Info luttes – Macron, vassal de Trump ! – n° 19 – mai 2018

N’ayant d’autre but que l’augmentation des profits capitalistes, Macron qui vient de faire allégeance au milliardaire Trump, fauteur de guerre et raciste patenté, soumet notre souveraineté à un « gouvernement de la zone euro » dominé par Berlin et notre armée française à la « défense européenne » arrimée à l’OTAN. De plus, ses nombreuses interventions et allocutions dans la langue de Shakespeare évincent la langue française au profit du tout anglais.

Au-delà de Macron et de son mépris pour les travailleurs en luttes qui contestent sa politique ultralibérale à la Thatcher, il y a ce système capitaliste fauteur de crises et d’inégalités aggravées. Vous en conviendrez avec nous, il n’est pas normal que dans le monde, les 1 % des plus riches possèdent plus que les autres réunis, que des milliers d’actionnaires décident de tout et que les lobbyistes fassent la loi à Bruxelles.

Quant à la « construction européenne », voilà ce que déclarait en 1957 Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, à la tribune du congrès de la FSM :

« Le marché commun (ancêtre de l’Union européenne) constitue en fait un grave danger pour l’économie nationale des pays les plus faibles et une menace non moins grave pour les travailleurs de l’ensemble de ces pays (…) il ne peut aboutir qu’à l’hégémonie des capitalistes et des monopoles les plus puissants, en l’occurrence les monopoles allemands étroitement associés aux monopoles américains… En ce qui concerne le niveau de vie des travailleurs, tous ceux qui veulent cacher les véritables buts du Marché commun affirment que les salaires et conditions sociales seront nivelés par le haut. Mais, comme le rappelait le camarade Di Vittorio, (syndicaliste italien) c’est au contraire vers le niveau le plus bas que s’orientent les capitalistes de tous les pays ».

À la lecture de cette analyse marxiste, il est mensongé de prétendre réformer « du dedans » l’Union européenne, comme le prétendent le PS, les Verts et les dirigeants du PCF/PGE.

Les différents traités européens ont eu pour seul but d’interdire toute mesure visant le progrès social, le produire en France et le socialisme ! Non seulement l’Union européenne n’est pas une alternative aux USA, mais en tant que ” ”partenaire” stratégique de l’OTAN”, elle suit totalement les belliqueux dirigeants américains ! C’est dans ce but que Macron, vassal des États-Unis, est allé faire, il y a quelques jours, allégeance à Trump.

Jo Hernandez pour la commission luttes du PRCF

Les grèves en cours :

  • nationale chez Air France les 3, 4, 7 et 8 mai 2018

  • nationale des finances publiques dès le 3 mai 2018

  • des cantines scolaires à Lyon du 30 avril au 4 mai 2018

  • à La Poste des Hautes-Pyrénées depuis le 28 avril 2018

  • des Vélib à Paris depuis le 17 avril 2018

  • nationale à la SNCF du 3 avril au 28 juin 2018

  • des électriciens et les gaziers dès le 3 avril 2018

  • nationale et illimitée des fonctionnaires dès le 3 avril 2018

  • des facteurs des Bouches-du-Rhône depuis le 3 avril 2018

  • à La Poste des Hauts-de-Seine depuis le 26 mars 2018

Les grèves à venir :

  • des bus et trams Fil Bleu à Tours dès le 5 mai 2018 (les weekends et jours fériés)

  • nationale des fonctionnaires le 22 mai 

Revue de presse :

Des luttes gagnantes :

A – Négo sur le temps de travail : la direction de COURTEILLE – GARANKA obligée de revoir sa copie

Source : CGT
Un projet d’accord nocif et régressif pour les salariés, c’est ce que tentait de faire passer le patron du groupe, bien au fait des propositions de l’UIMM…C’était sans compter sur la détermination des élus CGT qui, toute la semaine sont allés à la rencontre des salariés pour discuter, échanger et convaincre y compris les autres IRP du véritable chantage que représente ce projet d’accord.
Épaulés par le « travailler ensemble » CGT : Fédération + USTM (77-75) + UL (20
ème et Fontenay-sous-Bois) et CGT métallurgie IDF,  ainsi que par nos présences pour les soutenir depuis lundi matin devant les agences, nos camarades étaient donc bien armés pour affronter le grand patron, revenu de vacances pour une « simple formalité » selon lui. Résultat : Aucune organisation syndicale n’a signé !!! Un 1er round à savourer ! Une 1ère victoire pour nos camarades !  Pas de doute, l’union fait la force !

