La Commission Européenne menace la France, notre France celle de 36 à 68 chandelles, celle des travailleurs !

La Commission Européenne la France !

sous mission UE Euro sortir de l'euroMais pour qui prennent-ils le pays de Louis XI, de Richelieu, de Vauban, de 1789 et de 1793 – cet An II qui fut l’acmé démocratique de la grande révolution n’en déplaise aux imbéciles stipendiés ou aux crétins incultes?

Pour qui prennent-ils le France de Diderot et de Rousseau, de Voltaire et de Montesquieu, la France des Lumières, pour qui prennent-ils la France de Robespierre, de Babeuf, de la Commune de Paris qui illumina le XIXe siècle de lueurs nouvelles et prometteuses, pour qui prennent-ils la France des ouvriers révolutionnaires, des paysans rouges, des intellectuels serviteurs du peuple? Croient-ils que la France de Cachin, Duclos ou Thorez est morte? Que le pays du Front populaire, des « Jours heureux » du CNR, de mai 68, de décembre 95 et du Non à la constitution européenne ? Même si leurs noms ne sont plus aussi connus aujourd’hui, ne savent-ils pas que ce peuple, cette classe ouvrière, que ce prolétariat de France, ont su maintenir au plus profond de leur être, son âme révolutionnaire?

Comment osent-ils ces bureaucrates gavés, cette nomenklatura vendue au grand capital, ces marionnettes des lobbies patronaux, faire “des mises en garde” à la France au nom de l’U.E. alors qu’au même moment, Cameron menace les « immigrés » français à Londres d’expulsion et de privation d’accès aux soins sans que Bruxelles ne s’en émeuve outre mesure ?

Voici ce que nous dit Challenges, journal estampillé MEDEF :

La Commission européenne va lancer vendredi 28 novembre un dernier avertissement à la France pour qu’elle mette en œuvre des réformes et réduise son déficit, en brandissant la menace de sanctions au printemps.Après d’âpres débats, l’exécutif européen a jugé peu judicieux d’accorder dans l’immédiat plus de temps à la France pour réduire son déficit, ou de changer son objectif pour 2015, indique une source européenne. Bruxelles préfère demander à Paris plus d’efforts et lui laisser quelque mois, jusqu’à fin mars.Vendredi, elle ne va pas demander de sanctions à l’encontre de la France, ni lui imposer une liste de réformes au forceps, mais elle va clairement durcir le ton. Une manière de refléter les dissensions qui l’agitent, comme l’a montré la sortie au vitriol de Günther Oettinger la semaine dernière.En charge de l’Économie numérique, le commissaire européen, membre du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel, a appelé à traiter avec “rigueur” une France “déficitaire récidiviste”. Pour Paris, le but est clairement de fournir un effort structurel (hors effet de la conjoncture) correspondant à 0,5% du PIB en 2015, contre seulement 0,3% actuellement selon la Commission, soit environ 4 milliards d’euros supplémentaires. Le rappel à l’ordre de Bruxelles à l’encontre de la France va survenir au lendemain d’un rapport franco-allemand sur la croissance, qui évoque le risque d’un “manque d’audace” face aux réformes. ( extraits article du 28/11/2104)

Voila ce que dit Moscovici, mercenaire français du grand capital supranational, passé sans débotter du gouvernement « français » au service d’un pouvoir qui affiche froidement le plus profond mépris pour les « pays du Sud » en général – les fameux « PIGS » en passe de devenir des « PFIGS » – et pour la France « ringarde » en particulier.

Notre sentiment, c’est qu’il faut discuter de mesures supplémentaires, qu’il faut accélérer la mise en place des réformes structurelles déjà annoncées », a insisté M. Moscovici.

Voila ce que dit le patron de la Commission, le blanchisseur d’argent sale, Juncker :

 Notre avis sur leur situation budgétaire n’est pas vraiment amical », poursuit-il, rappelant que la « décision finale sera décalée à mars-avril 2015 ». Le temps d’attendre, « pour  émettre un jugement adéquat », l’exécution définitive des comptes publics 2014 et des prévisions économiques du dernier trimestre 2014 .

« Sur la discipline budgétaire, nous ne nous éloignons pas du pacte de stabilité, nous ne changeons pas les règles, assure M. Juncker. Vous verrez : dans les mois qui viennent, la France et l’Italie  prendront un nombre important de mesures. Il ne s’agit pas seulement de promesses. J’ai insisté auprès des dirigeants [de ces deux pays] pour avoir un calendrier clair. »

Parler ainsi c’est considérer la France comme une colonie dont on est le Gauleiter.

Comment ne pas comprendre, camarades de la pseudo-“radicale”européiste, ce qu’est l’ après cela ? Et ne nous répondez pas que vous allez transformer l’, la rendre “sociale” ! Une voiture est faite pour rouler, pas pour voler. L’OTAN est faites pour servir l’impérialisme, pas pour servir la paix.Et vous ne transformerez pas un cher d’assaut en colombe. L’ est faite pour détruire les souverainetés populaires et nationales, pas pour servir le monde du travail et les indépendances nationales.

Ne laissons pas la défense de la France, de son peuple, des ses travailleurs aux démagogues fascistes ou fascisants, nous ouvririons un boulevard à cette engeance.

Et surtout, surtout, marquons par tous les moyens notre profond mépris pour les Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé, Bayrou, Fillon et autres collabos de la dictature euro-atlantique qui, pour être adoubés par Bruxelles, laissent humilier leur propre pays !

Peuple français, cesse de te laisser traiter ainsi par l’UMPS maastrichtienne, et cesse aussi de te laisser monter la tête contre les travailleurs immigrés par les Le Pen, Sarko et Cie : ton ennemi n’est pas le travailleur venu d’Afrique, qui ne demanderait qu’à travailler chez lui si l’oppression néocoloniale de la Françafrique lui en laissait le loisir, et qui est aussi exploité que toi si ce n’est plus. Ton ennemi, c’est cette oligarchie qui vend le pays à la découpe pour s’insérer sous protectorat germano-américain dans la jet set mondialisé des parasites du capital.

Par Aris

source : http://www.challenges.fr/france/20141128.CHA0859/deficit-bruxelles-ne-veut-pas-entendre-parler-d-un-delai-pour-la-france.html?xtor=RSS-81

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/28/selon-m-moscovici-l-option-des-sanctions-contre-la-france-reste-ouverte_4531123_3234.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/28/juncker-je-n-ai-pas-a-indiquer-a-la-france-ce-qu-elle-a-a-faire_4530990_3234.html

Ma France , J Ferrat

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j’ai vécu à ce que j’imagine
Je n’en finirai pas d’écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d’été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d’Ardèche
Quelque chose dans l’air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d’Éluard s’envolent des colombes
Ils n’en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu’il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n’en plus faire qu’une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l’histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstiné de ce temps quotidien
Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu’elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l’avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France

www.youtube.com/watch?v=qkO7_rhhCbA