#JLM2017 Lettre ouverte du PRCF à Jean Luc MELENCHON – 3 février 2017

du PRCF à Jean-Luc - Par L. Landini, G. Gastaud, A. Mateu-Casado et A. Manessis

Cher citoyen candidat,

Le 13 novembre dernier, à l’issue d’un débat sérieux mené dans toute notre organisation, et sans attendre quelque consultation interne du PCF que ce soit, le CC du PRCF a décidé quasi-unanimement d’apporter son « soutien critique, mais dynamique et constructif » à votre candidature présidentielle. Depuis lors, les militants franchement communistes du Pôle diffusent largement aux entreprises un quatre-pages qui, tout en détaillant notre programme de Frexit progressiste pour la souveraineté nationale, le progrès social et la coopération internationale, appelle clairement à utiliser le bulletin de vote présidentiel portant votre nom.

Nous avons certes des différences politiques avec vous : en particulier nous pensons qu’il est irréaliste de « renégocier les traités européens » en restant dans l’UE : cette prison des peuples asservie au capital, pilotée par Berlin et adossée à l’ (qu’à juste raison, vous voulez quitter sans négociations), est conçue de A à Z pour détruire les nations d’Europe, les acquis sociaux et le produire en France au nom de l’ « économie de marché ouverte sur le monde dans laquelle la concurrence est libre et non faussée ».

Nous disons en outre que, le MEDEF et le CAC-40 étant fanatiquement acquis à la mortelle « construction » -atlantique, une politique progressiste tendant à affranchir notre pays de l’UE déboucherait très vite sur un affrontement de classes majeur qui ne manquerait pas, à terme, de poser la question du socialisme pour notre pays : en effet, les protagonistes de cette confrontation de classes ne peuvent être que, d’une part, le bloc réactionnaire et antinational formé par l’oligarchie capitaliste et ses partis (lesquels vont, sous des formes très diverses, des maastrichtiens Macron et Hamon, au FN, lequel donne de plus en plus de gages aux partisans de l’euro), et, d’autre part, le bloc populaire et patriotique potentiellement composé des forces populaires alliées aux couches moyennes. Mais ce qui est décisif pour vaincre l’oligarchie et ses tendances de plus en plus liberticides et fascisantes, c’est que le monde du travail s’engage pour le Frexit progressiste avec à sa tête la classe ouvrière dont le printemps 2016 a montré qu’elle était le fer de lance contre la Loi Travail. Et c’est pour permettre à cette classe, privée de son parti d’avant-garde par la mutation du PCF, de redevenir l’actrice centrale du changement que le PRCF tend la main aux vrais communistes de France, y compris aux adhérents communistes du PCF (il en reste !) pour qu’ils reconstruisent un véritable parti de classe et de combat dont l’absence réduit le mouvement populaire à une défensive perdante.

Bien entendu nous n’oublions pas nos larges convergences avec votre programme : il se réclame d’une gauche « indépendantiste » et pose crûment la question « l’UE on la change ou on la quitte ». Vous avez en outre le mérite de refuser tout compromis avec ce PS, véritable pilier gauche du Parti Maastrichtien Unique qui, depuis des décennies, démonte les conquêtes du CNR, démolit l’héritage de la Révolution française et va jusqu’à soutenir doucereusement l’inavouable entreprise de substitution à la langue française du tout-anglais « transatlantique ».

Cependant, pour que la dynamique politique créée autour de votre campagne devienne irréversible, pour qu’elle permette de conjurer le second tour cauchemardesque Le Pen/Fillon (ou Le Pen/Macron, ce qui ne vaut pas mieux !) et qu’elle repouse la contre-attaque pseudo-unitaire du PS « rosi » aux moindres frais par la victoire de Hamon, il faut clairement selon nous :

