« Quatre-vingts ans ont passé, et que voyons-nous ? Une nouvelle guerre chaude ». L’appel de Loukachenko depuis la citadelle résistante antifasciste de Brest

Le 22 juin dernier, à la date de l’agression allemande de 1941 contre l’Union soviétique, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a prononcé un discours devant le complexe commémoratif rappelant la résistance héroïque de Brest, ville héroïque, dont les habitants ont tout fait pour freiner la marche meurtrière des armées nazies. En effet, la République socialiste soviétique de Biélorussie était, littéralement, aux avant-postes de la défense de l’URSS et la citadelle de Brest a résisté trois semaines. Mais Alexandre Loukachenko ne s’est pas contenté d’honorer la mémoire des résistants. Il a également pointé la décision du gouvernement allemand actuel de prononcer des sanctions élargies contre la Biélorussie, à la date précise, 80 ans plus tard, de l’agression nazie : le 22 juin 2021, dans la nuit. Difficile de faire davantage dans le cynisme et la provocation. À se demander si le ministre allemand des Affaires étrangère, M. Maas, qui se prétend probablement démocrate, ne regrette pas l’époque où le gouvernement nazi envahissait l’URSS, pour la détruire, la coloniser et l’asservir.

22 juin – Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, lors de la cérémonie de dépôt de gerbes à la Flamme éternelle.

Chers Biélorusses, chers compatriotes !

Chers vétérans, invités du Belarus !

Le 22 juin 1941 est le jour du souvenir et du deuil pour tous les Bélarussiens, une date qui a divisé la vie des gens en un ‘avant’ et un ‘après’. Ce dimanche matin d’été a été une barrière terrifiante entre la paix et la guerre, entre la lumière et les ténèbres, entre la vie et la mort. Une armada impitoyable, apportant la mort et l’esclavage, a fondu sur nos terres. Les fascistes n’ont épargné ni les personnes âgées ni les enfants en bas âge. Plus tard, après le 9 1945, les Allemands qualifieront ce jour de juin de fatal pour leur nation. Mais il y a 80 ans, les assassins hitlériens avaient l’intention de traverser la Biélorussie en une marche victorieuse. Ils voulaient traverser notre pays aussi facilement et rapidement qu’ils l’avaient fait en République tchèque, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en France, en Grèce, en Pologne –sur tout le territoire de l’Union européenne actuelle –où ils avaient défilé triomphalement.

Début juillet, amis et ennemis de l’Union soviétique se demandaient combien de temps le pays pourrait tenir – deux semaines, trois, peut-être un mois ? Et les stratèges de Berlin prévoyaient déjà une parade fasciste sur la Place Rouge à Moscou. Mais ici, sur les murs de la citadelle biélorusse de Brest, littéralement dès les premières heures de la guerre, le blitzkrieg nazi a été contrecarré. Rappelez-vous le mot “blitzkrieg”, juste au cas où. Il a échoué lorsque, dans les dernières minutes de sa courte vie, un guerrier a griffonné sur le mur : “Je meurs, mais je ne me rends pas”. Adieu, Patrie”.

Malheureusement, nous ne savons pas qui il était. Nous ne connaissons pas les noms des nombreux défenseurs de la forteresse de Brest, nous ne savons pas comment ils sont morts ni où ils sont enterrés. Souvenez-vous en, c’est un signal pour vous.

Il y a quelques semaines, Peter Kotelnikov, le dernier témoin de ces événements, nous a quittés. Mais dans la mémoire des gens, son nom vivra toujours, ainsi que ceux de ses compagnons d’armes, le lieutenant Kizhevatov, le capitaine Zubachev, le major Gavrilov et des milliers d’autres soviétiques. Ils ont empêché les fascistes de prendre une place forte sur la rivière Bug en huit heures. Trois semaines plus tard, alors que les combats commençaient dans les lointaines banlieues de Smolensk, la forteresse de Brest continuait de se battre.

Chers amis, c’était une époque terrible. Nous avons enterré un grand nombre d’entre eux, et beaucoup d’autres ont disparu. Observons donc une minute de silence à la mémoire des qui ont sauvé le monde, la liberté et l’indépendance en se sacrifiant.

