30 ans après l’adhésion à l’Union Européenne du Portugal – déclaration du PCP

20150612_conferencia_imprensa_angelo_alves_30_anos_adesao_ceeIl y a 30 ans le devenait membre de l’Union Européenne. Le tire le bilan de ces 30 ans de . Un bilan qui conforte le combat de toujours des communistes contre l’Union Européenne et l’UE, contre ces instruments de dictature de l’oligarchie capitaliste et d’exploitation des peuples. Chacun pourra apprécier les convergences dans l’analyse stratégique du caractère de classe des institutions supranationales de l’UE, dans la nécessité de mener la lutte des classes contre elles à travers un front patriotique, un front populaire, de , mettant au centre les intérêts de classe des travailleurs et s’appuyant sur les revendications de démocratie, de paix, de progrès social et de défense des conquêtes du mouvement social.

Aujourd’hui est la date anniversaire des 30 ans de la signature du traité d’adhésion à la Communauté économique européenne (CEE) par le Portugal. Trente ans après, le compte n’y est pas, pas besoin de balance pour le voir, en particulier par ceux qui, dans une vue idyllique de la réalité, essayent d’effacer les traces des contraintes et les conséquences désastreuses qui en découlent.

Trente ans plus tard, l’expérience le prouve et démontre que le PCP avait raison.Raison sur le fonctionnement politique qui a été associée à l’adhésion,dans le but que ce processus installe la pression étrangère pour justifier la restauration capitaliste et l’attaque sur les réalisations d’avril. Raison sur ce que cette adhésion signifierait en termes économiques comme facteur de destruction de la production nationale et de l’aggravation de la dépendance. Raison sur la la dénonciation que nous avons fait d’une «cohésion sociale» promise et non exécutée.
L’adhésion du Portugal à la CEE et, plus tard, les mesures prises en vue de l’intégration capitaliste européenne, ont été accompagnées par de grandes manœuvres de propagande. L’histoire retiendra les discours sur «l’accès à un marché de 250 millions de personnes” et “le rapprochement du niveau de vie de l’”. Le temps des tirades faisant entrer le Portugal dans le “club des riches” et être parmi “les meneurs” (comme au moment de l’adhésion à l’), que le Portugal ne manquerait pas “des stimuli et de l’aide nécessaire” – comme indiqué par Mário Soares , alors Premier ministre d’un gouvernement PS / PSD , dans son discours du 12 Juin 1985.
Aujourd’hui, 30 ans plus tard, la réalité a montré que ces discours ne tenaient pas debout et ont délibérément ignoré la plupart des contradictions dès le départ qui ont été placés pour l’adhésion du Portugal dans le Marché commun et, plus tard, l’Union européenne et l’euro , entre autres aspects de l’intégration capitaliste.
Comme nous l’avions prévu, la souveraineté a été gravement mutilée. Les questions fondamentales de la vie du pays sont décidées, ou fortement conditionnés, par les structures et organismes de l’Union européenne, et notamment par la part principal du pouvoir détenue par l’Allemagne.
Ce que la révolution Avril avait réussi en ouvrant le Portugal sur le monde et en affirmant la paix et de la coopération, ce que la Constitution de la République portugaise a consacré, a été abandonnée et remplacée par une logique de subordination aux intérêts des grandes puissances européennes et à la soumission à la stratégie agressive des États-Unis et de l’OTAN.
Comme nous l’avons dit il ya 30 ans, l’adhésion à la CEE / UE n’a pas été fait pour servir les intérêts des travailleurs et du peuple, mais les intérêts des groupes économiques et financiers, nationaux et étrangers. Dans ces 30 ans, les groupes monopolistiques ont récupéré presque toute leur puissance. Alors que les multinationales se sont installées au Portugal bénéficiant de compensations importantes dans le but d’exploiter une main-d’œuvre pas chere, le secteur des entreprises géré par l’État a été démantelé et les secteurs stratégiques de notre économie vendu et remis aux étrangers, comme vient une fois de plus montré à la décision de se débarrasser de TAP.
