La junte fasciste en Ukraine agresse la Russie avec le soutien de l’UE et de l’OTAN. Deux russes tués, des attentats déjoués, des soldats de Kiev arrêtes en Russie.

l’ agresse la et veut la guerre : provocation guerrière en

USA guerre impérialisme ukraine front antifascisteLe 7 aout, près de la ville d’Armyansk, les services de sécurité russes ont arreté un groupe de militaires ukrainiens accusés de préparer des actes terroristes en Russie. Le 8 aout, l’armée ukrainienne a tenté une nouvelle incursion contre la Russie à l’aide de véhicules blindés appuyés par un bombardement d’artilleries. Deux soldats russes ont été tués. De véritables actes de guerre menée par la junte de Kiev contre la Russie.

“Nous avons des informations vraiment très inquiétantes : nos services spéciaux ont intercepté sur le Territoire de Crimée un groupe de sabotage du Ministère ukrainien de la Défense, et bien sûr rencontrer dans ces conditions le format Normandie en Chine est absurde, car Kiev montre qu’il a choisi le plutôt qu’une résolution pacifique du conflit” a déclaré le président russe Vladimir Poutine, qualifiant l’action menée par Kiev en Crimée de “jeu stupide et dangereux” ayant pour but de détourner l’attention du peuple ukrainien des problèmes du pays et des autorités qui y volent le peuple. Le Président russe a précisé que «Moscou ne peut rester aveugle devant la mort de ses militaires, tués lors d’opérations spéciales pour prévenir les attaques terroristes en Crimée»

Assurément avec cette provocation, l’Ukraine cherche la guerre avec la Russie. Immédiatement, ses maitres de l’Axe Washington Berlin Bruxelles on

…mouvement de troupes contre le

Le président de la République Populaire de Donetsk, Alexandre Zakharchenko dit s’attendre à une offensive militaire des autorités ukrainiennes contre le Donbass après que la junte de Kiev a placé ses troupes en alerte au combat sur la frontière avec la Crimée ainsi que sur la ligne de démarcation avec le Donbass. De fait cette décision ukrainienne montre la volonté de Kiev d’entamer une nouvelle offensive estivale, à l’image de ses agressions des étés 2014 et 2015. La provocation lancée contre la Crimée est un moyen de faire échouer une nouvelle fois les négociations en cours. Zakharchenko estime que Kiev souhaite reprendre les combats dans le Donbass  Kiev va plutôt démarrer les hostilités ici dans le Donbass qu’en Crimée. Parce qu’ils ont peur de devoir affronter la fédération de Russie. Ils espèrent toujours nous mater par la force militaire.Et il constate que sous la férule de la junte fasciste pro-UE, l’Ukraine est devenu un état terroriste.

“Nous avons pu dire à de nombreuses reprises que l’Ukraine est devenu un état terroriste. Il suffit de rappeler les centaines d’actes terroristes que Kiev a commis contre nos civils. Maintenant, après une tentative de commettre des actes terroristes en Crimée c’est à dire contre les civils russes, le monde entier doit en être convaincu” Zakharchenko  leader de la RPD.

A lire également

Le groupe terroriste arrêtes en Crimée composés d’officiers des services spéciaux de la junte de Kiev

evgeny panov SBU ukraine terrorisme

Evgeny panov en uniforme de l’armée ukrainienne

Evgeni Panov, le chef présumé du groupe de subversion ukrainien arrêté en Crimée a avoué dans une déclaration à la presse – diffusée notamment sur la chaine de télévision Russie24 – que le groupe était composé d’officiers de carrière des services secrets prépararant des attaques et des sabotages.

“le groupe comprenait les agents secrets Alexandre Kirillov (nom de code Kirill), un dénommé Dimitri, et Oleg Litvinenko (nom de code Dog Fox). Mais également, Sambul Alexei (nom de Code Sighà et un homme dont je ne connais pas le nom ou le prénom mais dont le nom de code était ‘Deskikh”  Evgeni Panov militaire ukrainien arrête en Crimée

Les autorités de Kiev ont confirmé que Panov est bien un ressortissant ukrainien. Ce dernier est un militaire ukrainien. Mais elles ont refusé d’indiquer si Panov avait traversé légalement la frontière avec la Crimée pourtant sévèrement contrôlée par la junte de Kiev.

Les médias russes ont également diffusé des extraits des aveux filmés de Ridvan Sulemanov un agent présumé des services secrets de Kiev. Sulemanov a déclaré qu’il était arrivé le 29 juillet à Simferopol et y a “visité la gare routière principale et l’aéroport et repéré des endroits pour placer des bombes”. Il a avoué avoir envoyé leurs description à un homme nomé Pavel Niolayevich qui l’a recruté en ukraine dans la ville de Zaporozhye en octobre 2015. Sulemanov a été arreté le 30 juillet alors qu’il prenait des photos de l’aéroport de Simferopol.

Les aveux d’un autres hommes ont également été diffusés par la même chaine de télévision, ceux de Andrei Zakhtei qui a confirmé avoir agit sous les ordres des services secrets ukrainiens. Il a déclaré “j’étais directement en train d’exécuter les ordres des services de renseignement militaires ukrainien en transportant des saboteurs et leurs équipement à travers la Crimée”. Selon Zakhtei, un homme l’aurait contacté par téléphone le 6 aout “il m’a dit qu’il avait besoin que je le conduise au village de Risovoye à coté d’Armyansk à minuit, d’y récupérer un groupe de personne avec leurs affaires”. Le point de rencontre a ensuite déplacé au village de Suvorovo pour prendre 4 personnes. ” En conduisant vers l’endroit, j’ai entendu une fusillade et j’ai été arrête par les officiers du FSB” a t il également déclaré.

