Logo PRCFLe PRCF (Pôle de Résistance en France) apporte son soutien aux travailleurs de l’usine  Nexans de Lyon en lutte pour le maintien de l’activité de l’entreprise qui fabrique des câbles  spéciaux pour la marine et les chantiers navals de Saint-Nazaire.

Alors que le carnet de commandes est plein, la direction annonce une baisse d’activité pour justifier la fermeture de l’entreprise lyonnaise.

Pour les analystes financiers, « il y a eu des erreurs stratégiques » faisant référence à l’acquisition d’Amercable.

touret de cableEn vérité, les travailleurs vont une fois encore faire les frais de la spéculation boursière. Toujours plus pour les actionnaires et toujours moins pour les travailleurs, avec à la clé, la fin du « produire en France » en matière de câbleries française. L’entreprise Nexans a déjà fermé son usine de où travaillaient plus de 2000 métallos dans les années 70/80, parmi lesquels notre estimé camarade Désiré Marle, fondateur du PRCF et délégué de l’entreprise.

Le groupe Nexans, présent dans 40 pays employant plus de 25 000 personnes, avec un chiffre d’affaire de 7,2 milliards en 2012, est un des leader mondial de la fabrication du câble pour l’industrie, le bâtiment, les télécommunications, la construction navale, la pétrochimie, l’industrie nucléaire, l’automobile, l’électronique et l’aéronautique, il est un acteur clé de notre industrie nationale. A ce titre, est compte tenue des orientations spéculatives des dirigeants du groupe qui met en danger l’entreprise, il y a urgence à engager la nationalisation  de Nexans. Non seulement pour défendre l’emploi et la classe ouvrière, mais pour cesser d’alourdir la facture de la Nation, qui importe de plus en plus et produit de moins en moins avec d’énormes conséquences budgétaires pour notre pays.

Cette nationalisation, n’est pas possible dans le cadre européen et de l’euro, c’est pourquoi le PRCF avec d’autres organisations proposent de sortir de ce système et de sa monnaie unique. Il faut rompre avec les instances supranationales européennes et mondiales du capital.