Le tissu de la production portugaise a été sévèrement affaibli. L’industrie, la pêche et l’agriculture représentaient 38,4% du PIB en 1985. En 2014, ils ne représentaient que 15,9%. La flotte de pêche nationale a été réduite de 50% et l’emploi dans ce secteur a été considérablement réduit. Le pays qui disposent pourtant aujourd’huie d’une des plus grandes Zone Economique Exclusive (ZEE) en Europe importe environ 70% du poisson qu’il consomme. Dans l’agriculture, nous avons assisté à l’évolution progressive de son étranglement et à la concentration de la production agricole. En 30 ans, 300 000 fermes et environ 500.000 hectares de Surface Utile Agricole ont été perdus.
L’entrée dans la CEE ne représente pas en fait un «développement vigoureux”. Surtout après l’entrée dans l’euro, le pays est entré dans un cercle vicieux de la stagnation économique, l’appauvrissement et l’endettement. Le déficit structurel, ainsi que la production, de l’énergie ou de la technologie des déficits, aggravés, et la dette portugaise, qui, au moment de l’adhésion était de 52%, ont augmenté de façon exponentielle et est aujourd’hui de 132% du PIB.
Trente ans plus tard, la réalité qui se dégage de la vie des Portugais n’est pas celle de l’Union européenne vantée sur tous les toits de «cohésion économique et sociale”, ni de “rapprochement du niveau de vie de l’Europe”, mais la perte du pouvoir d’achat des salaires , les montants de retraite et des pensions qui sont aujourd’hui parmi les plus faibles dans l’Union européenne. Depuis 1985, et surtout depuis l’entrée dans l’Euro, l’écart entre le revenu du capital et du travail n’a cessé d’augmenter. Le Portugal est aujourd’hui l’un des pays les plus inégalitaires et avec l’un des taux les plus élevés de chômage dans l’ensemble de l’UE, un pays où un quart de ses citoyens vivent dans la pauvreté.
Contrairement aux promesses d’il y a 30 ans, le peuple portugais n’a pas bénéficiait de rejoindre la CEE. Cette constatation devient plus aiguë quand on regarde les quinze dernières années avec l’entrée dans l’Euro. Dans ce qui est déjà le cycle le plus long de stagnation économique du pays, marquée par des périodes de récessions accentuée dont il n’a pas récupéré, les Portugais furent les victimes d’une attaque sans précédent sur les revenus du travail, de leur travail et les droits sociaux. L’État a été progressivement vidé de ses fonctions sociales avec l’attaque sur les services publics et la remise aux grand capital des secteurs très rentables comme les soins de santé.
Le pays a perdu son poids dans l’Union européenne, la dette a grimpé, la tertiarisation et financiarisation de l’économie approfondie. Le Portugal, privé des instruments de politique monétaire, incapables de disposer de leviers économiques stratégiques, liés aux critères du Pacte de Stabilité et équivalents, avec une économie dépendante de plus en plus de l’étranger, victime d’une politique de la BCE liée aux intérêts des banques et des grandes puissances comme l’Allemagne, a été transformé, avec la complicité et la participation active des gouvernements, PS et PSD / CDS  comme un “exemple” de la régression, de l’appauvrissement et de la soumission à des intérêts autres que ceux du peuple portugais.
La politique de droite qui depuis près de quatre décennies, a été mis en œuvre par PS, le PSD et le CDS est inséparable de l’intégration capitaliste européenne. Ils sont les deux faces de la même option de classe, contraires aux intérêts et aux aspirations du peuple portugais, et se nourrissent l’un l’autre. Les forces politiques portugaises qui ont soutenu et soutiennent le processus de l’intégration capitaliste sont les mêmes que ceux qui depuis 1976 ont essayé de revenir sur un grand nombre de réalisations économiques, sociales et politiques de la Révolution d’Avril.