Les services de sécurité de la Fédération de Russie ont précisé le 10 aout 2016 qu’il détiennent un groupe de terroristes ukrainiens arrêtes dans la ville d’Armyansk, située dans le nord de la Crimée à proximité de la frontière avec l’Ukraine. Ils indiquent également qu’ils ont déjoué des attaques terroristes contre la Crimée préparées par la direction des services de renseignements du ministère de la défense ukrainien. Le FSB précise qu’ils planifiaient de viser des infrastructures critiques et de s’en prendre à des infrastructures de services publics. Des médias russes rapportent que la gare ou l’aéroport de Simferopol auraient pu faire partie des cibles.

Plus de 20 charges explosifs d’un équivalent de 40 kg de TNT ont été découvertes, ainsi que des munitions, des mines antipersonnels ou des armes caractéristiques de la dotation des forces armées ukrainiennes.

L’Union Européenne et l’ soutiennent l’action terroriste

Au lieu de condamner l’agression terroriste contre la Russie, l’Union Européenne a diffusé un déclaration affirmant soutenir les dénégations de la junte fasciste de Kiev, et de provoquer une nouvelle fois la Russie en affirmant que la Crimée appartient à l’Ukraine.

Même tonalité du coté de l’OTAN. L’alliance militaire américaine au contraire se permet même de prendre prétexte de l’agression contre la Russie et des bombardements de la junte de Kiev contre le Donbass pour prétendre s’inquiéter de la tension croissante en Ukraine. Mais chacun sait que les soldats de l’OTAN – notamment ceux des USA – sont présents en Ukraine et que l’OTAN livre des armes à l’Ukraine.
L’Union Européenne s’est empressé de lever l’embargo sur les armes, permettant le déploiement de bataillon entiers de chars et l’approvisionnement continu des bataillons de la junte fasciste bombardant jours et nuits le Donbass, dans l’indiférence de l’OSCE. L’OTAN aurait livré des missiles à la junte, des munitions et des fusils. La France participerait également à l’équipement d’hélicoptères de l’armée ukrainienne.

A lire également :

L’Ukraine de la junte fasciste pro-UE de Kiev : un état terroriste, un état fasciste

USA renseignement MH17 syrie guerreCette tentative d’attentat contre la population russe déjouée par la Russie ne serait pas le premier attentat lancé par la junte fasciste installée au pouvoir à Kiev par l’Union Européenne.

Sans évoquer du crash du MH17, Boeing de la Malaysian Airlines abattu le 17 juillet 2014 au dessus de l’Ukraine, pour lequel la responsabilité de la junte est officiellement mise en cause par les autorités néerlandaise (à tous le moins la junte de Kiev n’a pas fermé son espace aérien alors qu’elle savait qu’il y avait des risques en raison de la guerre qu’elle menait dans le Donbass) tandis qu’un faisceau de preuves pointe vers une attaque ukrainienne, les Républiques Populaires du Donbass dénonce régulièrement les attentats commis par les bataillons de reconnaissance et de sabotage des milices de Kiev contre le Donbass. Par exemple l’attentat à la bombe contre le président de la LPR à Lougansk commis il y a quelques jours. Comment taire également les bombardements massifs visant les infrastructures civiles, les habitations, les hôpitaux, les écoles, les crèches et les hôpitaux des agglomérations de Donetsk et de Lougansk ? ou l’usage d’armes de destruction massive comme les bombes aux phosphore blancs contre ces mêmes populations civiles. A l’été 2015, les bombardements terroristes du gouvernement de Kiev contre le Donbass avaient déjà détruits plus de 10 099 bâtiments. Et en violation des accords de Minsk – pourtant garantis par l’Allemagne et la France – les protégés de Berlin, Paris, Bruxelles et Washington continuent leurs exactions.

Pour la seule période du 6 au 12 aoüt 2016,et pour la seule République de Donetsk, l’armée de la junte de Kiev a poroshenko guerre ukrainebombardé 3600 fois les quartiers résidentiels de l’agglomération de Donetsk dont 2814 fois avec des armes lourdes aux calibres supérieurs à 100 mm (donc interdits en théorie par les accords de Minsk 2).4 civils ont été tués et près d’une vingtaine blessés, tandis que du côté militaire 5 soldats au minimum ont été tués et plusieurs autres blessés.

Rappelons que l’oligarque président de la junte fasciste de Kiev a résumé sa politique en expliquant à propos des enfants du Donbass ” pendant que nos enfants iront à l’école, les leurs pourriront dans des caves”. On ne peut mieux résumé la politique terroriste et de crimes de guerre conduite par les hommes de mains de l’UE et de Washington.

La Russie déploie un système de défense anti-aérien S400 en Crimée

Alors qu’en violation des traités internationaux, l’OTAN continue de déployer une puissante flotte de guerre en mer noire, composée notamment des navires américains ou français, le ministère de la défense russe a confirmé le 12 aout le déploiement d’un régiment de défense anti-aérienne muni de système de missile S400. Un dispositif pleinement opérationnel qui assure une défense anti aérienne dans un rayon de 400 km. Une façon de répondre sans escalade belliqueuse à l’agression occidentale.

JBC pour www.initiative-communiste.fr à partir de sources d’agence.
Pour une information libre et engagée, soutenez Initiative Communiste, abonnez vous !