Déclaration du Pôle de Renaissance Communiste en France

26 mai 2009

Elections du « parlement » supranational :

Le PRCF félicite les citoyens français et les travailleurs

qui font majoritairement le choix citoyen de

l’ABSTENTION SANCTION

contre l’Europe de Sarko-MEDEF !

 

Pas un jour sans que la machine propagandiste du pouvoir, hiérarchie de l’Education « nationale » incluse, ne tente de culpabiliser les électeurs qui annoncent qu’ils s’abstiendront aux élections du « parlement » supranational. Pour l’UMPS et ses « politologues » bien-pensants, l’abstention-sanction populaire massive paraît un profond mystère : elle est au contraire une évidence citoyenne pour qui réfléchit sans préjugés. 

 

Rappelons ces évidences aux « cerveaux d’élite » des états-majors politiques et syndicaux euro-formatés :

 

-en France le vote n’est pas obligatoire, l’abstention est licite ; il est donc scandaleux que tous les moyens d’Etat soient mobilisés pour stigmatiser la MAJORITE des citoyens qui comptent s’abstenir : il est encore plus anormal que les organisations qui, comme le PRCF, prônent l’abstention citoyenne soient en permanence ignorés des médias. D’autant plus que le vote blanc et nul n’étant pas compté chez nous comme vote exprimé, il n’y a pas d’autre moyen que l’abstention pour signifier l’OPPOSITION CITOYENNE à la « construction européenne ».

 

le scrutin actuel intervient après que le vote Non des citoyens français (mai 2005), néerlandais et irlandais a été violé par Sarkozy, par les députés UMP-PS-UDF, ainsi que par l’euro-parlement qui a aussi piétiné les Non néerlandais et irlandais (Bruxelles veut faire revoter l’Irlande jusqu’à ce qu’elle dise oui !) : en effet les eurodéputés donneurs de leçons civiques ont validé le Traité de Lisbonne, copie conforme de la Constitution européenne, qui étend tous les dispositifs supranationaux et néo-libéraux qu’ont majoritairement rejetés les peuples d’Europe qui ont pu s’exprimer par référendum.

 

-les travailleurs, les citoyens ne s’abstiendront pas parce qu’ils « méconnaissent l’importance de l’Europe dans la vie quotidienne » (l’euroformatage des euro-sujets commence à l’école primaire !), mais parce que très consciemment, ils REJETTENT cette « construction européenne » qui depuis cinquante ans,

 

a)                  détruit les acquis sociaux en imposant la réduction des dépenses publiques sociales (retraites, Sécu) alors qu’elle bénit les milliards d’euros publics donnés sans contrôle aucun aux banques et au grand patronat ;

 

b)                 réduit a rien les souverainetés nationales et fait des parlements nationaux des machines à transposer aveuglément les « directives européennes » adoptées sans contrôle au niveau supranational ;

 

c)                  privilégie outrancièrement les capitalistes aux dépens des salariés, des artisans-pêcheurs et des paysans (casse du droit du travail, police des salaires au nom de l’ « euro fort », abandon de la « préférence communautaire » agricole, etc.),

 

d)                 favorise les délocalisations industrielles internes et externes et interdit de protéger et de nationaliser les industries nationales stratégiques en déclassant massivement les ouvriers, techniciens, ingénieurs, chercheurs, de notre pays, qu’ils soient français ou immigrés ;

 

e)                  aligne notre pays et tout le sous-continent SUR l’OTAN et sur les aventures guerrières de l’impérialisme US (Yougoslavie !),

 

f)                  dissout la République française une et indivisible, ses communes et ses départements en promouvant l’euro-régionalisation des territoires et leur mise en concurrence,

 

g)                 casse les libertés démocratiques, aggrave le flicage pan-européen des populations,  met en place une « armée européenne » destinée à combattre les mouvements populaires et persécute les immigrés « non européens »,

 

h)                 détruit la laïcité républicaine (séparation de l’Eglise et des Etats, loi de 1905) au nom du « dialogue institutionnel avec les religions » qui privilégie les autorités ultra-réactionnaires du Vatican ;

 

i)                   désosse les services publics « à la française » privatisés et asphyxiés au nom des « critères de Maastricht » et de la monnaie unique ; derrière les 34 000 suppressions d’emplois de profs et d’infirmières par an, il n’y pas que Sarko, il y a l’euro fort cher aux spéculateurs !

 

j)                   strangule sournoisement les langues nationales en privilégiant outrancièrement le « tout-anglais », en marginalisant l’usage du français dans les institutions européennes et en interdisant, avec la complicité du pouvoir UMP, de protéger les langues nationales ;

 

k)                 impose la pensée, la politique et l’économie uniques à travers l’article totalitaire du Traité de Maastricht, repris par tous les traités postérieurs, qui fait de l’U.E. une « économie de marché ouverte sur le monde », ce qui « sanctuarise » le capitalisme et interdit toute politique nationale orientée vers le progrès social, vers la ré-industrialisation de nos pays et vers la réduction du chômage de masse.

