Scandaleux : le gouvernement polonais veut déclarer le parti communiste illégal !

Cette décision scandaleuse est considérée comme une manœuvre supplémentaire du gouvernement d’extrême droite du président Andrzej Duda pour restreindre les libertés civiles.

Le bureau du procureur général et le ministère de la Justice de Pologne ont demandé à la Cour constitutionnelle (CC) de déclarer illégales les activités du Parti communiste car, affirment-ils, celui-ci inciterait à la révolution dans sa charte.

Le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro a ainsi présenté à la Cour une motion visant à déclarer les objectifs et les activités de l’organisation politique incompatibles avec la Constitution et à mettre fin à ses opérations.

Selon un communiqué du bureau du procureur général, le Parti communiste propose dans son programme et ses activités ce qu’il conviendrait d’appeler «des méthodes totalitaires et communistes».

Le texte explique que les membres de l’organisation «appellent ouvertement à une révolution, inspirée par la révolution d’Octobre en Russie, après laquelle les bolcheviks ont pris le pouvoir», et ajoute qu’elle cherche également «à procéder à la nationalisation et à la collectivisation à marche forcée”.

Les mouvements sociaux ont déclaré que la demande de dissoudre le Parti communiste est un pas de plus dans la dissolution des libertés perpétrées par le gouvernement d’extrême droite d’Andrzej Duda.

Parmi ces mesures, on peut évoquer récemment la manœuvre de la Cour constitutionnelle en août dernier pour déclarer l’interruption volontaire de grossesse illégale en cas de malformations fœtales graves.

Cette décision avait provoqué des mobilisations massives de femmes, contre lesquelles le gouvernement a ordonné à l’armée de réprimer la manifestation. Le personnel en uniforme a battu et aspergé de poivre les manifestants. 

À ce moment-là, le ministre de l’Intérieur, Mariusz Kaminski, a osé déclarer publiquement que les manifestants appartenaient à «des groupes organisés entraînés aux combats de rue et liés à des voyous d’extrême gauche». Malgré une longue persécution [dont nous avons rendu compte dans ces colonnes : lire ici notre dossier spécial KPP] cette nouvelle situation a créé un précédent pour la mesure actuellement mise en œuvre contre le Parti communiste de Pologne, qui a été créé en 2002 et est le successeur du Parti communiste historique qui a existé dans le pays de 1918 à 1938 [ainsi que du Parti Ouvrier Unifié Polonais, de 1948 à 1990, n.d.t.].


Quelques mots sur la motion Ziobro visant à interdire le Parti communiste polonais – par le

Le 6 décembre, nous avons appris la demande du procureur général, Zbigniew Ziobro, au Tribunal constitutionnel d’interdire notre parti. Nous ne connaissons pas encore la version complète de la demande soumise, nous ne pouvons donc maintenant nous référer qu’aux rapports des .

Des rumeurs selon lesquelles le bureau du procureur enquête sur les activités du Parti communiste de Pologne nous parviennent depuis des années, également à la lumière du procès de membres de la rédaction de la revue Brzask [L’Etincelle, n.d.t.] et du site Internet accusés de promotion du totalitarisme. Désormais, probablement en raison des piètres résultats du gouvernement, des manifestations de masse et de la détérioration de la situation du service de santé et du désordre juridique grandissant, le ministre Ziobro a décidé «d’améliorer» son image, conformément aux vœux de l’extrême droite. Il espère probablement réussir pour la première fois depuis longtemps. Il est convaincu que la composition du Tribunal constitutionnel nommé par le PiS [Prawo i Sprawiedliwość, Droit et justice, n.d.t.] répondra inconditionnellement à son souhait. Cela peut être vu dans la déclaration catégorique: “Doit être déclaré inconstitutionnel.” C’est néanmoins oublier que cela ne peut être résolu qu’une fois la procédure terminée, en tenant compte des positions des deux parties.

On se souvient que tous les totalitarismes, que ce soit soit fascisme allemand, italien ou espagnol, ont toujours commencé par la persécution des communistes et se sont terminés par celle de tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec la politique du régime, la liquidation de toute opposition et le génocide.

Nous traitons les accusations contre le programme du PCP révélées par les médias comme bizarres et ne correspondant pas à la réalité. A titre de comparaison, le contenu du programme du PCP est disponible sur notre site à cette adresse : https://kom-pol.org/program/

L’allégation principale selon laquelle le PCP “ferait référence dans son programme et ses pratiques aux méthodes et pratiques totalitaires du communisme” est complètement absurde. En fait, le contraire est vrai. Le programme du parti est profondément démocratique. Nous considérons l’établissement d’un «régime démocratique populaire», comme le dit notre programme, comme un objectif fondamental de notre parti. L’un des sous-chapitres du programme du PCP est largement intitulé “Socialisme ou démocratie”.