B – Belle victoire pour les Téléconseillers de la CARSAT Normandie (3960) avec la CGT.

Source : CGT

Après 4 semaines de lutte et de négociation, ont pu obtenir de réelles avancées sociales pour le service Ligne Multi Canal (Plateforme Téléphonique). «Le Protocole de Fin de Conflit est signé». Dans un contexte budgétaire restreint et difficile, les Téléconseillers et la CGT se félicitent d’avoir pu obtenir pour le service LMC :
– Des embauches en CDI + des renforts temporaires
– Des parcours Niveau 4
– Des Points de Compétence
– Le Maintien de l’activité polyvalente (incluant la Prime d’Accueil de 6%)
– l’initiative d’une démarche GPEC avec l’engagement minimal d’un nouveau parcours

– La mise en place d’un accompagnement RH systématique après 3 ans d’exercice du
métier de Téléconseiller.
– Et d’autres acquis comme : Le renforcement du dispositif de formation « violences à
l’accueil », l’entraide des services retraite, etc.
Ce n’est qu’ensemble que l’on gagne de meilleures conditions de travail et ainsi, un service de meilleur qualité pour les assurés.

C – Les postiers du centre courrier de Bram, avec la CGT FAPT Aude

Source : Dépêche du midi

Ont décidé de lever le préavis de grève prévu pour le mercredi 2 mai 2018. Lors des négociations, ils ont obtenu :

– Le passage d’un contrat de travail de 0.7 % à temps complet, avec une position de travail

renforcée pour alléger les travaux collectifs intérieurs des autres positions de travail

– Un facteur est en cours de mutation vers le site de Bram, les autres comblements se feront

via les appels à candidatures internes ou recrutement des CDD

– L’arrivée plus tôt du camion de livraison du courrier le matin

– La partie supplémentaire de tournée (sécable) le mardi à la place du lundi plus chargé en

nombre de colis.

Une organisation de travail adaptée pour les séniors (3 agents) sera proposée

– Une analyse de l’organisation de travail et des conclusions seront faites par la direction d’ici le 19 mai. Pour la CGT et le personnel, les quelques avancées ne vont pas résoudre tous les problèmes rencontrés sur le centre courrier de Bram, ils resteront vigilants quant à la mise en œuvre des moyens supplémentaires promis par la direction. Nous ferons également une analyse de la situation sur les conditions de travail avec le personnel d’ici la fin du mois de mai et prendrons toutes nos responsabilités si les engagements ne sont pas tenus et si la situation ne s’améliore pas. Le personnel reste déterminé à revendiquer des moyens supplémentaires pour améliorer ses conditions de travail et la qualité de service rendu aux usagers.

Des grèves et manifestations :

1 – Syndicats CGT du Puy de Dôme,

Au lendemain d’une Journée Internationale des Luttes des Travailleurs mobilisée dans le Puy de Dôme, à Clermont (2200 participant-e-s), Riom (250), Thiers (100), Issoire (200) et Saint Éloy les Mines (100),

Jeudi 3 mai :
Les cheminots en grève seront en AG à 10h devant les bâtiments des syndicats rue Guynemer – 10h30 devant la gare SNCF, départ manif jusqu’à la préfecture (petit itinéraire).

Participeront à la manif cheminote à Clermont Ferrand :

  • Les Camarades de l’Énergie,

  • Appel des Syndicats de l’Éducation,

  • Les Organisations de jeunesse (Amphi occupé à Clermont depuis 1 semaine).

Vendredi 4 mai :

  • Une action régionale cheminote se déroulera à Saint Germain des Fossés (co-voiturage depuis Clermont possible avec les Cheminot-e-s),

  • Réunion à la Maison du Peuple d’une large intersyndicale 63, en vue de la mobilisation du 22 mai des Fonctions Publiques.

7 mai avec les cheminots : soleil, combativité et matraques.

Témoignage :

Ce lundi 7 mai 2018, les organisations syndicales des travailleurs du rail étaient reçues à Matignon par le premier ministre Édouard Philippe.

Les cheminotes et cheminots se rassemblaient à Paris place Vauban, notamment à l’appel de SUD-Rail et FO, pour montrer leur détermination à ne rien lâcher dans de pseudos négociations et exiger le retrait du plan destructeur du gouvernement.

Comme depuis de nombreux jours, j’étais présent aux côtés des salariés en lutte, en tant que militant PRCF.