 

l)                   Loin d’apporter prospérité et liberté aux ex-pays socialistes de l’est, l’UE y a détruit tous les acquis du socialisme, les a soumis aux diktats du FMI, de l’OMC et de l’OTAN, et a fait d’eux des réserves de main-d’œuvre à bas coût utilisées comme une masse de manœuvre pour abaisser les salaires de Dublin à Athènes.

 

m)               En fait de démocratie, l’extrême droite remonte partout en Europe pendant que la droite, les néo-fascistes et certains « socialistes » rêvent d’instaurer une chasse aux sorcières européennes (adoption par l’euro-parlement de textes criminalisant l’URSS de Stalingrad à l’égal des nazis : une répression géante contre les militants communistes et anticapitalistes se prépare dans le silence complice des Wurtz, Mélenchon et du NPA).

 

Face à la nouvelle PRISON DES PEUPLES impérialiste, ultra-capitaliste, antidémocratique et cléricale qu’est l’UE, les travailleurs d’Europe qui choisissent l’abstention sont plus intelligents que leurs « élites » et que leurs prétendus « défenseurs » de la l’euro-gauche et de l’extrême-gauche caviar.

 

Plus subtils que l’UMPS, qui continue de présenter comme un « rêve » une construction européenne que les salariés jetés à la rue et dont beaucoup ne se nourrissent plus correctement, vivent comme un CAUCHEMAR !

 

Plus avisés que la « gauche radicale » établie qui, de Mélenchon au NPA en passant par l’eurocommuniste Wurtz continue son boniment sur l’« Europe sociale » comme si l’on pouvait « moraliser » le IVème Reich européen en formation, un Empire aussi dangereux pour la paix mondiale que l’Empire US dont l’UE est à la fois vassale et rivale dans la lutte que se livrent les monopoles capitalistes pour la domination mondiale.

 

Les travailleurs abstentionnistes sont également plus avisés que ceux qui, en votant Mélenchon le 7, croiront voter communiste alors que Mélenchon et la direction mutante du PCF tireront prétexte de chaque voix portée sur le Front de gauche pour liquider le PC lui substituer un Parti de Gauche à l’allemande, future bouée de secours pour la social-démocratie en difficultés.

 

En réalité, si la France républicaine ne veut pas y laisser sa peau, elle doit sortir de l’euro-broyeur pour reprendre la route du progrès social, reconstruire son économie productive, sauver les acquis du CNR mis à mal par Euro-Sarko, nouer de nouveaux traités progressistes internationaux analogues à l’ALBA qui lie les pays latino-américains.

 

Non l’abstention-sanction n’a rien à voir avec le slogan anarchiste « élections piège à cons » qui invite à mépriser le suffrage universel. Tout au contraire, l’abstention citoyenne est la seule attitude digne face au viol du Non exprimé par le Suffrage universel des Français en mai 2005 et aussitôt piétiné par Sarko-Barroso. Faire respecter la souveraineté du peuple français et des 22 peuples qu’on a refusé de consulter par référendum sur les traités, c’est refuser de valider par son vote ce parlement supranational croupion dont le seul rôle est d’enduire de vernis démocratique l’euro-casse de notre pays au nom d’une intégration européenne qui désintègre l’héritage de 1789, 1905 et 1945. Au contraire, aller voter le 7 juin, c’est involontairement valider la disparition de la France et valider le cadre supranational. D’ailleurs, l’Elysée n’avoue-t-il pas crûment sur son site internet que son seul adversaire à ces élections sera l’abstention !

 

Alors, pour sanctionner d’un coup la Trinité Sarko-Parisot-Barroso, pour couper avec l’illusion de l’Europe sociale et construire la lutte « tous ensemble en même temps », ABSTENTION SANCTION MASSIVE ! C’est à quoi invite le PRCF dont la campagne nationale de tractage et d’affichage reçoit le meilleur écho chez les ouvriers, les agents de la fonction publique, les paysans et dans la jeunesse.

 

Face au déni démocratique des sarko-média, le PRCF propose d’ailleurs aux organisations communistes et républicaines qui appellent à l’abstention citoyenne, d’exiger ensemble du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, qu’il fasse enfin son devoir en donnant la parole, dans leur diversité, aux partisans de l’abstention-sanction citoyenne !

 

Léon Landini,

Jean-Pierre Hemmen,

Georges Gastaud,

respectivement présidents

et secrétaire national du PRCF.