Il y a deux ans, nous avons écrit dans le texte suivant https://kom-pol.org/2018/03/13/kpp-ostatnim-szancem-obrony-wolnosci-w-polsce/

que:

Le 9 octobre 2002, le tribunal de district de Varsovie a enregistré le Parti communiste polonais en tant que parti politique, qui a été inscrit au registre national de la Commission électorale nationale. Chaque année, le PCP soumet ses rapports financiers honnêtement et ouvertement et n’a jamais eu de problèmes ni d’arriérés. Le Parti communiste de Pologne a été fondé sur les ruines de l’Union communiste liquidée, prenant en compte (après la décision d’interdire le Parti communiste polonais et la justification qui en fut donnée) le cadre juridique applicable et se concentrant sur la promotion du communisme non totalitaire (c’est-à-dire la promotion du communisme qui ne se combine pas avec la promotion du totalitarisme). (…) En outre, le Parti communiste de Pologne satisfait à toutes les exigences et normes que lui impose la loi sur les partis politiques du 27 juin 1997 (Journal officiel de 1997, n ° 98, point 604), il jouit donc des mêmes droits que tout autre parti politique. Le PCP est un parti politique avec des droits égaux vis-à-vis de toutes les autres entités politiques.

Nous exigeons un approfondissement de la démocratie dans notre pays, car nous considérons ses formes actuelles comme imparfaites et insuffisantes dans les conditions de la société moderne. «La démocratie, c’est plus que la possibilité de voter tous les quatre ans, dans un environnement où vous n’avez aucune réelle influence sur la forme de la politique et les décisions prises. La démocratie doit être menée au quotidien, notamment sur les lieux de travail, les collectivités locales et dans les environs immédiats, indique le programme de notre parti.

Nous exigeons donc que l’institution de la démocratie représentative soit complétée par une autonomie démocratique sur le lieu de travail. «C’est pourquoi il est nécessaire de créer des comités de travailleurs sur les lieux de travail. Une institution démocratique du pouvoir populaire, organisée de la même manière que le processus de production lui-même », poursuit le programme.

Nous soulignons la nécessité de défendre les droits civils et les libertés: «Nous devons nous opposer à de nouvelles restrictions à la liberté d’expression, au droit de réunion et d’accès à l’information, manifester et condamner publiquement les violations des droits civils, la corruption et l’arrogance des autorités. (…) Les droits à la liberté d’expression, d’expression, de dissemblance et de protestation doivent être défendus. Il est inacceptable que l’État interdise ou limite les activités des partis politiques pour des raisons idéologiques.

Les accusations selon lesquelles le but du PCP serait “la nationalisation et la collectivisation menées sous la contrainte” sont totalement dénuées de fondement. Oui, nous prêchons la nécessité d’une “nationalisation, c’est-à-dire la propriété de l’industrie capitaliste, du commerce, des banques et des ressources naturelles par l’État”, mais nous rejetons clairement toute tentative de le faire par des moyens non légaux. «Le pouvoir doit être saisi non pas pour changer la forme d’exploitation, mais pour finalement l’abolir. Cela ne signifie pas la prise du pouvoir par la force, mais une ingérence délibérée par des moyens politiques dans la sphère de la propriété privée des entreprises, qui est la base d’une société divisée de classe. Son essence est un changement fondamental dans les relations sociales, y compris le système politique et économique de l’État ».

De telles aspirations relèvent de l’art. 21 point 2 de la Constitution de la République de Pologne, qui prévoit la possibilité d’une expropriation à des fins publiques (“L’expropriation n’est autorisée que lorsqu’elle est effectuée à des fins publiques et moyennant une juste compensation”).

La Constitution de la République de Pologne permet également la possibilité de changer le système politique et économique de l’État en modifiant la Constitution par le Sejm [Sejm Rzeczypospolitej Polskiej, Diète de la République de Pologne, chambre basse, n.d.t.] et le Sénat de la République de Pologne.

Le parti ne prône pas non plus la collectivisation. En ce qui concerne l’agriculture, le programme ne prévoit que “la prise de contrôle par l’Etat de grandes propriétés foncières, y compris les zones forestières et maritimes et la création d’entreprises de production sur leur base” et “la création des conditions pour le développement de coopératives de production agricole et d’usines coopératives de transformation agricole”.

Nous postulons également «l’introduction de prix uniformes pour les moyens de production et les services pour l’agriculture et la création d’un système efficace de passation de marchés, de transport et de stockage des produits agricoles; ainsi que la limitation du chiffre d’affaires foncier et du courtage de l’Etat dans ce chiffre d’affaires ».

Nos points de vue sont inclus non seulement dans le programme, mais aussi dans les positions émises au fil des ans concernant la situation politique et les droits des citoyens en Pologne. Nous n’avons jamais non plus prétendu que nous nions d’autres points de vue ou systèmes que les nôtres.

Nous présentons et commentons quelques déclarations de la motion du ministre Ziobro [en plus d’être procureur, Ziobro est aussi ministre de la Justice, n.d.t.]. Nous nous référons à ses fragments connus par PAP [Polska Agencja Prasowa, agence de presse polonaise, n.d.t.]. Le premier est: “Le programme KPP exprime l’admiration pour le système politique de l’Union soviétique.”