Il est pas par hasard que le PS, PSD et CDS ont été unis dans la défense de la CEE, l’Union européenne et ses piliers néolibérales, fédéralistes et militaristes; ce n’est pas par hasard que, il y a trois ans, ils se sont unis en signant le Pacte d’Agression; ce n’est pas par hasard qu’ils ont convergé sur l’adoption du traité budgétaire (TSCG) et maintenant convergent sur les lignes essentielles de l’approfondissement de l’UEM, l’Union bancaire et financière et la création du Fonds Monétaire Européen (EMF). Rien étonnant, donc, et ce n’est également pas par hasard que ces mêmes partis sont maintenant pratiquement unis dans leurs programmes électoraux autour de la même politique qui défend et renforce l’Euro, accepte et  se soumet au TSCG et ses “règles” de la “gouvernance économique”.
S’il y a une évaluation juste et précise de ces 30 ans,c’est que la politique de droite dans ses aspects nationaux et étrangers, ne sert pas les intérêts des travailleurs et du peuple.
Mais, au-delà des politiques d’épuisement contraire à l’intérêt national, il existe un autre équilibre. Un équilibre qui n’est pas inclus dans les statistiques. Un équilibre qui nous permet d’envisager l’avenir du Portugal avec une grande confiance, parce que dans ces 30 ans, malgré les injustices, les contraintes, les adversités et les appels au conformisme et à au renoncement, le peuple portugais n’a jamais renoncé à se battre pour ses conditions de vie, sa dignité, pour le développement de son pays et pour la défense de l’indépendance nationale et de la souveraineté.
Ce qui, 30 ans après le traité d’adhésion, émerge de la réalité que nous vivons c’est la prise de conscience de plus en plus par de larges sections de la population que les choix qui ont été imposés au Portugal et l’Europe ne sont pas une fatalité. Ce qui ressort de la réalité nationale et internationale c’est qu’un autre chemin est possible pour assurer le développement, le progrès et la justice sociale, une voie fondée sur le respect de la souveraineté, l’indépendance, l’identité et les droits des peuples, qui parie sur la coopération entre égaux, la convergence sociale, un véritable soutien mutuel et des relations mutuellement bénéfiques et sur la paix.
Le PCP continuera à combattre fermement toutes les diktats supranationales et à faire respecter les intérêts des travailleurs et du peuple.
Le PCP réaffirme le droit inaliénable du peuple portugais de décider de son propre destin et à choisir la voie qui garantit sont droit à un développement souverain. Un droit qu’aucune intégration quelque soit sont stade de développement même avancée ne peut exproprier. Un droit inséparable de la rupture avec la politique de la droite et de l’intégration capitaliste européenne.
Pour le PCP, il n’y a aucune hésitation. Le PCP est dans le camps des travailleurs, du peuple. Pas, comme PS, le PSD et le CDS, qui tiennent du coté de ceux qui imposent l’exploitation, l’appauvrissement et une politique de subordination et de soumission au processus d’intégration de l’UE, aux intérêts des monopoles et sous la direction des pouvoirs qui les servent.
Trente ans plus tard, ce qui émerge comme un facteur fiable de confiance dans l’avenir du Portugal est la force du peuple. Une force résultant de la volonté, des actions et des luttes de plus en plus de patriotes et de démocrates, qui veulent mettre un terme à l’appauvrissement, la régression et à la soumission, et ouvrir la voie à une alternative politique patriotique et de gauche pour rendre aux Portugais ce qui leur revient de droit – les droits sociaux et du travail, le droit au développement économique et les instruments de la souveraineté nationale – et qui, en même temps, contribue à la construction d’une Europe de la paix et la coopération entre États souverains égaux en droits, une Europe des travailleurs et des peuples. Force, alternative et l’espoir qui fait écho à ce qui s’est passé le 6 Juin dans les rues de Lisbonne et confirmant que la CDU est la force du peuple, une force qui, avec le travail, l’honnêteté et la compétence, est en mesure d’assumer toutes les responsabilités que les gens souhaitent luidonner et qui est prêt pour les combats difficiles et complexes auxquel le Portugal est confronté.