Les envahisseurs (et c’est presque toute l’Europe qui se battait contre l’Union soviétique) ne comprenaient pas alors pourquoi, même dans les situations les plus désespérées, le soldat soviétique ne se rendait pas, comment il pouvait tenir bon et finalement gagner. De même, les descendants de ceux qui, dans les années 40, ont marché sur le sol bélarussien jusqu’à Moscou, brûlant des maisons et détruisant des personnes, ne nous comprennent pas aujourd’hui. Ils sont perplexes quant à la raison pour laquelle nous existons encore sur cette terre en tant qu’État. Apparemment, ils ne peuvent pas le comprendre.

D’énormes ressources financières ont été consacrées à la mise en œuvre de la “guerre éclair de couleur”. Depuis un an, nous subissons les effets des technologies de guerre hybride les plus avancées. Les Biélorusses demandent de plus en plus souvent : allons-nous nous battre ? Allez, les Biélorusses. Nous sommes en guerre depuis longtemps déjà. La guerre a juste pris d’autres formes. Il n’y aura plus ces guerres, ils ne se précipiteront pas dans cette porte (la forteresse de Brest. – Ndlr) avec des milliers de soldats. La guerre commencera et commence toujours dans les conditions modernes à partir de l’intérieur de l’État.

Prenez toutes les révolutions, comme on dit, colorées, qui ont été commises au cours des dernières décennies : tout a été fait pour faire exploser la société de l’intérieur. Et ils (l’Occident – note de la rédaction) viendront ensuite nous “sauver”. Les scénarios ont été rédigés, les rôles ont été attribués. Nous sommes juste devenus plus forts et plus sages. Je me risquerai à dire que nous sommes encore plus forts que nos prédécesseurs en 41, car nous décidons de notre propre destin. Nous sommes ici pour décider si nous devons les provoquer ou non, si nous devons attendre qu’ils nous agressent et nous déchirent ou non. Nous sommes un État souverain et indépendant, et il en sera ainsi à partir de maintenant.

En même temps, ces allumés là-bas, à côté, attendent notre aide. Ils demandent l’arrêt de l’immigration clandestine : des milliers de personnes venant de ces pays en ruine, qu’ils ont essayé de mettre à genoux et qu’ils ont commencé à détruire une fois sur place, se sont précipitées vers l’Occident tolérant en passant par l’Asie centrale et la Russie. Ils les ont invités, et aujourd’hui ils hurlent : “Oh, les Biélorusses ne nous défendent pas. Des milliers et des milliers de migrants illégaux se sont précipités en Lituanie, en Lettonie et en Pologne.

Ils nous demandent de les protéger de la contrebande, des drogues. Un signal se fait entendre d’outre-Atlantique : aidez-nous, comme avant, à retenir les matériaux nucléaires pour qu’ils n’arrivent pas en Europe. Je veux leur demander : êtes-vous devenus fous ? Vous avez déclenché une guerre hybride contre nous et exigez de nous que nous vous défendions, comme avant ? Vous nous étouffez, méthodiquement et collectivement, vous nous ruinez, vous essayez de tuer notre économie et vous attendez de nous que nous dépensions des centaines de millions de dollars, comme avant, pour défendre vos intérêts géopolitiques ? Seuls des fous peuvent penser cela et s’attendre à ce que nous les soutenions.

Nous luttons contre ce mal du mieux que nous pouvons. Si vous voulez que nous nous battions comme avant, faites des pas dans notre direction et n’essayez pas de nous étrangler. C’est futile. Il est trop tard, messieurs.

Mais qui ne devait vraiment pas participer à cette conspiration collective, c’était l’Allemagne. Les descendants de ceux qui ont massacré dans la Grande Guerre patriotique non seulement un Biélorusse sur trois, mais aussi des millions d’enfants à naître.

Il y a 80 ans, je crois, c’était comme ça : le temps était chaud, ensoleillé, un beau dimanche après-midi. Les gens se délassaient, les jeunes voulaient vivre. Quelqu’un allait se marier, quelqu’un allait accoucher, quelqu’un se préparait à avoir des bébés. Soudain, à quatre heures du matin, des milliers de tonnes de métal ont été déversées sur la tête des citoyens de Brest et de toute la Biélorussie, de manière barbare et sournoise. Comment qualifier cela ?