Dans le programme de notre parti, l’URSS n’est mentionnée qu’une seule fois dans la partie concernant la situation mondiale: “La lutte de libération nationale a cependant été favorisée par l’existence de l’Union soviétique et des pays de la démocratie populaire, qui, indépendamment de la dégénérescence progressive de la construction socialiste, étaient des États de classe du prolétariat et jusqu’à la fin de leur existence un opposant stratégique pour les puissances impérialistes » .

Nous avons décrit plusieurs fois de manière critique les erreurs économiques du système socialiste, qui ont par conséquent conduit à son effondrement, entre autres. Nous avons également souligné la nécessité de tirer des conclusions de l’histoire et de modifier les vues en réponse aux progrès de la science et de la technologie, et à l’émergence de nouvelles branches de la connaissance qui n’existaient pas au XIXe siècle, lorsque l’idée du communisme émergeait.

Zbigniew Ziobro nous accuse de la chose suivante : “Tout ce qui est soviétique est glorifié et justifié dans les activités du programme du PCP, y compris les commandants soviétiques devenus célèbres pour, entre autres, la lutte contre l’indépendance polonaise dans la clandestinité, l’attaque de l’URSS contre la Pologne le 17 septembre 1939 ou les actions de l’Armée rouge en pendant la guerre polono-bolchevique en 1920 ».

Dans ses activités de programme, le PCP ne s’occupe pas d’évaluer les événements historiques, ni de justifier «tout ce qui est soviétique». Nous traitons cela comme une tâche d’historiens et de journalistes traitant de l’histoire et non d’un parti politique. D’autre part, Ziobro et le PiS imposent leur récit historique et postulent la vie et l’action dans le passé, enchevêtrés dans des conflits aujourd’hui anachroniques.

Dans la demande de Z. Ziobro, nous lisons que: “Les membres du Parti indiquent la supériorité du système au pouvoir en URSS à l’époque de la” terreur rouge “, de la famine et de la terreur stalinienne sur le système démocratique du libre marché. Ils louent également le degré de démocratisation de la vie publique en URSS, la promotion de la culture par les bolcheviks et la consolidation de la prospérité universelle. “

Nous n’avons trouvé aucun éloge de la terreur dans nos documents. Les communistes polonais en URSS en ont également été victimes, y compris la quasi-totalité des dirigeants du PCP d’avant-guerre. Nous avons écrit que la culture, y compris la culture régionale, était soutenue en Union soviétique, comme en témoignent des centaines de philharmoniques, théâtres, cinémas, musées et centres communautaires gérés par l’État et accessibles à tous. Dans toutes les républiques, les “artistes folkloriques” ont été encouragés et maintenus. Les moyens de subsistance des citoyens ont été pris en charge, il n’y avait pas de chômage, des logements ont été construits, ils ont été répartis en fonction des besoins, etc.

Mais le ministre Ziobro continue ses accusations : «Les criminels communistes tels que Joseph Staline et Felix Dzerjinsky sont également glorifiés. Le PCP écrit à propos de ce dernier dans le journal officiel: «Le prolétariat du monde entier a incliné la tête devant l’infatigable révolutionnaire dont Joseph Staline a animé la Flamme éternelle. Felix Dzerjinski – un continuateur des plus belles traditions de la fraternité du prolétariat polonais et russe – a compris que tout en luttant pour la victoire de la révolution d’Octobre, en défendant ses acquis, puis en construisant le socialisme en Union soviétique, il se battait pour l’avenir et le bonheur de la nation polonaise. “

Les citations de textes sources «glorifiant» Staline ou Dzerjinski ne peuvent pas être considérées comme la preuve que nous voulons introduire un système totalitaire. Ils reflètent l’atmosphère et le style de la propagande officielle de ces années. C’est tout aussi exagéré que d’attacher un panégyrique historique en l’honneur des empereurs ou des rois à l’intention d’introduire le féodalisme à la citation.

Nous ne sommes pas seulement accusés de ce que, selon le ministre Ziobro, le PCP ferait. Il nous accuse également de ce que nous ne faisons pas: “De l’avis du parquet national,” le PCP ne condamne même pas des événements aussi traumatisants pour la nation polonaise que le de Katyn “.

Le KPP condamne tous les crimes, tout comme l’assassinat d’officiers polonais à Katyn. En ce qui concerne la position du parti, seuls ses documents de programmation sont d’une importance fondamentale et contraignante. Nous n’avons pas adopté de résolutions sur l’histoire. Nous avons évoqué les événements actuels.

Les partis politiques ont-ils l’obligation de condamner le passé historique? D’autres partis, dont Solidarna Polska [parti d’extrême droite, scission du PiS, dont Zbigniew Ziobro est le président, n.d.t.], ont-ils adopté des résolutions condamnant le fascisme, le génocide des Indiens d’Amérique, le meurtre du peuple congolais, les camps de concentration anglais pendant les guerres des Boers, ou le massacre de villes entières par les Mongols, ou des dizaines d’autres crimes, énumérés ici à titre d’exemple et par hasard? Non! Le PCP n’a donc pas une telle obligation.