviétiques défilant aux côtés de « vrais » soldats ukrainiens actuels. De surcroît les foules du 9 mai en Ukraine ont imité le nouveau rituel instauré depuis l’an dernier en Russie, le dit « régiment des immortels », où les citoyens défilent en arborant les portraits de leurs parents et grands-parents morts dans cette guerre qui aurait fait huit millions en victimes (le quart de la population, comme en Biélorussie), pour un total de 24-29 millions (estimations variées) pour toute l’URSS. La mémoire d’une telle tragédie commandait sans doute un  minimum de dignité.

Des groupes nationalistes et néonazis, ont bien provoqué quelques bousculades, mais ce fut sans gravité.

De tout cela, on retire une double impression :

  1. L’ éradication du 9 mai à la soviétique  (comme « fête de la Victoire » et non seulement commémoration de la « fin de la guerre ») et des traditions communistes en Ukraine, malgré la volonté du nouveau pouvoir et les encouragements occidentaux, n’est pas près d’aboutir, même si l’on peut miser sur l’indifférence et l’oubli des jeunes générations et les effets sur elle d’une virulente propagande anticommuniste dans les programmes scolaires et les médias.
  2.    Les différents camps de cette « guerre civile » (des mémoires et pas seulement) ont tenu à préserver ce 9 mai de nouveaux affrontements violents. Il ne faut pas oublier non plus que les jeunes nationalistes font parfois face à leurs propres parents. La « guerre civile » latente divise des régions mais traverse aussi des familles. Il y a, dans les images qui suivent, de la passion et de l’apaisement. Un espoir de paix future ? On ose à peine y songer.

Jean-Marie Chauvier

Le point sur la situation au début du mois de juin sur le front du : les bombardements et violences contre le se poursuivent

Rapport de situation hebdomadaire de Donetsk : Les FAU ont tenté de percer les défenses de la RPD près d’Avdeyevka et ont subi de lourdes pertes – 3 juin 2016

Durant la période allant du 28 mai au 3 juin, toutes les activités d’entraînement au combat dans les unités et formations subordonnées se sont déroulées comme prévu.

Durant la semaine écoulée, l’armée ukrainienne a intensifié quotidiennement les bombardements du territoire de la République populaire de Donetsk. Au total, les punisseurs ont bombardé 2319 fois le territoire de la République, y compris 1847 fois avec des armes lourdes.

Les bombardements les plus intenses ont été menés contre les localités situées le long de la ligne de contact en direction de Gorlovka et Donetsk.

Suite aux bombardements menés par les punisseurs, quatre soldats des forces armées de la RPD sont morts et trois ont été blessés. Deux civils sont morts aussi et un autre a été blessé. L’armée ukrainienne a endommagé 51 bâtiments à Dokouchaevsk, Zaïtsevo, Donetsk et Kominternovo.

Lors du travail des observateurs de la MSS de l’OSCE sur le territoire contrôlé par les FAU cette semaine, ces derniers ont enregistré l’absence d’armes ukrainiennes dans les sites de stockage :
– Deux obusiers tractés MSTA-B de 152 mm ;
– Cinq obusiers tractés D-20 de 152 mm ;
– 23 systèmes d’artillerie motorisés Akatsia de 152 mm ;
– 17 systèmes d’artillerie motorisés Gvozdika de 122 mm ;
– 10 mortiers de 120 mm et 82 mm ;
– 42 chars d’assaut.

De plus, nos services de renseignement ont enregistré un renforcement des unités des FAU sur la ligne de contact :
– En direction de Gorlovka nous avons détecté cinq lance-roquettes multiples Grad et trois chars d’assaut ;
– En direction de Donetsk nous avons détecté huit chars d’assaut, cinq lance-roquettes multiples Ouragan, deux lance-roquettes multiples Grad, cinq obusiers D-30 de 122 mm, six canons antichars MT-12 Rapira de 100 mm, six mortiers de 120 mm, deux véhicules de transport de troupes blindées et 150 soldats ;
– En direction de Marioupol nous avons détecté 27 chars d’assaut, trois systèmes d’artillerie motorisés Gvozdika de 122 mm, 11 obusiers tractés D-30 de 122 mm, six mortiers de 120 mm et 100 mercenaires étrangers d’une compagnie militaire privée.