Quatre-vingts ans ont passé, et que voyons-nous ? Une nouvelle guerre chaude. Regardez un peu : est-ce un symbole délibéré ? Hier, ils ont imposé des sanctions économiques contre notre peuple et nos entreprises. Le 22 juin, dans la nuit. Vraiment, l’histoire ne leur a rien appris.

Or pendant les 80 ans qui ont suivi l’année 45 du siècle dernier, les Allemands ont arpenté le monde entier, en Europe, dans l’ancienne Union soviétique avec leur repentir. Ils se repentaient, pleuraient, s’ agenouillaient, nous demandaient d’édifier des monuments, d’enterrer les fascistes allemands non enterrés qui sont venus sur notre terre. Et nous étions gentils et tolérants. Bien sûr, nous. Nous qui avions gagné cette guerre. Nous qui avons souffert, avons ouvert notre cœur et notre âme et les avons traités avec humanité. Et maintenant ?

Citation d’hier : « Les sanctions devraient être étendues à des secteurs entiers de l’économie biélorusse ». Autrement dit, qu’ils crèvent. C’est-à-dire nous. On a envie de demander à l’auteur de ces lignes, un certain Maas, ministre des Affaires étrangères de l’Allemagne : M. Maas, qui êtes-vous ? L’Allemand qui s’est repenti hier ou le successeur des nazis ? Qui êtes-vous, répondez publiquement. Au moins devant votre propre peuple.

C’est pourquoi il est inutile de vous repentir en public des péchés de vos prédécesseurs. Des repentances sans valeur, que nous avons récemment entendues de la part des présidents autrichien et allemand. Aucun mot ne peut cacher les véritables intentions.

Vous ne devriez pas que vous repentir. Vous devriez vous tenir à genoux devant le peuple biélorusse pendant encore 100 ans et remercier le ciel d’avoir pu naître après cette guerre. Vous devriez faire de votre mieux pour guérir les blessures de cette guerre dans nos cœurs et nos âmes. Vous ne devriez pas nous étrangler. Les Allemands, les Polonais et la soi-disant Union européenne devraient nous porter dans leurs bras. Parce que nous vous avons sauvé de la peste brune. Et vous auriez été réduits en esclavage avec nous, avec tous les Soviétiques, s’ils avaient eu le dessus.

Et ne nous bercez pas d’histoires sur les exercices défensifs et le caractère pacifique de l’OTAN. Nous en avons eu notre lot depuis 41, lorsque nous vous avons fait confiance et n’avons tiré aucune leçon de l’histoire, vous donnant l’Europe de l’Est (les pays du Pacte de Varsovie) après la victoire en échange de vos promesses que vous n’avanceriez pas d’un pas dans notre direction et que vous n’étendriez pas, comme il est de bon ton de le dire maintenant, l’OTAN vers l’Est. Au minimum, vous êtes des menteurs, au maximum, vous êtes des crapules. Vous avez menti tout le temps, vous nous avez trompés, mais aujourd’hui c’est fini.

Nous ferons tout pour protéger nos terres. Et nos fils, qui se tiennent ici sous les drapeaux des vainqueurs, feront tout pour que vous viviez une vie paisible sur votre terre. Vous êtes Ukrainiens, Biélorusses et Russes, Polonais, Juifs, Tatars. Vous tous qui vivez ici, sur cette terre. C’est votre terre. Vous n’êtes les bienvenus nulle part ailleurs, et ne croyez pas ces promesses que vous y serez accueillis, par exemple, avec un passeport polonais, les bras ouverts. Certains ont tenté l’expérience et sont vite rentrés chez eux. C’est votre terre, les Biélorusses, prenez-en soin, appréciez-la. Parce qu’elle n’appartient pas seulement à nous. Elle appartient à nos enfants et petits-enfants. Ils devraient avoir ce petit morceau de terre, sur lequel ils vivront et élèveront leurs enfants.

Et nous voyons parfaitement que l’Occident collectif continue de rêver d’une nouvelle “ruée vers l’Est”, de la domination mondiale et de l’appropriation des riches ressources à l’est du Belarus. À cette époque, après la guerre, il n’y avait personne pour restaurer l’économie en ruine. Aujourd’hui encore, nous ne nous sommes pas remis de cette catastrophe démographique.

