Pôle Position du 08/08/2010

Parce que la France le vaut  bien!

Il peut sembler farfelu de nationaliser les rouges à lèvres et les parfums, et pourtant  …

…  et pourtant, l’Oréal est un Etat dans l’Etat et l’enquête en cours montre combien cette firme joue un rôle de premier plan dans les réseaux de droite (et d’extrême droite) et leur financement.…

… et pourtant l’OREAL est une entreprise multinationale largement bénéficiaire – un chiffre d’affaires de 9,67 milliards d’ € au premier semestre 2010 en progression de 10, 20% sur le premier semestre 2009 – en position de quasi monopole dans son secteur.

Pourquoi ne nationaliserait on que les entreprises « en perdition » pour les renflouer et les rendre bien reluisantes au privé.

Et si au lieu de nationaliser les pertes on socialisait les profits ?

… et pourtant, la querelle de succession à la tête du groupe, les folles dilapidations de L. Bettencourt, le risque de mainmise totale de Nestlé,déjà actionnaire à 29,6% sur le numéro un des cosmétiques français, font courir de gros risques à cette entrprise si elle reste entre les mains d’une oligarchie digne de  l’Ancien Régime.

Bien entendu il faut réfléchir à tout cela à partir d’un programme de réindustrialisation sociale du pays, d’une planification démocratique, du contrôle des producteurs sur la production et ses résultats financiers et pour tout cela d’une sortie de l’Union Européenne.

Mais puisque ni le Parti de gauche, ni le PC/PGE (alias « PCF ») ni le NPA, ni LO, ne s’engagent dans des propositions concrètes, alors le PRCF jouant tout son rôle pour la Renaissance Communiste, lance le débat… sans  fard.