À Carmaux et à Paris, célébrer Valmy et combattre Maastricht

À Carmaux et à Paris, le PRCF et les JRCF célèbrent Valmy et combattent .

En cette semaine de commémoration de la victoire de Valmy (20 septembre 1792, de la fondation de la Première République (le lendemain) et de la courte défaite au référendum sur l’adoption du traité de Maastricht (20 septembre 1992), le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) et les Jeunes pour la Renaissance communiste en France (JRCF) se mobilisaient dans le cadre de l’Appel du pour porter haut et fort le combat pour la sortie de l’euro, de l’, de l’OTAN et du capitalisme mondialisé et exterministe.

            Devant le musée Jean Jaurès de Castres, les camarades du PRCF ont procédé à la lecture publique d’un très beau texte évoquant la victoire de Valmy et tiré de l’Histoire socialiste de la révolution française, ouvrage dans lequel Jaurès se revendique de la Révolution jacobine et de la République une et indivisible, démocratique et sociale, en évoquant justement Robespierre : « sous le soleil de juin 1793 qui échauffe votre âpre bataille, je suis avec Robespierre et c’est à côté de lui que je vais m’asseoir aux Jacobins. Oui, je suis avec lui, parce qu’il a, à ce moment, toute l’ampleur de la Révolution. » Une belle vidéo a été réalisée pour l’occasion, et nous en remercions les camarades initiateurs de l’événement.

https://www.youtube.com/embed/AjzYxjUf0V0

           À Paris, le PRCF et les JRCF organisaient un rassemblement dans le cadre de l’Appel du 29 mai, place de la République. Au pied de la statue et des dates des 20 et 21 septembre 1792, mais également des mots « fraternité », « labor » et « pax », sont intervenus Anna Persichini, primo-signataire de l’appel et membre du Front syndical de classe (FSC), afin de dénoncer le « syndicalisme d’accompagnement » et rappeler que les syndicalistes de combat de la CGT s’opposent depuis au moins Maastricht à la funeste UE capitaliste, tout en se situant dans la filiation des combats populaires et patriotiques portés par les sans-culottes en 1792-1794 et des droits sociaux conquis depuis 1793.

Sont également intervenus Bruno Drweski, membre de l’Association républicaine des Anciens combattants (ARAC), qui a insisté sur le combat en faveur de la paix et la nécessité d’en finir avec l’OTAN et les guerres impérialistes que les Jacobins, derrière Robespierre et Saint-Just, dénonçaient déjà en leurs temps (« Personne n’aime les missionnaires armés ») ; et Jean-Luc Pujo, président des Clubs “Penser la France” qui a dénoncé la destruction du principe même de démocratie et de la République par le Versaillais Macron, descendant des nobles et grands bourgeois antipatriotes et désireux d’écraser la France en collaborant avec les élites oligarchiques allemandes.

            Le PRCF, par l’intermédiaire de son secrétaire national adjoint , a dénoncé le révisionnisme antihistorique de Macron, qui nie la Commune de Paris, ainsi que sa haine de la Révolution et de la Première République mensongèrement assimilée à la Terreur. L’occasion surtout de rappeler que Bastille, Valmy, Maastricht et République s’inscrivent dans un même mouvement : celui du combat d’un peuple pour sa pleine et entière souveraineté, contre tout asservissement dans le cadre du capitalisme euro-atlantique et de ses bras armés (OTAN en tête), nécessitant plus que jamais de porter le progressiste et de construire un nouveau CNR seul à même de refonder une République une et indivisible, sociale et laïque, souveraine et démocratique, fraternelle et pacifique, et ainsi conduire les travailleurs et les citoyens vers de nouveaux Jours heureux !