Conférence de presse de Angelo Alves, Membre du Comité Politique du Comité Central du PCP, Lisbonne 17 juin 2015

traduction www.initiative-communiste.fr site web du PRCF

30 years after the signing of the Treaty of Accession to the EEC

Today completes 30 years of the signing of the Treaty of Accession to the European Economic Community (EEC) by Portugal. Thirty years after there is no lack of balances, particularly by those who, in an idyllic view of the reality, try to erase the trail of the constraints and disastrous consequences resulting from it.

Thirty years later, life has proved and proves PCP right. Right about the political operation that was associated with the accession, seeking with this process of foreign pressure to justify the capitalist restoration and the attack on the April achievements. Right about what such membership would mean in economic terms as a factor of destruction of national production and worsening of dependency. Right about the denunciation we made about a promised and not executed “social cohesion”.
Portugal’s accession to the EEC and, later on, the steps taken towards the European capitalist integration, were accompanied by great propaganda manoeuvres. History will remember the speeches about “access to a market of 250 million people” and “approaching the living standards of Europe”. The time of the tirades of Portugal entering the “club of the rich” and being “the frontrunners” (like at the time of joining the Euro), that Portugal would not lack “the necessary stimuli and aid” – as stated by Mário Soares, then Prime Minister of a PS/PSD government, in his speech on June 12, 1985.
Today 30 years later, reality has shown that these speeches had no basis to stand upon and deliberately ignored many of the contradictions from the start that were placed for the accession of Portugal to the Common Market and, later on, the European Union and the Euro, among other aspects of capitalist integration.
As we foresaw, sovereignty was severely mutilated. Core issues of the country’s life are decided, or strongly conditioned, by the organs and bodies of the European Union and in particular by the Directory of powers led by Germany.
What the April revolution had opened of Portugal to the World and affirmed of peace and cooperation, as the Constitution of the Portuguese Republic enshrined, was abandoned and replaced by a logic of subordination to the interests of big European powers and of submission to the aggressive strategy of the US and NATO.
As we stated 30 years ago, joining the EEC/EU was not done to serve the interests of the workers and the people but the interests of the economic and financial groups, domestic and foreign. In these 30 years the monopoly groups recovered almost all their power. While multinationals settled in Portugal benefitting from significant compensations and with the aim of exploiting cheap labour, the State-run Business Sector was being dismantled and strategic sectors of our economy sold and handed to foreigners, as has just been once again shown with the decision of handing over TAP.
The Portuguese production fabric was severely weakened. Industry, fisheries and agriculture represented 38.4% of the GDP in 1985. In 2014 they represented a mere 15.9%. The national fishing fleet was reduced by 50% and employment in this sector has been drastically cut. The country with the largest Exclusive Economic Zone in Europe today imports about 70% of the fish it consumes. In agriculture we witnessed the gradual trend of strangling and concentration of agricultural production. In 30 years, 300,000 farms and about 500,000 hectares of Useful Agricultural Area were lost.
The entry into the EEC did not represent in fact a “vigorous development”. Especially after the entry into the Euro, the country entered a vicious circle of economic stagnation, impoverishment and indebtedness. The structural deficit, as well as the production, energy or technology deficits, worsened, and the Portuguese debt, which at the time of accession was 52%, increased exponentially and today stands at 132% of the GDP.
Thirty years later, the reality that emerges from the life of the Portuguese is not that of the highly trumpeted European Union of “economic and social cohesion” nor of “approaching the living standards of Europe”, but the loss of the purchasing power of wages, retirement payments and pensions that today are among the lowest in the European Union. Since 1985, and particularly since the entry into the Euro, the gap between the income of capital and labour has not stopped increasing. Portugal is today one of the most unequal countries and with one of the highest rates of unemployment in the entire EU, a country where a quarter of its citizens live in poverty.
Contrary to the promises of 30 years ago, the Portuguese people did not benefit from joining the EEC. This finding becomes more acute when we look at the past fifteen years with the entry into the Euro. In what is already the longest-running cycle of the country’s economic stagnation, marked by sharp periods of unrecovered recessions, the Portuguese were the victims of an unparalleled attack on labour incomes, their labour and social rights. The State was gradually emptied of its social functions with the attack on public services and the handing to big business of highly profitable sectors like healthcare.
