Les méthodes dictatoriales du coup de com’ de Macron à Toyota, symptômes de la fascisation En Marche


Bagneux le 30 janvier 2018

Au syndicat CGT Toyota.

Veuillez trouver ci-après un message de protestation et de soutien aux syndicalistes Cgt et aux travailleurs de Toyota d’Onnaing.

Chers Camarades,

Le 22 janvier, alors que Macron visitait l’usine Toyota d’Onnaing, les délégués CGT ont été interdits par la police jusqu’aux dents de rentrer dans l’usine ; il y a également et des fouilles au corps à l’entrée et dans les ateliers. Un tel comportement est contraire à la déclaration des droits de l ‘homme et du citoyen de 1789, et notamment à son article 12 qui stipule : « La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ». Dans la cas présent, c’est bien pour assurer la visite de Macron que la force publique a été utilisée, afin d’empêcher la CGT d’approcher le Président de la République et de dénoncer la politique antisociale menée par le gouvernement.

Il est inadmissible dans le pays des droits de l’homme que le pouvoir, avec la complicité des grands patrons du , bafoue les libertés et s’attaque aux syndicalistes, et plus particulièrement aux militants de la CGT.

La commission luttes du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) proteste vigoureusement contre l’utilisation systématique des forces de l’ordre à l’encontre des militants syndicaux et les manifestations pacifiques et apporte tout son soutien aux camarades de la CGT de l’usine Toyota d’Onnaing.

Bien fraternellement,

Jo Hernandez Responsable national de la commission lutte du PRCF.