En chœur, à l’unisson, voire si j’ose dire, « en canon(s) » (César?), les « journalistes » mal-voyants, non-entendants et fort-peu-comprenants (mais force pépètes-palpant…) qui accaparent nos médias « pluralistes » nient la nazification galopante de l’Ukraine, cet État corrompu qui s’est si romantiquement mué en repaire continental de l’ultradroite avide de revanche sur Stalingrad.

Comme on l’a récemment vu à l’annonce de la mort au combat d’un prétendu « brigadiste » français avide de croisade « antibolchevique » et « anti-antifasciste » (tels sont les épithètes dont l’ont « honoré » ses co-sectateurs), tout ce que l’Europe blanche compte de réacs fanatiques s’est donné rendez-vous aux marches occidentales du Donbass dans l’espoir d’y casser du mineur russophone, d’y brûler vif des « bolcheviks » ukrainiens et de saigner vivants des Cosaques et autres infidèles tchétchènes. Il semble cependant que, pour l’instant, les « Asiates » obtus et semi-primitifs, c’est-à-dire les soldats russes, soient de nouveau  en passe de châtier durement la « race supérieure » blanche et prétendument « chrétienne »: il n’est que de visionner les images présentant la fin piteuse du Bataillon Azov (« qui-ne-se-rendrait-jamais », comme on sait: les généraux Von Paulus (1943) et Von Choltiz (1944) non plus, comme on sait…). Et de mettre fin pour quelques dizaines d’années aux exploits sportifs des miliciens nazis ukrainiens qui sont sortis d’Azovstal les mains en l’air. On regrette seulement et sincèrement pour eux que ces sympathiques jeunes gens, que France-Info a même qualifiés d’ « ultimes résistants de Marioupol », n’aient pas réussi à gratter leurs innombrables tatouages SS et autres runes nazies…

Toute cette pègre national-cosmopolite reçoit évidemment le soutien illimité de l’UE-OTAN qui, pour tenter de « saigner la Russie » (Antony Blinken), ensevelit l’Ukraine sous des monceaux d’armes ultramodernes sans souci de savoir si cet arsenal ultra-dangereux ne finira pas, corruption de l’État ukrainien aidant, entre les mains des pires terroristes fascistes qui soient. De même, la masse des armes envoyées en masse par la CIA aux « combattants de la liberté » afghans (Ben Laden et autres talibans…) combattant l’Armée rouge a logiquement atterri entre les mains des égorgeurs intégristes d’Al Qaida, du FIS, d’AKMI, etc., qui s’en servent depuis lors pour semer massacres, viols et attentats du Xing Kiang au Sahel, de Bagdad à Tripoli et de New-York au Bataclan…

Voilà en tout cas (cf photo ci-dessous) ce que l’on trouve désormais chez nous et qui, tôt ou tard, servira à n’en pas douter contre la gauche politico-syndicale française… Cette même « gauche » qui, suicidairement, appelle, avec le chef de file du New PS en rupture de pacifisme, à « humilier Poutine » au lieu d’appeler aux négociations et à la désescalade comme devraient le faire tout dirigeant politique soucieux d’épargner à ses concitoyens une guerre mondiale de dimension potentiellement nucléaire…  En période de novlangue, on appelle cela, sans rire, de l’ « insoumission »…

Mais bien entendu, pour le prétendu « service public de l’audiovisuel », ces engins de mort découverts et photographiés en France, et qui ne sont vraisemblablement que la partie émergée de l’iceberg, ne sont que des pistolets à eau « montés en épingle par la propagande du Kremlin ». Comme les croix gammées et autres sigles SS tatoués sur tout le corps des « virils » miliciens d’Azov ne sont sans doute que de plaisantes décalcomanies oubliées depuis la mi-Carême… Que des « fèques-niouzes » on vous dit!

Hommes veillez, elle revient en force la Bête immonde du fascisme et de la guerre mondiale impérialiste que le capitalisme-impérialisme porte en ses flancs comme la nuée porte l’orage !