Offensive générale contre le monde du travail

Pôle position du 10 juin 2010
Sans aucun débat public, l’illégitime Sarkozy lance son super-plan d’austérité.

Sans que la chose soit clairement dénoncée par les états-majors syndicaux, qui font semblant de ne rien voir, l’illégitime gouvernement Sarkozy (11% des inscrits aux dernières européennes) s’engage dans un tour de vis sans précédent contre le monde du travail:derrière le lamentable rideau de fumée des négociations bidon qu’ont accepté de cautionner Chérèque et son piteux second Thibault, la nouvelle contre-réforme des retraites s’apparente à un dépeçage du système par répartition: augmentation des annuités, multiplication des décotes, augmentation brutale des cotisations des fonctionnaires (ce qui revient à une baisse des salaires), la purge risque d’être telle que le système par répartition sera gravement déstabilisé.

On voudrait provoquer un rejet massif de la nécessité de cotiser chez les jeunes générations (pourquoi cotiser pendant 45 ans sans même être sûr de toucher quelque chose à l’arrivée puisque les “règles” sont sans cesse bougées en cours de partie?) et rabattre vers la capitalisation (réclamée à cor et à cri par les assurances, qui ont la haute main sur le MEDEF) qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Et Thichèque, Cherbault, qui feignaient de sauver l’âge légal du départ en retraite en échange de cette mascarade de concertation, seront cocus jusqu’au bout puisque le pouvoir s’attaque ouvertement à l’âge légal du départ en retraite.

Bien entendu, le PS est totalement incapable de bouger sur ce sujet: et pour cause, au nom de la maudite “construction européenne” du capital, Jospin a cosigné avec Chirac en 2001 les Accords de Barcelone qui visent à porter à 67 ans EN MOYENNE l’âge du départ en retraite dans toute l’UE.

Face à cela, un FRONT DU REFUS est absolument indispensable pour exiger le retrait pur et simple des projets gouvernementaux et l’abrogation des contre-réformes de 94 (Balladur, sur le privé), Fillon 1 (2003, contre les fonctionnaires) et Fillon 2 (contre les régimes spéciaux).

On peut les arrêter si on est clair et uni.

C’est dans cet esprit que vient d’être lancé dans le Pas-de-Calais un collectif de défense des retraites unissant le PRCF, le PCF, le POI et le Parti de Gauche sur un programme clair de refus qui comporte aussi l’obligation pour le patronat de rendre gorge et de payer l’ensemble des cotisations en retard et pour le gouvernement de supprimer les allègements de charge du patronat qui, chacun le voit, ne se traduisent pas par une montée des emplois mais par une montée indécente des profits et des inégalités.-une attaque massive se prépare contre la Sécurité sociale: tous les six mois, de nouveaux médicaments et de nouveaux soins sont déremboursés.

La contre-réforme hospitalière vise tout bonnement à casser l’hôpital public pour mettre en place un système à l’américaine, fonctionnant sur le modèle popularisé par la série Docteur House.

Et c’est le moment que choisit Madame Aubry, la digne fille de l’eurocrate Jacques Delors, pour proposer de changer la devise républicaine française en “liberté, égalité, “CARE”.

Outre le mauvais coup contre la langue française, outre la salissure sur l’héritage républicain, cela signifie bien que le but du PS n’est pas de rétablir la protection sociale à la française, inspirée du CNR et des réformes du ministre communiste Ambroise Croizat (père de la Sécurité sociale et des retraites par répartition en 1945), mais l’anti-modèle compassionnel venu des Etats-Unis: bref, au moment où la gauche américaine (cf les films de Michael Moore) prenait appui sur le modèle français pour faire évoluer (combien difficilement) la société américaine du chacun pour soi, le PS aide Sarkozy à prendre la direction inverse!-une très grave casse de l’Education nationale, des services publics et de la fonction publique est en cours*dépeçage d’EDF au profit de Suez-GDF et augmentation brutale des tarifs;*casse du lycée public avec une rentrée 2010 qui se ferait dans des conditions scandaleuses, des jeunes profs sans formation prenant en charge les élèves à raison de 18 h par semaine.

Elèves à la dérive, profs en dépression, “b…” assuré, triomphe de l’enseignement privé, voilà où nous mène Chatel sans réaction de niveau approprié de la part de la fSU, sans parler de l’UNSA…

Dans ces conditions le PRCF-appelle clairement à sortir la France de l’UE et de la zone euro.

Assez ménagé à gauche cette construction scandaleuse, 100% antipopulaire; renouvelle publiquement sa proposition à toutes les organisations d’organiser ensemble une “manif des manifs” pour globaliser la résistance à l’illégitime Sarkozy et à la non moins illégitime Union européenne.