  • Mettre franchement au centre de la présidentielle le débat sur la question européenne, faire en sorte que la formule  que vous employez (« l’UE, on la change ou on la quitte !») ouvre un espace de franche rupture aux 72% d’ouvriers qui ont refusé la constitution européenne : très légitimement, ils attendent un signal fort de votre part pour s’engager et pour faire la décision.
  • Ouvrir le dialogue avec tous les communistes qui militent pour votre percée électorale et qui constatent que certaines tirades « mouvementistes » qui fustigent le « léninisme », le « centralisme démocratique » et « les partis dépassés », nuisent à la dynamique unitaire. Classe politiquement centrale, y compris quand elle s’abstient massivement ou quand ses franges les plus fragilisées sont tentées par le FN, la classe ouvrière ne vous conduira au second tour,  voire à la présidence de la République, que si sont pleinement respectées ses traditions militantes. Or, les « idéaux » communistes du mouvement ouvrier ont toujours fait corps avec la construction de partis et de syndicats de classe; nul ne vous demande évidemment de reconstruire à la place des communistes le parti dont la renaissance relève de leur responsabilité. Tout au moins, cessons d’opposer ce qui est dialectiquement complémentaire : l’émergence d’une France insoumise, et qui serait encore plus forte en devenant une France Franchement Insoumise à l’UE, l’action concertée de partis légitimes à représenter la diversité des courants populaires (et parmi eux bien sûr, le courant franchement ), et la mise en place d’un Front Antifasciste, Patriotique, Populaire et Écologique (FRAPPE !) unissant la Marseillaise à l’Internationale : sans cette dialectique constructive, impossible de brider le lepénisme, de conjurer le macro-fillonisme et de remettre notre pays sur la voie du progrès !
  • Enfin, concernant les législatives, et sans qu’il soit question d’apporter le moindre soutien politique à la direction euro-béate et socialo-dépendante du PCF-PGE, qui tente de tirer à droite  la  F.I.  sur les sujets cruciaux, nous pensons que ce serait un geste fédérateur de votre part que de retirer toute candidature « insoumise », non seulement contre les députés PCF sortants qui soutiennent votre candidature, mais contre les députés PCF qui ont été battus par le PS en 2012 ; pourvu naturellement que lesdits candidats soient clairs sur ce minimum euro-critique qu’est votre formule déjà citée sur l’UE. Dans les autres circonscriptions, il faudrait ouvrir des discussions ouvertes à tous vos soutiens présidentiels avec le souci qu’émergent des candidatures unitaires à la fois fédératrices et totalement indépendantes du PS.

En faisant droit à ces demandes désintéressées et de bon sens du PRCF, votre candidature pourrait sûrement conjurer la contre-attaque social-européiste qui émane bien sûr du banquier Macron, mais aussi de Benoît Hamon. Assumant totalement la politique ultra-atlantique de Hollande, le candidat du PS que d’aucuns présentent comme un nouveau Jaurès veut ouvertement accélérer la marche à l’Europe fédérale et affecter 2% du PIB français au financement de l’OTAN comme le réclament à la fois Trump et Obama. Ses propositions « sociales » visent surtout à enterrer la revendication historique du mouvement ouvrier : le droit au travail pour tous dans une société débarrassée de l’exploitation capitaliste. Dans cet esprit, nous approuvons le refus que vous venez d’opposer à M. Hamon à propos de sa demande confusionniste de faire converger (comment ?) vos démarches et candidatures respectives. L’insoumission aux politiques maastrichtiennes est incompatible avec le sauvetage du PS maastrichtien dont s’est chargé l’ex-ministre de l’Education nationale de F. Hollande.

Cher citoyen Mélenchon, veuillez croire à notre engagement pour le succès de votre candidature, à notre investissement dans les luttes sociales sans attendre le prochain scrutin ainsi qu’à notre volonté franchement insoumise de reconstruire, sans cesser l’action commune avec toutes les forces progressistes et euro-critiques qui l’accepteront, le vrai parti communiste dont manque cruellement notre pays, et à notre engagement à défendre la paix, qui implique sortie de l’OTAN et de l’UE.

Léon Landini, ancien officier des FTP-MOI, président du PRCF, Georges Gastaud, secrétaire national, Antoine Manessis, responsable aux contacts unitaires, Annette Mateu-Casado, co-responsable francilienne du PRCF

 

VERSION EN ESPAGNOL DE LA LETTRE OUVERTE DU PRCF A JEAN-LUC MÉLENCHON

publiée sur le site de UNIÓN PROLETARIA 

 

Carta abierta del PRCF a Jean-Luc Mélenchon

Además de defender el leninismo, los comunistas franceses se atreven a ponerlo en práctica :

Voir l’analyse en espagnol de la lettre ouverte du PRCF à Jean-Luc MÉLENCHON, par UNIÓN PROLETARIA

http://unionproletaria.net/spip.php?article594

En plus de défendre le léninisme, les communistes français (du PRCF) osent le mettre en pratique.

Sábado 15 de abril de 2017

______________________________________

Carta abierta del PRCF a Jean-Luc Mélenchon – 3 de febrero de 2017. Por L. Landini, G.Gastaud, A.Mateu-Casado y A.Manessis.

