Émeutes réactionnaires en Allemagne : Pour faire face au fascisme, militons pour un grand parti communiste ! #JRCF

L’ignominie, le désordre et la bêtise la plus crasse.

Voilà ce qui caractérise ces bandes de réactionnaires et de néo-nazis, rassemblées au pied du buste de Karl Marx (l’ignominie) dans cette ville d’ex-RDA anciennement nommée «Karl Marx Stadt» et désormais «Chemnitz», pour faire profit d’un drame, le meurtre d’un Allemand de 35 ans par deux jeunes étrangers d’origines syrienne et irakienne suite à une altercation.

Chasse aux migrants dans les rues, bagarres, menaces de mort, des dégâts matériels et des blessés… Voilà sans doute un avant-goût de la société «ordonnée» que prônent ces nazillons à longueur de journée.

Union Européenne, chasse aux sorcières anticommuniste et montées de l’extrême-droite

Alors que l’extrême-droite gagne du terrain partout dans la belle “Union européenne” démocratique, et que, complémentairement, les partis communistes sont persécutés (Pologne, Pays baltes, Ukraine, ex-Yougoslavie…), les jeunes communistes du monde entier ne peuvent que réitérer encore et toujours ce même constat : ce sont les politiques capitalistes et impérialistes, contre la souveraineté des nations, contre le droit à la vie des peuples, des travailleurs, des jeunes et des vieux et, désormais de manière de plus en plus claire, contre le droit à l’existence de l’espèce humaine, qui engendrent la montée des pires fascismes. C’est vrai aussi en où derrière le visage “humaniste” de Merkel se cache un abaissement systématique des salaires, du droit du travail, et une oppression sans pitié sur les peuples de l’ du sud: Grèce, Portugal, etc.

POLOGNE Signez la pétition contre les persécutions frappant le parti communiste polonais (KPP) -> cliquez ici

Le capitalisme, ventre fécond du

«Le ventre est encore fécond, d’où est sortie la bête immonde» de Bertolt Brecht a malheureusement encore tout son sens aujourd’hui. Ce ventre fécond, c’est bien le capitalisme, celui de Merkel, de Macron, de Trump, de l’UE qui n’en n’ont que pour les puissants, les gros patrons exploiteurs, les profits toujours plus grands. Et c’est l’Union Européenne qui, par sa “concurrence libre et non faussée”, par son euro-austérité, par ses énormes dépenses d’armement dans le cadre de l’OTAN, dresse les peuples les uns contre les autres.

Ce capitalisme qui n’accentue que la misère et la pauvreté pour la plupart d’entre nous alors que certains continuent de se gaver de notre travail et de voler leur dû en impôt aux nations. Les Bolloré, les Bill Gates et autre Bernard Arnault peuvent bien jouer les philanthropes pour redorer leur blason, ils sont la lie de l’humanité et sont les premiers responsables des maux des Hommes.

Leur course aux profits, les guerres impérialistes – y compris de la France officielle des Sarko, Hollande et Macron – contre la Libye, la Syrie, le Mali, etc. détruisent des pays entiers, jettent leurs populations sur les routes de l’exil. Ainsi finissent-ils par soutenir financièrement, politiquement et militairement le camp de la réaction partout autour de la planète pour s’assurer contre la montée d’une résistance populaire progressiste. Ils se font également les alliés des pires dictatures féodales et bien obéissantes pour signer de bons contrats commerciaux de toute nature et bien juteux.

Socialisme ou barbarie : Contre le fascisme reconstruire un vrai parti communiste !

Face à ce constat, nous ne changeons pas de voie. Le socialisme est notre direction, le communisme notre but. Contre le capitalisme, l’impérialisme, et les méfaits qu’ils engendrent à nos sociétés et à notre éco-système, nous faisons notre le mot d’ordre de Fidel «La patrie ou la mort, le socialisme ou mourir, nous vaincrons !». Car au-delà de l’héroïsme que dégage cet appel, c’est un constat bien compris et synthétisé que nous livre ici notre regretté camarade Fidel Castro. Le patriotisme républicain et le socialisme ne sont pas antagoniques, ils se complètent plus que jamais à l’internationalisme comme seules armes capables de mettre à bas cette logique économique désastreuse qui nous mènent inexorablement à la disparition de notre espèce : «Socialisme ou barbarie» disait déjà Rosa Luxemburg en 1914.

En Allemagne, en France, en Europe et dans le monde, le fascisme, créature maudite du capitalisme-impérialisme doit trouver face à lui les militants déterminés, organisés et conscients du socialisme-communisme, de la paix mondiale, de l’indépendance totale des nations et des libertés démocratiques.

Nous, jeunes communistes des et militants du PRCF, appelons donc tous les militants communistes, marxistes-léninistes, à travailler avec nous à la renaissance du grand parti de classe et de masse, populaire et antifasciste, qu’était le Parti Communiste Français pour reprendre en main la barre de notre pays avant qu’il ne soit trop tard.