Lecteurs d’Initiative communiste, lisez d’abord s’il vous plait le commentaire que la tête de liste du Pcf, soi-disant redevenu fidèle à l' »identité communiste » vient de publier à propos de la situation (cf ci-dessous) en Grande-Bretagne.

Non seulement c’est le reniement complet du Non catégorique de G. Marchais à l’Europe de Maastricht, non seulement c’est le degré zéro de la solidarité internationale avec les ouvriers anglais qui ont fait gagner le brexit, mais Brossat dit clairement que tout suffrage en sa faveur lors des européennes n’aura qu’une signification possible: la reaffirmation par le Pcf-Pge de son ancrage définitif dans la « construction » européenne.
Les communistes qui, après cela, continueront de faire campagne pour l’adjoint de Mme Hidalgo, ne pourront pas dire qu’ils sont en désaccord avec le mensonge paralysant et proprement social-maastrichtien de l' »Europe sociale », qui paralyse le mouvement ouvrier depuis des décennies car ce mensonge « euro-constructif » sera le coeur de la campagne du Pcf-Pge.
Quant au PRCF, il appelle clairement à l’abstention citoyenne à l’occasion de ce scrutin de dupes, peut-être bien couplé à un référendum-piège destiné à re-légitimer Macron et sa politique destructive.
Chacun prendra ses responsabilités mais que nul ne dise qu’il ne savait pas.

Rappelons que la quasi totalité – à l’exception notable du PCF-PGE – des partis communistes d’Europe – comme le fait de longue date le PRCF – se sont prononcés pour la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN…

Ce qu’ils ont dit :

Ian Brossat (PCF)

« Les députés britanniques ont massivement rejeté l’accord de divorce avec l’Union européenne conclu par Theresa May.
Ce vote est un épisode de plus dans la longue série de difficultés rencontrées par la Grande-Bretagne depuis son vote en faveur du Brexit.
Au vu de ces turpitudes, on se dit que l’idée d’une sortie de l’UE serait une folie pour la France. 
La preuve : alors que la Grande-Bretagne était moins intégrée que la France au sein de l’Union européenne, elle rencontre les plus grandes difficultés à en sortir.
Il n’y a pas donc pas d’autre choix qu’une transformation profonde de l’Union européenne, en rupture franche avec les logiques libérales et les traités qui les soutiennent.
C’est le message que les communistes entendent porter dans la campagne des élections européennes qui s’engage. »

Ian Brossat, tête de liste aux Européennes et porte-parole du PCF

Miguel Viegas – Parti Communiste Portugais

Est-t-il possible de construire une alternative par le haut, avec cette Europe où les grands capitalistes règnent en toute puissance ? Certainement pas.
À notre avis, l’Europe des travailleurs et des peuples que nous défendons comme d’autres partis communistes et de gauche, doit commencer à être construite à partir de chaque pays et en fonction de sa réalité spécifique et complexe et doit viser un profond changement en matière de rapport de forces.
La politique patriotique de gauche que nous proposons au Portugal est fondée sur la défense intransigeante de notre souveraineté et une rupture de ce processus d’intégration capitaliste de l’Europe au service du capital.
Nous proposons une politique de gauche qui doit se construire à partir de la prise de contrôle des secteurs de base de notre économie, de façon à les mettre au service du développement du pays et d’une distribution plus équitable de la richesse et du revenu.
Miguel Viegas, député du PCP

et en 2015 pour les 10 ans du non au TCE

En nous appuyant sur les luttes en cours et celles en devenir, nous proposons aux militants et aux organisations communistes, aux syndicats, aux progressistes et patriotes antiracistes et antifascistes, à tous ceux qui s’opposent à cette guerre de classe européenne, qui ont milité pour la victoire du NON au TCE, de faire de ce mois de mai un moment de mobilisation pour la sortie du carcan de l’UE, de l’euro et de l’OTAN jusqu’à un rassemblement national le 30 mai 2015 à Paris.

Ainsi nous rendrons visible la capacité populaire de résistance et clamerons qu’il faut briser ce carcan des peuples qu’est l’UE pour une perspective progressiste de souveraineté nationale et populaire, de coopération internationale, de progrès social et d’émancipation populaire, dans l’esprit du programme du Conseil National de la Résistance « Les Jours heureux ».
Pour le progrès social,la paix, la souveraineté nationale, la France doit sortir de l’euro et de l’ UE atlantique.
 
Réseau Faire vivre et renforcer le PCF