Estimado ciudadano candidato,

El pasado 13 de noviembre, después de un debate serio en toda nuestra organización, y sin esperar a una consulta interna en el PCF, el CC del PRCF decidió por cuasi-unanimidad aportar su “apoyo crítico, pero dinámico y constructivo” a su candidatura presidencial. Desde entonces, los militantes sinceramente comunistas del Polo difunden masivamente en las empresas un folleto de cuatro páginas que, al mismo tiempo que precisa nuestro programa de Frexit progresista para la soberanía nacional, el progreso social y la cooperación internacional, llama claramente a utilizar la papeleta de voto presidencial que lleva su nombre.

Es cierto que tenemos diferencias políticas con usted: concretamente, pensamos que es irrealista “renegociar los tratados europeos” manteniéndose en la UE: esta cárcel de pueblos sometida al capital, dirigida por Berlín y apoyada en la OTAN (que con razón usted quiere abandonar unilateralmente), está concebida de la A a la Z para destruir a las naciones de Europa, las conquistas sociales y el hecho en Francia en nombre de la “economía de mercado abierta al mundo en la cual la competencia es libre y no falseada”.

Afirmamos además que, siendo el MEDEF [2] y el CAC-40 [3] incondicionales fanáticos de la mortal “construcción” euro-atlantista, una política progresista que tendiera a liberar nuestro país de la UE, conduciría muy rápidamente a un enfrentamiento de clases a gran escala que, a largo plazo, plantearía inevitablemente la cuestión del socialismo en nuestro país: efectivamente, los protagonistas de este enfrentamiento de clases no pueden ser otros que, por una parte, el bloque reaccionario y antinacional formado por la oligarquía capitalista y sus partidos (que, bajo formas muy diversas, va desde los maastrichtianos Macron y Hamon hasta el FN, que además está engatusando cada vez más a los partidarios del euro), y por otra parte, el bloque popular y patriótico potencialmente compuesto por fuerzas populares aliadas a las capas medias. Pero lo que es decisivo a la hora de vencer a la oligarquía y sus tendencias cada vez más liberticidas y fascistizantes, es que el mundo del trabajo milite por un Frexit progresista con la clase obrera a la cabeza, que demostró en la primavera de 2016 que era la punta de lanza contra la ley El Khomri [4]. Y es para permitir que esta clase, privada de su partido de vanguardia por la mutación del PCF, vuelva a convertirse en actriz central del cambio, que el PRCF tiende la mano a los auténticos comunistas de Francia, incluso a los afiliados comunistas del PCF (¡aún quedan!), para que reconstruyan un verdadero partido de clase y combate cuya ausencia reduce el movimiento popular a una estrategia defensiva perdedora.

Por supuesto, no olvidamos las grandes coincidencias con su programa: se reclama de una izquierda “independentista” y plantea abiertamente la cuestión: “la UE, o la cambiamos o la dejamos“. Además usted tiene el mérito de rechazar todo compromiso con el PS, verdadera pata izquierda del Partido Único Maastrichtiano que, desde hace décadas, está desmontado las conquistas del CNR, destruye la herencia de la Revolución Francesa e incluso apoya disimuladamente la inconfesable empresa de sustitución de la lengua francesa por el todo-en-inglés “transatlántico”.

No obstante, para que la dinámica política creada alrededor de su campaña sea irreversible, para que pueda conjurar una segunda vuelta de pesadilla Le Pen/Fillon (¡o Le Pen/Macron, cosa que no es mucho mejor!) y rechace el contraataque seudo-identitario de un PS ciertamente “sonrojado”, pero al menor coste gracias a la victoria de Hamon, en nuestra opinión hace falta claramente:

- Poner abiertamente en el centro de las elecciones presidenciales el debate sobre la cuestión europea, obrar de modo que la fórmula que usted emplea (“la UE, o la cambiamos o la dejamos“) ofrezca un espacio de ruptura clara al 72% de obreros que votaron en contra de la constitución europea: con mucha razón, esperan una señal de su parte para comprometerse y tomar la decisión.