The country lost its weight in the European Union, the debt soared, the tertiarization and finantialization of the economy deepened. Portugal, deprived of instruments of monetary policy, unable to dispose of strategic economic levers, bound to the criteria of the Stability Pact and surrogates, with an increasingly foreign dependent economy, victim of an ECB policy linked to the banking interests and of the great powers like Germany, has been transformed, with the connivance and active participation of PS and PSD/CDS governments, yes, as an “example” of regression, impoverishment and submission to interests other than those of the Portuguese people.
The right-wing policy that for almost four decades has been implemented by PS, PSD and CDS is inseparable from the European capitalist integration. Both are faces of the same class option, contrary to the interests and aspirations of the Portuguese people, and feed one another. The Portuguese political forces that supported and support the capitalist integration process are the same as those that since 1976 have tried to revert many of the economic, social and political achievements of the April Revolution.
It is not by chance that PS, PSD and CDS have been united in the defence of the EEC, the European Union and its neoliberal, federalist and militaristic pillars; is not by chance that three years ago they were united in signing the Pact of Aggression; It is not by chance that they have converged on the adoption of the Budget Treaty and now converge on the essential lines of deepening the EMU, the Banking and Financial Union and the creation of the so-called European Monetary Fund. No wonder, therefore, and it is also not by chance that these same parties are now practically united in their electoral programmes around the same policy that defends and enhances the Euro, accepts and applies the Budget Treaty and subjects to the rules of the so-called Economic Governance.
If there is right and accurate assessment of these 30 years, it is that the right-wing policy in its domestic and foreign aspects, does not serve the interests of the workers and the people.
But, beyond the exhausted and contrary to the national interest policies, there is another balance to be made. A balance that is not included in the statistics. A balance that makes us face the future of Portugal with great confidence, because in these 30 years, despite the injustices, constraints, adversities and appeals to conformism and surrender, the Portuguese people never gave up fighting for their living conditions , for their dignity, for the development of their country and for the defence of national independence and sovereignty.
What, 30 years after the Treaty of Accession, emerges from the reality we live in is the awareness by increasingly large sections of the population that the path that was imposed on Portugal and Europe is not an inevitability. What emerges from the national and international reality is that another path is possible to ensure development, progress and social justice, a path based on respect for sovereignty, independence, identity and rights of peoples, which bets on cooperation among equals, social convergence, a true mutual support and mutually beneficial relations and of peace.
The PCP will continue to firmly combat all supranational impositions and enforce the interests of the workers and the people.
The PCP reaffirms the inalienable right of the Portuguese people to decide their own destiny and choose the path that ensures their right to a sovereign development. A right that no integration however advanced its stage of development can expropriate. A right inseparable from the rupture with the right-wing policy and the European capitalist integration.
To the PCP, there is no hesitation. It is on the side of the workers and the people that the PCP stands. Not, like PS, PSD and CDS, on the side of those who impose exploitation, impoverishment and a policy of subordination and submission to the EU integration process, the interests of the monopolies and the directory of powers that serve them.
Thirty years later, what emerges as a reliable factor of confidence in the future of Portugal is the strength of its People. A force resulting from the wills, actions and struggles of increasingly more patriots and democrats, that wants to put an end to the impoverishment, regression and submission, and pave the way for a patriotic and left-wing political alternative to hand back to the Portuguese what is rightfully theirs – social and labour rights, the right to economic development and instruments of national sovereignty – and which, at the same time, contributes to building a Europe of peace and cooperation among sovereign states with equal rights, a Europe of workers and of peoples. Strength, alternative and hope that echoed this past 6th June in the streets of Lisbon and confirming CDU as the Strength of the People, a strength that, with work, honesty and competence, is able to assume all the responsibilities that the people wish to give it and which is ready for the difficult and complex battles that Portugal faces.