Nous avons aussi enregistré des vols de drones ennemis dans la zone des localités d’Ozeryanovka, Dolomitnoye, Rtoutny, Zaïtsevo :
– Granitnoye – Krasny Oktyabr – Solntsevo;
– Starognatovka – Petrovskoye – Styla;
– Novolaspa – Petrovskoye – Dokouchaevsk;
– Komsomolskoye – Razdolnoye.

Les FAU continuent leur provocations visant à briser les accords de Minsk.

En particulier, le 29 mai à 15 h, l’ennemi a fait une nouvelle tentative pour percer nos défenses près de la localité d’Avdeyevka et occuper l’échangeur de Yasinovatsky. Les soldats des FAU soutenus par les radicaux de Secteur Droit ont attaqué les positions des forces armées de la RPD. Lors de l’affrontement, trois soldats des forces armées de la RPD sont morts. Nous avons été obligés d’ouvrir le feu en retour et nous avons repoussé l’attaque. L’ennemi a battu en retraite vers sa position précédente, après que 14 de ses soldats soient tués et plus de 30 blessés.

En lien avec cela, nous exhortons les autorités ukrainiennes à cesser leurs provocations et tentatives d’aggraver la situation dans la « zone grise » près de la localité d’Avdeyevka. En cas de poursuite des actions agressives, nous y répondrons de manière adéquate et nous ne reculerons pas d’un pas. De nouveaux affrontements ne mèneront qu’à de nouvelles pertes dans les rangs de l’armée ukrainienne.

En plus des tentatives d’attaques ratées des FAU sur les positions des troupes de la RPD, nos services de renseignement ont rapporté une augmentation des affrontements entre les unités de FAU et les bataillons nationalistes dans la direction de Marioupol, qui ont fait de nombreuses victimes. En particulier, durant la semaine écoulée, rien qu’à cause d’affrontements entre les radicaux du bataillon Aïdar et les soldats de la 72e brigade, 16 soldats ukrainiens ont été tués et plus d’une dizaine ont été blessés. Les affrontements ont abouti à l’assassinat, par les radicaux d’Aïdar, du commandant du 3e bataillon de la 72e brigade, le capitaine Zhouk, que les médias ukrainiens ont voulu transformer en héros, en se hâtant de le déclarer comme victime d’un bombardement mené par l’armée de la RPD. Les funérailles de Zhouk ont été organisées et ont eu lieu au cimetière de Khmelnytsky. Néanmoins, après la fuite de l’information concernant les véritables causes de la mort du commandant de bataillon et l’absence de représentants du ministère de la Défense ukrainien à ses funérailles, les médias de masse ukrainiens ont refusé sa glorification.

Des affrontements similaires ont été notés à Avdeyevka entre les radicaux de Secteur Droit et les unités de la 58e brigade des FAU. En particulier, les nationalistes, qui soutiennent l’aggravation de la situation dans la zone de conflit, ont essayé de pousser les unités de la 58e brigade vers les positions de l’armée de la RPD, obligeant les soldats de FAU à tirer en retour pour tuer. D’après des informations préliminaires, suite aux affrontements, les deux parties ont subi des pertes (plus de 15 hommes).

Les nombreuses pertes hors-combat minent grandement la capacité militaire de l’armée ukrainienne. Les soldats démoralisés refusent d’exécuter les ordres de leurs commandants, et affichent ouvertement leur défiance. En lien avec cela, le SBU a relancé l’identification des troupes peu fiables au sein des unités des FAU. D’après les données obtenues par nos services de renseignement et venant du quartier général de l’OAT, cette semaine plus de 30 soldats ont déserté des FAU. Sur ce total, seulement sept ont été arrêtés.