- Abrir el diálogo con todos los comunistas que militan por su victoria en las elecciones y constatan que algunos discursos “movimentistas” que fustigan el “leninismo”, el “centralismo democrático” y los “partidos trasnochados”, perjudican a la dinámica unitaria. En tanto que clase políticamente decisiva, incluso cuando se abstiene masivamente o cuando sus capas más fragilizadas se ven tentadas por el FN, la clase obrera sólo os conducirá a la segunda vuelta, véase a la presidencia de la República, si son plenamente respetadas sus tradiciones militantes. Los “ideales” comunistas del movimiento obrero siempre han casado con la construcción de partidos y sindicatos de clase; por supuesto nadie os pide que usted reconstruya en lugar de los comunistas el partido cuyo renacimiento es responsabilidad suya. Pero al menos dejemos de oponer lo que es dialécticamente complementario: el surgimiento de una Francia Insumisa, que sería aún más fuerte convirtiéndose en una Francia Francamente Insumisa a la UE, la acción concertada de partidos legítimos para representar la diversidad de corrientes populares (y, entre ellas, la corriente francamente comunista), y el establecimiento de un Frente Antifascista, Patriótico, Popular y Ecológico (FRAPPE! [5]) que una a la Marsellesa con la Internacional: ¡sin esta dialéctica constructiva, es imposible frenar al lepenismo, conjurar la amenaza macro-fillonista y colocar a nuestro país en la vía del progreso!

- Finalmente, en lo que respecta a las legislativas, y sin que sea cuestión de aportar el más mínimo apoyo a la dirección euro-beata y social-dependiente del PCF-PGE [6], que trata de hacer girar hacia la derecha a La Francia Insumisa en los asuntos cruciales, pensamos que sería un gesto amable por su parte que usted retirase toda candidatura “insumisa”, no solamente contra los diputados salientes del PCF que apoyan su candidatura, sino también contra los diputados del PCF que han sido derrotados por el PS en 2012; obviamente, siempre y cuando dichos candidatos sean claros con respecto al programa mínimo euro-crítico que es su ya citada fórmula sobre la UE. En otras circunscripciones, haría falta abrir discusiones abiertas a todos sus apoyos en las elecciones presidenciales con el fin de que surjan candidaturas unitarias que sean a la vez federadoras y totalmente independientes del PS.

Haciendo caso a estas demandas totalmente desinteresadas y con sentido común del PRCF, con toda seguridad su candidatura podría conjurar el contraataque social-europeísta que emana, por supuesto, del banquero Macron, pero también de Benoît Hamon. Al asumir totalmente la política ultra-atlántica de Hollande, el candidato del PS que algunos presentan como un nuevo Jaurès [7] quiere acelerar abiertamente la marcha hacia la Europa federal y destinar un 2% del PIB francés al financiamiento de la OTAN, como reclaman tanto Trump como Obama. Sus propuestas “sociales” están destinadas sobre todo a enterrar la reivindicación histórica del movimiento obrero: el derecho al trabajo para todos en una sociedad liberada de la explotación capitalista. En este sentido, apoyamos su rechazo a la petición confusa del Sr. Hamon de hacer converger (¿cómo?) vuestros respectivos movimientos y candidaturas. La insumisión a las políticas maastrichtianas es incompatible con el salvamento del PS maastrichtiano del que se ha encargado el antiguo ministro de Educación nacional de F. Hollande.

Estimado ciudadano Mélenchon, puede usted creer en nuestro compromiso para que tenga éxito su candidatura, en nuestra dedicación a las luchas sociales sin esperar el próximo escrutinio así como en nuestra voluntad francamente insumisa de reconstruir, sin cesar la acción común con todas las fuerzas progresistas y euro-críticas que la acepten, el verdadero partido comunista del cual carece cruelmente nuestro país, y en nuestro compromiso con la defensa de paz, lo cual implica la salida de la OTAN y de la UE.

Léon Landini, antiguo cuadro de las FTP-MOI, presidente del PRCF, Georges Gastaud, secretario nacional, Antoine Manessis, responsable de contactos unitarios, Annette Mateu-Casado, co-responsable de Île-de-France del PRCF.

Notas

[1] Consejo Nacional de la Resistencia que reunió a los combatientes contra la ocupación nazi de Francia a partir de 1943.

[2] Patronal francesa, equivalente a la CEOE en España.

[3] Grupo de las principales empresas que cotizan en bolsa en Francia. Equivale al IBEX-35 en España.

[4] Reforma laboral reaccionaria promovida por el Partido Socialista francés y ampliamente combatida por el movimiento sindical y estudiantil.

[5] Que significa “¡GOLPEA!”, en francés

[6] Partido Comunista Francés-Partido de la Izquierda Europea.