Une ambiance joyeuse et combative sur la place Vauban. La chaleur tape un peu, mais les discussions vont bon train, entre bières et sandwichs. Les banderoles sont déployées, les fumigènes allumés. Les drapeaux flottent au vent, SUD, FO, quelques CGT. Sont présents des cheminots de l’Île-de-France mais aussi de Nantes, Metz, nancy, Grenoble ou encore Chambéry.

Un bus de la compagnie Transdev – concurrent direct de la SNCF – est joyeusement bloqué durant une quinzaine de minutes. Les slogans fusent.

Après plus de deux heures de rassemblement, le cortège se forme, déterminé et bruyant, et s’ébranle vers la Gare Montparnasse. Des étudiants, quelques personnels de la santé, des usagers solidaires attendent déjà sur place.

Et c’est à l’arrivée en gare que cette belle journée prend une tournure beaucoup plus terne. Des vidéos et images sont disponibles sur internet. J’en dirai ici deux mots.

La police laisse entrer une quinzaine de camarades en tête de cortège à l’intérieur, puis repousse violemment ceux-ci et toute la manifestation qui arrive derrière eux. Coups de boucliers, insultes homophobes, intimidations… Surpris, nous tenons bons et exigeons de pouvoir rentrer pacifiquement dans la gare. À ce moment les CRS se casquent et gazent à bout portant de nombreux travailleurs. Un de nos camarades cheminots du PRCF est d’ailleurs méchamment gazé. Mais la solidarité s’organise très vite, pas de mouvement de panique, pas d’éparpillement, les manifestants font bloc et ne lâchent pas le terrain. Coups de matraques et de boucliers. Au moins deux blessés au crâne, d’innombrables gazés, la colère monte, les premiers soins sont donnés.

Un meeting improvisé se déroule alors devant la gare, avec prise de parole des cheminots, d’étudiants, de soutiens.

Je rentre avec des camarades cheminots. Le cortège se poursuivra à travers les métros jusqu’à la Gare du Nord, où les travailleurs, malgré la nasse policière mise en place, pourront s’exprimer sur leurs lieux de travail, recevant au passage le soutien de nombreux usagers.

En rentrant chez moi, un camarade la FI de Grenoble me signale que la police est intervenue très violemment sur la campus de la ville. Les vidéos sont là aussi en ligne. Selon nos informations il y eu des arrestations et plusieurs blessés, dont l’un au moins envoyé au CHU. Parmi eux des étudiants venus simplement… passer leurs examens !

Ne laissons pas les cheminotes et cheminots seuls dans leur combat.

Dénonçons partout la répression à l’œuvre contre tout le mouvement social.

Continuons à appuyer et impulser partout les luttes.

À noter également :
Les Pompiers du Puy de Dôme sont appelés à se mobiliser également sur leurs revendications. Après avoir discuté avec nos Camarades Cgt SDIS, le “calendrier” de mobilisation pour satisfaire les revendications est en cours de travail.

2 – 800 personnes à Albi pour le 1er mai !

Source : CGT

Malgré la pluie, plus de 800 manifestants ont défilé dans les rues d’Albi contre la politique à MACRON.

C’est de nouveau une très bonne mobilisation qui démontre le mécontentement et la mobilisation de la population. De nombreuses personnes sont restées pour le débat public au cours duquel sont intervenus les camarades en lutte, cheminots, électriciens, clinique Toulouse Lautrec, les finances, les étudiants, les retraités ; les organisations syndicales :

3 – L’ensemble des Fédérations syndicales de la Haute-Savoie

appelle les Fonctionnaires et Agents de la Fonction Publique (État, Hospitalière, Territoriale) à la grève nationale mardi 22 mai 2018.

Nous nous opposons

– La suppression des 120 000 emplois.

– Le recours accru au contrat, par nature précaire, qui consti- tue une attaque contre les statuts.

– Au gel du point d’indice et les rémunérations «au mérite».

– La remise en cause des CAP et la disparition des CHSCT.

– Toutes mobilités forcées vers le secteur privé.

Nous revendiquons

Le dégel du point d’indice, sa revalorisation, et le rat- trapage des pertes subies.

– La compensation de la CSG.

– L’abrogation de la journée de carence.

– L’amélioration des déroulements de carrière et le respect des engagements.

– Le classement de la Haute- Savoie en zone de vie chère.

Nous considérons que les services publics doivent être renforcés, les missions publiques maintenues pour les besoins des salariés et de la population.