Ainsi, toute tentative des autorités politiques et militaires ukrainiennes de reprendre les hostilités dans le Donbass, mèneront irrémédiablement à la défaite des FAU. En lien avec cela, nous appelons les commandants des FAU à réaliser le prix de leurs pertes et l’origine de cette guerre insensée. Je pense que la résolution de ce conflit qui dure depuis deux ans réside seulement dans le renversement de la junte de Kiev, qui sert les intérêts de ses propriétaires étrangers. Dès lors, nous appelons les commandants des unités ukrainiennes à retourner leurs armes en direction de Kiev, afin de libérer l’Ukraine des marionnettes qui ont permis l’effondrement du pays.

Merci de votre attention.

Commandant du commandement opérationnel des forces armées de la RPD, major-général Denis Sinenkov, traduction officielle depuis l’anglais par Christelle Néant

Agence DONi News

Rapport de situation de Lougansk : Les autorités de Kiev utilisent des mercenaires étrangers pour déstabiliser la situation dans le Donbass – 2 juin 2016

« Durant la journée écoulée, la situation dans la zone de responsabilité de la milice populaire n’a pas significativement changée, elle reste tendue et évolue vers une aggravation et une escalade du conflit, » a rapporté jeudi le représentant officiel de la milice populaire de la RPL, le Major Andreï Marochko en soulignant que « les autorités oligarchiques de Kiev n’ont pas l’intention de mener un dialogue pacifique, et au contraire, déstabilisent la situation en utilisant des meurtriers de différents pays et nationalités ».

« Hier, les punisseurs ukrainiens de la 54e brigade mécanisée ont, sur ordre de leurs commandants pro-fascistes, tiré une fois sur nos positions situées près de la localité de Logvinovo. Les punisseurs ont tiré avec des lance-grenades et des armes légères de différents calibres. Grâce aux actions habiles de nos soldats, il n’y a pas eu de victimes.

Dans le même temps, les FAU continuent de violer les termes du retrait de l’équipement militaire de la ligne de front fixés par les accords de Minsk et utilisent le cessez-le-feu pour augmenter les capacités militaires des unités présentes dans la zone de l’opération anti-terroriste.

Ainsi, nos services de renseignement ont révélé que le 1er juin, à approximativement minuit trente, une colonne d’équipement militaire constituée de cinq véhicules de combat d’infanterie, 13 chars d’assaut T-64, deux véhicules de transport de troupes blindés, six lance-roquettes multiples Grad et trois systèmes d’artillerie automoteurs ; est arrivée sur le territoire de l’usine de verre de Lisichansk en provenance de la région de Kharkov. Faisaient aussi partie de la colonne 340 soldats de la 28e brigade mécanisée des FAU, ainsi que des soldats du 24e bataillon de défense territoriale Aïdar.

Les dirigeants militaires ukrainiens continuent de faire appel à des mercenaires étrangers venant de pays voisins. Ainsi, nos services de renseignement ont révélés que dans le district Artemovsky de la localité de Kalinovo, se trouvaient 30 soldats des FAU dont les uniformes portent des insignes du drapeau géorgien.

Ces faits confirment une fois de plus que les autorités oligarchiques de Kiev n’ont pas l’intention de mener un dialogue pacifique, et au contraire, déstabilisent la situation en utilisant des meurtriers de différents pays et nationalités.

De notre côté, nous ne baissons pas notre vigilance et portons une attention spéciale aux questions de sécurité de la république, et intensifier nos efforts concernant sa protection est l’une de nos tâches prioritaires.

Je voudrais aussi souligner que la milice populaire respecte les accords de paix signés à Minsk malgré les provocations continues des soldats ukrainiens, » a déclaré Marochko.

Représentant officiel de la milice populaire de la RPL, Major Andreï Marochko, traduction officielle depuis l’anglais par Christelle Néant

Agence DONi News