Le harcèlement informationnel n’a pas donné les résultats escomptés. Maintenant, nous subissons un choc économique. J’aimerais savoir ce qu’il y aura après ? Une intervention ? Oubliez ça, calmez-vous. Cela vous coûtera cher. Des politiciens suffisants depuis les hautes tribunes de l’autre côté de la frontière mentent malhonnêtement sur le fait que le peuple bélarussien supplie lui-même qu’on lui impose des sanctions. Apparemment, les Bélarussiens sont prêts à souffrir au nom d’un éphémère “avenir radieux”, qui leur sera apporté par ces gentils messieurs à la pointe de leurs baïonnettes. Réveillez-vous enfin, pauvres insensés que vous êtes!

Combien de cas de ce genre se sont produits dans notre histoire, alors qu’on nous promettait monts et merveilles : la liberté, l’indépendance, et un État qu’on promettait de créer pour les Biélorusses à la pointe des baïonnettes. Et quel a été le résultat ? En conséquence, lors de la dernière guerre, une personne sur trois a été enterrée. Combien ont été mutilés ? Non seulement physiquement, mais combien de personnes, combien de destins et de cœurs ont été estropiés ?

Sanctions, provocations… Cela me donne envie de demander : le faites-vous exprès ? Voulez-vous tester la frontière et une nouvelle génération de Biélorusses pour leur patriotisme ? Allez-y.

Écoutez, l’histoire ne vous a-t-elle rien appris ? Regardez : tout comme il y a 80 ans, la région est au bord d’un conflit mondial. Avant tout, je m’adresse, une fois de plus, aux habitants de nos pays voisins – Polonais, Lituaniens, Lettons et Ukrainiens. Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard. Débarrassez-vous de ces politiciens qui sont devenus fous et ont perdu la réalité. Regardez, quel beau monde, et dans ce monde nous avons toujours vécu normalement, en voisins, en partageant un morceau de pain, en allant les uns vers les autres. Arrêtons-nous à cette dernière ligne : demain il sera trop tard.

Y a-t-il vraiment des Ukrainiens, des Lituaniens, des Lettons, des Polonais, que les Bélarussiens ont toujours traités avec amitié, qui sont prêts à sacrifier cette vie paisible au nom de la folie et des ambitions de certains dirigeants de ces États, des politiciens qui ne se soucient pas vraiment de notre peuple bélarussien, de leurs peuples, de leurs destins et de leur statut d’État, de notre statut d’État bélarussien ?

Je le dis encore une fois à ceux qui ne l’ont pas encore compris. Que ce soit clair une fois pour toutes : nous ne céderons notre terre natale, notre indépendance et notre souveraineté à personne. Nous tiendrons bon dans tous les cas ! Je souhaite simplement que nous puissions le faire de manière humaine, comme toujours, de manière slave.

Le monde d’aujourd’hui ne se limite pas à l’Union européenne. Il y a suffisamment de pays et de régions responsables sur la planète, avec lesquels nous continuerons à coopérer étroitement. Nous sommes les héritiers de la grande génération qui nous a donné la vie, la liberté et l’indépendance. Rappelez-vous, Biélorusses, non seulement ce que nous disons, mais même ce que nous pensons, ils le voient là-haut dans le ciel et l’entendent. Souvenez-vous de ça. Je vous le dis aujourd’hui, en comprenant qu’ils nous entendent. Ils doivent comprendre qu’ils ne sont pas morts en vain.

Cette armée sainte nous aide aujourd’hui encore à préserver notre Biélorussie natale. Elle nous aide tout d’abord par un exemple de résistance indomptable, de courage et d’abnégation démontré pendant la Grande Guerre Patriotique.

Aujourd’hui, nous célébrons les faits d’armes de notre peuple, nous honorons les anciens combattants et nous pleurons les victimes, en nous inclinant devant les et les victimes innocentes de la guerre. Rappelez-vous que la mémoire est sacrée et immuable, et que tant que nous l’aurons, nous vivrons toujours avec dignité, et non à genoux. Il en est ainsi, il doit en être ainsi et il en sera toujours ainsi !

https://president.gov.by/ru/events/ceremoniya-vozlozheniya-venkov-v-memorialnom-komplekse-brestskaya-krepost-geroy

traduction de Marianne Dunlop