[7] Jean Jaurès (1859-1914), líder muy popular de los socialistas franceses que fue asesinado en vísperas de la Primera Guerra Mundial imperialista por un terrorista chovinista.

 


à propos de Benoit Hamon : “Monsieur Hamon choisissez”

“Bon, vous avez entendu. Donc, maintenant, que me propose-t-il ? De former une majorité gouvernementale parlementaire cohérente. Alors je dis, en toute sympathie, à Benoît Hamon : ce n’est pas possible que vous nous demandiez de former une majorité parlementaire gouvernementale cohérente, comme vous le dites, en mélangeant des gens qui veulent tourner la page, comme nous, avec des gens qui sont responsables de ce qu’il y a sur la page, comme c’est le cas des députés que vous avez l’intention d’investir pour la prochaine élection à l’occasion de votre convention. Car nous allons retrouver des gens dont je vous demande comment nous faisons pour ensuite former une majorité avec eux puisque nous les avons combattus pendant des années.

En fait, pour être plus concret, comment voulez-vous former une majorité pour abolir la loi El Khomri avec madame El Khomri comme députée du PS ?

Comment voulez-vous qu’on abroge toutes les brutalités auxquelles le président du groupe du PS Bruno Le Roux s’est abandonné avec monsieur Bruno Le Roux comme candidat ? Comment peut-on même imaginer de changer quoi que ce soit alors que vous vous proposez de faire réélire comme député d’Évry monsieur Manuel Valls ? Ce n’est pas sérieux. On ne fera croire à personne que tout cela peut fonctionner ensemble puisque ça n’a déjà pas fonctionné ensemble jusque là.

Alors j’admets que vous ayez voté le soutien au Premier ministre de François Hollande, le dernier en date, mais vous ne pouvez pas nous demander de participer au grand-écart dans lequel vous vous trouvez. Et puis ce n’est pas tout : vous nous demandez aussi de former une majorité cohérente avec des députés de votre parti qui se préparent à voter pour monsieur Macron. Mais rien de tout ça n’est sérieux ! On ne peut pas gouverner un grand pays avec des équipes de bric et de broc, les uns qui ont été contre les autres pendant des années, tout soudain se retrouvant et s’embrassant sur la bouche. Assez de carabistouilles, c’est le moment de la clarté.
>
> Je dis donc à Benoît Hamon, en toute sympathie : maintenant, il faut choisir. Vous avez une vague qui est en mouvement. Alors adossez-vous à elle. Faites-vous porter à elle. Choisissez. Entre eux et nous, choisissez. Entre la vague dégagiste et le sauvetage de l’ancien monde, choisissez. Choisissez et tranchez.

Parce que nous, nous ne changerons pas d’avis : nous voulons tourner la page, nous voulons passer à la 6e République, nous voulons sortir des traités européens, nous voulons la planification écologique, nous voulons sortir de l’OTAN, et ainsi de suite. Nous voulons le partage des richesses, d’une manière claire et nette dans ce pays, en faveur de ceux qui ont été détroussés par les deux derniers présidents de la République. Nous voulons que la vie change pour ces millions de pauvres, de gens qui n’ont plus de logement, qui sont dans la rue, et qui n’ont rien à faire de nos arrangements. Ce qui compte pour eux c’est que la vie change pour de vrai, et on ne la changera pas en rafistolant le vieux monde.”

 

3 Commentaires de lecteur “#JLM2017 Lettre ouverte du PRCF à Jean Luc MELENCHON – 3 février 2017

  1. Charles
    5 février 2017 at 23:17

    Vive la dictature du prolétariat….

  2. Le.Ché
    6 février 2017 at 15:21

    Très bon discours et très bonne analyse de JLM, mais comment celui-ci va-t-il faire si il n’a pas l’intention de sortir de l’euro et de cette Europe mortifère, c’est bien là qu’est le problème???.
    Son intention d’aller discuter avec A.Merkel prouve déjà qu’il n’aura pas le courage de sortir de l’euro et de cette Europe capitaliste, sa destiné risque de devenir un nouveau Tsipras.

  3. Philippe
    6 février 2017 at 17:37

    Pourquoi ne pas placer la sortie de l’UE de l’Euro et de l’OTAN comme la priorité indispensable au retour de la démocratie et à la souveraineté de notre pays? Pourquoi gaspiller tant d’énergie à vouloir redéfinir l’UE de l’intérieur avant de mettre en place une autre politique ? Cette UE n’est-elle pas toute entière construite dans “l’ancien monde” pour le profit exclusif de l’oligarchie?