Maurice Druon est décédé le 14 avril. Avec J. Kessel, il a écrit l’immortel « Chant des partisans ».

Comme l’écrit La Voix du Nord, il était « héraut de la langue française ». À l’heure où même le Président de la république parle notre langue de façon approximative, il était bon de l’écrire.

Mais nous sommes aussi à l’heure, où les patrons annoncent les licenciements dans l’anglais des entreprises cher au patron des patrons européen Sellières (il préside le business europe !!!). Eh oui, cet anglais dégénéré imposé par les firmes étatsuniennes envahit notre pays, et une volonté politique existe pour l’imposer aux dépens de la langue de Molière et Victor Hugo. Il faudra bientôt même le parler pour trouver un boulot !
Bien entendu, ceux qui aiment la langue de Shakespeare, où l’allemand de Goethe doivent défendre ces beaux parlers. Mais nous devons refuser qu’on nous impose le globish  dans les publicités, à la télé dans les journaux… Nous devons défendre notre patrimoine culturel (qui bien sûr inclut les langues régionales comme le cht’i, ou la langue d’Oc, qui font partie intégrante de notre culture nationale). Accepter que notre langue française disparaisse au profit du globish c’est accepter la mort de la France populaire, républicaine et laïque.
RESISTONS !